Lire Mein Kampf III: racialisme, antisémitisme, marxisme et sionisme

Du plus grand des mensonges, l’on croit toujours une certaine partie.
Adolf Hitler

.

YSENGRIMUS   Donc ça y est, Mein Kampf vient de tomber domaine public. On va conséquemment amplement en parler, comme si cette patente de domaine public changeait tant de choses (notons qu’en fait il est déjà parfaitement possible de le lire en v.f. en ligne). Battage, battage. Le plus atterrant dans tout ce battage, c’est que, propensions fachosphériques obligent, il semble qu’il faille encore jeter un regard critique sur ce texte crucialement pestilentiel. Allons-y donc, hein, texte en main. Devoir sociétal, quand tu nous tiens. Il faut assumer toutes les dimensions de la fonction d’intellectuel, j’imagine, même celles qui nous obligent à jouer les éboueurs de l’histoire.

Voir aussi:
Lire Mein Kampf I: Principes généraux
Lire Mein Kampf II: Hitler économiste

.

Lire Mein Kampf III: racialisme, antisémitisme, marxisme et sionisme

Hitler est ouvertement raciste et il préconise la mise en place d’un état raciste au service exclusif du peuple allemand, qu’il considère supérieur (En raciste qui se base sur la race pour estimer la valeur du matériel humain, je n’ai pas le droit de lier le sort de mon peuple à celui des soi-disant «nations opprimées», connaissant déjà leur infériorité raciale. p 339). Sur ce point, pas besoin de faire un dessin. Mais, comme on le découvre vu qu’il s’en explique amplement et pesamment, il est raciste parce que, plus fondamentalement, il est racialiste. Il organise sa vision du tout de la réalité humaine sur la base d’une axiomatique de hiérarchie des races.

.

Racialisme

Le racialisme hitlérien se réclame d’abord et avant tout d’une sorte de priorité méthodologique en matière de compréhension de la réalité sociale allemande (La nation allemande ne pourra plus s’élever de nouveau, si l’on n’envisage pas résolument le problème de la race, et par suite la question juive. p. 177). Cette conception fermement assertée et ouvertement non étayée se donne comme aspirant à rien de moins que la mise en place d’un âge racialement meilleur (Il appartiendra aux conceptions racistes mises en œuvre dans l’État raciste de faire naître cet âge meilleur: les hommes ne s’attacheront plus alors à améliorer par l’élevage les espèces canines, chevalines ou félines; ils chercheront à améliorer la race humaine; à cette époque de I’histoire de l’humanité, les uns, ayant reconnu la vérité, sauront faire abnégation en silence, les autres feront le don joyeux d’eux-mêmes. p 212). Paysan dans son principe, le racialisme hitlérien prétend bel et bien appliquer la mentalité des éleveurs de chiens, de chats et de chevaux à l’intendance sociopolitique des races humaines. Le principal problème rencontré alors sera celui des soi-disant individus dégénérés.

Si, pendant six cents ans, les individus dégénérés physiquement ou souffrant de maladies mentales étaient mis hors d’état d’engendrer, l’humanité serait délivrée de maux d’une gravité incommensurable; elle jouirait d’une santé dont on peut aujourd’hui se faire difficilement une idée. En favorisant consciemment et systématiquement la fécondité des éléments les plus robustes de notre peuple, on obtiendra une race dont le rôle sera, du moins tout d’abord, d’éliminer les germes de la décadence physique et, par suite, morale, dont nous souffrons aujourd’hui. Car, lorsqu’un peuple et un État se seront engagés dans cette voie, on se préoccupera tout naturellement de développer la valeur de ce qui constitue la moelle la plus précieuse de la race et d’augmenter sa fécondité pour qu’enfin toute la nation participe à ce bien suprême: une race obtenue selon les règles de l’eugénisme. (pp. 211-212)

Traitant littéralement ses compatriotes comme des chevaux, des ânes ou des mulets, Hitler se prononce très ouvertement pour l’eugénisme et contre le mélange des races, dans lequel il voit tous les défauts du monde agricole survenir, y compris la stérilité.

La nature corrige d’ordinaire par des dispositions appropriées l’effet des mélanges qui altèrent la pureté des races humaines. Elle se montre peu favorable aux métis. Les premiers produits de ces croisements ont durement à souffrir, parfois jusqu’à la troisième, quatrième et cinquième génération. Ce qui faisait la valeur de l’élément primitif supérieur participant au croisement, leur est refusé; en outre, le défaut d’unité de sang implique la discordance des volontés et des énergies vitales. Dans tous les moments critiques où l’homme de race pure prend des décisions sages et cohérentes, le sang-mêlé perd la tête ou ne prend que des demi-mesures. Le résultat, c’est que ce dernier se laisse dominer par l’homme de sang pur et que, dans la pratique, il est exposé à une disparition plus rapide. Dans des circonstances où la race résiste victorieusement, le métis succombe; on pourrait citer de ce fait d’innombrables exemples. C’est là que l’on peut voir la correction apportée par la nature. Mais il lui arrive souvent d’aller encore plus loin; elle met des limites à la reproduction; elle rend stériles les croisements multipliés et les fait ainsi disparaître. (p. 209)

Toujours comme dans l’élevage (tel que fantasmé par Hitler), les mélanges de races sont tout simplement à soigneusement éviter. L’aspiration fondamentale du purisme racial hitlérien est, une fois de plus, rétrograde, nostalgique. Il s’agit de retrouver la mythique race supérieure d’origine, fondatrice de toute civilisation: l’aryen.

Ce serait une vaine entreprise que de discuter sur le point de savoir quelle race ou quelles races ont primitivement été dépositaires de la civilisation humaine et ont, par suite, réellement fondé ce que nous entendons par humanité. Il est plus simple de se poser la question en ce qui concerne le présent et, sur ce point, la réponse est facile et claire. Tout ce que nous avons aujourd’hui devant nous de civilisation humaine, de produits de l’art, de la science et de la technique est presque exclusivement le fruit de l’activité créatrice des Aryens. Ce fait permet de conclure par réciproque, et non sans raison, qu’ils ont été seuls les fondateurs d’une humanité supérieure et, par suite, qu’ils représentent le type primitif de ce que nous entendons sous le nom d’«homme». L’Aryen est le Prométhée de l’humanité; l’étincelle divine du génie a de tout temps jailli de son front lumineux; il a toujours allumé à nouveau ce feu qui, sous la forme de la connaissance, éclairait la nuit recouvrant les mystères obstinément muets et montrait ainsi à l’homme le chemin qu’il devait gravir pour devenir le maître des autres êtres vivant sur cette terre. Si on le faisait disparaître, une profonde obscurité descendrait sur la terre; en quelques siècles, la civilisation humaine s’évanouirait et le monde deviendrait un désert. Si l’on répartissait l’humanité en trois espèces: celle qui a créé la civilisation, celle qui en a conservé le dépôt et celle qui l’a détruit, il n’y aurait que l’Aryen qu’on pût citer comme représentant de la première. Il a établi les fondations et le gros œuvre de toutes les créations humaines et, seuls, leur aspect et leur coloration ont dépendu des caractères particuliers des différents peuples. Il fournit les puissantes pierres de taille et le plan de tous les édifices du progrès humain et, seule, l’exécution répond à l’esprit propre à chaque race. Par exemple, dans quelques dizaines d’années, tout l’Est de l’Asie pourra nommer sienne une civilisation dont la base fondamentale sera aussi bien l’esprit grec et la technique allemande qu’elle l’est chez nous. Seul son aspect extérieur portera, en partie du moins, les traits de l’inspiration asiatique. Le Japon n’ajoute pas seulement, comme certains le croient, à sa civilisation la technique européenne; au contraire, la science et la technique européennes sont intimement unies à ce qui constitue les traits particuliers de la civilisation japonaise. La base fondamentale de la vie n’est plus la civilisation japonaise originale, quoique celle-ci donne à cette vie sa coloration particulière —cet aspect extérieur frappant particulièrement les yeux des Européens par suite de différences fondamentales— mais bien le puissant travail scientifique et technique de l’Europe et de l’Amérique, c’est-à-dire de peuples aryens. C’est en s’appuyant sur les résultats obtenus par ce travail que l’Orient peut, lui aussi, suivre la marche du progrès général de l’humanité. La lutte pour le pain quotidien a fourni la base de ce travail, a créé les armes et les instruments nécessaires; ce seront seulement les formes extérieures qui peu à peu s’adapteront au Caractère japonais. Si, à partir d’aujourd’hui, l’influence aryenne cessait de s’exercer sur le Japon, en supposant que l’Europe et l’Amérique s’effondrent, les progrès que fait le Japon dans les sciences et la technique pourraient continuer pendant quelque temps; mais, au bout de peu d’années, la source tarirait, les caractères spécifiques japonais regagneraient du terrain et sa civilisation actuelle se pétrifierait, retomberait dans le sommeil d’où l’a tirée, il y a soixante-dix ans [vers 1855], la vague de civilisation aryenne. (pp. 151-152)

L’aryen donc, civilise. Aux vues de l’orateur, il est le seul et unique à le faire. L’aryen éclaire les autres races qui coulent à pic et retombent dans le sommeil sans lui. Pas de fausse modestie ici, pas de complexe, et du simplisme historique en masse. Mais alors, le problème que déplore Hitler, et qui le fait amplement pleurnicher et se lamenter, c’est que le fond aryen de la nation allemande se perd, s’effiloche, se racotille, se dilue et, donc, se pervertit dans l’âme.

Notre peuple allemand n’a malheureusement plus pour base une race homogène. Et la fusion des éléments primitifs n’a pas fait de tels progrès qu’on puisse parler d’une race nouvelle sortie de cette fusion. En réalité, les contaminations successives qui, notamment depuis la guerre de Trente Ans [1618-1648], ont altéré le sang de notre peuple, ne l’ont pas décomposé seul, elles ont aussi agi sur notre âme. Les frontières ouvertes de notre patrie, le contact avec des corps politiques non-allemands le long des régions frontières, surtout le fort afflux de sang étranger dans l’intérieur du Reich ne laissait pas, par son renouvellement constant, le temps nécessaire pour arriver à une fusion complète. Il ne sortit pas de ce pot-bouille une race nouvelle… (p. 207)

Foutu, l’aryen d’origine donc. Lavé. Il est donc aussi très important d’observer que germaniser ou regermaniser n’est pas vraiment une chose possible, selon Hitler. En effet, comme la soi-disant base raciale n’est ni sociologique, ni ethnographique, ni linguistique, ni civique, mais biologique, ce qui est racialement perdu reste perdu. L’affaire est sans espoir et il est capital de noter que le racialisme hitlérien est avant tout cela: un désespoir. Un regret amer, frustré, hargneux. Une nostalgie prostrée et frustrée. L’orateur fulmine.

Il est lamentable de voir comment, au cours du dernier siècle, et très souvent en toute bonne foi, on a fait un usage frivole du mot: «germaniser». Je me rappelle encore combien, au temps de ma jeunesse, ce terme suggérait d’idées incroyablement fausses. On entendait alors exprimer jusque dans les milieux pangermanistes l’opinion que les Allemands d’Autriche pourraient très bien, avec le concours du gouvernement, germaniser les Slaves d’Autriche; on ne se rendait pas compte que la germanisation ne s’applique qu’au sol, jamais aux hommes. Ce qu’on entendait en général par ce mot, c’était l’usage de la langue allemande, imposé de force et publiquement pratiqué. C’est commettre une inconcevable faute de raisonnement que d’imaginer qu’il serait possible de faire un Allemand, disons d’un nègre ou d’un Chinois, en lui enseignant l’allemand et en obtenant qu’il parle désormais notre langue, peut-être même qu’il vote pour un parti politique allemand. Nos bourgeois nationaux ne voyaient pas que ce genre de germanisation était, en réalité, une dégermanisation. Car, si les différences existant entre les peuples, et qui jusqu’à présent sont évidentes et sautent aux yeux, pouvaient être atténuées et finalement effacées, en imposant par le fait du prince l’emploi d’une langue commune, cette mesure amènerait le métissage et, dans notre cas, non pas une germanisation, mais bien l’anéantissement de l’élément germanique. (p. 203)

Xénophobie cardinale, hystérie eugéniste, purisme raciste absolu, le racialisme hitlérien sacralise, éternise et universalise les vertus essentielles perdues des Germains. Négation systémique de la riche et complexe réalité du développement historique, la vision que se fait l’orateur de la race allemande en fait en tous points et de tous temps (et l’ironie du mot ne m’échappe aucunement), une race élue.

Les nations, ou plutôt les races civilisatrices, possèdent ces facultés bienfaisantes à l’état latent quand bien même les circonstances extérieures défavorables ne leur permettent pas d’agir. Aussi est-ce une incroyable injustice que de présenter les Germains des temps antérieurs au christianisme comme des hommes «sans civilisation», comme des barbares. Ils ne l’ont jamais été. C’était seulement la dureté du climat de leur habitat septentrional qui leur imposait un genre de vie qui s’opposait au développement de leurs forces créatrices. S’ils étaient, dans le monde antique, arrivés dans les régions plus clémentes du Sud et s’ils y avaient trouvé, dans le matériel humain fourni par des races inférieures, les premiers moyens techniques, la capacité à créer une civilisation qui sommeillait en eux aurait produit une floraison aussi éclatante que celle des Hellènes. Mais qu’on n’attribue pas uniquement au fait qu’ils vivaient dans un climat septentrional cette force primitive qui engendre la civilisation. Un Lapon, transporté dans le Sud, contribuerait aussi peu au développement de la civilisation que pourrait le faire un Esquimau. Non, cette splendide faculté de créer et de modeler a été justement conférée à l’Aryen, qu’elle soit latente en lui ou qu’il en fasse don à la vie qui s’éveille, suivant que des circonstances favorables le lui permettent ou qu’une nature inhospitalière l’en empêche. (p. 205)

Et c’est justement cette soi-disant mirifique pureté germanique qui, inexorablement depuis le dix-septième siècle, se perd, se brouille, s’étiole, part en quenouille. Tant et tant que

la mission des États germaniques est, avant tout, de veiller à ce que cesse absolument tout nouveau métissage. La génération des pleutres qui se sont signalés à l’attention de nos contemporains, va naturellement pousser des cris à l’énoncé de cette thèse et se plaindre, en gémissant, de ce que je porte la main sur les sacro-saints droits de I’homme. Non, l’homme n’a qu’un droit sacré et ce droit est en même temps le plus saint des devoirs, c’est de veiller à ce que son sang reste pur, pour que la conservation de ce qu’il y a de meilleur dans l’humanité rende possible un développement plus parfait de ces êtres privilégiés. Un État raciste doit donc, avant tout, faire sortir le mariage de l’abaissement où l’a plongé une continuelle adultération de la race et lui rendre la sainteté d’une institution, destinée à créer des êtres à l’image du Seigneur et non des monstres qui tiennent le milieu entre l’homme et le singe. (p. 210)

Et dans les états non-racistes, eux, la valeur intangible des races s’impose aussi, fatale, selon la petite équation formaliste du simplisme hitlérien avec laquelle nous devenons graduellement fatalement familiers. Si un peuple non-allemand (donc inférieur) marche, c’est que son commandement germanique le fait marcher. Si ce peuple non-allemand ne marche plus, c’est que son commandement de souche germanique se corrompt et/ou que le juif, corrosif et désorganisateur, prend le dessus (et ne fait rien d’utile). Le cas d’espèce le plus probant de ce dispositif en capilotade des grands peuples inférieurs serait, aux dires de notre penseur racialiste, la Russie.

Le destin même semble vouloir nous le montrer du doigt: en livrant la Russie au bolchévisme, il a ravi au peuple russe cette couche d’intellectuels, qui fonda et assuma jusqu’à ce jour son existence comme État. Car l’organisation de l’État russe ne fut point le résultat des aptitudes politiques du slavisme en Russie, mais bien plutôt un exemple remarquable de l’action, créatrice d’États, de l’élément germanique au milieu d’une race de moindre valeur. Bien des États puissants de cette terre ont été ainsi créés. Des peuples inférieurs, ayant à leur tête des organisateurs et des maîtres de race germanique, se sont souvent enflés jusqu’à devenir, à un moment donné, des États puissants, et ils le sont restés aussi longtemps que se conserva inaltéré le noyau de la race créatrice d’État. Ainsi, depuis des siècles, la Russie vivait aux dépens du noyau germanique de ses couches supérieures dirigeantes qu’on peut considérer actuellement comme extirpé et anéanti. Le Juif a pris sa place. Et tout comme le Russe est incapable de secouer le joug des Juifs par ses propres moyens, de même le Juif ne saurait, à la longue, maintenir le puissant État. Lui-même n’est pas un élément organisateur, il n’est qu’un ferment de décomposition. L’État gigantesque de l’Est est mûr pour l’effondrement. Et la fin de la domination juive en Russie sera aussi la fin de la Russie en tant qu’État. Nous avons été élus par le destin pour assister à une catastrophe, qui sera la preuve la plus solide de la justesse des théories racistes au sujet des races humaines. (p. 337)

Et cela nous amène à la grande race inférieure par excellence: le juif.

Le Juif forme le contraste le plus marquant avec l’Aryen. Il n’y a peut-être pas de peuple au monde chez lequel l’instinct de conservation ait été plus développé que chez celui qu’on appelle le peuple élu. La meilleure preuve en est le simple fait que cette race a survécu jusqu’à nous. Où est le peuple qui, dans les derniers deux mille ans, a éprouvé moins de changements dans ses dispositions intimes, son caractère, etc., que le peuple juif? Enfin quel peuple a été mêlé à de plus grandes révolutions que les Juifs? Ils sont pourtant restés les mêmes au sortir des gigantesques catastrophes qui ont éprouvé l’humanité. De quelle volonté de vivre d’une infinie ténacité, de quelle constance à maintenir l’espèce témoignent de pareils faits! Les facultés intellectuelles des Juifs se sont développées pendant ces milliers d’années. Le Juif passe aujourd’hui pour «malin», mais il le fut dans un certain sens en tous temps. Mais son intelligence n’est pas le résultat d’une évolution intérieure, elle a profité des leçons de choses que lui a données l’étranger. L’esprit humain lui-même ne peut pas parvenir à son complet épanouissement sans franchir des degrés successifs. À chaque pas qu’il fait pour s’élever, il lui faut s’appuyer sur la base que lui fournit le passé, ceci entendu dans toute la portée de l’expression, c’est-à-dire sur la base que présente la civilisation générale. Toute pensée ne provient que pour une toute petite partie de l’expérience personnelle; elle résulte pour la plus grande part des expériences accumulées dans les temps passés. Le niveau général de la civilisation pourvoit l’individu, sans qu’il y fasse le plus souvent attention, d’une telle abondance de connaissances préliminaires que, ainsi équipé, il peut plus facilement faire lui-même d’autres pas en avant. Par exemple, le jeune homme d’aujourd’hui grandit au milieu d’une telle masse de conquêtes techniques faites par les derniers siècles que ce qui restait un mystère, il y a cent ans, pour les plus grands esprits, lui paraît tout naturel et n’attire plus son attention, quoique étant de la plus grande importance pour lui, en lui permettant de suivre et de comprendre les progrès que nous avons faits dans cette direction. Si un homme de génie, ayant vécu dans les vingt premières années du siècle précédent, venait subitement à quitter son tombeau de nos jours, il aurait plus de peine à mettre son esprit au diapason du temps présent que n’en a, de nos jours, un enfant de quinze ans médiocrement doué. Il lui manquerait l’incommensurable formation préparatoire que reçoit pour ainsi dire inconsciemment un de nos contemporains pendant qu’il grandit, par l’intermédiaire des manifestations de la civilisation générale. Comme le Juif —pour des raisons qui ressortiront de ce qui suit— n’a jamais été en possession d’une civilisation qui lui fût propre, les bases de son travail intellectuel lui ont toujours été fournies par d’autres. Son intellect s’est toujours développé à l’école du monde civilisé qui l’entourait. (p. 157)

Le peuple juif est, selon l’hitlérisme, le seul peuple effectivement authentiquement historicisé… façon toute hitlérienne de bien salir le développement historique même, en laissant entendre que l’historicisation est enjuivée. Le juif est effectivement, ici, le marqueur négatif absolu. Et, en plus, pour ne rien arranger, il contamine en permanence le ci-devant sang aryen.

Qu’on se représente les ravages que la contamination par le sang juif cause quotidiennement dans notre race et que l’on réfléchisse que cet empoisonnement du sang ne pourra être guéri que dans des siècles, ou jamais, de façon à ce que notre peuple en soit indemne; qu’on réfléchisse, en outre, que cette décomposition de la race diminue, souvent même anéantit les qualités aryennes de notre peuple allemand, si bien que l’on voit décroître de plus en plus la puissance dont nous étions doués comme nation dépositaire de la civilisation et que nous courons le danger de tomber, au moins dans nos grandes villes, au niveau où se trouve aujourd’hui l’Italie du sud. Cette contamination pestilentielle de notre sang, que ne savent pas voir des centaines de milliers de nos concitoyens, est pratiquée aujourd’hui systématiquement par les Juifs. Systématiquement, ces parasites aux cheveux noirs, qui vivent aux dépens de notre peuple, souillent nos jeunes filles inexpérimentées et causent ainsi des ravages que rien en ce monde ne pourra plus compenser. (p. 289)

Le moins qu’on puisse dire c’est que, ayoye… c’est explicite (tristement, on va revenir un peu plus loin sur l’antisémitisme de l’orateur). Donc on a déjà l’aryen, l’asiatique le slave, le juif. La cinquième grande race délirée sur laquelle Hitler disserte, cette fois-ci de façon moins frontale, ce sera le nègre. Oh, tonnerre de tonnerre, l’on ne fait rien de bien précis pour les Allemands

et l’on se dédommage en prêchant avec succès la doctrine évangélique aux Hottentots et aux Cafres. Tandis que nos peuples d’Europe, à la plus grande louange et gloire de Dieu, sont rongés d’une lèpre morale et physique, le pieux missionnaire s’en va dans l’Afrique centrale et fonde des missions pour les nègres, jusqu’à ce que notre «civilisation supérieure» ait fait de ces hommes sains, bien que primitifs et arriérés, une engeance de mulâtres fainéants. Nos deux confessions chrétiennes répondraient bien mieux aux plus nobles aspirations humaines si, au lieu d’importuner les nègres avec des missions dont ils ne souhaitent ni ne peuvent comprendre l’enseignement, elles voulaient bien faire comprendre très sérieusement aux habitants de l’Europe que les ménages de mauvaise santé feraient une œuvre bien plus agréable à Dieu, s’ils avaient pitié d’un pauvre petit orphelin sain et robuste et lui tenaient lieu de père et de mère, au lieu de donner la vie à un enfant maladif qui sera pour lui-même et pour les autres une cause de malheur et d’affliction. (p. 211)

Ici la chose devient presque subtile. En un soupir fétide de condescendance coloniale, le racialisme d’Hitler passe devant son racisme. Empiriquement fasciné par les races en soi, l’orateur ne peut qu’approuver la race noire, confirmation solide et magistrale, si possible, du franc découpage en races. Noire, nette, pure, la race des humains sains bien que primitifs d’Afrique sera donc moins réprouvable en soi que ne le sera le métissage des aryens avec des noirs. C’est lui, et lui seul, qui sera un danger pour la survie de la race qui défend une éthique plus haute; car, dans un monde métissé et envahi par la descendance de nègres, toutes les conceptions humaines de beauté et de noblesse, de même que toutes les espérances en un avenir idéal de notre humanité, seraient perdues à jamais (p. 201). Le soliveau de la profonde francophobie hitlérienne baignera d’ailleurs justement dans ce miasme raciste vu que, selon Hitler,

la France est, et reste, l’ennemi que nous avons le plus à craindre. Ce peuple, qui tombe de plus en plus au niveau des nègres, met sourdement en danger, par l’appui qu’il prête aux Juifs pour atteindre leur but de domination universelle, l’existence de la race blanche en Europe. Car la contamination provoquée par l’afflux de sang nègre sur le Rhin, au cœur de l’Europe, répond aussi bien à la soif de vengeance sadique et perverse de cet ennemi héréditaire de notre peuple qu’au froid calcul du Juif, qui y voit le moyen de commencer le métissage du continent européen en son centre et, en infectant la race blanche avec le sang d’une basse humanité, de poser les fondations de sa propre domination. (p. 320)

C’est des choses comme ça qui se passent quand les quatre ou cinq races se mettent à danser leur ronde délirée sur la petite mappemonde hitlérienne. C’est que —je suis certain que je ne vous apprends pas ça— le racisme racialiste d’Hitler est très ouvertement parano et conspiro. En Europe, les juifs et les français enjuivés se servent d’afflux de nègres pour contaminer l’aryen depuis l’ouest lui, le pauvre, qui en a déjà plein les bras à tenir le slave en sujétion sur la ci-devant Marche de l’Est (Autriche-Hongrie). Cette fichue France, géant métissé d’entre les géants, est en train carrément, nous dit l’orateur, d’africaniser l’Europe!

Nous devons encore considérer en première ligne comme États géants les États-Unis, puis la Russie et la Chine. Il s’agit là de formations territoriales qui, pour partie, ont une surface plus de dix fois supérieure à celle de l’empire allemand actuel. La France même doit être comptée au nombre de ces États. Non seulement du fait qu’elle complète son armée, dans une proportion toujours croissante, grâce aux ressources des populations de couleur de son gigantesque empire, mais aussi du fait que son envahissement par les nègres fait des progrès si rapides que l’on peut vraiment parler de la naissance d’un État africain sur le sol de l’Europe. La politique coloniale de la France d’aujourd’hui n’est pas à comparer avec celle de l’Allemagne de jadis. Si l’évolution de la France se prolongeait encore trois cents ans dans son style actuel, les derniers restes du sang franc disparaîtraient dans l’État mulâtre africano-européen qui est en train de se constituer: un immense territoire de peuplement autonome s’étendant du Rhin au Congo, rempli de la race inférieure qui se forme lentement sous l’influence d’un métissage prolongé. C’est là ce qui distingue la politique coloniale française de l’ancienne politique coloniale allemande. (p. 332)

Par-dessus le tas, le fasciste Benito Mussolini est au pouvoir en Italie depuis quelques années maintenant (À cette époque —je l’avoue franchement— je fus saisi de la plus profonde admiration pour le grand homme qui, au sud des Alpes, inspiré par l’ardent amour de son peuple, loin de pactiser avec les ennemis intérieurs de l’Italie, s’efforçait de les anéantir par tous les moyens. Ce qui placera Mussolini au rang des grands hommes d’ici-bas, c’est sa résolution de ne pas partager l’Italie avec le marxisme, mais au contraire, le vouant à la destruction, de préserver sa patrie de l’internationalisme. p. 350). Aussi nos futurs grands amis italien, dit toujours Hitler, devraient vraiment se méfier bien plus de cette satanée race de latins de Français (Toute augmentation nouvelle de la puissance française sur le continent est, pour l’avenir, un obstacle contre lequel l’Italie pourra se heurter; aussi ne faut-il jamais se figurer que la parenté de race peut supprimer toute rivalité entre deux peuples. p. 318). Les races ne se rejoignent pas toujours, en politique internationale, ces pauvres latins divergents le confirme, nous explique l’orateur. Les actuels admirateurs français de Mein Kampf (et il y en a, trois fois hélas… et qu’est-ce que je m’en afflige) devraient soigneusement méditer ces développements, à tout le moins. Quand au bon bourgeois allemand, pour sa part, c’est le nègre qu’il devrait pourtant avoir à l’œil.

De temps en temps, les journaux illustrés mettent sous les yeux de nos bons bourgeois allemands le portrait d’un nègre qui, en tel ou tel endroit, est devenu avocat, professeur, ou pasteur, ou même ténor tenant les premiers rôles ou quelque chose de ce genre. Pendant que nos bourgeois imbéciles admirent les effets miraculeux de ce dressage et sont pénétrés de respect pour les résultats qu’obtient la pédagogie moderne, la Juif rusé y découvre un nouvel argument à l’appui de la théorie qu’il veut enfoncer dans I’esprit des peuples et qui proclame l’égalité des hommes. Cette bourgeoisie en décadence n’a pas le plus léger soupçon du péché qu’on commet ainsi contre la raison; car c’est une folie criminelle que de dresser un être, qui est par son origine un demi-singe, jusqu’à ce qu’on le prenne pour un avocat, alors que des millions de représentants de la race la plus civilisée doivent végéter dans des situations indignes d’eux. On pèche contre la volonté du Créateur quand on laisse les hommes les mieux doués étouffer par centaines de milliers dans le marais du prolétariat actuel, tandis qu’on dresse des Hottentots et des Cafres à exercer des professions libérales. Car il ne s’agit là que d’un dressage, comme pour un caniche, et non d’une «culture» scientifique. Si l’on consacrait les mêmes efforts et les mêmes soins aux races douées d’intelligence, n’importe lequel de leurs représentants serait mille fois plus capable d’obtenir des résultats pareils. (pp. 224-225)

Ici, par contre, c’est bien le naturel qui revient au galop et c’est le racisme d’Hitler qui reprend ouvertement le dessus sur son enthousiasme racialiste de tout à l’heure envers le noir. Les actuels admirateur africains de Mein Kampf (et il y en a, trois fois hélas… et qu’est-ce que je m’en afflige) relirons et méditerons soigneusement le passage précédent. Pour leur maître à penser, parce qu’ils sont noirs, ils sont des demi-singes. Point. Barre. Conclueurs concluez. Et, dans les vues d’Hitler, les noirs sont aussi du bétail à métissage dont les garçons vachers en Allemagne sont, évidemment, les juifs.

Ce furent et ce sont encore des Juifs qui ont amené le nègre sur le Rhin, toujours avec la même pensée secrète et le but évident: détruire, par l’abâtardissement résultant du métissage, cette race blanche qu’ils haïssent, la faire choir du haut niveau de civilisation et d’organisation politique auquel elle s’est élevée et devenir ses maîtres. Car un peuple de race pure et qui a conscience de ce que vaut son sang ne pourra jamais être subjugué par le Juif; celui-ci ne pourra être éternellement en ce monde que le maître des métis. Aussi cherche-t-il à abaisser systématiquement le niveau des races en empoisonnant constamment les individus. (p. 170)

Et nous voici arrivé au fin fond de la fosse à purin qui croupissait dans la tête de Hitler… l’antisémitisme.

.

Sur l’antisémitisme

Un certain nombre de stéréotypes obscurantistes sur les juifs ayant encore tristement cours de nos jours sortent directement, avec armes et bagages, de Mein Kampf (Les Juifs sont les maîtres des puissances financières des États-Unis. p. 329). On serait tenté de croire, sur la base du dogmatisme à la fois virulent et tranquille que ceci manifeste, que Hitler, rigide et braqué, devint antisémite au berceau. Or, plus louvoyant qu’on ne le croirait sur la question, il le nie. Il ressent même le curieux besoin d’expliquer à son lecteur comment il devint graduellement antisémite.

Il me serait difficile aujourd’hui, sinon impossible, de dire à quelle époque le nom de Juif éveilla pour la première fois en moi des idées particulières. Je ne me souviens pas d’avoir entendu prononcer ce mot dans la maison paternelle du vivant de mon père. Je crois que ce digne homme aurait considéré comme arriérés des gens qui auraient prononcé ce nom sur un certain ton. Il avait, au cours de sa vie, fini par incliner à un cosmopolitisme plus ou moins déclaré qui, non seulement avait pu s’imposer à son esprit malgré ses convictions nationales très fermes, mais avait déteint sur moi. À l’école, rien ne me conduisit à modifier les idées prises à la maison. […] Je ne voyais encore [à Vienne, vers 1911-1912,] dans le Juif qu’un homme d’une confession différente et je continuais à réprouver, au nom de la tolérance et de l’humanité, toute hostilité issue de considérations religieuses. En particulier, le ton de la presse antisémite de Vienne me paraissait indigne des traditions d’un grand peuple civilisé. J’étais obsédé par le souvenir de certains événements remontant au Moyen-Âge et que je n’aurais pas voulu voir se répéter. Les journaux dont je viens de parler n’étaient pas tenus pour des organes de premier ordre. Pourquoi? Je ne le savais pas alors au juste moi-même. Aussi les considérais-je plutôt comme les fruits de la colère et de l’envie, que comme les résultats d’une position de principe arrêtée, fût-elle fausse. (p. 28)

Ensuite, la préférence que Hitler ressent, avec le temps, pour les arguments politiques des susdits journaux antisémites quand ils traitent des questions nationales générales (autres que la question juive) est donnée comme le poussant petit à petit à remettre en question ses émotions initiales (mon jugement sur l’antisémitisme se modifia avec le temps, ce fut bien là ma plus pénible conversion. Elle m’a coûté les plus durs combats intérieurs et ce ne fut qu’après des mois de lutte où s’affrontaient la raison et le sentiment que la victoire commença à se déclarer en faveur de la première. Deux ans plus tard, le sentiment se rallia à la raison pour en devenir le fidèle gardien et conseiller. p. 30). La soi-disant raison rendit l’orateur antisémite, par cheminement intellectuel, et ses émotions ne firent que suivre le mouvement initial de sa nouvelle compréhension politique et sociologique du monde.

Hitler prend très bien soin, donc, de nous ratiociner son antisémitisme. Ce n’est pas un obscur préjugé de l’enfance. Il prétend qu’il y est venu graduellement, adulte pensif, à son corps défendant. Il voudrait vraiment que le lecteur de son ouvrage croie que son antisémitisme résulte d’un raisonnement de tête, qu’il n’a rien d’épidermique, d’irrationnel ou de compulsif. Et pourtant, l’orateur ne se prive pas pour laisser perler les préjugés xénophobes les plus viscéraux et les plus grossiers imaginables (Le conglomérat de races que montrait la capitale de la monarchie [Vienne], tout ce mélange ethnique de Tchèques, de Polonais, de Hongrois, de Ruthènes, de Serbes et de Croates, etc., me paraissait répugnant, sans oublier le bacille dissolvant de l’humanité, des Juifs et encore des Juifs. Cette ville gigantesque me paraissait l’incarnation de l’inceste. p. 65). Tout y passe, par le canal de l’affect, et une métaphore douteuse n’attend pas l’autre.

D’ailleurs la propreté, morale ou autre, de ce peuple était quelque chose de bien particulier. Qu’ils n’eussent pour l’eau que très peu de goût, c’est ce dont on pouvait se rendre compte en les regardant et même, malheureusement, très souvent en fermant les yeux. Il m’arriva plus tard d’avoir des haut-le-cœur en sentant l’odeur de ces porteurs de kaftans. En outre, leurs vêtements étaient malpropres et leur extérieur fort peu héroïque. Tous ces détails n’étaient déjà guère attrayants; mais c’était de la répugnance quand on découvrait subitement sous leur crasse la saleté morale du peuple élu. Ce qui me donna bientôt le plus à réfléchir, ce fut le genre d’activité des Juifs dans certains domaines, dont j’arrivai peu à peu à pénétrer le mystère. Car, était-il une saleté quelconque, une infamie sous quelque forme que ce fût, surtout dans la vie sociale, à laquelle un Juif au moins n’avait pas participé? (p. 31)

Saleté physique/saleté morale. Il est assez patent que Hitler démagogise son argumentaire ici. Il mobilise les préjugés crasses de l’allemand moyen de 1924 (sur la ci-devant saleté physique des immigrants méprisés) et les tire en direction de l’analyse conspiro qu’il entend instiller (saleté morale). Et on en rajoute. Les juifs n’ont soi-disant aucun sens collectif. Ce sont des rats individualistes, encore une fois métaphoriquement et/ou littéralement.

Les Juifs ne sont unis que quand ils y sont contraints par un danger commun ou attirés par une proie commune. Si ces deux motifs disparaissent, l’égoïsme le plus brutal reprend ses droits et ce peuple, auparavant si uni, n’est plus en un tournemain qu’une troupe de rats se livrant des combats sanglants. Si les Juifs étaient seuls en ce monde, ils étoufferaient dans la crasse et l’ordure ou bien chercheraient dans des luttes sans merci à s’exploiter et à s’exterminer, à moins que leur lâcheté, où se manifeste leur manque absolu d’esprit de sacrifice, ne fasse du combat une simple parade. (p. 128)

La raison d’existence du juif est donc, pour Hitler, éminemment et fondamentalement parasitaire. Il ne nous le dira pas mais c’est lui, en fait, qui fabrique de toutes pièces cette idée là. Si le juif ne s’intègre pas à la culture allemande, dans l’analyse sommaire qu’en fait Hitler, c’est que, bon, quand l’orateur lui-même, Allemand, fait mention des juifs, il les présente avant tout, de toute façon, et a priori comme un corps étranger à l’Allemagne, comme

un peuple de race étrangère exprimant en langue allemande ses idées étrangères et portant atteinte à la noblesse et à la dignité de notre nation par sa nature inférieure. N’est-ce pas déjà une pensée assez effrayante que celle du tort fait à notre race germanique, lorsque l’ignorance des Américains met à son débit les sales Juifs qui débarquent chez eux, parce qu’ils jargonnent leur allemand de youpins. Il ne viendra pourtant à l’esprit de personne que le fait purement accidentel que ces immigrants pouilleux, venus de l’Est, parlent le plus souvent allemand, prouve qu’ils sont d’origine allemande et font vraiment partie de notre peuple. (p. 204)

La si grande admiration de Hitler pour les Américains se trouve toute dépitée dans sa honte hargneuse du juif-allemand. Ces gens, dit l’orateur, ne sont pas Allemands, point. Leur assimilation culturelle ne peut être que superficielle. Et Hitler de continuer de veulement ratiociner sa soi-disant douloureuse conscientisation antisémite. Le voici qui se donne comme l’autodidacte impartial discutant et découvrant graduellement dans le juif… ce qu’il y installe en fait lui-même.

Plus je discutais avec eux, mieux j’apprenais à connaître leur dialectique. Ils comptaient d’abord sur la sottise de leur adversaire et, quand ils ne trouvaient plus d’échappatoire, ils se donnaient à eux-mêmes l’air d’être des sots. Était-ce sans effet, ils ne comprenaient plus ou, mis su pied du mur, ils passaient d’un bond sur un autre terrain; ils mettaient en ligne des truismes dont, sitôt admis, ils tiraient argument pour des questions entièrement différentes; les acculait-on encore, ils vous glissaient des mains et on ne pouvait leur arracher de réponse précise. Quand on voulait saisir un de ces apôtres, la main ne prenait qu’une matière visqueuse et gluante qui vous filait entre les doigts pour se reformer le moment d’après. Si l’on portait à l’un d’entre eux un coup si décisif qu’il ne pouvait, en présence des assistants, que se ranger à votre avis et quand on croyait avoir au moins fait un pas en avant, on se trouvait bien étonné le jour suivant. Le Juif ne savait plus du tout ce qui s’était passé la veille; il recommençait à divaguer comme auparavant, comme si de rien n’était, et lorsque, indigné, on le sommait de s’expliquer, il feignait l’étonnement, ne se souvenait absolument de rien, sinon qu’il avait déjà prouvé la veille le bien-fondé de ses dires. J’en demeurai souvent pétrifié. On ne savait pas ce qu’on devait le plus admirer: l’abondance de leur verbiage ou leur art du mensonge. Je finis par les haïr. […] Le cosmopolite sans énergie que j’avais été jusqu’alors devint un antisémite fanatique. (pp. 34-35)

Encore une fois, c’est explicite. La haine du juif n’est pas corporelle, sensuelle ou viscérale. Elle est argumentative, cognitive, verbale. Elle n’est pas subconsciente, elle est consciente. Elle n’est pas spontanée, elle est acquise. C’est du moins ce que Hitler veut bien nous faire croire. Et il ne ment pas lui, hein. Ce sont les juifs qui mentent…

Qu’il reste toujours quelque chose des plus impudents mensonges, c’est un fait que les plus grands artistes en tromperie et que les associations de trompeurs ne connaissent que trop bien et qu’ils emploient dès lors bassement. Ceux qui connaissent le mieux cette vérité sur les possibilités d’emploi du mensonge et de la dénonciation ont été de tous temps les Juifs. Leur existence n’est-elle pas déjà fondée sur un seul et grand mensonge, celui d’après lequel ils représentent une collectivité religieuse, tandis qu’il s’agit d’une race — et de quelle race! Un des plus grands esprits de l’humanité [Schopenhauer] les a pour toujours stigmatisés dans une phrase d’une véracité profonde et qui restera éternellement juste: il les nomme «les grands maîtres du mensonge». (p. 120)

Hitler est le grand spécialiste tant du secret des races que de la tromperie. C’est bien en tant que tel qu’il nous instruit ici sur ses cruciales découvertes antisémites, va. Sincère ou roué lui-même ici, sur ceci (l’un ou l’autre, peu importe, en fait), le fait est que se considérant désormais un antisémite adéquatement conscientisé par le feu couvert de sa propre petite dialectique personnelle, l’orateur va devoir ensuite passer à l’étape suivante: convaincre son peuple de catholiques et de protestants allemands d’abandonner leurs ci-devant préjugés cosmopolites et de casser du juif autant que lui. Hitler prétend que cela ne fut pas si facile à faire.

En 1918, il ne pouvait être question d’un antisémitisme systématique. Je me rappelle encore combien il était difficile de prononcer alors seulement le nom de Juif. Ou bien l’on vous regardait avec des yeux stupides ou bien l’on se heurtait à l’opposition la plus vive. Nos premières tentatives pour montrer à l’opinion publique quel était notre véritable ennemi, ne paraissaient avoir à cette époque presque aucune chance de succès et ce ne fut que lentement que les choses prirent une meilleure tournure. Si défectueuse qu’ait été l’organisation de la Ligue défensive et offensive [du peuple allemand], elle n’en eut pas moins le grand mérite de poser de nouveau la question juive et de la traiter en soi. En tout cas, c’est grâce à la ligue que l’antisémitisme commença, pendant l’hiver de 1918-1919, à prendre lentement racine. Il est vrai que le mouvement national-socialiste lui fit faire plus tard bien d’autres progrès. Il est parvenu surtout à élever ce problème au-dessus de la sphère étroite des milieux de la grande et de la petite bourgeoisie et à en faire le ressort et le mot d’ordre d’un grand mouvement populaire. Mais, à peine avions-nous réussi à doter ainsi le peuple allemand d’une grande idée qui devait faire en lui l’union et le conduire au combat, que le Juif avait déjà organisé sa défense. Il eut recours à son ancienne tactique. Avec une fabuleuse rapidité, il jeta au milieu des troupes racistes la torche de la discorde et sema la désunion. Soulever la question des menées ultramontaines et provoquer ainsi une lutte mettant aux prises le catholicisme et le protestantisme, c’était, étant données les circonstances, le seul procédé possible pour détourner l’attention du public vers d’autres problèmes, de façon à empêcher que la juiverie ne fût attaquée par des forces coalisées. Le tort que les hommes, qui ont posé cette question devant le public, ont fait au peuple ne pourra jamais être réparé par eux. En tout cas, le Juif a atteint son but: catholiques et protestants se combattent à cœur joie et l’ennemi mortel de l’humanité aryenne et de toute la chrétienté rit sous cape. (p. 289)

Politicien avant tout, Hitler politise le débat religieux. Champion des ferveurs quand il s’agit des siennes, il voit mal que celles des autres puissent souffrir quelque autre avatar que la manipulation par des esprits malins. Dans sa vision, si les cathos et les protestos en viennent aux mains en Allemagne, c’est que le juif tire les ficelles. Hitler peaufine cette analyse. En incontestable amalgameur du religieux et du politique qu’il sera toujours, lui-même, l’orateur impute cette propension, —sa propre propension— au juif.

L’État juif ne fut jamais délimité dans l’espace; répandu sans limites dans l’univers, il comprend cependant exclusivement les membres d’une même race. C’est pour cela que ce peuple a formé partout un État dans l’État. C’est l’un des tours de passe-passe les plus ingénieux au monde que d’avoir fait naviguer cet État sous I’étiquette de «religion», et de lui assurer ainsi la tolérance que l’Aryen est toujours prêt à accorder à la croyance religieuse. En réalité, la religion de Moïse n’est rien d’autre que la doctrine de la conservation de la race juive. C’est pour cela qu’elle embrasse aussi presque tout le domaine des sciences sociales, politiques et économiques qui peuvent s’y rapporter. (p. 79)

Socialement et politiquement parasitaire, le juif est, dans les vues hitlériennes, le maître d’œuvre absolu et occulte de l’intégralité du bordel politique allemand de l’entre-deux-guerres. À chaque fois que quelque chose crotte dans le Reich, pas de mystère, cherchez pas, analysez pas, décortiquez pas, pensez pas… c’est les juifs. Une Nième chicane éclate entre la Prusse et la Bavière pour allez savoir quelle queues de cerises bureaucratiques du temps, pas de doute possible, c’est encore un coup des juifs.

De même qu’avant la révolution [allemande républicaine de 1918-1919], le Juif avait su détourner l’attention du public de ses offices de guerre, ou plutôt de lui-même, et soulever les masses, et spécialement le peuple de Bavière, contre la Prusse, de même il lui fallait, après la révolution, voiler d’une façon quelconque sa nouvelle entreprise de pillage dix fois plus active. Et il réussit encore à exciter les uns contre les autres les «éléments nationaux» de l’Allemagne: les conservateurs bavarois contre les conservateurs prussiens. Il s’y prit à nouveau de la façon la plus perfide, en provoquant, lui qui tenait seul tous les fils et dont dépendait le sort du Reich, des abus de pouvoir si brutaux et si maladroits qu’ils devaient mettre en ébullition le sang de tous ceux qui en étaient continuellement les victimes. Celles-ci n’étaient jamais des Juifs, mais des compatriotes allemands. Ce n’était pas le Berlin de quatre millions de travailleurs et de producteurs, appliqués à leur tâche, que voyait le Bavarois, mais le Berlin fainéant et corrompu des pires quartiers de l’Ouest! Mais sa haine ne se tournait pas contre ces quartiers-là; elle ne visait que la ville «prussienne». Il y avait souvent de quoi perdre courage. Cette habileté qu’apporte le Juif à détourner de lui l’attention du public en l’occupant ailleurs, on peut encore l’observer aujourd’hui. (p. 289)

L’autre ritournelle reçue, évidemment, c’est que les juifs contrôlent la presse allemande. Hitler pousse d’ailleurs l’affaire ici jusqu’à transformer certains journaux spécifiques qu’il juge suspects en autant de stricts baromètres négatifs de la ferveur éventuelle ou réelle de ses troupiers nazi en devenir (ou pas en devenir).

Celui qui n’est pas combattu dans les journaux juifs, celui qu’ils ne dénigrent pas, n’est ni un bon Allemand, ni un véritable national-socialiste; sa mentalité, la loyauté de sa conviction et la force de sa volonté ont pour exacte mesure l’hostilité que lui oppose l’ennemi mortel de notre peuple. Il faut encore et toujours signaler aux partisans de notre mouvement, et plus généralement, au peuple entier, que les journaux juifs sont un tissu de mensonges. Même quand un Juif dit la vérité, c’est dans le but précis de couvrir une plus grande tromperie; dans ce cas encore, il ment donc sciemment. Le Juif est un grand maître en mensonges: mensonge et tromperie sont ses armes de combat. Toute calomnie, toute calomnie d’origine juive marque nos combattants d’une cicatrice glorieuse. (p. 184)

En même temps, naturellement, Hitler n’admet pas bien cet insidieux anti-critère et il affecte un mépris ostensible et ouvert envers ce journalisme qui d’autre part le guide subrepticement en sens contraire (un obus de trente centimètres a toujours sifflé plus fort que mille vipères de journalistes juifs… Alors, laissons-les donc siffler! p. 128). Le chef nazi garde l’œil ardemment braqué sur son étendard glorieux à la symbolique dénuée de la moindre ambivalence (Nationaux-socialistes, nous voyions dans notre drapeau notre programme. Dans le rouge, nous voyions l’idée sociale du mouvement; dans le blanc, l’idée nationaliste; dans la croix gammée, la mission de la lutte pour le triomphe de l’aryen et aussi pour le triomphe de l’idée du travail productif, idée qui fut et restera éternellement antisémite. p. 256). Cet antisémitisme omniprésent, tonitruant, pesant, rasoir, semble, à première vue, parfaitement gratuit, démagogique, largement inutile. Il va falloir en venir à quand même se demander un petit peu quelle est donc la fonction active qu’il exerce, dans le tout de la doctrine hitlérienne.

.

Sur le marxisme

On ne se surprendra pas bien longtemps de voir le marxisme figurer ici, au cœur du fort malodorant dispositif discriminatoire hitlérien, quand on s’avisera du fait que c’est Hitler lui-même qui l’y pose. Et arrivés à ce point-ci, on comprend bien comment l’orateur raisonne. Karl Marx est juif donc tout ce qui est marxiste ou bolcheviste n’importe où au monde, est automatiquement fatalement intégralement enjuivé (Nous devons voir dans le bolchévisme russe la tentative des Juifs au vingtième siècle, pour conquérir la domination mondiale. […] La lutte contre la bolchévisation mondiale juive exige une attitude nette vis-à-vis de la Russie soviétique. On ne peut pas chasser le diable par Belzébuth. p. 341). Partons, sur ce point sensible, du serpent de mer habituel, la ci-devant finance juive internationale. Et lisons.

Si le maintien de l’Allemagne dans son état actuel d’impuissance, n’a que très peu d’intérêt pour la politique anglaise, il en a un très grand pour la finance juive internationale. La politique anglaise officielle ou, pour mieux dire, traditionnelle et les puissances boursières soumises complètement à l’influence juive poursuivent des buts opposés; c’est ce que prouvent, avec une particulière évidence, les positions différentes que prennent l’une et les autres sur les questions qui touchent à la politique étrangère de l’Angleterre. La finance juive désire, contrairement aux intérêts réels de l’État anglais, non seulement que l’Allemagne soit radicalement ruinée économiquement, mais encore qu’elle soit, politiquement, réduite complètement en esclavage. En effet, l’internationalisation de notre économie allemande, c’est-à-dire la prise de possession par la finance mondiale juive des forces productrices de l’Allemagne, ne peut être effectuée complètement que dans un État politiquement bolchévisé. Mais pour que les troupes marxistes qui mènent le combat au profit du capital juif international, puissent définitivement casser les reins à l’État national allemand, elles ont besoin d’un concours amical venu du dehors. Aussi les armées de la France doivent donner des coups de boutoir à l’État allemand jusqu’à ce que le Reich, ébranlé dans ses fondations, succombe aux attaques des troupes bolchévistes au service de la finance juive internationale. C’est ainsi que le Juif est celui qui pousse le plus ardemment aujourd’hui à la destruction radicale de l’Allemagne. Tout ce qui, dans le monde entier, s’imprime contre l’Allemagne est écrit par des Juifs, de même que, en temps de paix et pendant la guerre, la presse des boursiers juifs et des marxistes a attisé systématiquement la haine contre l’Allemagne jusqu’à ce que les États aient, les uns après les autres, renoncé à la neutralité et, sacrifiant les vrais intérêts des peuples, soient entrés dans la coalition mondiale qui nous faisait la guerre. Le raisonnement que tiennent les Juifs est évident. La bolchévisation de l’Allemagne, c’est-à-dire la destruction radicale de la conscience nationale populaire allemande, rendant possible l’exploitation de la force productrice allemande soumise au joug de la finance juive internationale, n’est que le prélude de l’extension toujours plus grande que prendra la conquête du monde entier rêvée par les Juifs. (pp. 319-320)

Le fantasme du juif anti-national devient alors pour Hitler, le moyen parfait de bien occulter la lutte entre finance internationale et bolchevismes. Leur opposition ne peut être que feinte, hein, mazette, ils sont tous juifs! Et l’enjeu ici, l’enjeu crucial, mondial, déclenché en Russie en 1917, ce n’est pas la destruction du capitalisme par le prolétariat, non, non, c’est la soumission finale de ce centre du monde universel qu’est l’Allemagne et le dénigrement circonscrit de son éventuelle bonne entente conjoncturelle avec les Anglais. L’analyse journalistique politicienne localisée (et parano) prime, chez Hitler, sur la compréhension approfondie des lois historiques impliquant le marxisme. L’antisémitisme ici n’est plus un bougonnage hargneux ou défoulatoire en soi. Il devient l’instrument cardinal de minimisation de la signification historique du marxisme. Le programme nazi vit de cette minimisation, s’en nourrit en hommes et en actions. Ce ne sont pas les juifs qui sont visés ici, c’est la compréhension adéquate de la lutte des classes.

Un réel profit pour le mouvement [national-socialiste], aussi bien que pour notre peuple, peut seulement se développer principalement d’un mouvement corporatif nazi, si celui-ci est déjà si fortement rempli de nos idées nazi, qu’il ne court plus le danger de tomber dans le sentier marxiste. Car une corporation nazie qui voit seulement sa mission en une concurrence de la corporation [syndicat] marxiste, serait plus nuisible que s’il n’y en avait pas. Elle doit proclamer la lutte contre la corporation marxiste, non seulement comme organisation, mais avant tout comme idée. Elle doit dénoncer en elle l’annonciatrice de la lutte des classes et de l’idée de classes et doit, à sa place, devenir la protectrice des intérêts professionnels de la bourgeoisie allemande. (pp. 310-311)

La lutte des classes est une sorte de caprice corporatif marxiste nuisible à la concorde nationale. Le nazisme œuvre donc d’arrache–pieds à rapatrier la masse de nos concitoyens qui a donné dans l’internationalisme (p. 174). Il se fixe comme objectif primordial de détruite la république de Weimar et d’éteindre la tentation bolcheviste chez les ouvriers allemands (ce qu’il faut, c’est nationaliser la masse, qui est antinationale comme on le voit. p. 174). Hitler est littéralement obnubilé par la titanesque force de frappe symbolique du drapeau rouge internationaliste de la république soviétique naissante.

Dès ma jeunesse, j’ai eu bien souvent l’occasion de reconnaître et aussi de sentir toute l’importance psychologique d’un pareil symbole. Je vis après la guerre une manifestation de masses marxistes devant le palais royal et au Lustgarten. Une mer de drapeaux rouges, de brassards rouges, de fleurs rouges donnait à cette manifestation, qui réunissait près de cent vingt mille personnes, un aspect extérieur vraiment impressionnant. Je pouvais sentir et comprendre moi-même combien il est aisé à un homme du peuple de se laisser séduire par la magie suggestive d’un spectacle aussi grandiose. (p. 254)

Entre 1917 et 1921, rien n’est dit, pour l’Allemagne. Il s’en faut de beaucoup. Une révolution prolétarienne de type soviétique y est encore une possibilité hautement tangible. Pour Hitler, il faut absolument contre-attaquer. Et il faut le faire en commençant par les mous, les poussifs, les branleux, les gens bien, les bourgeois allemands. Le préjugé antisémite marche très bien avec ces gens, il s’enfonce onctueusement en eux. On peut le postuler, tranquillement. Il opérera parfaitement comme marqueur dépréciatif. Il faudra le faire jouer à fond, et vite, avant de se faire doubler (Peu à peu la crainte de l’arme marxiste, maniée par la juiverie, s’impose comme une vision de cauchemar au cerveau et à l’âme des gens convenables. On commence à trembler devant ce redoutable ennemi et on devient ainsi, en fin de compte, sa victime. p. 169). Surtout ne jamais dire communiste (ce mot généreux, encore séduisant, n’apparaît que très rarement dans Mein Kampf), toujours dire marxiste, ça fait plus juif. Et l’orateur de bien marteler l’amalgame obscurantiste pour salir le marxisme.

Le marxisme international n’est lui-même que la transformation, par le Juif Karl Marx, en une doctrine politique précise d’une conception philosophique générale déjà existante. Sans cet empoisonnement préalable, le succès politique extraordinaire de cette doctrine n’eût pas été possible. Karl Marx fut simplement le seul, dans le marécage d’un monde pourri, à reconnaître avec la sûreté de coup d’œil d’un prophète les matières les plus spécifiquement toxiques; il s’en empara, et; comme un adepte de la magie noire, les employa à dose massive pour anéantir l’existence indépendante des libres nations de ce monde. Tout ceci d’ailleurs au profit de sa race. Ainsi la doctrine marxiste est, en résumé, l’essence même du système philosophique aujourd’hui généralement admis. Pour ce motif déjà, toute lutte contre lui de ce que l’on appelle le monde bourgeois est impossible, et même ridicule, car ce monde bourgeois est essentiellement imprégné de ces poisons et rend hommage à une conception philosophique qui, d’une façon générale, ne se distingue de la conception marxiste que par des nuances ou des questions de personnes. Le monde bourgeois est marxiste, mais croit possible la domination de groupes déterminés d’hommes (la bourgeoisie), cependant que le marxisme lui-même vise délibérément à remettre ce monde dans la main des Juifs. (p. 200)

Pas question pour l’orateur de séparer ou d’opposer les marxistes et les capitalistes. Ils se rejoignent dans l’internationalisme, ce mal absolu. Seul la cohésion nationale allemande leur tient encore tête (Le véritable organisateur de la révolution, celui qui en tirait effectivement les ficelles, le Juif international, avait alors bien apprécié la situation. Le peuple allemand n’était pas encore mûr pour pouvoir être, comme il advint en Russie, traîné dans la boue sanglante du marécage bolchéviste. p. 270). Dans le fantasme parano et dans la propagande nationaliste, il faut donc étroitement unir, de façon ouvertement et sereinement contre-intuitive, marxisme prolétarien et capitalisme international. L’antisémitisme, ce brouet à tout faire du vieux préjugé allemand, leur servira de ciment, de colle tout usage, de liant universel. Tel est le secret. L’autodidacte Hitler l’a déniché. (Je recommençai à étudier; j’arrivai à comprendre le contenu et l’intention du travail de toute l’âme du Juif Karl Marx. Son «Capital» me devint maintenant parfaitement compréhensible, comme la lutte de la social-démocratie contre l’économie nationale, lutte qui devait préparer le terrain pour la domination du capital véritablement international et juif de la finance et de la bourse. p. 111). Le seul espoir pour l’Allemagne, dans cette tourmente dangereuse et hostile, avait pourtant été le sain militarisme impérial de la guerre de 1914.

Le marxisme, dont le but définitif est et reste la destruction de tous les États nationaux non juifs, devait s’apercevoir avec épouvante qu’au mois de juillet 1914, les ouvriers allemands qu’il avait pris dans ses filets, se réveillaient et commençaient à se présenter de plus en plus promptement au service de la patrie. En quelques jours, toutes les fumées et les duperies de cette infâme tromperie du peuple furent semées à tous les vents, et soudain le tas de dirigeants juifs se trouva isolé et abandonné, comme s’il n’était plus resté aucune trace de ce qu’ils avaient inoculé aux masses depuis soixante ans [depuis 1855]. Ce fut un vilain moment pour les mauvais bergers de la classe ouvrière du peuple allemand. Mais aussitôt que les chefs aperçurent le danger qui les menaçait, ils se couvrirent jusqu’aux oreilles du manteau du mensonge qui rend invisible et mimèrent sans vergogne l’exaltation nationale. (pp. 87-88)

Les ci-devant pasteurs marxistes font la pirouette devant l’Allemagne qui leur tourne subitement le dos et marche au pas vers le front. Sauf qu’avec la brutale défaite allemande de 1918, l’espoir hitlérien tomba à plat. Les soldats furent démobilisés et retournèrent à l’usine. Le militarisme se retrouva subitement sur la touche, au grand dam de l’orateur. La faute à qui, vous pensez… (Tandis que, par sa presse marxiste et démocrate, le judaïsme hurlait de par le monde entier le mensonge du «militarisme» allemand et essayait ainsi, par tous les moyens, d’accabler l’Allemagne, les partis marxistes et démocratiques refusaient toute instruction complète à la force populaire allemande. p. 142). Le toujours-plus-que-jamais militariste Hitler analyse alors la phase suivante comme suit, après le fait accompli implacable de la défaite et de la démobilisation.

La Social-Démocratie a tiré de ce fait le plus grand profit. Elle a étendu sa domination sur les innombrables représentants des couches populaires, à peine libérés de l’armée et qui y avaient été dressés à la discipline; elle leur a imposé une discipline du parti aussi rigide que la première. Là aussi, l’organisation comporte des officiers et des soldats. En quittant le service militaire, l’ouvrier allemand devenait le soldat, l’intellectuel juif devenait l’officier; les employés des syndicats formaient à peu près l’équivalent des sous-officiers. Ce qui faisait toujours hocher la tête à notre bourgeoisie —c’est-à-dire le fait que seules les masses dites ignorantes adhèrent au marxisme— était, en réalité, la condition première du succès marxiste. Tandis que les partis bourgeois, dans leur uniforme intellectualité, constituaient une masse indisciplinée et incapable d’agir, le marxisme constituait, avec un matériel humain moins intelligent, une armée de militants qui obéissaient aussi aveuglément au dirigeant juif qu’ils avaient obéi autrefois à leur officier allemand. (p. 237)

Pour Hitler, l’idée de dictature du prolétariat ne vient pas démocratiquement des masses mais autoritairement de ses chefs (donnés comme juifs), usurpateurs de l’ancienne autorité militaire impériale. Le déploiement du marxisme comme programme politique est vu comme le résultat d’une simple manipulation des masses rendues dociles par le grand militarisme allemand perdu. Hitler pense tout ce qui n’est pas hitlérien… comme le ferait Hitler, nul autre.

Mais, au point de vue politique, [le Juif] commence à remplacer l’idée de la démocratie par celle de la dictature du prolétariat. Dans la masse organisée des marxistes il a trouvé l’arme qui lui permet de se passer de la démocratie et qui le met également à même de subjuguer et de gouverner les peuples dictatorialement d’un poing brutal. Il travaille systématiquement à amener une double révolution: économiquement et politiquement. Il entoure, grâce aux influences internationales qu’il met en jeu, d’un réseau d’ennemis les peuples qui opposent une énergique résistance à cette attaque venue du dedans; il les pousse à la guerre et finit, quand il le juge nécessaire, par planter le drapeau de la révolution sur le champ de bataille. Il ébranle économiquement les États jusqu’à ce que les entreprises sociales, devenues improductives, soient enlevées à l’État et soumises à son contrôle financier. (p. 170)

Chez Hitler, la catégorie nationale prime. Toujours. Tout dans son analyse gravite autour d’un grand national-centrisme sociologiquement, unitaire, mythiquement unificateur et intellectuellement fédérateur. L’orateur ne voit tout simplement pas le bond qualitatif engagé par l’internationalisme prolétarien. Pour lui, un militant internationaliste, c’est tout simplement un traître qui roule pour l’étranger, y compris le capital étranger. Point, c’est plié. La compétition nation contre nation est son phénomène central. L’épiphénomène de ce dernier, c’est la toute secondaire ahem, bof… domination exploiteuse de la société par la classe capitaliste.

À cette classe, s’oppose celle de la grande masse de la population des travailleurs manuels. Celle-ci est groupée en mouvements de tendance plus ou moins marxistes-extrémistes, et elle est décidée à briser par la force toutes les résistances d’ordre intellectuel. Elle ne veut pas être nationale; elle refuse sciemment de favoriser les intérêts nationaux: au contraire, elle favorise toutes les poussées dominatrices étrangères. Numériquement, elle représente la plus grande partie du peuple, mais surtout elle contient les éléments de la nation sans lesquels un relèvement national ne peut être ni envisagé, ni réalisé. (p. 173)

Il faut absolument rétrograder le marxisme internationaliste, si influent chez les ouvriers allemands. Il faut absolument ramener ces éléments de la nation justement au bercail national. Mais tout s’y oppose. À commencer par les institutions politiques allemandes elles-mêmes, son parlement au premier chef. La répulsion envers le marxisme (enjuivé toujours) sera donc l’argument massue d’Hitler contre le parlementarisme. Pour lui, les chefs marxistes sont des punaises de parlement. Et ils le resteront jusqu’au jour où ça les arrangera, eux, de faire la révolution. En roulant avec eux, les parlementaires bourgeois allemands mettent à nu, dans l’analyse hitlérienne, la déficience essentielle du parlementarisme même. Oh, Hitler ne perd jamais de vue l’intendance de ses idées fixes. Discréditer le parlementarisme (pour mieux asseoir son autoritarisme futur) est l’une d’entre elles. La torche marxiste enduite de l’étoupe antisémite lui sert pour incendier, d’abord argumentativement, le Reichstag de Weimar.

Le marxisme marchera avec la démocratie aussi longtemps qu’il n’aura pas réussi à se gagner, poursuivant indirectement ses desseins destructeurs, la faveur de l’esprit national qu’il a voué à l’extermination. Mais si, dans nos arrondissement, cercle, région. aujourd’hui, on arrivait à la conviction que, dans le chaudron de sorcières de notre démocratie parlementaire, peut se cuisiner soudainement, quand ce ne serait que dans le corps législatif, une majorité qui s’attaque sérieusement au marxisme, alors le jeu de prestidigitation parlementaire serait bientôt fini. Les porte-drapeaux de l’internationale rouge adresseraient alors, au lieu d’une invocation à la conscience démocratique, un appel enflammé aux masses prolétariennes, et le combat serait d’un seul coup transplanté, de l’atmosphère croupissante des salles de séances des parlements, dans les usines et dans la rue. Ainsi la démocratie serait immédiatement liquidée; et ce que n’a pu réaliser dans les parlements la souplesse d’esprit de ces apôtres populaires, réussirait avec la rapidité de l’éclair aux pinces et marteaux de forge des masses prolétariennes surexcitées; exactement comme en automne 1918, elles montreraient d’une façon frappante au monde bourgeois comme il est insensé de penser arrêter la conquête mondiale juive avec les moyens dont dispose la démocratie occidentale. (p. 198)

En référence à ma question de tout à l’heure sur la fonction de l’antisémitisme, on proposera que c’est dans l’anti-marxisme hitlérien que l’antisémitisme allemand trouve justement sa principale fonction, dans le tout de l’exercice argumentatif de l’orateur. Hitler comprend très nettement que le marxisme frappe sa vision du monde au cœur. Il sait aussi que, les préjugés rétrogrades de ses compatriotes étant ce qu’ils sont, enjuiver le marxisme, c’est le salir. Postulant calmement l’antisémitisme de son lecteur, il applique donc au marxisme la formule facile: fripier juif contre aristo allemand.

La doctrine juive du marxisme rejette le principe aristocratique observé par la nature, et met à la place du privilège éternel de la force et de l’énergie, la prédominance du nombre et son poids mort. Elle nie la valeur individuelle de l’homme, conteste l’importance de l’entité ethnique et de la race, et prive ainsi l’humanité de la condition préalable mise à son existence et à sa civilisation. Admise comme base de la vie universelle, elle entraînerait la fin de tout ordre humainement concevable. Et de même qu’une pareille loi ne pourrait qu’aboutir au chaos dans cet univers au delà duquel s’arrêtent nos conceptions, de même elle signifierait ici-bas la disparition des habitants de notre planète. Si le Juif, à l’aide de sa profession de foi marxiste, remporte la victoire sur les peuples de ce monde, son diadème sera la couronne mortuaire de l’humanité. Alors notre planète recommencera à parcourir l’éther comme elle l’a fait il y a des millions d’années: il n’y aura plus d’hommes à sa surface. La nature éternelle se venge impitoyablement quand on transgresse ses commandements. C’est pourquoi je crois agir selon l’esprit du Tout-Puissant, notre créateur, car en me défendant contre le Juif, je combats pour défendre l’œuvre du Seigneur. (pp. 35-36)

On fait flèche de tout bois. L’anti-marxisme s’installe bien confortablement dans les envolées messianiques. Servant discrètement le capitalisme militaro-industriel de sa fort bigote bourgeoisie nationale, Hitler reste un démagogue de droite très efficace. Il sait se tenir toujours bien près des élucubrations religieuses, sans jamais s’y engloutir. Puis, au bon moment, il reprend, pour le sacro-saint bien commun, le développement de sa doctrine philosophique (personnalisme) et sociale (autoritarisme antidémocratique).

Il faut aussi, au fond, imputer l’action destructrice du judaïsme à ses constants efforts pour miner, chez les peuples qui l’ont accueilli, l’influence de la personnalité et lui substituer celle de la masse. Le principe constructif des peuples aryens fait place au principe destructeur des Juifs. Ceux-ci deviennent les «ferments de décomposition» des peuples et des races, et, au sens le plus large, ils désagrègent la civilisation humaine. Quant au marxisme, il représente en somme l’effort du Juif dans le domaine de la civilisation pure pour exclure de toutes les formes de l’activité humaine la prépondérance de la personnalité et pour la remplacer par celle du nombre. À cette doctrine correspond, au point de vue politique, la forme parlementaire dont nous voyons les effets néfastes depuis l’infime cellule de la commune jusqu’au sommet de la nation; dans le domaine économique, il provoque l’agitation syndicaliste qui, d’ailleurs, ne sert nullement les intérêts véritables des ouvriers, mais rien que les vues destructrices de la juiverie internationale. (pp. 232-233)

Il faut donc, aux yeux d’Hitler, détruire méthodiquement la social-démocratie qui n’est jamais pour lui qu’une sorte de marxisme générique. Mais alors, par quoi la remplacer, pour continuer d’endormir les masses?

Plus je me plongeais dans les réflexions sur la nécessité de changer l’attitude du gouvernement de l’État à l’égard de la Social-Démocratie, laquelle était l’incarnation du marxisme de l’époque, plus je reconnaissais le manque d’un succédané utilisable pour cette école philosophique. Qu’allait-on donner en pâture aux masses en supposant que le marxisme pût être brisé? Il n’existait aucun mouvement d’opinion dont on pût attendre qu’il réussît à enrôler parmi ses fidèles les nombreuses troupes d’ouvriers ayant plus ou moins perdu leurs dirigeants. Il est insensé et plus que stupide de s’imaginer qu’un fanatique internationaliste, ayant abandonné le parti de la lutte des classes, voudrait instantanément entrer dans un parti bourgeois, c’est-à-dire dans une nouvelle organisation de classe. Car, quelque désagréable que cela puisse être aux diverses organisations, on ne peut cependant nier que, pour un très grand nombre de politiciens bourgeois, la distance entre les classes apparaîtra comme toute naturelle durant tout le temps où elle ne commencera pas à agir dans un sens politiquement défavorable pour eux. La négation de cette vérité démontre seulement l’impudence et aussi la stupidité de l’imposteur. (p. 90)

C’est en posant le problème de cette façon que Hitler optera pour déguiser son nationalisme en socialisme. Il mettra de l’avant un parti lutteur, baroudeur, anti-bourgeois, anti-parlementaire, populaire, socialiste… mais national. Il plantera sa croix gammée au milieu du drapeau rouge, en somme. Mais il se doute bien que ses ennemis marxistes ne se laisseront pas facilement chaparder le monopole symbolique de leur vaste quête politique (Les imposteurs marxistes devaient haïr au plus haut point un mouvement dont le but avoué était la conquête de cette masse qui, jusqu’à présent, était au service exclusif des partis juifs et financiers marxistes internationaux. Déjà le titre: «Parti ouvrier allemand» les excitait fort. On pouvait en déduire aisément qu’à la première occasion, il se produirait une violente rupture avec les meneurs marxistes, encore ivres de leur victoire. p. 187). Et comme lesdits marxistes sont de très mauvais nationalistes, les choses risquent de bien mal se passer.

Pas plus qu’une hyène ne lâche une charogne, un marxiste ne renonce à trahir sa patrie. Qu’on veuille bien ne pas me faire la plus sotte des objections, à savoir que de nombreux ouvriers ont aussi autrefois versé leur sang pour l’Allemagne. Des ouvriers allemands, d’accord, mais c’est qu’alors ils n’étaient plus des internationalistes marxistes. Si la classe ouvrière allemande n’avait été composée, en 1914, que de partisans des doctrines marxistes, la guerre aurait été finie en trois semaines. L’Allemagne se serait effondrée avant même que le premier soldat eût franchi la frontière. Non, pour qu’alors le peuple allemand ait continué à combattre, il fallait que la folie marxiste ne l’eût pas corrodé à cœur. Mais qu’un ouvrier allemand et un soldat allemand fussent, au cours de la guerre, repris en main par les chefs marxistes, cet ouvrier et ce soldat étaient perdus pour la patrie. Si l’on avait, au début et au cours de la guerre, tenu une seule fois douze ou quinze mille de ces Hébreux corrupteurs du peuple sous les gaz empoisonnés que des centaines de milliers de nos meilleurs travailleurs allemands de toute origine et de toutes professions ont dû endurer sur le front, le sacrifice de millions d’hommes n’eût pas été vain. Au contraire, si l’on s’était débarrassé à temps de ces quelques douze mille coquins, on aurait peut-être sauvé l’existence d’un million de bons et braves Allemands pleins d’avenir. (p. 349)

Ah, le bon vieux temps de la grande bidasserie collective. Quoi de plus solidement anti-marxiste et anti-hébreux finalement qu’une bonne guerre. Le militarisme hitlérien plonge ses racines idéologiques dans sa pratique toute ordinaire de caporal. Vive la guerre. Car c’est aussi la guerre qui tient les masses populaires loin du libéralisme, cette autre exécration. Le libéralisme bourgeois, dans les vues de Hitler, n’est lui aussi qu’un insidieux modus operandi marxiste. Cela se manifeste notamment dans sa presse (L’activité de la presse dite libérale ne fut pour le peuple et l’empire allemands qu’un travail de fossoyeurs. Il n’y a rien à dire à ce sujet des feuilles de mensonges marxistes: pour elles, le mensonge est une nécessité vitale, comme l’est pour le chat la chasse aux souris. Sa tâche n’est-elle pas de briser l’épine dorsale du peuple, au point de vue social et national, pour rendre ce peuple, mûr pour le joug servile du capital international et de ses maîtres les Juifs? p. 90). Cette marxisation omniprésente se manifeste aussi, aux vues de l’orateur, dans les tendances de philosophie politique fondamentale du libéralisme. Et l’équation amalgamante libéral-bourgeois-financier-marxiste-juif de continuer de s’appesantir, tandis que les acquis de l’analyse marxiste des sociétés sont très ouvertement niés.

Bien plus encore: le Juif devient tout d’un coup libéral et commence à manifester son enthousiasme pour les progrès que doit faire le genre humain. Peu à peu il devient, en paroles, le champion des temps nouveaux. Il est vrai qu’il continue à détruire toujours plus radicalement les bases d’une économie politique vraiment utile pour le peuple. Par le détour des sociétés par actions, il s’introduit dans le circuit de la production nationale, il en fait l’objet d’un commerce de brocanteur pour lequel tout est vénal, ou, pour mieux dire, négociable; il dépouille ainsi les industries des bases sur lesquelles pourrait s’édifier une propriété personnelle. C’est alors que naît entre employeurs et employés cet état d’esprit qui les rend étrangers les uns aux autres et qui conduit plus tard à la division de la société en classes. (p. 164)

La lutte des classes n’est pas une loi historique objective. C’est une galipette de brocanteurs juifs, un effet secondaire de la vénalité juive corrodant l’économie nationale. Toute connaissance historique ou critique formulant le contraire n’est que fatras, aux vues de l’orateur. Le Capital de Marx est un ouvrage confidentiel, sans impact réel sur les masses. L’anti-intellectualisme hitlérien entre alors dans la danse. Il s’associe étroitement à l’antisémitisme contre l’influence étonnante du marxisme.

Tout ce déluge de journaux, et tous les livres produits, année par année, par les intellectuels, glissent sur les millions d’hommes qui forment les couches inférieures du peuple, comme l’eau sur un cuir huileux. Cela ne peut s’expliquer que de deux manières: ou bien le contenu de toute cette production littéraire de notre monde bourgeois ne vaut rien, ou bien il est impossible d’atteindre jusqu’au cœur des masses par l’écrit seul. Ceci est évidemment d’autant plus vrai que la littérature en question fera montre de moins de psychologie, ce qui était ici le cas. Surtout qu’on ne vienne pas nous répondre (comme l’a fait un journal nationaliste de Berlin) que le marxisme lui-même, par sa littérature, et surtout par l’influence de l’œuvre fondamentale de Karl Marx, prouve le contraire de cette assertion. Jamais argument plus superficiel n’a été fourni à l’appui d’une thèse fausse. Ce qui a donné au marxisme son influence étonnante sur les masses populaires, ce n’est aucunement le produit formel, exprimé par écrit, des efforts de la pensée juive, mais c’est au contraire la prodigieuse vague de propagande orale qui s’est emparée, au cours des ans, des masses ouvrières. Sur cent mille ouvriers allemands, en moyenne, on n’en trouvera pas cent qui connaissent cette œuvre [Le Capital], qui est étudiée mille fois plus par les intellectuels et surtout par les Juifs que par les véritables adeptes de ce mouvement dans la foule des prolétaires. En effet, cet ouvrage n’a jamais été écrit pour les grandes masses, mais exclusivement pour l’équipe dirigeante de la machine juive à conquérir le monde; elle fut ensuite chauffée par un tout autre combustible: par la presse. Car voilà ce qui distingue la presse marxiste de notre presse bourgeoise: dans la presse marxiste écrivent des propagandistes, et la presse bourgeoise confie sa propagande à des écrivailleurs. L’obscur rédacteur socialiste, qui presque toujours n’entre à la rédaction qu’au sortir d’un meeting, connaît son monde comme nul autre. Mais le scribe bourgeois, qui sort de son cabinet de travail pour affronter la grande masse, se sent déjà malade à la seule odeur de cette masse, et n’est pas moins impuissant vis-à-vis d’elle quand il emploie le langage écrit. (p. 244)

Le folliculaire marxiste sent bien les masses, le folliculaire bourgeois non. Le marxiste serait-il des deux le meilleur sociologue? Tentant. On en viendra donc inévitablement à se demander ce que Hitler pense du marxisme, en soi, comme pensée, indépendamment des objectifs politiques de combat bien circonscrits qu’il sert ou entrave. L’orateur ne nous parlera jamais vraiment sincèrement sur cette question mais quand même, lisons.

Cette doctrine est un mélange inextricable de raison et de niaiserie humaine, mais ainsi dosé que seul ce qu’elle a de fou peut être réalisé, et jamais ce qu’elle a de raisonnable. En refusant à la personnalité et, par suite, à la nation et à la race qu’elle représente, tout droit à l’existence, elle détruit la base élémentaire de ce qui constitue l’ensemble de la civilisation humaine, laquelle dépend précisément de ces facteurs. Voilà l’essence même de la philosophie marxiste, autant qu’on peut donner le nom de «philosophie» à ce produit monstrueux d’un cerveau criminel. La ruine de la personnalité et de la race supprime le plus grand obstacle qui s’oppose à la domination d’une race inférieure, c’est-à-dire de la race juive. Ce sont précisément ses théories extravagantes en économie et en politique qui donnent sa signification à cette doctrine. Car l’esprit qui l’anime détourne tous les hommes vraiment intelligents de se mettre à son service, tandis que ceux qui ont moins l’habitude d’exercer leurs facultés intellectuelles et qui sont mal informés des sciences économiques s’y rallient bannières au vent. L’intelligence nécessaire à la conduite du mouvement —car même ce mouvement a besoin, pour subsister, d’être dirigé par l’intelligence— c’est le Juif qui, en «se sacrifiant», la tire du cerveau d’un de ses congénères. Voilà comment naît un mouvement de travailleurs exclusivement manuels conduits par les Juifs. Il a, en apparence, pour but d’améliorer la condition des travailleurs; en réalité, sa raison d’être est de réduire en esclavage et, par là, d’anéantir tous les peuples non-juifs. (p. 167)

L’orateur est constant dans sa ligne doctrinale. Nationaliste, il hait l’internationalisme. Personnaliste, il hait le collectivisme. Populiste, il hait les intellectuels. Antisémite, il hait Marx. À cela se surajoute le fait qu’il n’a pas une très haute opinion des révolutions, les révolutions française et russe au premier chef.

Qu’on ne pense pas que la révolution française serait jamais sortie des théories philosophiques, si elle n’avait pas trouvé une armée d’agitateurs, dirigée par des démagogues de grand style, qui excitèrent les passions du peuple qui souffrait, jusqu’à ce qu’eût lieu la terrible éruption volcanique qui figea de terreur toute l’Europe. De même, la plus grande convulsion révolutionnaire des temps nouveaux, la révolution bolchéviste en Russie fut provoquée non pas par les écrits de Lénine, mais par l’activité oratoire haineuse d’innombrables apôtres —petits et grands— de la propagande parlée. Ce peuple qui ne savait pas lire, vraiment, ne put pas se passionner pour la révolution communiste en lisant Karl Marx, mais il la fit, parce que des milliers d’agitateurs —tous, il est vrai, au service d’une même idée— lui promirent toutes les splendeurs du ciel. (p. 246)

Alors, une fois Hitler nous dit que l’impact de masse du marxisme n’est pas au mérite desdites masses mais de ses chefs et de ses agitateurs (strictement comme orateurs, hein, pas comme auteurs d’ouvrages écrits. Centré sur lui-même, Hitler préfère de loin les hitlériens aux léniniens). L’autre fois il nous annonce que l’impact de masse du marxisme, au contraire, n’est pas au mérite de ses chefs (qui sont des minus) mais au démérite de ses adversaires bourgeois. C’est très nettement tout pour dénigrer, quitte à ouvertement se contredire.

Le marxisme avait triomphé non pas grâce au génie supérieur d’un chef quelconque, mais à cause de la faiblesse pitoyable et sans bornes, à cause du lâche renoncement du monde bourgeois. Le reproche le plus cruel qu’on puisse faire à notre bourgeoisie, c’est de constater que la révolution n’a pas mis en vedette le moindre cerveau, mais qu’elle l’a soumise quand même. On peut encore comprendre qu’on puisse capituler devant un Robespierre, un Danton, un Marat, mais il est scandaleux de s’être mis à quatre pattes devant le grêle Scheidemann ou le gros Erzberger, ou un Friedrich Ebert, et tous les autres innombrables nains politiques. Il n’y eut vraiment pas une tête dans laquelle on aurait pu voir l’homme de génie de la révolution. Dans le malheur de la patrie, il n’y avait que des punaises révolutionnaires, des spartakistes de pacotille en gros et en détail. Cela n’aurait eu aucune importance si on en avait supprimé un; le seul résultat aurait été qu’une poignée d’autres sangsues, aussi nulles et aussi avides, auraient pris sa place. (p. 281)

Il est vraiment ironique et pathétique que Hitler n’arrive pas à voir l’homme de génie de la révolution allemande de 1918-1919. C’est tout simplement que ce génie, c’était une femme: la spartakiste Rosa Luxemburg. Une juive polonaise (dont le nom n’est évidemment jamais mentionné dan Mein Kampf) dont la mort brutale en 1919 fut très nuisible au mouvement révolutionnaire allemand… et je vous emmerde, monsieur l’orateur. En tout cas au final, le marxiste, s’il faut se résumer: c’est le grand ennemi à abattre, l’obsession de tous les instants, le monstre rouge caché sous le lit du théoricien politique Hitler.

L’État allemand est assailli bien rudement par le marxisme. Dans une lutte qui dure depuis soixante-dix ans [depuis 1855], non seulement il n’a pu empêcher le triomphe de cette idéologie, mais il a été forcé de capituler presque sous tous les rapports, en dépit de milliers d’années de bagne et de prison, et des répressions les plus sanglantes dont il frappait les militants de cette idéologie marxiste qui le menaçait. (Les dirigeants d’un État bourgeois essayeront de nier tout cela, mais en vain). L’État qui, le 9 novembre 1918, capitula sans conditions devant le marxisme, ne pouvait, du jour au lendemain, s’en rendre maître; au contraire: les bourgeois idiots, assis dans les fauteuils ministériels, radotent déjà aujourd’hui de la nécessité de ne pas gouverner contre les ouvriers, ce qui signifie pour eux «contre les marxistes». En identifiant l’ouvrier allemand avec le marxisme, ils commettent non seulement une falsification, aussi lâche que mensongère, de l’histoire, mais ils s’efforcent de dissimuler ainsi leur propre effondrement devant l’idée et l’organisation marxistes. En présence de la subordination complète de l’État actuel au marxisme, le mouvement national-socialiste a d’autant plus le devoir, non seulement de préparer par les armes de l’esprit le triomphe de son idée, mais aussi celui d’organiser, sous sa propre responsabilité, la défense contre la terreur de l’Internationale ivre de sa victoire. (p. 276)

La mission du nazisme devient alors d’une simplicité d’acier. Réintégrer les ouvriers allemands dans un espace de représentations politiques et militantes qui soit fondamentalement raciste (C’est seulement quand s’opposera à la conception philosophique internationaliste —dirigée politiquement par le marxisme organisé— le front unique d’une conception philosophique raciste qu’une égale énergie au combat fera se ranger le succès du côté de l’éternelle vérité. p. 201) et aussi strictement nationaliste (et non internationaliste). Le tout selon un mode de fonctionnement intégralement exempt de contradictions sociales, capitaliste-corporatiste par implicite, démagogue-populiste par obligation, et profondément collabo de classe.

L’incorporation dans une communauté nationale de la grande masse de notre peuple, qui est aujourd’hui dans le camp de l’internationalisme, ne comporte aucune renonciation à l’idée que chacun défende les intérêts légitimes des gens de sa condition. Tous ces intérêts particuliers aux différentes conditions ou professions ne doivent entraîner en rien une séparation entre les classes: ce ne sont que des phénomènes résultant normalement des modalités de notre vie économique. La constitution de groupements professionnels ne s’oppose en rien à la formation d’une véritable collectivité populaire, car celle-ci consiste dans l’unité du corps social dans toutes les questions qui concernent ce corps social. L’incorporation d’une condition, devenue une classe, dans la communauté populaire, ou seulement dans l’État, ne se produit pas par abaissement des classes plus élevées, mais par relèvement des classes inférieures. La bourgeoisie d’aujourd’hui n’a pas été incorporée dans l’État par des mesures prises par la noblesse, mais par sa propre activité et sous sa propre direction. Le travailleur allemand n’est pas entré dans le cadre de la communauté allemande à la suite de scènes de fraternisation larmoyante, mais parce qu’il a consciemment relevé sa situation sociale et culturelle jusqu’à atteindre sensiblement le niveau des autres classes. Un mouvement qui s’assigne un but semblable devra chercher ses adhérents d’abord dans le camp des travailleurs. Il ne doit s’adresser à la classe des intellectuels que dans la mesure où celle-ci aura saisi pleinement le but à atteindre. La marche de ce phénomène de transformations et de rapprochements de classes n’est pas une affaire de dix ou vingt ans: l’expérience conduit à penser qu’elle embrassera de nombreuses générations. (p. 177)

Et les juifs, dans la vaste vision utopique hitlérienne, n’en seront pas. Ils n’ont pas droit à la collectivité populaire nationale vu qu’ils n’ont pas droit à un pays. Ni à un pays d’adoption, ni à un pays qui soit pleinement le leur. Rien de nouveau sous le soleil.

.

Sur le sionisme

Bon, alors, nos fachosphériques contemporains sont aussi anti-juifs que Hitler. Simplement, ils se croient très fins et très subtils en remplaçant, verbalement, l’antisémitisme (perçu désormais comme trop ouvertement racialiste et raciste) par de l’anti-sionisme (opposition à la réalité nationale d’Israël). Sauf qu’à cette pirouette rhétorique près, le reste du montage obscurantiste reste parfaitement inchangé. L’Israël séculaire cherche toujours à occultement contrôler le monde, comme le pensait Hitler (Les meilleurs cerveaux de la juiverie croient déjà voir approcher le moment où sera réalisé le mot d’ordre donné par l’Ancien Testament et suivant lequel Israël dévorera les autres peuples. p. 329) et même le gadget de la franc-maçonnerie montre le bout de l’oreille de temps à autre, au jour d’aujourd’hui, comme chez Hitler. (Tandis que le Juif sans patrie et international nous serre à la gorge, lentement mais sûrement, nos soi-disant patriotes hurlent contre l’homme et le système qui ont osé, fût-ce sur un seul point du globe, se libérer de l’étreinte judéo-maçonnique, et opposer une résistance nationaliste à ce poison de l’idéologie internationale et universelle. (p. 241). La hargne anti-juive contemporaine n’a absolument rien à envier à la virulence de Hitler. De fait, elle en est l’héritière directe, ouverte ou cachée. La cause sociale, d’autre part parfaitement légitime, de la Palestine occupée n’a vraiment pas besoin de toutes ces élucubrations et ce blablabla fallacieux et mystificateur sur Sion.

Le fait est que, bon, Hitler, lui aussi, dès Mein Kampf, parlait de Sion et de Sionisme… eh oui, comme vous et moi. L’orateur mentionne d’abord, et commente, les fameux Protocoles, en nous servant à leur sujet la salade conspiro bien connue (qui vient de lui donc, elle aussi, eh oui).

Les «Protocoles des sages de Sion», que les Juifs renient officiellement avec une telle violence, ont montré d’une façon incomparable combien toute l’existence de ce peuple repose sur un mensonge permanent. «Ce sont des faux», répète en gémissant la Gazette de Francfort et elle cherche à en persuader l’univers; c’est là la meilleure preuve qu’ils sont authentiques. Ils exposent clairement et en connaissance de cause ce que beaucoup de Juifs peuvent exécuter inconsciemment. C’est là l’important. Il est indifférent de savoir quel cerveau juif a conçu ces révélations; ce qui est décisif, c’est qu’elles mettent au jour, avec une précision qui fait frissonner, le caractère et l’activité du peuple juif et, avec toutes leurs ramifications, les buts derniers auxquels il tend. Le meilleur moyen de juger ces révélations est de les confronter avec les faits. Si l’on passe en revue les faits historiques des cent dernières années [1825-1925] à la lumière de ce livre, on comprend immédiatement pourquoi la presse juive pousse de tels cris. Car, le jour où il sera devenu le livre de chevet d’un peuple, le péril juif pourra être considéré comme conjuré. (pp. 160-161)

Mais, plus fondamentalement, Hitler commente, avec sa virulence habituelle, le sionisme, ce mouvement fondé en 1897 par Theodor Herzl et aspirant à imposer une nation géographiquement délimitée aux juifs du monde. Et, encore une fois, les juifs ne peuvent tout simplement rien faire de bon. Lisons.

Un grand mouvement qui s’était dessiné parmi eux et qui avait pris à Vienne une certaine ampleur, mettait en relief d’une façon particulièrement frappante le caractère ethnique de la juiverie: je veux dire le sionisme. Il semblait bien, en vérité, qu’une minorité seulement de Juifs approuvait la position ainsi prise, tandis que la majorité la condamnait et en rejetait le principe. Mais, en y regardant de plus près, cette apparence s’évanouissait et n’était plus qu’un brouillard de mauvaises raisons inventées pour les besoins de la cause, pour ne pas dire des mensonges. Ceux qu’on appelait Juifs libéraux ne désavouaient pas, en effet, les Juifs sionistes comme n’étant pas leurs frères de race, mais seulement parce qu’ils confessaient publiquement leur judaïsme, avec un manque de sens pratique qui pouvait même être dangereux. Cela ne changeait rien à la solidarité qui les unissait tous. Ce combat fictif entre Juifs sionistes et Juifs libéraux me dégoûta bientôt; il ne répondait à rien de réel… (p. 31)

Dans le temps de Hitler c’était comme aujourd’hui, en fait. Ô juif, que tu repousses le sionisme (et t’insinue dans tous les pays du monde) ou l’approuve (et impose au monde ton pays unique), ça ne va pas… car ton défaut n’est pas d’être libéral ou sioniste, mais tout simplement d’être juif et d’oser l’affirmer. C’est purement et tout simplement jamais correct. Lisons.

La domination du Juif parait maintenant si assurée dans l’État qu’il ose non seulement recommencer à se donner ouvertement pour Juif, mais confesser sans réserves ses conceptions ethniques et politiques jusque dans leurs dernières conséquences. Une partie de sa race se reconnaît ouvertement pour un peuple étranger, non sans d’ailleurs commettre un nouveau mensonge. Car lorsque le sionisme cherche à faire croire au reste du monde que la conscience nationale des Juifs trouverait satisfaction dans la création d’un État palestinien [d’un état juif localisé en Palestine], les Juifs dupent encore une fois les sots goïms de la façon la plus patente. Ils n’ont pas du tout l’intention d’édifier en Palestine un État juif pour aller s’y fixer; ils ont simplement en vue d’y établir l’organisation centrale de leur entreprise charlatanesque d’internationalisme universel; elle serait ainsi douée de droits de souveraineté et soustraite à l’intervention des autres États; elle serait un lieu d’asile pour tous les gredins démasqués et une école supérieure pour les futurs bateleurs. Mais c’est un signe de leur croissante assurance, et aussi du sentiment qu’ils ont de leur sécurité, qu’au moment où une partie d’entre les Juifs singe hypocritement l’Allemand, le Français ou l’Anglais, l’autre, avec une franchise impudente, se proclame officiellement race juive. (pp. 169-170)

Alors attention, suivez bien le mouvement. Hitler ne voulait pas du sionisme ou d’un état juif. Il y voyait le grand guêpier international-conspiro du futur. Que nos fachosphériques contemporains qui en disent autant, presque au mot à mot, en invoquant les arguments conspiros mondialistes rebattus usuels actuels, aient au moins la cohérence intellectuelle minimale de ne pas prétendre se démarquer de leur maître à penser doctrinal sur cette question: Adolf Hitler. Et ensuite, pour le coup, pour les gars de l’autre bord, lisons encore ceci.

Le Juif n’obéit à rien d’autre qu’au pur égoïsme. C’est pourquoi l’État juif —qui doit être l’organisme vivant destiné à conserver et multiplier une race— est, au point de vue territorial, sans aucune frontière. Car la délimitation du territoire d’un État suppose toujours une disposition d’esprit idéaliste chez la race qui le constitue et notamment une conception exacte de ce que signifie le travail. Dans la mesure où cette conception fait défaut, toute tentative pour former ou pour faire vivre un État délimité dans l’espace doit plus ou moins échouer. Par suite, il manque à cet État la base sur laquelle peut s’élever une civilisation. (p. 158)

Il faut alors s’aviser du fait que, quelque part, Hitler est pleinement fautif dans cette dernière citation, encore une fois. Bien oui, enfin, pensez-y. Aime, aime pas, Israël existe aujourd’hui. Il s’impose. Il prend le plancher. On peut pas le rater. Nier n’est pas jouer. Et, bon, contrairement à ce qu’anticipait l’orateur, les nationaux israéliens contemporains (idéalistes, conscients de leur race, nationalistes, militaristes, jusqu’au-boutistes, blablablabla, droitiers en masse, passablement fascisants même en fait) sont eux aussi de plain pied, sur ces histoires de pays et de sujétion des peuples qu’ils oppriment, des hitlériens, rien de moins! Qui l’eut cru, c’est arrivé. Tout le monde se réconcilie en Hitler. L’héritage putride de Mein Kampf inspire désormais les deux camps braqués, le pro-sioniste et l’anti-sioniste. Laissez s’installer la rigidité politico-militaire jusqu’au désespoir, et la propension fascisante reviendra. Et elle percolera dans tous les camps. comme si de rien. Voilà le signe le plus patent du fait qu’il serait peut-être temps de s’asseoir à une table de négociation et de changer de disque une bonne fois.

.

Sur l’art

On conclura, gavé, loadé, écœuré, en se tapant le cul par terre et en observant sans joie que Hitler conchie l’art moderne. Ce faisant, rantanplan, il s’en prend encore aux juifs.

Déjà à la fin du siècle dernier, commençait à s’introduire dans notre art un élément que l’on pouvait jusqu’alors considérer comme tout à fait étranger et inconnu. Sans doute y avait-il eu, dans des temps antérieurs, maintes fautes de goût, mais il s’agissait plutôt, dans de tels cas, de déraillements artistiques auxquels la postérité a pu reconnaître une certaine valeur historique, non de produits d’une déformation n’ayant plus aucun caractère artistique et provenant plutôt d’une dépravation intellectuelle poussée jusqu’au manque total d’esprit. Par ces manifestations commença à apparaître déjà, au point de vue culturel, l’effondrement politique qui devint plus tard plus visible. Le bolchévisme dans l’art est d’ailleurs la seule forme culturelle vivante possible du bolchévisme et sa seule manifestation d’ordre intellectuel. Que celui qui trouve étrange cette manière de voir examine seulement l’art des États qui ont eu le bonheur d’être bolchévisés et il pourra contempler avec effroi comme art officiellement reconnu, comme art d’État, les extravagances de fous ou de décadents que nous avons appris à connaître depuis la fin du siècle sous les concepts du cubisme et du dadaïsme. Même pendant la courte période de la république soviétique bavaroise, ce phénomène avait apparu. Déjà là on pouvait voir combien toutes les affiches officielles, les dessins de propagande dans les journaux, etc., portaient en eux-mêmes non seulement le sceau de la décomposition politique, mais aussi celui de la culture. Un effondrement culturel, comme il commençait à s’en manifester depuis 1911 dans les élucubrations futuristes et cubistes, aurait été, il y a encore soixante ans [en 1865], aussi peu prévisible que l’effondrement politique dont nous constatons la gravité. Il y a soixante ans, une exposition des témoignages que l’on a appelés «dadaïstes» aurait paru tout simplement impossible et ses organisateurs auraient été internés dans une maison de fous, tandis qu’aujourd’hui ils président des sociétés artistiques. Cette épidémie n’aurait pas pu voir le jour, car l’opinion publique ne l’aurait pas tolérée et l’État ne l’aurait pas regardée, sans intervenir. Car c’était une question de gouvernement, d’empêcher qu’un peuple soit poussé dans les bras de la folie intellectuelle. Mais un tel développement devait finir un jour; en effet, le jour où cette forme d’art correspondrait vraiment à la conception générale, l’un des bouleversements les plus lourds de conséquences se serait produit dans l’humanité. Le développement à l’envers du cerveau humain aurait ainsi commencé… mais on tremble à la pensée de la manière dont cela pourrait finir. (p. 135)

Les juifs sont, selon l’orateur, de mauvais artistes pistonnés ayant, de ce fait, pignon sur rue (Le fait est que les neuf dixièmes de toutes les ordures littéraires, du chiqué dans les arts, des stupidités théâtrales doivent être portés au débit d’un peuple qui représente à peine le centième de la population du pays. Il n’y a pas à le nier; c’est ainsi. p. 32). Hitler va jusqu’à formuler une sorte de grossière typologie des Beaux-Arts, en fonction de l’inaptitude intrinsèque qu’aurait le juif à s’y adonner.

Pour apprécier quelle est la position du peuple juif à l’égard de la civilisation humaine, il ne faut pas perdre de vue un fait essentiel: il n’y a jamais eu d’art juif et, conséquemment, il n’y en a pas aujourd’hui; notamment les deux reines de l’art: l’architecture et la musique, ne doivent rien d’original aux Juifs. Ce que le Juif produit dans le domaine de l’art n’est que bousillage ou vol intellectuel. Mais le Juif ne possède pas les facultés qui distinguent les races créatrices et douées par suite du privilège de fonder des civilisations. Ce qui prouve à quel point le Juif ne s’assimile les civilisations étrangères que comme un copiste, qui d’ailleurs déforme son modèle, c’est qu’il cultive surtout l’art qui exige le moins d’invention propre, c’est à dire l’art dramatique. Même ici il n’est qu’un bateleur ou, pour mieux dire, un singe imitateur; même ici il lui manque l’élan qui porte vers la véritable grandeur; même ici il n’est pas le créateur de génie, mais un imitateur superficiel sans que les artifices et trucs qu’il emploie arrivent à dissimuler le néant de ses dons de créateur. Ici la presse juive vient à son secours avec la plus grande complaisance en entonnant les louanges du bousilleur le plus médiocre, à condition qu’il soit juif, de sorte que le reste du monde finit par se croire en présence d’un artiste, tandis qu’il ne s’agit en réalité que d’un misérable histrion. (p. 158)

Ouf, c’est tellement Hitler, l’histrion dans tout ceci, en fait. Personne d’autre. Mais les inepties qu’il raconte ici au sujet des juifs et des arts, qu’est-ce qu’on les entend encore passablement aujourd’hui. Et les petits brunâtres qui se croient finfins, subtils et novateurs en redisant ces fadaises ad nauseam prennent pourtant bien soin de discrètement renier leur Maître ès Arts en nous les crachant au visage: Adolf Hitler, tel qu’il persiste, signe et casse souverainement les pieds à la rationalité civique contemporaine encore, encore, et encore.

Voir aussi:
Lire Mein Kampf I: Principes généraux
Lire Mein Kampf II: Hitler économiste

.

avatar

Ysengrimus

Voir ici: http://ysengrimus.wordpress.com/about/

6 pensées sur “Lire Mein Kampf III: racialisme, antisémitisme, marxisme et sionisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *