Loto-Quebec, jeu compulsif et fausses représentations

Raymond Viger Dossier Jeu compulsif et gambling.

Loto-Québec et le suicide

liquidites Peu de temps après l’ouverture du Casino de Montréal, j’étais intervenant de crise auprès de personnes suicidaires. J’ai vu une augmentation drastique du nombre de joueur compulsif entrer en crise suicidaire. Des gens de tous âges, mineurs et retraités. Début des années 1990, Loto-Québec avait été rencontré pour que nous puissions intervenir directement à partir du Casino. Notre proposition d’intervention a été décliné sous prétexte qu’il n’y avait pas de problème de suicide au Casino et qu’il n’y avait pas de problème de jeu compulsif. Les mensonges de Loto-Québec débutent.

Loto-Québec et les mineurscasino

En 1996 quand nous avons questionné Loto-Québec sur les jeunes mineurs qui entraient au Casino de Montréal comme bon leur semble, la réponse était simple, il n’y a pas de mineurs au Casino de Montréal.

Shefferville et les appareils de loteries vidéos

Anne Panasuk a produit des documentaires pour Radio-Canada qui avaient fait mal paraître Loto-Québec. À Shefferville, le nombre d’appareils de loteries vidéos dépassaient la moyenne casinomotard nationale pour le nombre d’habitant. Mme Anne Panasuk a pu constater la mauvaise volonté de Loto-Québec dans ce dossier. La persévérance de Mme Panasuk avait permis de brasser l’insouciance de Loto-Québec.

Recours collectif des joueurs compulsifs contre Loto-Québec

Des joueurs compulsifs tentent de poursuivre Loto-Québec pour manipulation. De 2002 jusqu’au début du procès en septembre 2008, Loto-Québec a imaginé tous les recours possibles pour étirer le temps et tenter de décourager les joueurs compulsifs.

Alain Dubois tenait un blogue qui décrivait les événements du recours collectif. Une ordonnance de non publication l’oblige de fermer son blogue. M. Dubois décide de se présenter pour assister aux séances du recours collectif, comme tout citoyen y a droit pour une débat publique. Reconnu dans la salle par les avocats de Loto-Québec, ceux-ci ont réussi à le faire sortir de la cour.

Étude truquée de la Régie des alcools des courses et des jeux

Le 19 mai, Yves Boisvert dans le quotidien La Presse publie un article sur des avertissement supercheries concernant Loto-Québec. La Régie des alcools, des courses, des jeux (RACJ), censé réguler et surveiller le jeu au Québec, tripote une étude de l’INRS.

Une étude touchant entre autre les dangers des appareils de loterie vidéo. Un appel du ministère des Finances pour mettre son grain de sel dans l’étude: «Votre étude est dangereuse pour l’économie québécoise». Ce même fonctionnaire qui reçoit une promotion à la RACJ.

Un rapport de 114 pages qui n’a jamais été publié, la RACJ annonçant aux gens de l’INRS que l’étude ne sera pas retenue. Bizarre. On commande une étude et si elle ne fait pas notre affaire on la fait disparaître.La vérité éclabousse Loto-Québec. Lors du procès du recours collectif Brochu contre Loto-Québec la RACJ avait déposé une étude truquée de 53 pages provenant de l’étude initiale, rajoutant un logo sur l’étude, changé la date de publication… Usage de faux déposé devant un juge! Le ministre Jacques Dupuis déclenche une enquête sur ce faux rapport de la RACJ.

PS 4 juin 2009 Changement majeur dans les dires sous serments du chercheur ayant réalisé la recherche pour la Régie des Alcools des courses et du Jeu. C’est lui qui a fait les changements dans la recherche!

Peut-on avoir encore confiance en Loto-Québec?

mendiant Si on veut brosser un tableau complet de la philosophie de Loto-Québec, il faudra faire une recherche plus approfondie. Une étude qui incluerait des questions sur les budget de commandites de Loto-Québec dans tous les festivals, les arts et autres événements qui devraient se retrouver sous l’autorité du ministère de la culture. Une autre question devrait aussi être posé sur le contrôle que Loto-Québec aurait sur la Fondation mise sur toi, une fondation dite « indépendante » en prévention du jeu compulsif, mais financé par Loto-Québec…Avec tout ce qui se dit sur Loto-Québec depuis 20 ans, avec toutes les menteries que nous avons entendu depuis 20 ans, est-ce que l’enquête du ministre de la Justice Jacques Dupuis va permettre de faire la lumière sur cette saga? Est-ce que le ministère de la Justice va réussir à défier non seulement Loto-Québec, mais le ministère des Finances?Mon coeur d’enfant qui rêve en la justice sociale ose encore espérer que oui. Parce que nous ne pouvons pas décrocher. Parce qu’en décrochant, c’est Loto-Québec qui gagnerait. Et ça, c’est inacceptable.

Textes sur le Gambling et jeu compulsif:

Témoignage d’un joueur compulsif

Comment fidéliser un gambler?

DVD prévention gambling et jeu compulsif

Être le conjoint d’un gambler

Le prix à payer pour devenir un gambler

La Sérénité pour un joueur compulsif

Biz Locolocass et le gambling

Éléonore Mainguy, ex-croupière du Casino

Did Tafari Bélizaire, casino, jeu compulsif et suicide

Jeux de cartes entre amis

Statistiques du pile ou face

Responsabilité de Loto-Québec

Une pensée sur “Loto-Quebec, jeu compulsif et fausses représentations

  • avatar
    23 mai 2009 à 5 05 51 05515
    Permalink

    Raymond, je pense que vos suivis sur Loto-Québec sont parmi les meilleurs. Voilà un sommaire bien ficelé de la mauvaise foi de LQ et cela soulève de nombreux questionnements qu’on devrait explorer dans un débat de société sur l’avenir de telles institutions. Cette province nous appartient et nous devrions choisir ce que nous pensons être le meilleur pour notre société, nos enfants et notre futur.

    Dites, Alain Dubois a été mis à la porte des séances du recours collectif, mais est-ce qu’il y avait vraiment une base légale à tout cela, ou si ce n’était que de la censure d’un citoyen qui dérange trop? Comment peut-on empêcher un citoyen d’assister à des audiences publiques?

    Merci pour votre excellent travail et pour nous tenir au courant.

    François M.

    Répondre
  • avatar
    23 mai 2009 à 7 07 08 05085
    Permalink

    Bonjour François M.

    Quand les avocats de Loto-Québec ont apercus Alain Dubois qui assistait au recours collectif, ils l’ont rajouté sur la liste des gens qui pourraient être convoqué à témoigner. Ceux qui ont à témoigner ne peuvent assister au procès. Ce fût une drôle de coincidence de décider de le rajouter sur la liste des témoins potentiels 6 mois après le début des procédures, la journée où il se présente comme observateur. Nous savons tous que les avocats de Loto-Québec ne veulent pas entendre Alain Dubois témoigner.

    Répondre
  • avatar
    23 mai 2009 à 7 07 33 05335
    Permalink

    Ouf, je vois. Une superbe coïncidence, un hasard inouï j’imagine. Bravo pour le processus de démocratie et de liberté d’expression encore une fois.

    Loto-Québec et leurs avocats font du bon travail…

    Répondre
  • avatar
    23 mai 2009 à 8 08 37 05375
    Permalink

    Quand ce n’est pas avec leurs commandites et leurs publicités, c’est par la bouche de leurs avocats que Loto-Québec tente de tout contrôler.

    Répondre
  • avatar
    23 mai 2009 à 13 01 00 05005
    Permalink

    Que je suis donc content ! J’avais mis la puce à l’oreille de François M. concernant la liberté d’expression (on censure un livre qui parle de la Caisse de dépôt), et on viole le droit d’auteur en trafiquant cette étude d’Yves Boisvert. Pourquoi ?

    De ce que j’ai lu, ce qu’on a retiré disait qu’à long terme, les appareils de loterie vidéo finissent par augmenter le nombre de joueurs à problèmes.

    Donc, cessez de ridiculiser les joueurs compulsifs qui prétendent que ces machines créent une dépendance. C’est sûr que les gens ne sont pas obligés de jouer dans ces machines, tout comme ils ne sont pas obligés de fumer de la cigarette.

    Or, on le sait, la cigarette crée une dépendance. Et les loteries vidéo créent une dépendance elle aussi. Cette étude aurait grandement aidé à le prouver, mais il ne faut pas toucher à la vache à lait du gouvernement, d’autant plus qu’on vient de foutre en l’air l’économie des Québécois.

    40 milliards de dollars, c’est pas $40. Comment pensez-vous que cela va nous prendre de temps à combler ce trou ? On vient d’hypothéquer les générations futures. Oubliez vos rentes quand vous serez rendus à la retraite, un certain Henri-Paul Rousseau a eu la brillante idée d’aller les jouer, car la spéculation c’est jouer son argent, mais d’une autre manière. Encore que ce n’était pas SON argent.

    Et comme conséquence, le gouvernement va continuer d’aller chercher dans nos poches via ses machines à poker et ses casinos, l’argent qu’il nous doit, car d’augementer les primes d’assurance-maladie et de CSST ne sera pas suffisant. Déjà qu’il ne sera pas en mesure de payer totalement cette année même, les travailleurs de la construction.

    Jacques Parizeau aurait une solution à proposer, qui s’élèverait au-dessus de toute partisanerie. Quelle classe ! J’espère que Jean Charest va l’écouter. Car Loto-Québec ne peut en aucun temps pallier au manque de liquidités du gouvernement. On tire suffisamment sur la ficelle de ce côté-là.

    Personnellement, je souhaite la réélection du Parti québécois, car jamais le Parti québécois n’aurait négliger l’intérêt des Québécois comme le fait ce gouvernement à l’heure actuelle.

    Répondre
  • avatar
    23 mai 2009 à 13 01 09 05095
    Permalink

    @Daniel Labonté

    Nous en avons plein les bras et on se fait voler de tous les côtés. Il serait tellement génial que vous nous montiez un petit dossier sur le livre censuré sur la Caisse de dépôt et nous le présenter sur le babillard.

    Répondre
  • avatar
    23 mai 2009 à 16 04 03 05035
    Permalink

    Le problème en basant nos finances sur le gambling ce sont toutes les conséquences sur la Santé. On augmente le budget du ministre des Finances à partir des casinos, mais celui de la Santé en a besoin d’encore plus pour soigner les gens.

    Répondre
  • avatar
    23 mai 2009 à 18 06 04 05045
    Permalink

    @ François M.

    Je viens de mettre la main sur un exemplaire de La caisse dans tous ses états de Mario Pelletier.

    Il raconte toute l’histoire de la Caisse, de sa création en 1966 jusqu’à aujourd’hui. Mario Pelletier est un ancien journaliste au Devoir.

    Cette perte de 40 millards représente 25 % de l’actif de la Caisse de dépôt. Henri-Paul Rousseau est entré en poste de 2001 et c’est à partir de là que cela s’est mis à graduellement dégringolé. Il est définitivement responsable de ce qui est arrivé.

    Cependant, il faudrait me dire comment on fait pour afficher un texte sur votre babillard.

    Répondre
  • avatar
    23 mai 2009 à 22 10 49 05495
    Permalink

    @Daniel L.

    Je pense que derrière tout cela, certains acteurs pro-Canada comme Power Corp et les boursiers de Toronto qui haïssent le fait que le Québec puisse être indépendant financièrement, se sont réjouit de cette situation et franchement, je pense qu’il y ont participé. Rousseau et Charest sont des pions de l’empire Desmarais.

    Pour afficher un texte sur le babillard, il suffit de faire la même chose que ce que vous faites pour afficher des commentaires ici. Je n’hésiterai pas à reproduire vos informations sur mon blog personnel aussi. C’est probablement le dossier le plus important au Québec.

    Merci.

    Répondre
  • Ping : La RACJ… et la fierté « Les 7 du Québec

  • avatar
    24 mai 2009 à 21 09 49 05495
    Permalink

    D’après ce que j’ai lu du livre de Mario Pelletier, La caisse dans tous ses états, Henri-Paul Rousseau était obsédé par le rendement.

    Ce qui expliquerait pourquoi il aurait tant acheté de papier commercial PCAA. Jamais il ne s’est pas soucié que c’était du capital à risque, car la cote était bonne. Or cette cotation ne veut rien dire, elle ne sert qu’à attirer l’investisseur.

    Mais la débandade serait surtout dûe au iceberg des subprimes à l’automne 2008, qui aurait forcé la Caisse à faire comme une vente de feu, c’est-à-dire sacrifier une partie de l’actif.

    Ce que je trouve déplorable dans tout cela, c’est que ces soidisants experts en finance n’auraient pas vu venir ce qui paraissait assez illusoire merci.
    Les subprimes étaient un véritable mirage. Et le pire, c’est qu’on y ait cru dur comme fer. Voyons !

    Comment peut-on penser que de prêter de l’argent à des gens qui n’ont pas la capacité de rembourser est bon pour l’économie ??? Cela me dépasse. Si je gagne $2000 par mois et que je dois $4000, pouvez-vous m’expliquer comment je vais faire pour trouver le $2000 manquant ???

    Pas surprenant que le marché financier s’est effondré, c’était aussi solide qu’un château de cartes.

    Et je pourrais citer d’autres exemples que nous donnent le livre de Mario Pelletier. Fait à souligner, Rousseau avait une idole, un certain Jim Collins qui aurait écrit un best-seller intitulé From Good To Great. Est-ce que quelqu’un connaît ce livre ?

    Enfin, je reviendrai avec plus de détails plus tard, je n’ai pas fini ma lecture, ni ma recherche. Cependant, je vois un point commun entre les joueurs compulsifs et nos experts de la finance : l’appât du gain.

    Répondre
  • avatar
    24 mai 2009 à 22 10 41 05415
    Permalink

    Effectivement, joueurs compulsifs, finances, marchés boursiers, entrepreneurs ont tous en commun ce goût d’en faire toujours plus, au risque de tout perdre, surtout le contrôle de leur vie. Combien d’entreprises ont fermé à cause de son entrepreneur qui était plus souvent qu’autrement au Casino?

    Le gambler perd son argent et se met à voler et mentir pour en trouver d’autres pour continuer à jouer. Le financier perd l’argent des autres pour gérer ses risques et il doit mentir pour couvrir les risques qu’il a encouru.

    Répondre
  • avatar
    15 novembre 2010 à 7 07 23 112311
    Permalink

    Bonjour,

    Voir mon blog (fermaton.over-blog.com).

    La page: millionnaire aux théorèmes Kogo/Inégalité, présente l’équation globale des tirages de la loto (Inégalité d’Érasme).

    Cordialement

    Clovis simard

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *