Lire Mein Kampf II: Hitler économiste

Du plus grand des mensonges, l’on croit toujours une certaine partie.
Adolf Hitler

.

YSENGRIMUS   Donc ça y est, Mein Kampf vient de tomber domaine public. On va conséquemment amplement en parler, comme si cette patente de domaine public changeait tant de choses (notons qu’en fait il est déjà parfaitement possible de le lire en v.f. en ligne). Battage, battage. Le plus atterrant dans tout ce battage, c’est que, propensions fachosphériques obligent, il semble qu’il faille encore jeter un regard critique sur ce texte crucialement pestilentiel. Allons-y donc, hein, texte en main. Devoir sociétal, quand tu nous tiens. Il faut assumer toutes les dimensions de la fonction d’intellectuel, j’imagine, même celles qui nous obligent à jouer les éboueurs de l’histoire.

Voir aussi:
Lire Mein Kampf I: Principes généraux
Lire Mein Kampf III: racialisme, antisémitisme, marxisme et sionisme

.

Lire Mein Kampf II: Hitler économiste

On nous bassine amplement, par les temps qui courent, avec l’énormité sidérante selon laquelle Adolf Hitler serait un grand économiste. On va donc regarder un petit peu ça à la lumière des indications très explicites que le fondateur du parti nazi nous donne sur sa compréhension des réalités économiques de son temps et de tous les temps, dans Mein Kampf. L’économie des civilisations agraires traditionnelles, selon notre orateur, repose fondamentalement et principiellement sur la hiérarchie (soi-disant) naturelle des races et sur la sujétion des hommes inférieurs par les hommes supérieurs.

L’exemple le plus probant de ce fait nous est donné par la race dépositaire du développement de la civilisation humaine, c’est-à-dire par les Aryens. Sitôt que le destin les met en présence de circonstances particulières, ils commencent à développer sur un rythme de plus en plus rapide les facultés qui étaient en eux et à les couler dans des moules leur donnant des formes tangibles. Les civilisations qu’ils fondent dans de pareils cas sont presque toujours nettement conditionnées par le sol, le climat et les hommes qu’ils ont soumis. Ce dernier élément est d’ailleurs le plus décisif. Plus les conditions techniques dont dépend la manifestation d’une civilisation sont primitives, plus est nécessaire la présence d’une main-d’œuvre humaine, qui, organisée et utilisée, doit remplacer la force des machines. Sans la possibilité qui fut offerte à l’Aryen d’employer des hommes de race inférieure, il n’aurait jamais pu faire les premiers pas sur la route qui devait le conduire à la civilisation; de même que sans le concours de quelques animaux adéquats, qu’il sut domestiquer, il ne serait pas devenu maître d’une technique qui lui permet actuellement de se passer peu à peu de ces animaux. […] C’est ainsi que la présence d’hommes de race inférieure fut une condition primordiale pour la formation de civilisations supérieures; ils compensaient la pénurie de ressources matérielles sans lesquelles on ne peut concevoir la possibilité d’un progrès. Il est certain que la première civilisation humaine s’appuya moins sur l’animal domestiqué que sur l’emploi d’hommes de race inférieure. Ce fut seulement après la réduction en esclavage de races vaincues qu’un sort semblable atteignit les animaux, et non pas inversement, comme certains peuvent le croire. Car ce fut d’abord le vaincu qui fut mis devant la charrue; le cheval ne vint qu’après. Il faut être un fou de pacifiste pour se représenter ce fait comme un signe de dégradation humaine; il ne s’aperçoit pas que cette évolution devait avoir lieu pour arriver au degré de civilisation dont ces apôtres profitent pour débiter leurs boniments de charlatans. […] Ce ne fut pas par hasard que les premières civilisations naquirent là où l’Aryen rencontra des peuples inférieurs, les subjugua et les soumit à sa volonté. Ils furent le premier instrument technique au service d’une civilisation naissante. (p. 154)

Esclavagisme, guerres d’asservissement et supériorité raciale sont donc, dans l’économie politique hitlérienne, les forces motrices de la production… non pas des biens matériels mais de rien de moins que de la civilisation même. D’ailleurs, en plus, l’économie n’est pas le moteur de l’histoire, hein. Le moteur de l’histoire, on le sait déjà, c’est le sang qui le dicte (Si l’on vient à comprendre que le point de vue économique ne se trouve qu’au deuxième ou au troisième plan, et que le premier rôle est tenu par les facteurs politiques et moraux et le facteur «sang», alors seulement il sera possible de saisir la cause des malheurs actuels et, par suite, de trouver le moyen et le chemin de la guérison. p. 80). Le sang et les facteurs politique et moraux sont le moteur de l’histoire. Attendu cet héritage pseudo-historique, le politicien contemporain devra donc extirper la classe ouvrière de son (soi-disant) fantasme de lutte des classes et la tirer, aux bras, vers les vraies valeurs nationales subjectives, personnalistes, idéales et émotives, les seules valides aux vues de l’orateur (Le réservoir dans lequel notre mouvement devra puiser en premier lieu sera donc la masse de nos ouvriers. Cette masse, il s’agit de l’arracher à l’utopie internationaliste, à sa détresse sociale, de la sortir de son indigence culturelle et d’en faire un élément décidé, valeureux, animé de sentiments nationaux et d’une volonté nationale, de notre communauté populaire. (p. 178). Pas de lutte des classes, donc, papa a dit… Tous unis dans la vieillotte économie corporative de la languissante tradition de la petite manufacture facho.

Ce qui aujourd’hui pousse au combat des millions d’hommes doit, un jour, trouver sa solution dans les chambres professionnelles et dans le Parlement économique central. Avec eux, entrepreneurs et ouvriers ne doivent plus lutter les uns contre les autres dans la lutte des salaires et des tarifs —ce qui est très dommageable à l’existence économique de tous deux— mais ils doivent résoudre ce problème en commun pour le bien de la communauté populaire et de l’État, dont l’idée doit briller en lettres étincelantes au-dessus de tout. (p. 309)

Je sais pas trop ce que peut signifier, surtout chez un politicien de l’extrême-droite antiparlementaire, un parlement économique central mais je sais par contre que l’ensemble du programme nationaliste socio-économiquement rétrograde plombe solidement tous les éléments d’analyse économique que Hitler en arrive à hasarder. Mécaniste et subjectiviste, il prend la chose de fort haut et oppose économie et idéal, dans la subjectivité/personnalité des masses. Ceci posé, il mise sur le mental et l’idéologique pour minimiser la force historique de la production et de la reproduction des conditions matérielles d’existence.

Toutes les fois que la puissance politique de l’Allemagne a traversé une période ascendante, le niveau économique a aussi monté; par contre, toutes les fois que l’économie seule a occupé la vie de notre peuple et a fait sombrer les vertus idéalistes, l’État s’est effondré et a entraîné en peu de temps l’économie dans sa perte. Mais si on se demande quelles sont donc en réalité ces forces qui créent et qui conservent les États, on peut les réunir sous cette même désignation: l’esprit et la volonté de sacrifice de l’individu pour la communauté. Le fait que ces vertus n’ont rien de commun avec l’économie ressort de ce simple fait, que l’homme ne se sacrifie jamais pour celle-ci, c’est-à-dire qu’on ne meurt pas pour une affaire, mais pour un idéal. (p. 80)

L’économie hitlérienne marche sur la tête. De façon fort hargneuse, fort hautaine mais aussi fort naïve et verbale en fait, elle minimise argumentativement l’idée économique en croyant ainsi subordonner l’économique à l’idée. De surcroît, l’économie hitlérienne marche aussi du reculons. La classe sociale déterminante dans l’analyse économico-volontariste de Hitler c’est la classe sociale déterminante… du mode de production antérieur, nommément le mode de production féodal.

Tout d’abord on ne saurait trop priser la possibilité de conserver une classe paysanne saine comme base de toute la nation. Beaucoup de nos maux actuels ne sont que la conséquence du rapport faussé entre les populations urbaine et rurale. Une solide souche de petits et moyens paysans fut de tout temps la meilleure sauvegarde contre les malaises sociaux qui sont aujourd’hui les nôtres. C’est aussi la seule solution qui assure à une nation son pain quotidien dans le cadre d’une économie fermée. Industrie et commerce rétrogradent alors de leur situation prééminente et malsaine et s’articulent dans le cadre général d’une économie nationale où les besoins s’équilibreraient. Ils ne sont plus la base même, mais les auxiliaires de la subsistance de la nation. Quand leur rôle se borne à garder un juste rapport entre nos propres besoins et notre propre production dans tous les domaines, ils rendent à un certain degré la subsistance du peuple indépendante de l’étranger; ainsi ils contribuent à assurer la liberté de l’État et l’indépendance de la nation, surtout aux jours d’épreuve. (p. 72)

Valorisation du secteur agraire et rétrogradation (noter ce mot magnifique) du secteur commercial et du secteur industriel. Par-dessus le tout, le grand économiste Hitler nous ressert bien simplement le vieux brouet de la mentalité de bas de laine hyper-protectionniste des nationalismes fermés. On va pas se mettre à lui faire la morale en plus, vu que c’est de l’égoïsme racial très sereinement assumé. On théorise ici froidement la mentalité de flibustier centralisé et de pillard unilatéral que le nazisme imposera brutalement par la suite à toute l’Europe, dans les circonstances tragiques qu’on connaît. Simplement, venez plus me bassiner avec l’efficace éconogoneux nazi sur la base de tels développements sinistrement rebattus et vermoulus. C’est pas de l’efficace gestionnaire, ça. C’est du suicide collectif à l’ancienne dans des oripeaux de pirates vikings. On en a bien vu le résultat-catastrophe de toute façon… L’histoire a jugé.

Le mouvement raciste n’a pas à se faire l’avocat des autres peuples, mais à combattre pour le sien. Sinon il serait superflu, et au surplus on n’y aurait aucun droit, de dauber sur le passé. Car on agirait alors comme lui. L’ancienne politique allemande a été, du point de vue dynastique, tenue pour une injustice: la politique future ne doit pas s’inspirer davantage d’une niaise sentimentalité «raciste» cosmopolite. En particulier, nous ne sommes pas les gendarmes des «pauvres petits peuples» bien connus, mais les soldats de notre propre peuple. Cependant nous autres nationaux-socialistes nous ne devons pas nous arrêter là: le droit au sol et à la terre peut devenir un devoir, lorsqu’un grand peuple paraît voué à la ruine, à défaut d’extension. Et tout particulièrement quand il ne s’agit pas d’un quelconque petit peuple nègre, mais de l’Allemagne, mère de toute vie, mère de toute la civilisation actuelle. L’Allemagne sera une puissance mondiale, ou bien elle ne sera pas. Mais, pour devenir une puissance mondiale, elle a besoin de cette grandeur territoriale qui lui donnera, dans le présent, l’importance nécessaire et qui donnera à ses citoyens les moyens d’exister. (p. 337)

La tristement fameuse doctrine de l’espace vital allemand se donne au départ comme une posture économique de Physiocrate, sans plus. Raisonnant sommairement, comme un roitelet à l’ancienne, Hitler juge en conscience que la terre est la source de toute richesse et qu’il faut en conquérir le plus possible pour enrichir et nourrir la nation sublime. Théoriquement retardataire et nostalgique, il raisonne l’économie ouvertement et explicitement comme le faisait un conquérant féodal de jadis (Ne tenez jamais le Reich comme garanti tant qu’il n’aura pu donner, pour des siècles, à chaque rejeton de notre peuple, sa parcelle du sol. N’oubliez jamais que le droit le plus sacré en ce monde est le droit à la terre que l’on veut cultiver soi-même, et que le plus saint des sacrifices est celui du sang versé pour elle. p. 342). C’est déjà pas fort fort comme analyse économique moderne, en soi. Rien ne s’arrange en plus, quand l’orateur nous sert sa description des classes sociales…

Tout peuple considéré dans son ensemble s’articule en trois grandes classes. D’une part, un groupe extrême, composé de l’élite des citoyens est bon, doué de toutes les vertus, et par-dessus tout, est remarquable par son courage et par son esprit de sacrifice; à l’opposé, un autre groupe extrême, composé du pire rebut des hommes, est rendu exécrable par la présence en son sein de tous les instincts égoïstes et de tous les vices. Entre ces deux groupes extrêmes est la troisième classe, la grande et large classe moyenne, qui ne participe ni à l’héroïsme éclatant de la première ni à la mentalité vulgaire et criminelle de la seconde. (p. 267)

Retour en force du subjectivisme philosophique et du moralisme d’analyse. On dirait la vieille chanson de Fugain Les gentils, les méchants. Classes sociales: les abnégatifs, les égoïstes et les entre-deux. C’est les trois états féodaux revus et axiologisés à la sauce du simplisme oratoire de Hitler. Et la structure qui se doit de valoriser les abnégatifs et circonscrire les égoïstes, c’est nul autre que l’état. Passéiste classique ici aussi, Hitler voit l’état national comme le démiurge et la grande fonderie de la toute subalterne activité économique. Il est vrai qu’avec un cadre d’analyse économico-historique aussi sommaire et délirant, il n’est pas trop difficile à un tel penseur de juger, en conscience, que l’économique est comme fatalement subordonné au politique (qu’il préfère, et de loin).

Mais l’État n’a rien à faire avec une conception économique ou un développement économique déterminé! Il n’est pas la réunion de parties contractantes économiques dans un territoire précis et délimité, ayant pour but l’exécution de tâches économiques; il est l’organisation d’une communauté d’êtres vivants, pareils les uns aux autres au point de vue physique et moral, constituée pour mieux assurer leur descendance, et atteindre le but assigné à leur race par la Providence. C’est là, et là seulement, le but et le sens d’un État. L’économie n’est qu’un des nombreux moyens nécessaires à l’accomplissement de cette tâche. Elle n’est jamais ni la cause ni le but d’un État, sauf le cas où ce dernier repose a priori sur une base fausse, parce que contre nature. Ce n’est qu’ainsi qu’on peut expliquer le fait que l’État, en tant que tel, ne repose pas nécessairement sur une délimitation territoriale. Cette condition ne deviendra nécessaire que chez les peuples qui veulent assurer par leurs propres moyens la subsistance de leurs compagnons de race, c’est-à-dire chez ceux qui veulent mener à bien la lutte pour l’existence par leur propre travail. Les peuples qui ont la faculté de se glisser comme des parasites dans l’humanité, afin de faire travailler les autres pour eux sous différents prétextes, peuvent former des États sans que le moindre territoire délimité leur soit propre. C’est le cas surtout pour le peuple dont le parasitisme fait souffrir toute l’humanité: le peuple juif. (pp. 78-79)

Nous reviendrons amplement —inévitablement— sur les méchants juifs, ces jokers universels de l’orateur, quand il prétend expliquer simplistement et comme imparablement pourquoi l’économie va mal. Pour le moment, ce qu’il compte de bien observer ici, c’est que le physiocrate compulsif Hitler a quand même aussi, quelque part, une conception de ce qu’est le capitalisme. Imprégnons-nous maintenant de la synthèse du capitalisme nationaliste hitlérien tel qu’en lui-même.

Quelque approfondie qu’ait été jusque-là mon attention sur le problème économique, elle s’était plus ou moins maintenue dans les limites de l’examen des questions sociales. Plus tard seulement, mon horizon s’élargit en raison de mon étude de la politique allemande à l’égard de ses alliés. Elle était en très grande partie le résultat d’une fausse appréciation de la vie économique et du manque de clarté dans la conception des principes de l’alimentation du peuple allemand dans l’avenir. Toutes ces idées reposaient dans l’idée que, dans tous les cas, le capital était uniquement le produit du travail et, par conséquent, était, comme ce dernier, modifiable par les facteurs susceptibles de favoriser ou d’entraver l’activité humaine. Donc l’importance nationale du capital résultait de ce que ce dernier dépendait de la grandeur, de la liberté et de la puissance de l’État, c’est-à-dire de la nation; et cela si exclusivement que cette dépendance devait uniquement conduire le capital à favoriser l’État et la nation par simple instinct de conservation ou par désir de se développer. Cette orientation favorable du capital à l’égard de la liberté et de l’indépendance de l’État devait le conduire à intervenir de son côté en faveur de la liberté, de la puissance et de la force, etc., de la nation. Dans ces conditions, le devoir de l’État à l’égard du capital devait être relativement simple et clair: il devait simplement veiller à ce que ce dernier restât au service de l’État et ne se figurât point être le maître de la nation. Cette position pouvait donc se maintenir entre les deux limites suivantes: d’une part, soutenir une économie nationale viable et indépendante; d’autre part, assurer les droits sociaux du travailleur. Précédemment, je n’étais pas. à même de reconnaître, avec la clarté désirable, la distinction entre ce capital proprement dit, dernier aboutissement du travail producteur, et le capital dont l’existence et la nature reposent uniquement sur la spéculation. J’en étais capable dorénavant grâce à un des professeurs du cours dont j’ai parlé, Gottfried Feder. Pour la première fois de ma vie, je conçus la distinction fondamentale entre le capital international de bourse et celui de prêt. (p. 108)

Et regardons maintenant un peu Hitler trembler, tout seul, dans ses bottes d’économiste. On va assister à une sorte d’autocritique rampante chez lui, sur cette question. Comme conscient que les fadaises rebattues qu’il débite en matière économique, dans cet ouvrage auto-justificatif qu’est Mein Kampf, risquent de ne guère tenir la route, il ressent le besoin, autodidacte insécure qu’il est en réalité, de faire une choses qu’il ne fera presque jamais d’autre part: s’expliquer par le menu sur comment il s’est attentivement instruit en matière d’économie et sur qui furent ses maîtres.

Lorsque j’entendis le premier cours de Gottfried Feder sur «la répudiation de la servitude de l’intérêt du capital», je compris immédiatement qu’il devait s’agir ici d’une vérité théorique d’une importance immense pour l’avenir du peuple allemand. La séparation tranchée du capital boursier d’avec l’économie nationale présentait la possibilité d’entrer en lutte contre l’internationalisation de l’économie allemande, sans toutefois menacer en même temps par le combat contre le capital les fondements d’une économie nationale indépendante. Je voyais beaucoup trop clairement dans le développement de l’Allemagne pour ne point savoir que la lutte la plus difficile devrait être menée non contre les peuples ennemis, mais contre le capital international. Dans le cours de Feder, je pressentais un puissant mot d’ordre pour cette lutte à venir. Et ici également, l’évolution ultérieure démontra combien juste était l’impression ressentie alors. Aujourd’hui, les malins de notre politique bourgeoise ne se moquent plus de nous; aujourd’hui, ils voient eux-mêmes, à moins d’être des menteurs conscients, que le capital international a non seulement le plus excité à la guerre, mais que précisément maintenant après la fin du combat, il ne manque pas de changer la paix en un enfer. La lutte contre la finance internationale et le capital de prêt est devenue le point le plus important de la lutte de la nation allemande pour son indépendance et sa liberté économique. (p. 110)

C’est ici que nos bassineurs vont relever la tête et aller affirmer que Hitler, grand visionnaire économiste, pressentait en 1924, les tares montantes du capitalisme international. La belle affaire! Tous les économistes, les médiocres et les journalistiques inclus, à quatre ou cinq ans du krach de 1929, s’égosillaient amplement à exposer les anfractuosités du mur vers lequel on fonçait allègrement. Et Hitler ne faisait que hurler avec eux, dans l’air du temps. Pourquoi pensez-vous qu’il cite ses sources? Pour bien nous l’avouer, qu’il n’est pas un visionnaire isolé. Plutôt que de se concentrer sur la tarte à la crème obligatoirement consensuelle de la crise du capital supra-national et de la spéculation, tournons notre attention vers la solution hitlérienne. L’écureuil ne sort pas de la roue avec ce qu’il propose. Hitler affronte le capitalisme futuriste, inconscient, téméraire, global, criminel et anarchique avec le capitalisme passéiste, nationaliste, local, arriéré, criminel, et freinant des quatre fers. La solution hitlérienne est exclusivement immobiliste. L’orateur répond ici au grand capitalisme par le petit capitalisme et c’est toujours du capitalisme. Par contre, il préfère à l’affreuse supériorité des extorqueurs mondiaux en émergence, la si belle supériorité allemande du bon vieux temps (On peut désigner comme la principale de ces supériorités le fait que le peuple allemand, parmi presque tous les autres peuples européens, essayait toujours de conserver au maximum le caractère national de son système économique, et, malgré de mauvais et fâcheux symptômes, se soumettait encore moins que les autres au contrôle de la finance internationale. p. 145). Encore une fois: la belle affaire. C’est pas un visionnaire, ça. C’est un réactionnaire, sans plus. Et, redisons-le, c’est toujours du capitalisme, de l’exploitation, de la brutalité, du profit, de l’extorsion de classe avec par-dessus le tas, un fort et indigeste badigeon de guerre territoriale physiocrate en gestation. National-socialisme? National-capitalisme, oui. Capitalisme national, en fait, pour tout dire. Je vous en supplie, lisons.

Voici ce qu’il conviendrait de dire au point de vue économique. L’extraordinaire accroissement de la population allemande avant la guerre mit la question de la production du pain quotidien au premier plan de toute préoccupation et de toute action politique et économique, et ceci sous une forme de plus en plus aiguë. Malheureusement, il ne fut pas possible de se décider à la seule solution qui fût bonne: on crut pouvoir atteindre le but par des moyens moins onéreux. Renoncer à gagner de nouveaux territoires et rêver, en compensation, d’une conquête économique mondiale, ceci devait conduire, en dernière analyse, à une industrialisation tout aussi démesurée que nuisible. La première conséquence —et de la plus haute importance— de cette conception, fut l’affaiblissement de la condition des paysans. Dans la mesure même de ce recul, croissait de jour en jour le prolétariat des grandes villes jusqu’à ce que l’équilibre se trouvât enfin complètement rompu. Dès lors apparut aussi la séparation brutale entre riches et pauvres. Le superflu et la misère vécurent si près l’un de l’autre que les suites de cet état ne pouvaient et ne devaient en être que fort tristes. Détresse et chômage commencèrent à se jouer des hommes, ne laissant que des souvenirs de mécontentement et d’amertume: le résultat fut, semble-t-il, la coupure politique entre les classes. Malgré l’épanouissement économique, le découragement se fit plus grand et plus profond, et il atteignit un tel degré que chacun se persuada «que cela ne pouvait plus durer longtemps ainsi» sans que les hommes se soient représenté de façon précise ce qui aurait pu se produire, ce qu’ils feraient ou ce qu’ils pourraient faire. C’étaient les signes typiques d’un profond mécontentement qui cherchaient ainsi à s’exprimer. Pires étaient pourtant d’autres phénomènes, issus des premiers et auxquels donnait naissance la prépondérance du point de vue économique dans la nation. Dans la même mesure où l’économique monta au rang de maîtresse et de régulatrice de l’État, l’argent devint le dieu que tout devait servir et devant qui tout devait s’incliner. De plus en plus, les dieux célestes furent mis de côté, comme si, vieillis, ils avaient fait leur temps et, à leur place, l’idole Mammon huma les fumées de l’encens. Un abâtardissement vraiment désastreux se produisit alors; il était surtout désastreux de ce fait qu’il se manifestait à un moment où la nation pouvait avoir plus besoin que jamais d’une mentalité sublime jusqu’à l’héroïsme, à une heure qui paraissait menaçante et critique. L’Allemagne devait se tenir prête, un jour ou l’autre, à répondre avec l’épée de son essai de s’assurer de son pain quotidien par la voie «d’un travail pacifique et d’ordre économique». Le règne de l’argent fut malheureusement ratifié par l’autorité qui aurait dû le plus se dresser contre lui: Sa Majesté l’Empereur eut un geste malheureux quand il attira la noblesse, en particulier, sous la bannière de la finance. Certes, il faut lui tenir compte de ce que même Bismarck n’avait pas reconnu le danger menaçant sur ce point. Mais ainsi les vertus élevées le cédaient en fait à la valeur de l’argent, car il était clair qu’une fois engagée dans cette voie, la noblesse du sang devrait céder la place à la noblesse financière. Les opérations financières réussissent plus facilement que les batailles. Il n’était, dans ces conditions, plus engageant pour le véritable héros ou pour l’homme d’État de se trouver mis en rapport avec le premier venu des Juifs de banque: l’homme vraiment méritant ne pouvait attribuer aucun intérêt à se voir décerner des décorations à bon marché, et ne pouvait que décliner en remerciant. Mais, au point de vue du sang, cette évolution était profondément triste: la noblesse perdit de plus en plus la raison d’être «raciste» de son existence, et aurait mérité plutôt, pour la majorité de ses membres, la dénomination de «non-noblesse». Un phénomène important de dissolution économique fut le lent dégagement des droits de propriété personnelle et l’évasion progressive de l’économie générale vers la propriété des sociétés par action. L’aliénation de la propriété, vis-à-vis du salarié, atteignit des proportions démesurées. La bourse commença à triompher et se mit, lentement, mais sûrement, à prendre la vie de la nation sous sa protection et sous son contrôle. L’internationalisation de la fortune allemande avait été déjà mise en train par le détour de l’usage des actions. À vrai dire, une partie de l’industrie allemande essayait encore, avec un esprit de décision, de se protéger contre cette destinée, mais elle finit par succomber, victime de l’attaque combinée de ce système de capitalisme envahisseur qui menait ce combat avec l’aide toute spéciale de son associé le plus fidèle, le mouvement marxiste. La guerre persistante contre «l’industrie lourde» fut le début manifeste de l’internationalisation tentée par le marxisme de l’économie allemande, qui ne put être complètement détruite que par la victoire obtenue par ce marxisme pendant la révolution [allemande républicaine de 1918-1919]. Pendant que j’écris ceci, l’attaque générale contre le réseau ferré d’État allemand vient à la fin de réussir: ce réseau est désormais passé aux mains de la finance internationale. De ce fait, la Social-démocratie «internationale» a atteint l’un de ses buts les plus importants. À quel point fut réalisé cet émiettement économique du peuple allemand, ressort avec une clarté particulière de ceci: à la fin de la guerre l’un des dirigeants de l’industrie, et surtout du commerce allemand, put émettre l’opinion que les forces économiques, en elles-mêmes, étaient seules en mesure de produire une remise sur pied de l’Allemagne. C’est au moment même où la France, pour obvier à cette erreur, prenait le plus grand soin à faire de nouveau reposer, sur la base des humanités, les programmes de ses établissements d’enseignement, que fut débitée cette insanité selon laquelle la nation et l’État devraient leur persistance aux causes économiques et non pas aux biens immortels d’un idéal. (pp. 121-122)

Nous reviendrons amplement sur le marxisme comme soi-disant allié de la finance internationale. Constatons surtout pour le moment que ce développement synthèse de l’orateur est un morceau de bravoure descriptive de la vision nostalgique du capitalisme post-nobiliaire allemand. On nous y expose la lutte du national contre l’international sans sortie aucune de l’enceinte capitaliste. Et après ce bien prévisible tableau économique, Hitler nous sert le programme économique, celui, bien évidemment, se proposant de restaurer la gloire perdue sous d’autres formes, notamment en remettant en place une version revampée de la vieille corporation médiévale.

La corporation nazi [version nazie des syndicats ouvriers] n’est pas un organe de lutte de classe, mais un organe de représentation professionnelle. L’État nazi ne connaît aucune «classe», mais, au point de vue politique seulement, des bourgeois avec des droits complètement égaux et, en conséquence, avec les mêmes devoirs généraux, et, à côté de cela, des ressortissants de l’État qui, au point de vue politique, ne possèdent absolument aucun droit. La corporation au sens nazi n’a pas la mission, grâce au groupement de certains hommes, de les transformer peu à peu en une classe, pour accepter ensuite le combat contre d’autres formations, semblablement organisées à l’intérieur de la communauté populaire. Cette mission, nous ne pouvons pas l’attribuer principalement à la corporation, mais on la lui a accordée au moment où elle devint l’instrument de combat du marxisme. La corporation n’est pas en elle-même synonyme de «lutte des classes», mais c’est le marxisme qui a fait d’elle un instrument pour sa lutte de classes. Il créa l’arme économique que le monde juif international emploie pour la destruction des bases économiques des États nationaux libres et indépendants, pour l’anéantissement de leur industrie nationale et de leur commerce national, et grâce à cela, pour l’esclavage des peuples libres au service de la finance juive mondiale au-dessus des États. (p. 308)

Eh oui, pirouette ultime, vide théorique d’entre les vides théoriques, on le sent de plus en plus, les juifs débarquent dans l’économie hitlérienne. Comme on occulte la lutte des classes, masque la crise interne du capitalisme, s’insurge contre la mondialisation et le déclin des nationalités, cultive à fond la nostalgie paysanne et le bellicisme territorialiste… comme on n’explique pas ce qui se passe vraiment, en fait, on mobilise derechef le bouc émissaire, ce passe-partout commode, cette clefs de lecture formaliste imparable de toutes les frustrations déguenillées. Serpent de mer, revenu en vogue, les juifs contrôlent soi-disant la finance internationale. Mais saviez-vous que si les travailleurs allemands de 1924 ont le dédain du sain travail manuel aryen, c’est aussi la faute aux franco-juifs?

Si l’on pouvait supporter autrefois une journée de travail de quatorze ou quinze heures, on ne pouvait plus y résister à une époque où chaque minute est utilisée à l’extrême. Cet absurde transfert de l’ancienne durée du travail dans la nouvelle industrie fut fatal à deux points de vue: il ruina la santé des ouvriers et détruisit leur foi en un droit supérieur. À ces inconvénients vint s’ajouter, d’une part, la lamentable insuffisance des salaires et, de l’autre, la situation bien meilleure des employeurs qui n’en était que plus frappante. À la campagne, il ne pouvait pas y avoir de question sociale, parce que maître et valet se livraient au même travail et surtout mangeaient au même plat. Mais, là aussi, il y eut du changement. La séparation entre l’employeur et l’employé paraît accomplie aujourd’hui dans tous les domaines. Combien, à ce point de vue, l’enjuivement de notre peuple a fait de progrès, on s’en aperçoit au peu d’estime, sinon au mépris que l’on a pour le travail manuel. Cela n’est pas allemand. C’est seulement la francisation de notre vie sociale, qui a été en réalité un enjuivement, qui a transformé l’estime où nous tenions autrefois les métiers manuels en un certain mépris pour tout travail corporel. Ainsi est née une nouvelle classe très peu considérée… (p. 166)

Et si la subversion révolutionnaire s’installe historiquement dans le prolétariat, c’est pas la faute aux contradictions motrices du capitalisme comme déploiement objectif. Non, non, non, c’est un coup anti-nationaliste de la juiverie. Car

le Juif, plus malin, prend en mains la cause des opprimés. Il devient peu à peu le chef du mouvement ouvrier et cela d’autant plus allègrement qu’il n’a pas sérieusement l’intention de remédier réellement aux injustices sociales, mais qu’il vise uniquement à créer progressivement un corps de combattants dans la lutte économique, qui lui seront aveuglément dévoués et qui détruiront l’indépendance de l’économie nationale. Car, si la conduite d’une politique sociale saine doit prendre pour points de direction, d’une part le maintien de la santé du peuple, de l’autre la défense d’une économie nationale indépendante, non seulement ces deux considérations laissent le Juif tout à fait indifférent, mais le but de sa vie est d’en débarrasser sa route. Il ne désire pas maintenir l’indépendance de l’économie nationale, mais la supprimer. Aussi ne se fait-il pas scrupule d’élever, comme chef du mouvement ouvrier, des exigences qui non seulement dépassent le but, mais auxquelles il serait impossible de satisfaire ou bien qui amèneraient la ruine de l’économie nationale. Il veut avoir devant lui une génération d’hommes non pas sains et solides, mais un troupeau dégénéré et prêt à subir le joug. (p. 168)

Et, par le biais de la jérémiade en ritournelle de la menace ourdie contre l’économie nationale allemande par les luttes ouvrières, nous voici une fois de plus aspirés dans le vortex grondant de la catégorie centrale de tous les hitlérismes, celui de Hitler comme celui de nos petits minus de fachosphériques contemporains: antisémitisme, racisme, racialisme, sionisme, blablabla, y en a marre.

Voir aussi:
Lire Mein Kampf I: Principes généraux
Lire Mein Kampf III: racialisme, antisémitisme, marxisme et sionisme

.

avatar

Ysengrimus

Voir ici:

http://ysengrimus.wordpress.com/about/

4 pensées sur “Lire Mein Kampf II: Hitler économiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *