Les Nations Primordiales d’Amérique ne sont pas des immigrants!

Donald poursuit la Trumperie!

Notamment sur l’achèvement des travaux du DAPL dont personne ne se plaindrait ;

Merci à Akasha qui relaie ces infos via la rubrique Vos Infos, news, liens sur le site Les Moutons Enragéshttps://www.facebook.com/leclercric/videos/vb.132842486751654/1236960736339818/?type=2&theater  Dans la vidéo incluse  Trump affirme qu’il n’y a aucune contestation au DAPL et qu’aucune personne ne l’a jamais appelé, la vidéo est sous-titré en français, donc je n’invente et n’exagère rien ► TRUMP NE VOIT AUCUNE OPPOSITION À LA CONSTRUCTION DE L’OLÉODUC DAKOTA ACCESS PIPELINE. Dites au Président Trump qu’il ne peut plus nous ignorer : https://secure.earthjustice.org/site/Advocacy…

Dans le Dakota du Nord, la bataille reprend contre l’oléoduc voulu par Trump

11 février 2017 / Yona Helaoua (Reporterre)

La construction du Dakota Access Pipeline, qui menace l’approvisionnement en eau des tribus sioux avoisinant son tracé, a repris cette semaine. Les Amérindiens reprennent le combat devant les tribunaux et sur le terrain.

Lire l’intégralité de l’article, absolument ► https://reporterre.net/Dans-le-Dakota-du-nord-la-bataille-reprend-contre-l-oleoduc-voulu-par-Trump

En complément d’info ► http://chicagomonitor.com/2016/09/standing-rock-sioux-continue-dakota-access-pipeline-protest/

Pour compléter le sujet, mon dernier billet en appui de Steven NewcombL’Empire Zunien ou la Nouvelle Théocratie

Non Donald, les Amérindiens ne sont pas des immigrants et là encore tu te Trumpes ou veux Trumper tout le monde

Résistance au colonialisme : Population amérindienne… décidément pas une population « immigrante »…

URL de l’article sur R71 qui traduit de l’anglaishttps://resistance71.wordpress.com/2017/02/13/resistance-au-colonialisme-population-amerindienne-decidement-pas-une-population-immigrante/

« Pour la plus grande partie du XXème siècle, les archéologues croyaient que les Indiens sont arrivés sur le continent des Amériques à travers une ‘connexion terrestre’ établie dans le détroit de Béring, il y a environ 13 000 ans, à la fin du dernier âge glaciaire… En 1997, cette théorie s’est effondrée. certains de ses plus ardents partisans, comme Haynes, concédèrent publiquement que de nouvelles trouvailles archéologiques dans le sud du Chili ont montré des preuves irréfutables d’habitations humaines bien plus anciennes que 12 000 ans. Parce que ces gens vivaient à quelques 10 000km au sud du détroit de Béring, une trop grande distance pour être parcourue à cette époque, ces gens arrivèrent avant que le couloir du détroit ne soit libéré des glaces. Quoi qu’il en soit, de nouvelles recherches ont également jeté un grand doute sur l’existence même de ce couloir de Béring. Ainsi certains archéologues suggèrent que les premiers habitants des Amériques sont arrivés il y a plus de 20 000 ans… » ~ Charles C. Mann, « 1491 », 2005, p.17-18 ~

Nous ne sommes pas une nation d’immigrants

La discussion au sujet de l’immigration est de fait très opportune pour réfléchir de nouveau sur les nations premières et cette terre du continent

Spotted Crow Mann (Nation Nipmuc, Massachussetts)

11 février 2017 | URL de l’article original : https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/not-nation-immigrants/

Comme nous avons cette conversation au sujet des immigrants (NdT : à Yankland…) : qui est d’ici et qui ne l’est pas, ceci serait une excellente opportunité pour l’Amérique de réfléchir sur le peuple premier de cette terre.

Mais le silence à ce sujet est assourdissant. Alors qu’une multitude de protestations secouent le pays afin de laisser entrer des gens immigrants, les griefs et les requêtes du peuple indigène de l’Amérique semblent ne jamais sortir au grand jour. Si seulement la même vitalité pouvait-être soutenue en faveur des peuples premiers des USA et de Canada, la souffrance humaine disproportionnée au sein de ces communautés pourrait enfin entrevoir des solutions.

L’exégèse de ce narratif apathique remonte à l’église, puis aux médias, politiciens et au malaise général de la société (coloniale) concernant l’agencement indigène.
De manière ironique, si le chef Massasoit des Pokanoket avait été un peu moins altruiste envers les quelques 102 “pèlerins” à moitié affamés en 1620, nous n’aurions sans doute pas aujourd’hui cette conversation.

Nous ne l’aurions pas non plus si les Nipmucs (NdT : la nation originaire de l’auteur de ces lignes) n’avaient pas marché plus de 110km jusqu’à Boston avec des sacs de maïs sur leurs dos pour nourrir les Anglais affamés.

Les peuples originels avaient de manière générale une “politique de porte ouverte” envers tous nouveaux immigrants. Si vous désiriez prendre part dans la relation de réciprocité avec la terre, vous étiez les bienvenus.

Mais les Anglais n’en avaient jamais assez. En tout, ils voulaient toujours plus et ce plus mena à la guerre.

Ces nouveaux immigrants avaient très peu, voire aucun respect pour la terre ou l’agencement indigène.

Ainsi la lutte pour le sous-continent érupta à travers la Nouvelle-Angleterre en 1675, la guerre est connue sous le nom de “Guerre du roi Philippe

Il y eu énormément de pertes en vie humaines de part et d’autre et la communauté Nipmuc fut dévastée.

Des cessez-le-feu et des traités furent éventuellement “pondus”, mais pas avant que certains leaders de la nation ne fussent pendus, des familles réduites en esclavage et les Indiens christianisés internés sur Deer Island où des centaines d’entre eux moururent de faim et de froid.

Ainsi, des gens du peuple indigène comme mon arrière grand-père à la 5ème génération, combattirent aux côtés des jeunes colonisateurs pendant la guerre révolutionnaire dans la croyance que quelque chose de bon puisse sortir de cette calamité.

Ces juvéniles “Américains” martelèrent leur marteau hégémonique sur le dos de l’Île de la Grande Tortue et ainsi naquirent les États-Unis d’Amérique.

Lorsque l’Amérique fut au bord de l’effondrement 85 ans plus tard, des Américains natifs des peuples autochtones comme mon arrière grand-père de la 3ème génération, Samuel Vickers, ses frères et ses cousins combattirent, et certains moururent, dans la guerre de sécession. Leurs dures et complexes histoires sont relatées dans un livre de David Nuamec.

Quelques colons de la première heure trouvèrent que la vie était insoutenable dans cette nouvelle région. Ils se tournèrent vers des remèdes indigènes pour survivre. Des gens comme mon second arrière grand-oncle, Samuel Hazard, étaient connus comme des guérisseurs traditionnels, des “Docteurs Indiens”. On lui demanda de soigner une jeunes blanche qui vivait près de Hatchet Pond sur la réserve Nipmuc. Il est écrit qu’il utilisa des plantes et des cœurs de crotales pour lui sauver la vie.

De telles histoires sont imbriquées dans chaque communauté tribale de la terre. Dire de nous que nous sommes des nations d’immigrants ne fait que nier notre existence, nos contributions et nos requêtes et griefs non résolus.

Pourquoi cela demeure t’il la supputation favorite est au-delà de toute compréhension ?

Les nations natives originelles des USA et du Canada (NdT : et du Mexique et de toute l’Amérique du Sud) ont donné et sacrifié bien plus qu’il ne pourra jamais être mentionné, avant et après l’établissement de ces dits pays. Le peuple natif de ce continent mérite d’être le point de focale de cette conversation.

Mais au lieu de cela, nos paroles sont ignorées, nos enfants enlevés de leurs maisons, “pour être physiquement, mentalement et moralement entraînés et ajustés pour des positions d’auto-suffisance honorable, d’utilité et de respectabilité.” C’est ce qui est arrivé à ma grande-tante : Anna Vickers, qui fut enlevée de son foyer à l’âge de 11 ans, ainsi que d’autres membres de la famille et fut envoyée à la Connecticut Industrial School for Girls en 1901.

Nous ne sommes en aucun cas de vulgaires badauds dans ce narratif historique de l’Amérique. Nous avons survécu à un traumatisme inter-générationnel, à une violence latérale et aux vicissitudes d’élever nos familles dans une soi-disant “nation d’immigrants”, où sa définition même, est l’affront final à nos vies, aux sacrifices endurés et à l’Être, l’existence même de ce continent.

C’est le summum de la dissonance cognitive et de l’amnésie historique (NdT : artificiellement induite…), bercé d’une sorte de schizophrénie patriotique. Il engendre les caricatures natives, les mascottes ainsi que l’échappatoire colonialiste, jusqu’à aujourd’hui.

Nous devrions dire : Oui, nous sommes une nation d’immigrants, descendants du cheptel d’esclaves des peuples premiers de cette terre. Ceci forcerait tous les Américains à se familiariser avec la véritable histoire de leur pays et de cette terre, histoire qui a forgé les opportunités dont ils jouissent à présent.

◄|►

Pour compléter utilement le préambule de Charles Mann rappeler par R71, sur la Théorie du Détroit de Béring, qui s’effondre sur elle-même : « Impliquer que les Indiens reçurent de la terre est un renversement total des faits historiques. Jamais les États-Unis et leur gouvernement fédéral ne donnèrent un quelconque morceau de terrain à une quelconque nation indienne. Ce sont plutôt les Indiens qui donnèrent de la terre aux États-Unis en considération du fait de recevoir un titre indien sur le reste des terres et que celui-ci soit confirmé. […]  La culture telle qu’elle est comprise par le peuple indien est essentiellement un style de vie, c’est une expression de soi, mais pas consciemment, c’est plutôt l’expression de l’essence d’un peuple. Tout ce que l’homme blanc a réussi à créer sur ce continent (des Amériques) est un conglomérat violent d’individus et non pas un peuple. » ~ Vine Deloria Jr, 1969 ~ Ce billet de blog du 12/11/2016 documenté et argumenté en faux ► La théorie du Détroit de Béring ou la théorie de la connerie

Pour info, on apprend aujourd’hui que le Général Flynn est déjà démissionnaire ► http://www.20minutes.fr/monde/2013703-20170214-etats-unis-principal-conseiller-trump-securite-sellette  Le dossier russe revient claquer sur le bureau de Donald Trump, moins d’un mois après sa prise de fonction. Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale du président, a démissionné lundi soir, moins de 96 heures après les révélations de la presse sur ses contacts inappropriés avec Moscou quand Barack Obama était encore en fonction. Cet ancien général, personnalité controversée qui a conseillé très tôt le milliardaire lors de la campagne électorale, est l’un des inspirateurs des idées de Donald Trump sur les questions internationales.

Et M. Le Monde ; Arrête de déconnexhttps://fr.sputniknews.com/international/201702141030074449-flynn-demissionne/  Suite à l’attaque du Washington Post, le conseiller de Trump à la sécurité Michael Flynn quitte son poste. C’est le général Keith Kellog, secrétaire général du Conseil de sécurité nationale, qui assurera l’intérim, le temps que le président Donald Trump lui trouve un successeur.

◄►

Une véritable résistance s’est levée contre le fléau de l’humanité ; Le colonialisme et ce par quoi il arrive l’État et des solutions anti-coloniales pour une décolonisation de l’empire sont apportées, et documentées notamment par le Pr. Taiaiake Alfred ici ► Résistance au fléau de l’Humanité

L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !

Pour un nouveau paradigme, en lien avec tous les Natifs du Monde ; Sans dieux, ni maitres. Mais surtout, sans armes, ni haine, ni violence ► Changement de paradigme ; Sans dieux, ni maitres…

2 pensées sur “Les Nations Primordiales d’Amérique ne sont pas des immigrants!

  • avatar
    21 janvier 2018 à 5 05 35 01351
    Permalink

    L’histoire des Indiens m’intéresse beaucoup, c’est surtout désolant de voir comment les colons états-uniens les ont traités et ce que leurs continuateurs font aujourd’hui avec les restes de tribus indiennes. J’ai arrêté de lire l’article dès le début, car il rapporte une théorie du Détroit de Béring de ChCM avec ses 12000, 13000 et 20000 années, une hérésie. Il y a des gens qui se croient plus intelligents avec « preuves » archéologiques que le Créateur du ciel et de la terre Qui a l’homme Adam il y a 5778 années et 4 mois ! Quand on veut être un auteur sérieux et fiable, on ne base pas un article, un livre sur de l’hérésie !
    Quant aux « Amérindiens », ils restent bien sûr les victimes de la colonisation états-unienne. Tout comme avec les sionistes, des envahisseurs étrangers, en Palestine, les immigrants américains n’ont jamais assez et ne tiennent pas compte des populations natives locales. Il faut combattre le sionisme, l’impérialisme d’abord et surtout au niveau idéologique, théorique ! C’est dans la tête que ça se passe ; quand la nocivité de ces idéologies sont comprises et dénoncées, tout ce qui en découle (usurpation de terre, domination, entité sioniste/USA, meurtres, déplacements de populations etc.) s’écroule.

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2018 à 6 06 08 01081
    Permalink

    Considérant le fait que nous ne vivons absolument pas dans un monde “post-colonial” comme voudrait nous le faire avaler la doxa étatico-coloniale occidentale, ne cherchant qu’à valider son hégémonie culturo-religieuse et à s’exonérer des crimes génocidaires commis à travers le monde au nom d’un impérialisme masqué derrière le “doux” visage de la “civilisation” et aujourd’hui de “l’humanisme”, nous nous sommes, depuis des années, levés contre l’idéologie et la pratique coloniales toujours en action aujourd’hui.

    Nous avons cité de nombreux résistants indigènes de tous les continents, mais nous voulons aujourd’hui donner la parole à la résistance et à la résurgence des peuples natifs du XXIème siècle. Nous citerons ici quelques fragments de pensées de grands penseurs et résistants autochtones anti-coloniaux contemporains du continent des Amériques. Puisse leur pensée faire tache d’huile, nous toucher, et rassembler l’humanité dans ce véritable et seul combat pour regagner notre indépendance et nous émanciper ensemble vers la société des sociétés anti-autoritaires et non coercitives des confédérations d’associations et de communes libres, parce qu’en fin de compte, c’est parce que nous sommes tous des colonisés que nous devrons nous unir et mettre à bas le système oligarchique totalitaire étatico-capitaliste ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/06/08/voix-anticoloniales-autochtones-des-ameriques-au-21eme-siecle-par-r71/

    Je me permets de prolonger la réflexion avec ce billet, car il contient, notamment, le PDF à partir du livre-testament de Russell Means « Si vous avez oublié les noms des nuages, alors vous avez perdu votre chemin » ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/01/pdfrussellmeans012017.pdf
    De la page 10 à 14 RM explose les mythes et idées reçues sur les indigènes, qui perdurent toujours aujourd’hui, car comme RM le précisait : Rappelez-vous toujours : Les conquérants et les vainqueurs des guerres ont écrit les livres d’histoire.

    Ce que Howard Zinn a dénoncé également dans tous ses écrits, dont vous trouverez également la compilation dans ce PDF N° 34 de 63 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/09/pdfhowardzinn092017.pdf intitulé « Vous ne pouvez pas être neutre dans un train en marche » et je crois que c’est tout à fait cela non ?
    JBL1960
    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *