Les solutions à apporter à la crise economique

Lisa Melia DOSSIER Économie et Politique

C’est dans un amphithéâtre rempli que Lionel Jospin a fait son entrée, sous les applaudissements, le 20 avril dernier à l’Université de Montréal. Lionel Jospin est une figure politique française très connue dans l’Hexagone, puisqu’il a été Premier ministre du président Jacques Chirac de 1997 à 2002. Affilié au parti socialiste, il a un temps enseigné l’économie, ce à quoi il est revenu le temps de cette conférence, organisée par le Centre d’études et de recherches internationales, sur les enseignements que les gouvernements et les institutions économiques devraient tirer de la crise économique qui secoue la planète depuis le début de l’année 2008.

Une crise d’abord financière

Lionel Jospin a d’abord souligné que la crise était avant tout financière. D’après lui, on a réalisé en 2007 que quelques établissements financiers regroupés à Wall Street pouvaient mener le système entier à la banqueroute. «Aucune zone de la planète n’est épargnée, rappelle M. Jospin. Chacun a sa part de responsabilité dans les dysfonctionnements, mais en vérité, si on va au fond des choses, c’est le système économique et financier lui-même qui est déséquilibré.»

Lionel Jospin - cerium Depuis les années 80, une industrie financière mondiale sans régulation s’est développée. Des crédits sont accordés à des familles qui n’ont pas les moyens de les rembourser. La spéculation, ce jeu qui consiste à anticiper les mouvements de la bourse, et même à les influencer, en achetant ou vendant des produits financiers, a été laissée sans contrôle.

Pourtant, plusieurs alertes auraient dû inquiéter les experts financiers. Dans la décennie 90, les crises financières se sont multipliées au Mexique, au Japon, en Argentine, en Russie. «Elles n’étaient pas tenues pour alarmantes, en dépit de leur ampleur, parce qu’elles survenaient à la périphérie du système», assène Lionel Jospin. C’est pourquoi le choc a été d’autant plus violent en 2008: cette fois, c’est le cœur du système qui était touché, dans le pays du capitalisme, que l’on croyait pourtant inébranlable.

Une crise économique et sociale

Il était pourtant inévitable que la crise financière devienne une crise économique car ces deux mondes sont intimement mêlés l’un à l’autre, ce qui mène à une augmentation des faillites et des licenciements. «La crise économique va entraîner son lot de souffrances, affirme M. Jospin. Subiront le plus ces maux ceux qui en sont le moins responsables.» Il souligne le sentiment d’injustice et de colère parmi les citoyens, qui vont devoir supporter le coût de la crise alors que les grands patrons de la finance continuent à recevoir des salaires et des primes de départ très élevés.

Les réponses gouvernementales à la crise

Les gouvernements se sont empressés de renflouer les établissements financiers, «ce qui était absolument indispensable pour éviter la banqueroute générale et un désastre économique», affirme Lionel Jospin.

Il note d’ailleurs que la crise a conduit à une véritable réhabilitation de l’Etat: ce sont les mêmes experts qui sommaient les Etats de ne pas intervenir dans l’économie qui demandent maintenant des aides pour éviter au système de sombrer. «Les dogmes libéraux ont volés en éclat!» Cependant, les milliards dépensés par les banques centrales et les gouvernements seront, à plus ou moins long terme, payés par les citoyens.

Les solutions de la crise

L’ancien Premier ministre est clair sur la question des solutions de la crise: il faut assainir le système financier global. Contrairement à la crise de 1929, qui a trouvé son origine dans les déséquilibres nés de la pemière guerre mondiale, la crise de 2009 vient du système lui-même. «Sortir de cette crise vraiment et éviter son renouvellement suppose de modifier [le système] profondément.»

Or, le G20, tenu à Londres le 2 avril dernier, est très insatisfaisant, selon Lionel Jospin. Le fait de tenir une réunion «élargie» à 20, qui inclue des pays comme la Chine et le Brésil, des acteurs économiques aujourd’hui incontournables, est un point positif. De même que le refus du protectionnisme et l’affirmation du besoin de contrôle et de régulation. Cependant, les gouvernements ne sont pas allés assez loin, estime M. Jospin.

«La crise ne doit pas nous faire oublier les défis de long terme.» L’ancien Premier ministre a en effet rappelé que d’autres problématiques telles que les ressources naturelles, les catastrophes climatiques dues au réchauffement de la planète, la famine et les problèmes de démographie étaient à prendre en compte aussi. En conclusion, «nous devons chercher un nouveau mode de développement. Il ne faut pas tourner le dos à l’idée de progrès, mais en renouveler le sens.»

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site du CERIUM.

Autres textes sur Politique et Économie

Prévisions d’une fin de récession

Conseiller en placements et firme de courtage: l’utopie de la satisfaction du client

Marge d’erreur importante: les prévisions économiques sont-elles fiables?

Consommateurs, à vos cartes de crédit!

L’envers de la médaille des taux d’intérêt à zéro

Sommet du G20 Barack Obama, impuissant devant les fraudes des banques?

17 pensées sur “Les solutions à apporter à la crise economique

  • avatar
    2 mai 2009 à 10 10 19 05195
    Permalink

    Salut Raymond,

    Quelle bullshitter ce Jospin!

    A beau parler qui vient de loin.

    Cette conférence me fait plutôt penser à une campagne de désinformation pour le compte de ceux qui ont créé la crise.

    Répondre
  • avatar
    2 mai 2009 à 13 01 18 05185
    Permalink

    « Les gouvernements se sont empressés de renflouer les établissements financiers, «ce qui était absolument indispensable pour éviter la banqueroute générale et un désastre économique», affirme Lionel Jospin. »

    Ouais ouais…. C’est ça, c’était absolument indispensable de renflouer les joueurs de casino qui ont tout perdu leur argent avec le nôtre. Ces mêmes joueurs qui ont tout fait pour dérèglementer le système financier devaient absolument nous faire payer la facture pour leur « erreur ». Vraiment charmant ce Jospin…

    Répondre
  • avatar
    2 mai 2009 à 14 02 28 05285
    Permalink

    Tiens, le « troll-en-chef », Sarkozy qui nous explique avec la main dans les airs que « personne ne va s’opposer à la venue du nouvel ordre mondial ».

    Fascinant.

    Un autre bon clip, Aimé.

    Répondre
  • avatar
    2 mai 2009 à 15 03 37 05375
    Permalink

    Je suggère à tous d’aller jeter un oeil sur le manifeste de Québec Solidaire, intitulé Pour sortir de la crise, dépasser le capitalisme?.

    On dira ce qu’on voudra sur QS, mais c’est un des rares (le seul?) parti politique qui propose de s’interroger réellement sur les origines de la crise et qui souhaite travailler de concert avec la population pour trouver des solutions. Vous ne verrez jamais ça de la part du PQ, de l’ADQ ou des Libéraux…

    Le manifeste est disponible ici: http://www.quebecsolidaire.net/actualite-nationale/manifeste-sortir-de-la-crise

    Répondre
  • avatar
    3 mai 2009 à 5 05 38 05385
    Permalink

    Je réagis rapidement à ce billet car il faudrait écouter toute son allocution.

    Pauvre Jospin qui est obligé de venir au QC pour avoir un auditoire attentif. 😆

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Lionel_Jospin
    il a du oublier les bases en économie qu’il a enseigné juste 1 an en 1970. C’est avant tout un politicien énarque.

    Une bonne analyse n’est pas suffisante mais est nécessaire pour esperer trouver les bonnes solutions. La stratégie démagogique ou de l’autruche amene ce genre de crise économique inévitable et presque salutaire. J’espere qu’elle va nous débarasser des incompétents et médiocres. Au cas, vous l’aurrez pas encore compris, de nouvelles puissances économiques arrivent et ce choc fait des secousses.

    Cette crise va nous apporter des enseignements et ridiculiser les theses farfelues qui pullulent en tant de prosperité.

    Répondre
  • avatar
    3 mai 2009 à 9 09 22 05225
    Permalink

    Redge
    Comment voulez-vous que QS et le peuple peuvent trouver des SOLUTIONS pour sortir de cette CRISE, créée VOLONTAIREMENT de toute pièce par les richissimes du monde pour pouvoir CONTRÔLER plus facilement ce même peuple qui a perdu ses emplois ou qui se retrouve au pauvre salaire minimum de 9,00$/h ???????????????????????????????

    La seule solution que je voie, pour le moment, est que le peuple retourne travailler la terre et essaie d’y vivre le plus convenablement possible…………………………

    Répondre
  • avatar
    3 mai 2009 à 9 09 25 05255
    Permalink

    Jospin fait parti des MAQUILLEURS qui embobinent le peuple afin de lui faire oublier la RÉALITÉ pour pouvoir le PILLER plus allègrement.

    Répondre
  • avatar
    3 mai 2009 à 10 10 01 05015
    Permalink

    @Paul de Mtl,pourrais tu etre plus explicite quand tu parle de theses farfelues.

    Répondre
  • avatar
    4 mai 2009 à 9 09 32 05325
    Permalink

    Oui.
    Pensez-vous que le pouvoir FINANCIER va laisser QS arriver au pouvoir?????????
    La preuve, ce pouvoir a mis les libéraux au pouvoir majoritaire en éliminant, presque, l’ADQ……………………………………….

    Répondre
  • avatar
    4 mai 2009 à 10 10 58 05585
    Permalink

    Fern, je doute que QS s’imagine prendre le pouvoir au Québec, même à long terme. Par contre, ils jouent un rôle important en attirant notre attention sur la vrai cause de la crise financière. Pendant que les autres parti politiques nous bullshitent, eux nous donne l’heure juste. Finalement, c’est le seul parti politique qui est honnête dans ses motivations.

    Ce qu’ils proposent, c’est de se réveiller et d’aller de l’avant, au lieu de continuer comme c’était avant.

    Répondre
  • avatar
    5 mai 2009 à 9 09 33 05335
    Permalink

    Redge

    Parfait, la philosophie du parti……………….

    Répondre
  • avatar
    5 mai 2009 à 9 09 38 05385
    Permalink

    Redge
    Parfaitement d’accord avec les idées de QS.
    C’est à la réalité que je pense…………………..

    Répondre
  • avatar
    9 décembre 2009 à 13 01 24 122412
    Permalink

    l’économie!

    c’est la vie il n’y aura pas une solution pour la mort!!!!!!!!!!

    Répondre
  • avatar
    14 décembre 2011 à 23 11 28 122812
    Permalink

    La crise est liée à la longueur de la jupe, entendons nous bien: il s’agit d’une cause et non d’une conséquence. Raccourcissez la jupe, faites revenir la jupe des années 60 et la croissance sur l’économie mondiale explosera…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *