L’Iran et la Route de la soie chinoise, le cauchemar Américain

Robert Bibeau. Producteur.  Les7duQuébec.com

chine-iran

Nous élaborons à partir d’un texte de Gilles Munier (1), expert français de la politique du Moyen-Orient. L’article traite de l’intégration de l’Iran dans l’Alliance impérialiste de Shanghai, et de son éloignement corrélatif de l’Alliance impérialiste atlantique. L’auteur cerne l’importance fondamentale du projet d’économie politique chinois prénommé «La nouvelle route de la soie». La Chine ne se préoccupe pas des guerres tous azimuts que l’impérialisme américain et l’Alliance Atlantique déclenchent partout sur le globe, au Moyen-Orient d’abord, en Afrique ensuite, en Asie du Sud-est enfin et bientôt en Amérique Latine où les bottes retentissent de nouveau. La nouvelle superpuissance impérialiste montante laisse ces misérables Yankees, que leurs alliés commencent à lâcher petit à petit par la porte arrière (ce que la go-gauche est incapable d’observer, aveugler qu’elle est dans ses vieux schémas dogmatiques de la « guerre froide ») ; la Chine laisse les É.-U. s’enferrer, s’endetter, s’empêtrer dans ces guerres destructrices que les étatsuniens perdent les unes après les autres, préparant la suivante tout aussi décevante que les précédentes, ce que la go-gauche appel ridiculement – « la stratégie du chaos » – et autres termes décrivant cette stratégie du désespoir anarchique d’une puissance militaire déclinante capable d’allumer des feux, mais incapable de les maitriser ou de les éteindre. Nous vous invitons à lire ce texte et nos commentaires sur la géopolitique du Moyen-Orient.

 

**********

 

« À quoi jouait l’ancien président iranien, dit modéré, Ali Akbar Hashemi-Rafsandjani, en twittant dernièrement : «Le monde de demain est celui du dialogue, pas des missiles» ? Certes l’Iran est parvenu à se dépêtrer des sanctions internationales imposées par l’ONU, mais chacun sait – sauf Rafsandjani, semble-t-il – que le monde actuel et celui à venir risquent fort de ne pas être un monde de «bisounours». Comme c’était prévisible, les États-Unis trainent des pieds pour mettre en œuvre l’accord sur le nucléaire iranien signé à Genève. L’Iran demeure et demeurera la cible de l’administration américaine tant qu’il ne rentrera pas dans le rang, c’est-à-dire dans la zone d’influence AMÉRICAINE. Il suffit d’écouter les candidats à la Maison-Blanche – Donald Trump et Hillary Clinton – pour être inquiet et convaincu de la nécessité de s’armer » (quel go-gauchiste a une vision aussi lucide et concrète de l’accord IRAN-USA sur le nucléaire iranien ? NDLR).

 

« Le 30 mars dernier, Ali Khamenei, guide suprême de la révolution islamique iranienne, a répondu à Rafsandjanisans le nommer ni le courant qu’il représente – que le monde « s’apparente à une jungle » (la puissance iranienne n’est pas dirigée par des «bisousnours» comme chacun peut le constater. NDLR). En ce qui concerne les missiles, tout le Moyen-Orient sait à quoi s’en tenir depuis les tirs de Tomahawks américains pendant la guerre du Golfe, et de la marine russe visant les djihadistes de Raqqa depuis la mer Caspienne, en octobre 2015. On imagine le nombre de victimes et les destructions que causerait l’armada AMÉRICAINE croisant dans le Golfe et en mer d’Oman si elle recevait l’ordre d’attaquer l’Iran.  (Voilà une véritable perspective de guerre hautement plus probable que les futiles menaces de Donald Trump d’isoler l’Amérique de ses marchés mondiaux. Gilles Munier le comprend, mais pas la go-gauche altermondialiste et autre gauchiste, artéfacts de la guerre froide. NDLR).

 

« Ce ne sont pas seulement les tirs expérimentaux de missiles iraniens qui mobilisent l’administration américaine, mais l’annonce de grands projets d’infrastructures lancés en partenariat avec la Chine et la Russie : le projet de canal entre la mer Caspienne et le Golfe ou la mer d’Oman qui permettrait aux navires russes d’accéder aux « mers chaudes » ; et surtout celui dit de la « Nouvelle route de la soie » (terrestre et maritime) proposée par le président chinois Xi Jinping. L’arrivée en gare de Téhéran d’un train de marchandises parti de Chineà 10 400 km – préfigure ce que pourrait être la modernisation de la voie ferrée reliant les deux pays, via le Kazakhstan et le Turkménistan (plutôt que de dilapider leurs ressources, et leurs forces productives, en guerres militaires destructrices de valeurs, la Chine, l’Iran et la Russie mènent une guerre économique et commerciale dans cette région du globe et cela n’a rien à voir avec les divisions tribales entre sunnites-chiites-alaouites-salafistes-wahhabite-État islamique – ridicule et anachronique – dans lesquels les capitalistes occidentaux se font enfariner par les grandes corporations pétrolières mondiales. NDLR)

 

Pour Washington, le partenariat stratégique entre la Chine, la Russie et l’Iran, qui se développe au sein du Club de Shanghai, est un cauchemar géopolitique. Le 30 mars, Ali Khamenei a ajouté que les ennemis de la révolution islamique iranienne «usent du dialogue, des échanges économiques, des sanctions, des menaces militaires ou tout autre moyen pour faire avancer leurs objectifs ». Ils renforcent en permanence «leur capacité militaire et balistique ; comment donc pourrait-on dire dans un tel contexte que l’ère des missiles est révolue ?» (La lucidité souffle du Moyen-Orient messieurs les experts occidentaux. L’Iran, dirigé par des milliardaires lucides et vénaux, est dangereux pour la paix mondiale, mais beaucoup moins que les É.-U. et l’Union européenne dirigés par des saltimbanques machiavéliques, stupides et réactionnaires. NDLR). 

 

« Revenant, sans le nommer, au twitte de Rafsandjani, l’ayatollah Khamenei a martelé : «Si de tels propos sont dits par ignorance, c’est un problème, mais si c’est dit sciemment, c’est de la trahison». On ne peut mieux dire. »

 

Il faut se rappeler que les guerres économiques, politiques, diplomatiques, et idéologiques précèdent toujours la guerre militaire. Les propos bien sentis de ces hommes politiques iraniens – sur la ligne de front pour détruire les foyers terroristes allumés par les États terroristes occidentaux – permettent d’éclairer les véritables enjeux sous-jacents aux petits attentats terroristes qui monopolisent l’attention des médias « mainstream » et de la go-gauche occidentale, pendant que la troisième guerre mondiale qui coutera bien davantage que quelques centaines de vies (50 millions de morts au cours de la Seconde Guerre mondiale) dont les puissances impérialistes sont les premières responsables. Prolétaires de la terre vous voulez vous débarrasser du terrorisme ? Débarrassez-vous des terroristes à la tête des États terroristes occidentaux.

 

Commentaires Robert Bibeau. Producteur http://www.les7duquebec.com/7-au-front/liran-et-la-route-de-la-soie-chinoise-le-cauchemar-americain/

 

(1) Source : Par Gilles Munier 4.4.2016 /URL : http://www.france-irak-actualite.com/2016/04/l-iran-et-la-route-de-la-soie-cauchemar-us.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *