Manger pour vivre ou pour mourir

 

 


Parce que notre société technologique et moderne nous apporte l’abondance, et qu’une grande variété d’aliments de toutes sortes (fruits, légumes, poissons, viandes) sont à notre portée douze mois par année, peut-être croyons-nous, bien naïvement ou distraitement – car prenant pour acquis notre évolution sur nos ancêtres qui devaient se plier aux caprices des saisons pour se nourrir – que ces aliments sont bons pour notre santé. Faux! Il y a, en tout cas, deux aliments qui peuvent nuire grandement à notre corps : le sucre et le gluten. Surtout parce que nous les retrouvons dans presque tous les produits commercialisés. Cet article ne fera qu’un bref survol sur les insidieux dommages que fait le sucre dans l’organisme. Le sucre serait procancer.

 Le sucre est perçu comme une récompense, d’où notre assuétude

Le sucre est doux, fondant dans la bouche. L’enfant est très vulnérable aux publicités sur les gâteries sucrées. Les mauvaises habitudes ont fait que les sucreries et les desserts sont devenus un moyen de récompenser l’enfant. En effet, trop souvent, pour calmer un enfant ou lui faire plaisir, ou le remercier, on lui présente un bonbon, une sucrerie, un cornet, une boite de smarties. Son goût s’habitue à ces saveurs. Devenu adulte, l’enfant se récompense en mangeant du sucre.

Notre consommation de sucre augmente constamment depuis la Deuxième Guerre mondiale

Notre consommation de sucre serait passée de 30 kg par personne par année, en 1940, à 70 kg à la fin du XXe siècle. Le sucre est-il si bon que nous ne pouvons plus nous en passer? Du sucre, il y en a partout! Dans les aliments raffinés et transformés, les boissons gazeuses, les yaourts sucrés, les plats préparés, les additifs, les préservatifs, les résidus d’engrais chimiques, d’herbicides et d’insecticides, et, bien sûr, la malbouffe. Nous ne nous en apercevons pas, mais la majorité des Occidentaux sont trop enflés; cette enflure serait une conséquence de l’abus du sucre.

Le sucre, un produit détaxé

Saviez-vous que la vente des produits sucrés n’est absolument pas régulée, et que le sucre en tant que matière première est détaxé? Une sournoise relation de confiance s’établit avec le consommateur, dans le silence, lorsque le gouvernement endosse une situation. Les gens seront portés à croire que c’est pour leur bien. Ce qui me rappelle l’endoctrinement de la compagne cubaine de mon frère pour le sucre qui croyait très sincèrement que cet aliment était hautement nutritif pour la santé.

Depuis son jeune âge, cette jeune femme entendait à la télévision le président du pays, Fidel Castro, encourager son peuple à consommer du sucre, car c’était très bon pour la santé, proférait-il. Le président leur disait aussi qu’ils avaient la chance de vivre dans un pays qui en produisait! Cette croyance était si forte chez elle qu’elle causa des tensions entre mon frère et elle, parce qu’elle se sentait atteinte dans ses croyances les plus profondes. Est-elle jamais parvenue à se défaire de cette croyance, je n’en sais rien, puisque la relation s’est arrêtée par la suite.

Le sucre nourrirait les cellules cancéreuses et en favoriserait la croissance

Le Dr David Servan-Schreiber faisait il y a un certain temps cette révélation-choc : «Le cancer se nourrit de sucre.» Le biologiste allemand Otto Heinrich Warburg a découvert que le métabolisme des cellules cancéreuses était dépendant du sucre. Le scanner PET (ou TEP en français) pour détecter le cancer dans l’organisme, mesure les régions qui consomment le plus de glucose. Si, dans une région, on note une consommation excessive de glucose, il est fort probable qu’il s’agit d’un cancer. Pour que le sucre soit absorbé par les cellules, le corps secrète de l’insuline. Cette sécrétion d’insuline s’accompagne de la libération d’une molécule appelée Insulin-like growth factor-1 (IGF) qui, à son tour, participerait à la croissance des cellules cancéreuses ainsi qu’à leur invasion sur les tissus voisins. L’IGF augmenterait également l’inflammation, un autre facteur qui contribuerait à stimuler la croissance des cellules cancéreuses. Le sucre a un impact négatif sur la prise de poids, la carie dentaire et les maladies cardiovasculaires.

Quelques dangers de l’abus du sucre à relativement court terme

L’OBÉSITÉ

Il y a de plus en plus de personnes obèses, et des personnes qui font de l’embonpoint dans notre société, même chez les enfants. Ce qui m’attriste. Plusieurs personnes constatant une prise de poids font l’erreur de couper le gras animal, croyant ainsi rectifier la situation, tout en continuant à boire un coca-cola et à consommer des desserts. Or, le gras animal contiendrait plusieurs éléments qui protègent contre le cancer et les maladies cardiaques. Le taux élevé de cancer et de maladies cardiaques est plutôt associé à la consommation élevée d’huile végétale (Fred Pro July 1976 37 :9).

De plus, les enfants qui suivent une diète faible en gras souffrent de problèmes de croissance, problèmes d’apprentissage et troubles de lecture (Food Chem News 10/-3/94).

Un mot sur la consommation du bœuf dont certains disent qu’elle cause le cancer du colon. L’Argentine avec la plus haute consommation de bœuf, possède un plus bas niveau de cancer du colon que les Etats-Unis. Les Mormons ont un plus bas niveau de cancer du colon que les Adventistes du Septième Jour qui sont végétariens (Cancer Res 35 :3513 1975).

LE DIABÈTE

Sans être la seule cause du diabète, la consommation du sucre en est un facteur important. Il y aurait près de 10 000 personnes décédées chaque année à cause du diabète. Il est étonnant que les politiciens ne parlent jamais de ces statistiques. On estime que la courbe des décès dus au diabète suit la courbe de consommation de sucre par an et par habitant.

MALADIE CHRONIQUE

Le sucre crée une acidité importante dans l’estomac (et les remontées acides irritent les parois de la gorge et de l’appareil digestif en général). En consommant régulièrement du sucre, l’organisme développe des carences en nutriments essentiels, tels vitamines, sels minéraux, fibres. L’organisme, affaibli, est plus vulnérable aux infections et aux maladies de type des angines, rhumes, etc.

LES ENFANTS AGITÉS

Il y a une incidence entre manger trop de sucre et avoir un comportement agité chez l’enfant.

L’HYPOGLYCÉMIE

Il est presque devenu banal d’entendre une personne dire qu’elle souffre d’hypoglycémie. On appelle cette maladie le «mal du sucre», une maladie de civilisation de notre siècle. Ce syndrome fut identifié en 1924 à Birmingham (Alabama, Etats-Unis) par le Dr Seale Harris, et présenté et admis comme maladie fonctionnelle auprès de l’Association médicale américaine par le Dr Stephen Gyland en 1957. Neuf personnes sur dix seraient hypoglycémiques!

L’hypoglycémie regroupe un ensemble de symptômes et de problèmes de santé associés à une glycémie instable ou trop basse. Une anomalie reliée, dans la plupart des cas, à un déséquilibre glandulaire et à un pancréas hyperactif qui produit trop d’insuline. Le rôle de l’insuline, comme on le sait, est d’introduire le glucose présent dans le sang à l’intérieur des cellules. Les cellules vont transformer le glucose et l’oxygène en énergie pour assurer le bon fonctionnement des organes vitaux. La surproduction d’insuline peut entraîner une diminution dramatique de la glycémie, du niveau d’énergie.

Des aliments qui nous tuent à petits feux

Les farines blanches, le sirop de maïs élevé en fructose, le pain blanc, le riz instantané, les céréales sucrées, les pâtes trop cuites, et autres, ont aussi un impact majeur sur la production d’insuline parce qu’ils ont un index glycémique élevé et qu’ils sont encore très présents dans le régime alimentaire des Occidentaux.

Pour pallier la situation, voici une liste d’aliments excellents pour la santé

  • l’huile de coco – riche en acide laurique que l’organisme transforme en monolaurine, qui va protéger les cellules de l’attaque de virus et de bactéries;
  • l’artichaut – il possède des vertus diurétiques et digestives;
  • chou kale – Légume #1 sur l’échelle ORAC 1770, capacité d’absorption des radicaux oxygénés, (les épinards arrivent 2e avec 1260). Composés qui préviennent la formation de cellules cancéreuses. Détoxifiant. Rempli de calcium, fer, vitamines A , D et K;
  • les germinations – très riches en enzymes, vitamines et acides aminés;
  • les algues marines, dont le varech – riche en iode;
  • le gingembre – aide à la digestion. Améliore la circulation. Agit comme anti-viral et anti-microbes et booste le système immunitaire. Aide à diminuer le mauvais cholestérol;
  • vinaigre de cidre de pomme – empêche le développement de bactéries et de levures indésirables dans le système digestif. Antioxydants qui aident à prévenir le cancer. Contient de la pectine, une fibre qui se dissout dans l’eau et peut absorber l’eau, la graisse, les toxines et le cholestérol. La pectine améliore le métabolisme du glucose, baisse la tension artérielle, améliore la santé cardiaque. Potassium;
  • l’eau pure, bien sûr en remplacement des jus sucrés, des boissons gazeuses;

Chaque repas devrait être composé d’une assiette équilibrée

Si vous ne voulez pas vous priver complètement de sucre, à tout le moins, diminuez quelque peu sa consommation. Surtout, respectez l’équilibre entre PROTÉINES, GLUCIDES ET LIPIDES à chaque repas. C’est très facile.

À titre d’exemple, une assiette équilibrée contient environ :

  • 45 % de glucides (légumes, fruits, grains entiers)
  • 40 % de protéines (œufs, viandes, volailles, poissons, fruits de mer, légumineuses, graines)
  • 15 % de lipides (olives, fromages, noix, gras de cuisson, huiles)

Notre homme des cavernes ne manquait pas d’une nourriture variée

Hum! Contrairement à ce qu’on pourrait croire, notre homme des cavernes, et les peuples primitifs, mangeaient une grande variété d‘aliments : le gras de poisson et crustacé, gibier d’eau, mammifère marin, oiseaux, insectes, reptiles, ours, chien, porc, bœuf, mouton  chèvre, œufs, noix et lait gras (ADAMS Food and Evolution 1987.) Est-ce que l’eau vous vient à la bouche?

J’ai décidé hier de commencer à manger du gruau le matin

Me faire cuire un bon gruau le matin, ce qui prend de deux à trois minutes, en faisant revenir dans un chaudron à haute chaleur ¼ tasse de gruau avec ¾ tasse d’eau, ½ c. à thé de sel et ¼ c. à thé de bicarbonate de soude. Il s’agit de brasser continuellement jusqu’à la consistance désirée. Cela me rappelle les odeurs de la maison quand j’étais jeune et que ma mère nous préparait chaque matin un gruau avant de partir pour l’école.

Et puis, pourquoi pas des galettes de sarrasin?

Je n’ai jamais mangé de galettes de sarrasin. Elles signifiaient pour moi une nourriture fade et insipide. Ma sœur m’assure que c’est délicieux. On les fait cuire comme des crêpes. Bon, je vais m’y mettre! D’autant plus que le sarrasin est riche en fibres solubles et composés antioxydants et offre une des meilleure source de protéines de qualité. Ne contient aucun gluten.

Après tout, je mange pour vivre et non pour mourir.

CAROLLE ANNE DESSUREAULT

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d’argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l’épanouissement de la personne par la pratique de l’attention vigilante : la pleine conscience.

13 pensées sur “Manger pour vivre ou pour mourir

  • avatar
    27 octobre 2011 à 1 01 32 103210
    Permalink

    Merci pour cet article édifiant. Je me bats quant à moi contre un surpoids dû à mon amour de la table. Pourtant, je ne mange quasiment pas de sucre. Je suis sportive aussi. Mais il y a trente ans, je fumais. Lorsque j’ai arrêté, parce que je sentais mes poumons avoir de plus en plus de mal à fonctionner, j’ai pris une dizaine de kilos dont je n’ai jamais pu vraiment me débarrasser. Alors je mange moins. Mais c’est éprouvant. Pourtant, en France, les gens qui se nourrissent de manière sensée n’ont pas de problèmes d’obésité, parce que notre alimentation est pauvre en O.G.M. et autres substances nocives. Alors, j’imagine volontiers les dégâts que peuvent subir vos coreligionnaires, vous qui, du fait de l’acceptation des O.G.M. et pesticides, ne pouvez pratiquement plus, à moins d’un changement radical de comportement, cultiver de manière naturelle. Du nord au sud, l’Amérique est contaminée par les grands trusts alimentaires. Même le Mexique ne peut plus avoir un maïs non contaminé. C’est une véritable folie qui s’est abattue sur vos contrées et contre quoi nous luttons, en France, avec plus ou moins de bonheur. Monsanto est quasiment un état dans l’état. Il graisse la patte aux politiques et il est extrêmement difficile de se battre contre, à moins de lui faire la guerre ouvertement. Mais pour ça, il faut de bonnes armes, comme la mobilisation des populations. Nous vivons dans une période de folie, dans tous les domaines. Lorsque je citais notre combat contre l’aéroport de Notre Dame des Landes, près de Nantes, ce n’étais pas fortuit. Aujourd’hui, tout est combat, même dans une démocratie, parce que le monde politique est usé par les luttes intestines et ne peut plus contrôler la situation des pays qu’il gère. C’est pour cela que nous devons prendre fait et cause pour tous les combats pour la survie des gens et le respect de nos environnements respectifs. Sinon, le monde humain va de nouveau s’écrouler, et se vautrer dans les travers des extrémistes les plus infâmes.

    Répondre
  • avatar
    27 octobre 2011 à 4 04 09 100910
    Permalink

    Carolle,

    Bonjour,
    Un article de bons sens que nous envoyons sur Les Voix du Panda, avec votre accord, nous attendons votre inscription afin que vous puissiez en débattre si vous le souhaitez.
    http://www.panda-france.net

    Merci pour la qualité de vos propos qui valent le soin de passer les frontiéres.
    Cordialement,
    Le Panda
    Patrick Juan (Y)

    Répondre
    • avatar
      27 octobre 2011 à 9 09 48 104810
      Permalink

      Bonjour,

      Merci de vos commentaires encourageants. Je pars pour l’hôpital dans quelques minutes voir mon microbiologiste et de retour, je vais m’inscrire sur le site français.

      Bonne journée,

      Carolle Anne

      Répondre
  • avatar
    27 octobre 2011 à 8 08 04 100410
    Permalink

    Moi lorsque j’ai la chance de baiser c’est pas pour faire des flots.
    C’est mal?

    Si vous écrivez ce papier avec un gun sur la tempe…
    Vous lavez écrit pour vivre, si non
    Ça ne vous aurais pas empêcher de vivre de pas l’écrire.

    Répondre
  • avatar
    27 octobre 2011 à 8 08 36 103610
    Permalink

    Très bon rappel.

    Je serai plus iconoclaste en vous référant au chapitre 72 dont le titre est :

     » AU NOM DE L’AMOUR, LE PLUS SOURNOIS DES GÉNOCIDES INFANTILES: LE NON-STOP ALIMENTAIRE  »

    du livre du naturopathe Robert Masson : Mythes et mensonges des régimes classiques et des diététique naturelles, Albin Michel

    À la page 181 on retrouve le commentaire suivant extrait d’une lettre à lui adressée par une puéricultrice diplômée d’État :  » Monsieur…depuis trois ans nous avons établi les régimes des enfants en essayant de suivre vos conseils. Les résultats sont parlant, nous avons réduit de 80% la facture du médecin ORL et nous avons rarement des otites malgré l’état de santé des ENFANTS POLYHANDICAPÉS qui nous sont confiés. »

    Ce naturopathe nous éclaire de la notion du  » Potentiel Vital Homéostasique  » et fait comprendre que le « dispatchage » de l’énergie vers la digestion nuit à l’entretien de l’organisme. Et note d’autres causes qui, monopolisant ce PVH, entrainent de multiples désagréments.

    Il y a même un chapitre sur l’ostéoporose chez la femme causée par la consommation de fruits crus dont les acides sont neutralisés par la fuite calcique.

    Riche, riche, riche ce livre.

    Cordialement.

    Répondre
  • avatar
    27 octobre 2011 à 8 08 40 104010
    Permalink

    gaiagenaire
    27 octobre 2011 à 08:36
    Très bon rappel.

    Je serai plus iconoclaste en vous référant au chapitre 72 dont le titre est :

    » AU NOM DE L’AMOUR, LE PLUS SOURNOIS DES GÉNOCIDES INFANTILES: LE NON-STOP ALIMENTAIRE »

    du livre du naturopathe Robert Masson : Mythes et mensonges des régimes classiques et des diététique naturelles, Albin Michel

    À la page 181 on retrouve le commentaire suivant extrait d’une lettre à lui adressée par une puéricultrice diplômée d’État : » Monsieur…depuis trois ans nous avons établi les régimes des enfants en essayant de suivre vos conseils. Les résultats sont parlant, nous avons réduit de 80% la facture du médecin ORL et nous avons rarement des otites malgré l’état de santé des ENFANTS POLYHANDICAPÉS qui nous sont confiés. »

    Ce naturopathe nous éclaire de la notion du » Potentiel Vital Homéostasique » et fait comprendre que le « dispatchage » de l’énergie vers la digestion nuit à l’entretien de l’organisme. Et note d’autres causes qui, monopolisant ce PVH, entrainent de multiples désagréments.

    Il y a même un chapitre sur l’ostéoporose chez la femme causée par la consommation de fruits crus dont les acides sont neutralisés par la fuite calcique.

    Riche, riche, riche ce livre.

    Cordialement.

    Répondre
  • avatar
    27 octobre 2011 à 9 09 25 102510
    Permalink

    Encore plus dégueulasse il y a le glutamate monosodique qui est un aditif alimentaire et qui tue à petit feu. Il triple la quantité d’insuline que le pancréas sécrète. On en retrouve dans beaucoup et beaucoup d’aliments et plusieurs resto comme Burger King McDonald, Wendy’s, PFK, les soupes cambell, les chips Lay, les doritos etc.
    Il provoque une dépendance chez les gens et il est le facteur no 1 de l’obésité. Le gouvernement le sait mais laisse passer ça. Ils on fait des tests sur des rats et des souris. Ils les ont rendus obèses en les injectant au glutamate. Vous pouvez en apprendre plus en allant sur http://www.pubmed.com et tapez MSG obese. Incroyable!! Il y a aussi un livre écrit pas John Erb qui dénonce et révèle tout sur certain produits. Personnellement je mange presque toujours végétarien et biologique. C’est vrai que les galettes de sarrasin sont super bonnes. Ma mère nous en faisait presque tous les matins. Moi je mets un peu de sirop d’érable pour les manger. C’est un sucre naturel et très bon sur les galettes ou dans le gruau. Miam !! Mais il y aura toujours des gens qui vivent pour manger et d’autre qui mangent pour vivre. C’est le cas de dire qu’on se tue avec sa propre fourchette. Bon appétit.

    Répondre
  • avatar
    27 octobre 2011 à 9 09 42 104210
    Permalink

    Merci pour cet article Carolle Anne. Je lisais récemment, en ce qui concerne le sucre dans les aliments transformés, que les fabricants ‘cachent’ le contenu en sucre du produit sur l’étiquette en le distribuant dans plusieurs ingrédients qui sont en fait diverses formes de sucre, de sorte qu’il n’apparaît pas le 1er sur l’étiquette, vous faisant ainsi croire que le produit ne contient pas ‘tellement’ de sucre.

    Par exemple, le fabricant va utiliser du fructose, du sirop de mais à fructose élevé, des matières solides de sirop de mais, de la cassonnade, de la dextrose et d’autres ingrédients sucrés sur la même étiquette, mais aucun de ces ingrédients ne sera le premier sur la liste.

    Voici une référence à cet effet :

    http://www.naturalnews.com/021929.html#ixzz1bzLf9r88

    Aussi, rien n’oblige le fabricant à identifier les produits chimiques qui pourraient faire partie du produit.

    De plus, le fabricant peut sire que le produit est un muffin aux bleuets, par exemple, même si le produit ne contient aucun blueut.

    Natural news est un excellent site pour obtenir les informations les plus récentes à ce sujet.

    Répondre
  • avatar
    27 octobre 2011 à 9 09 50 105010
    Permalink

    Merci de la référence et du commentaire.

    Je vais certainement me procurer ce livre.

    Bonne journée,

    Carolle Anne

    Répondre
  • avatar
    27 octobre 2011 à 15 03 06 100610
    Permalink

    Le remède par excellence, c’est de ne plus acheter de plats cuisinés. Mieux vaut se contenter de quelques tranches d’un pain qu’on a fait, avec un fruit et quelques légumes, cuits ou crus, que de manger une pizza, succulente soit, mais qui va vous démolir les intestins et tout le système endocrinien.

    Répondre
  • avatar
    28 octobre 2011 à 17 05 42 104210
    Permalink

    Je suis un peu surpris de voir l’huile de coco comme produit bénéfique …

    Le plus triste c’est quand les gens mangent des pâtisseries écœurantes de sucre. Si on veut doit faire un écart autant manger une bonne pâtisserie ou du vrai chocolat plutot que du sucre aromatise au chocolat comme j’appelle le « chocolat » bon marche. :mrgreen:

    Répondre
  • Ping : Petite revue de « l’info presque… » du 28 au 30 octobre 2011 | Les moutons enragés

  • avatar
    1 novembre 2011 à 15 03 19 111911
    Permalink

    Merci Carolle Anne pour cet excellent résumé de la situation.
    Pour les crêpes de sarrasin, je recommande vivement la crêperie du Marché Jean-Talon pour vous convaincre. Un pur délice!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *