L’Iran, le crédit qui désunit la fratrie occidentale

La France « souveraine »

This article is available on this webmagazine in English-Italian-Spanish-Portuguese:
4.09.2019-iRAN-eNGLISH-iTALIAN-sPANISH-pORTUGUESE

 

Le gouvernement français aime jouer les intermédiaires au nom du grand capital européen. Les discussions entre Paris et Téhéran sur une ligne de crédit sont en cours. Une ligne de crédit de 15 milliards de dollars US, que la France dit vouloir lancer pour que l’Iran puisse exercer son droit de commercer, ce que lui renient les sanctions américaines illégales du point de vue international.

 

Ce n’est pas le moindre des paradoxes qui caractérisent les amitiés particulières qui enchainent les puissances occidentales à leur suzerain en déclin. Sans honte aucune, le valet français admettait devant la presse internationale que : « Les discussions avec l’Iran sur une ligne de crédit contre l’engagement de Téhéran à respecter l’accord de 2015 et d’ouvrir des négociations plus larges sont en cours et dépendront d’exemptions américaines permettant l’achat par la France du pétrole iranien, a déclaré mardi le ministre Jean-Yves Le Drian. » (1)

 

Le ministre français des Affaires étrangères s’inquiétait également de la fragilité des négociations en cours avec l’Iran et le larbin de réitérer les trois points d’achoppement de ces précaires pourparlers : « 1) des discussions sur une ligne de crédit toujours en cours, contre le retour au PAGC [nom de l’accord de 2015, NDLR] par l’Iran; 2) la sécurité dans le golfe Persique; 3) l’ouverture de négociations sur la sécurité régionale et l’après-2025 » (…) « Tout cela suppose que le président américain Donald Trump pose des ‘waivers’, des exemptions, permettant l’achat de pétrole iranien par la France souveraine » (sic) a déclaré sans honte le ministre français des Affaires étrangères, lors d’une rencontre avec l’association de la presse diplomatique, à Paris. (2)

 

L’Iran impose son agenda

 

Reprenons chacune de ces « exigences » françaises envers l’Iran : discussions sur une ligne de crédit « Paix contre pétrole ». Nonobstant le cynisme de cette demande, voici un aveu de soumission du vassal français vis-à-vis son suzerain! Qu’une puissance impérialiste de la taille de la France avoue la nécessité d’obtenir l’agrément de son banquier, outre Atlantique, pour commercer avec un fournisseur, expose l’asservissement du capital français au dollar tout puissant (pour le moment). Paradoxalement, cet aveu de soumission soulève une menace contre la monnaie américaine hégémonique. Nulle puissance impérialiste de la taille de la France ne peut être astreinte à œuvrer à l’encontre de ses intérêts vitaux. La pression que le gouvernement étatsunien exerce, via le dollar US, sur ses partenaires, sur ses alliés, et sur ses concurrents, ne peut que nourrir la fronde antiyankee, fragiliser l’Alliance atlantique, et in fine, ne peut que pousser les alliés dans les bras du dauphin chinois.

 

En bon laquais, le ministre français Le Drian reprend la fadaise américaine à propos de « rétablir la sécurité dans le golfe Persique ». Ce second point de négociation est particulièrement cynique de la part du loup occidental qui crie « aux loups », après avoir mis la région à feu et à sang en envahissant l’Afghanistan (2001), puis l’Irak (20 mars 2003), puis la Syrie (2011) via ses mercenaires terroristes de l’EI. Trois invasions qui, disons-le, se sont soldées par des défaites occidentales. La guerre et l’insécurité seraient faciles à éradiquer, il suffirait que les forces militaires d’occupation étrangères se retirent de la région (ce qui inclut les forces militaires russes et chinoises d’intervention).

 

De fait, cette « exigence » du ministre français des Affaires étrangères constitue un aveu de la défaite occidentale dans le bras de fer amorcé en juillet dernier avec la saisie par le Royaume-Uni du pétrolier iranien Grace 1 au large de Gibraltar (3). Nous ne pensons pas que le gouvernement iranien devrait s’offusquer de cette duplicité française. Le gouvernement iranien bénéficiera de la diminution des tensions, tout comme les peuples de la région.

 

L’accord du PAGC

 

Enfin, Le Drian propose l’ouverture de négociation pour l’après 2025 (4). L’année butoir pour la fin du PAGC (nom de l’accord entre les 6 puissances impérialistes et l’Iran), contredisant en cela le fanfaron Macron qui à l’occasion du Sommet du G7 affirmait : « La France veut tout faire pour sauver l’accord nucléaire et être médiateur afin d’apaiser les tensions entre l’Iran et les États-Unis et nous reconnaissons que les positions de mon gouvernement envers l’Iran sont sur la même longueur d’onde que celles des Américains. » (5)

 

Une façon pour le grand capital français de dire une chose et son contraire. En effet, la France non seulement ne répudie pas l’accord PAGC, comme le lui demande les USA, mais elle envisage même leur prolongation après 2025, ce qui constitue une bravade à l’encontre de son suzerain, ce que le capital français ne saurait oser sans l’accord des principales puissances impériales européennes qui, dans ce salmigondis, laissent le ministre des Affaires étrangères de l’Union mener la fronde (avec l’accord d’une faction du capital américain) qui cherche en secret le moyen de se sortir de ce pétrin avant que l’ouragan de la dévaluation du dollar et de la dépression économique (de force 6) ne frappe les continents américains et européens.

 

La classe prolétarienne mondiale n’a rien à faire dans cette guerre interimpérialiste. Il lui suffit d’en comprendre les mécanismes et les enjeux, de se tenir coi, et d’attendre que les capitalistes hégémoniques abattent leurs cartes, alors il nous faudra trancher la question de la succession (!)

 


Notes

 

  1. https://www.presstv.com/DetailFr/2019/09/03/605249/France-Iran-Trump-Macron-Etats-Unis-JCPOA-sanctions-missiles-accord-nucleaire-ligne-de-credit
  2. https://www.presstv.com/DetailFr/2019/09/03/605249/France-Iran-Trump-Macron-Etats-Unis-JCPOA-sanctions-missiles-accord-nucleaire-ligne-de-credit
  3. https://www.france24.com/fr/20190816-gibraltar-petrolier-iranien-grace-1-autorisation-partir
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_de_Vienne_sur_le_nucl%C3%A9aire_iranien
  5. https://www.presstv.com/DetailFr/2019/09/03/605249/France-Iran-Trump-Macron-Etats-Unis-JCPOA-sanctions-missiles-accord-nucleaire-ligne-de-credit

 

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

7 pensées sur “L’Iran, le crédit qui désunit la fratrie occidentale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *