Les régions en arrachent

La ruralité a-t-elle encore un avenir?

De nouvelles réalités de plus en plus pénibles touchent drastiquement les régions rurales et les campagnes.

Raymond Viger Dossiers Région, Économie, Famille, Communautaire

ruralité urbanité campagne ville régionPlusieurs médias ont récemment couvert les difficultés appréhendés pour les régions vis-à-vis le Plan Nord du gouvernement Libéral. Les développements rapides attirent drogue et prostitution. Les autorités locales vont-elles avoir le temps et les budgets pour se préparer à de nouvelles réalités qui viendront rapidement les envahir?

Une grande quantité d’emplois disponibles rapidement au même endroit implique que certaines localités vont perdre leurs mains d’oeuvres. Moins de services seront disponibles dans ces villages avoisinant qui subiront l’arrivée de nouveaux méga-centre.

Une discussion avec des intervenants en région soulignent qu’il n’y a pas que le Plan Nord qui vient affecter les villages. Actuellement, plusieurs événements viennent mettre en péril la survie même de ces villages.

Fermeture des églises

Le noyau social de ces communautés a été longtemps les églises. Chaque village avait jadis son église. L’abandon des fidèles de celles-ci a forcé la fermeture de plusieurs.

Fermeture des Caisses Desjardins

Au début du 20e Siècle Alphonse Desjardins avait implanté des caisses dans plusieurs villages du Québec. C’est ainsi que les Caisses Desjardins offraient un service rural délaissé par les Banques. Ce qui a fait la marque de commerce des Caisses Desjardins est en train de disparaître. Question de rentabilité les Caisses Desjardins ont débuté la fermeture de plusieurs de leurs caisses au profit d’une centralisation dans les grands centres.

Plusieurs citoyens ont manifesté contre les fermetures des caisses Desjardins sans succès.

Fermeture des comptoirs de Postes Canada

Encore pour des raisons de rentabilité et de rationnalisation, Postes Canada a à son tour emboîté le pas avec des fermetures dans plusieurs villages.

Fermeture de CLSC

Maintenant c’est le tour des CLSC de fusionner et déplacer ses services vers les grands centres. Pour ne donner qu’un exemple, quand le point de service du CLSC Châteauguay à Sainte-Martine a fermé ses portes en 2012 et obligé les citoyens à se rendre à un autre point de service situé à 27 minutes en automobiles, la population vieillissante de Sainte-Martine en a subi un contre-coups important.

Et les CLSC des grands centres qui doivent couvrir plus d’habitants reçoivent-ils plus de budget pour répondre aux besoins des populations? Quand on doit couvrir plus de service en santé, on coupe dans les services sociaux. C’est donc dire moins de prévention.

Impact de ses fermetures

Les églises, les caisses Desjardins, les bureaux de Postes et les CLSC étaient des endroits de socialisation pour les gens du village. Plusieurs y allaient à pied. En profitaient pour rencontrer les voisins et discuter de tout et de rien. C’était une occasion de faire son épicerie ou d’utiliser d’autres services locaux. Si maintenant vous devez vous déplacer dans les grands centres et que vous commencez à y faire votre épicerie et autres services, les marchands des villages avoisinants n’auront plus qu’à fermer leurs portes.

Dans les grands centres, vous devenez anonymes dans la foule. Fini les grandes discussions sur le perron de l’église.

Et sans automobile, impossible d’aller dans les grands centres. Certaines personnes âgées deviennent ainsi isolées d’un milieu de socialisation et dépendante pour avoir accès à leurs services.

La rentabilité financière de ces fermetures compensera-t-elle les conséquences sur la qualité de vie des citoyens?

Si ça continue comme cela, à part du bar de danseuses nues ou d’une taverne, que va-t-il rester dans nos villages?

Autres textes sur les Régions

5 pensées sur “Les régions en arrachent

  • avatar
    21 juillet 2012 à 2 02 55 07557
    Permalink

    Les choses sont mal faites : En France, nos campagnes sont pleines d’églises et de caisses du credit agricole, mais pour trouver une danseuse nue, faut chercher… Partageons !

    Répondre
  • avatar
    21 juillet 2012 à 7 07 22 07227
    Permalink

    La corrélation entre le boom minier méga-superficiel déguisé en « Plan Nord » et la continuité « lourde » du déclin rural est effectivement à observer minutieusement. Il y a là un autre cas patent d’absence de solution sociale effective camouflée en cirque mirifique. Si vous me permettez une analogie « immorale » de plus. La caisse pop ferme et il faudrait continuer de brasser de l’argent dans le bled? Solution « miracle »: on ouvre un casino…

    Répondre
  • avatar
    21 juillet 2012 à 8 08 16 07167
    Permalink

    Désolé M. Laurendeau votre solution a déjà été pensée par notre bon gouvernement, Loto-Québec a déjà un Casino dans chaque foyer qui a accés a internet.
    Mon père dans sa jeunesse demeurais dans un petit village et recevais les nouvelles de Montréal avec un retard d’environ 2 semaines, nous qui sommes au courant de TOUT ce qui se passe sur la planète a une minute près, sommes nous en meilleur position que mon père pour savoir ce que l’avenir nous réserve.
    Tous font l’analyse du passé et du présent mais avec cette mer d’informations, sommes nous capable de prévoir ce qui est le plus important qu’est-ce que l’avenir a en réserve pour l’humanité…..
    Nous entendons beaucoup de critique, comme ont dit la critique est facile.
    Maintenant que nous sommes tous au courant de la situation que faisons nous…..
    Si nous ne le savons pas à quoi sert tout ce savoir…………

    Répondre
  • avatar
    21 juillet 2012 à 9 09 11 07117
    Permalink

    A 1.35$ le litre d’essence, la ruralité donnera de plus en plus de vains signaux de détresse, surtout lorsqu’elle aura pour paysage des champs de trucs laids destinés à enrichir les précieux de ce monde.

    – T’as vu Marcel… ils ont réussi à nous trouver sur la mappe.
    – Ils vont rouvrir la scierie tu crois?
    – T’es fou! c’est bien trop polluant.
    – Ah j’me disais aussi… Il paraît que l’économie souterraine prend de l’ampleur.
    – Bien faudra creuser un trou pour voir… Toute façon ce sera pas perdu.
    – Ouais bien j’pense plutôt qu’ils vont venir nous trouver pour nous proposer un développement durable.
    – Toi ton problème tu crois trop aux niaiseries.
    – Crie pas si fort y a de l’écho.
    – Anyway je l’savais… j’aurais dû prendre des cours de culture indienne.
    – Pourquoi?
    – Bien j’me sentirais moins pas québécois.
    – Là j’te donne raison: puis en plus les indiens y savent attendre. Après tout Rome ne s’est pas faite en 1 jour.
    – Toi t’aurais dû prendre des cours d’histoire! Rome a brûlé.
    – Tu me désespères…

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2012 à 9 09 46 07467
    Permalink

    Le Plan Nord n’apportera pas seulement des problèmes de drogue et de prostitution dans le Grand-Nord. La pénurie de logements risque d’amener également des problèmes d’itinérance pour les moins bien nantis en région. Avec la manne de travailleur qui envahisse la campagne. La tranquillité des lieux risque aussi de disparaître avec les camions qui roulent 24 heures par jour près des mines exploitées. La fermeture des commerces et services par le passé va diminuer la qualité des services offerts à la communauté.

    Le Plan Nord a certainement un impact pour les citoyens des régions.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *