Grève des étudiants pour les frais de scolarité

.

Qui est responsable d’incitation à la violence?

Suite aux déclarations de Claude Legault dans le Journal de Montréal, 23 étudiants sont blessés et 1 policier. Qui est responsable?

Raymond Viger Dossier Éducation, Médias

Claude Legault ne se cache d’avoir bel et bien dit au journaliste du Journal de Montréal Marc-André Lemieux:

Les étudiants ont le droit d’aller jusqu’au bout s’ils ne veulent pas payer plus. S’ils sont fâchés pis qu’ils ont envie de décâlisser des bagnoles à l’envers parce qu’on ne les écoute pas , eh bien qu’ils le fassent. Il faut arrêter d’être passif.

La police interroge Claude Legault sur le sens que celui-ci a donné à ses paroles. Claude Legault ne sera pas poursuivi pour incitation à la violence. Claude Legault en n’avait pas l’intention. Un cri du coeur, un cri de mobilisation… Mais y a-t-il quelqu’un qui est responsable de quelque chose dans les incidents qui ont suivi et qui en ont plusieurs à l’hôpital?

Un journaliste ne peut interpréter les paroles qu’on lui donne. Il a cependant la mission de rechercher la vérité et l’intérêt public. Que des artistes tels que Claude Legault appuie le mouvement de grève des étudiants peut être d’intérêt public. Mais où se trouve la vérité que le journaliste doit ramener dans son média?

Même si Claude Legault a bel et bien dit cela, la vérité est qu’il ne cherchait pas à inciter les étudiants à la violence. Le journaliste Marc-André Lemieux aurait dû le comprendre et questionner un peu plus Claude Legault au lieu de se limiter à cette citation et à la publier en gros caractère dans son média à sensation.

Qui est responsable d’incitation à la violence?

Le chef de pupitre et le rédacteur en chef aurait dû aussi questionner le journaliste et s’assurer que cette citation représentait bel et bien la position de Claude Legault. Ils devaient s’assurer que la citation représentait la vérité et non pas une citation qui ferait vendre de la copie et remplirait un bel encadré sensationnaliste.

Encore une fois, je suis obligé de me questionner sur la façon de travailler au Journal de Montréal. S’il y a un coupable d’incitation à la violence, j’amènerais le journaliste Marc-André Lemieux, le chef de pupitre et le rédacteur en chef Dany Doucet. Et pourquoi pas la présidente et éditrice Lyne Robitaille et le président et chef de la direction Pierre Karl Péladeau?

Je vous laisse quelques passages du code de déontologie de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). Vous pourrez juger par vous-même si le Journal de Montréal aurait pu agir différemment dans cette triste histoire concernant Claude Legault et les manifestations des étudiants.

Code de déontologie de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Préambule

Le rôle essentiel des journalistes est de rapporter fidèlement, d’analyser et de commenter le cas échéant les faits qui permettent à leurs concitoyens de mieux connaître et de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent.

2. Valeurs fondamentales du journalisme

Les journalistes basent leur travail sur des valeurs fondamentales telles que l’esprit critique qui leur impose de douter méthodiquement de tout…

3. Vérité et rigueur

3 b) Les journalistes doivent situer dans leur contexte les faits et opinions dont ils font état de manière à ce qu’ils soient compréhensibles, sans en exagérer ou en diminuer la portée.

3 c) Les titres et présentations des articles et reportages ne doivent pas exagérer ni induire en erreur.

3 f) Les journalistes doivent respecter fidèlement le sens des propos qu’ils rapportent.

Autres textes sur Médias

PS Le Café Graffiti fête ses 15 ans avec un  Spectacle de breakdance, vendredi, le 23 mars 2012 au Cégep Maisonneuve. Informations: cafegraffiti@cafegraffiti.net (514) 259-6900.

11 réflexions au sujet de « Grève des étudiants pour les frais de scolarité »

  1. Salut Raymond,

    Ton article est intéressant, mais j’ai une vision pas mal différente de toi de la déclaration de Claude Legault.

    Tu emploi le mot « vérité’ à quelques reprises. Quelle est la vérité? La vérité est que Claude le gault a dit ce qu’il a dit. Désirait-il vraiment que les étudiants renversent une bagnole lorsqu’il a dit ça? C’est dur à dire. Il est probable que c’était une déclaration spontanée dans le cadre d’un échange.

    Qui sont les vrais responsables, s’il y en a? Ceux qui ont renversé la voiture. Penser autrement, c’est comme dire que Legault contrôle les actions des étudiants, ou que les étudiants qui ont renversé la voiture ne sont pas assez intelligents pour savoir ce qu’ils font.

    Selon le code de déontologie des journalistes, il y en a plusieurs qui ne respectent pas les principes de base de leur propre code d’éthique.
    - rapporter fidèlement…analyser et commenter….pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit.

    Ouains… s’il fallait appliquer ce code à la lettre, il y a plusieurs journalistes qui seraient à la recherche d’un emploi, et pas les moins connus non plus.

  2. ‘l’esprit critique qui leur impose de douter méthodiquement de tout…’

    C’est pas des jokes. Wow.
    1) esprit critique
    2) douter
    3) méthodiquement
    4) de tout

    Et quels sont les recours pour faire sanctionner ces obligations? Quelles sont les sanctions? Le journaliste en défaut est-il jugé par d’autres journalistes? Qui représente les ‘concitoyens’ qui sont ceux qui ont droit à une information complète, véridique et factuelle.

    Il y a un problème quelque part. Mais le Québec est fameux pour ses lois et ses codes ronflants, bourrées de droits et d’obligations, qui ne sont jamais respectés et qu’on ne peut, pour diverses raisons, appliquer.

  3. Tiens, une autre nouvelle que vous ne verez pas dans La Paresse. C’est le début de la fin pour Monsato et les autres.

    Un tribunal du Minnessota vient de décider qu’un cultivateur d’aliments biologiques peut poursuivre son voisin qui faisait pousser des aliments génétiquement modifié et dont les pesticides ont contaminé le champ du voisin qui cultive des aliments biologiques.

    http://www.naturalnews.com/033216_GMO_contamination_lawsuits.html

  4. Dans le fond, Raymond n’a pas complètement tort. Ceux qui ont renversé la voiture sont responsables deleurs actes, mais le fait que le journaliste ait choisi le gros titre accrocheur sans questionner plus à fond Legault laisse songeur.

    Vous savez, ça fait l’affaire des autorités ces démonstrations. Ça leur donne l’occasion de montrer à tout le monde qui est le boss.

    Il serait préférable que les étudiants restent à la maison, aillent jouer au parc, et refusent tout simplement de se présenter à l’école. Si toutes les écoles étaient vides, que feraient les autorités?

    Ça, ça serait intéressant à voir. Les démonstrations, c’est prévisibles, et ça donne généralement pas grand chose. Éventuellement, tous les étudiants vont retourner dans le rang, comme des moutons.

    Peut-être qu’ils vont payer un peu moins cher que prévu, et puis après?

    Ça va changer quoi? Ça va tu leur donner une meilleure job quand il vont graduer?

    Le problème n’est pas seulement le coût de l’éducation, mais aussi la qualité de l’éducation, et l’objectif visé par cette éducation.

    Pourquoi on devrait subventionner les universités au juste?

    Plusieurs programmes ne mènent à pas grand chose ou pourrait être appris en ligne, en lisant sur Internet, comme les arts, l’histoire.

    D’autres programmes sont plus difficiles comme les sciences, le génie, la médecine. Dans ces cas, la formation profite à l’individu et aux entreprises qui les embauche. Les médecins sont embauchés par l’état, mais la santé est un autre domaine ou l’état n’a pas sa place.

    Donc, au bout du compte, pourquoi on paye soit pour des programmes qui rapportent peu au public, ou pour des programmes qui rapportent beaucoup aux individus et aux corporations qui les embauchent?

    Faut croire que je ne suis pas assez socialiste pour comprendre la logique là-dedans.

  5. Il me semble que ça aurait plus de bon sens de faire payer le coût de la formation spécialisée par les entreprises qui embauchent les étudiants des facultés concernées, et de faire payer les étudiants qui vont dans des programmes pour lesquels il y a peu de débouchés. L’idée n’est pas de faire payer les étudiants, mais de faire payer les entreprises.

    De cette façon, il y aurait un meilleur équilibre entre l’offre et la demande, au lieu d’avoir des surplus de gens qualifiés dans certains domaines et des pénuries dans d’autres.

    Mais le problème de fond est le gouvernemaman, qui ne représente plus les meilleurs intérêts des citoyens. Disons la vérité.

  6. J’ai essayé de trouver un cas ou le Conseil de Presse avait blâmé La Presse ou Gesca, mais je n’en ai pas trouvé. Par contre, les blêmes contre Québécor sont multiples.

    Est-ce que ça veut dire que La Presse est meilleure, ou que La Presse est mieux protégée? Je vous laisse le soin de décider.

    En attendant, j’ai trouvé cet article qui parle de la convergence Radio-Canada et Gesca et qui contient la perle suivante :

    ‘Par ailleurs, après une recherche quantitative par mots-clefs, concernant la période 1990 à 2010, Marc-François Bernier remarque que «quand La Presse parle des deux principaux réseaux de médias électroniques du Québec (Radio-Canada ou TVA), 7 fois sur 10 c’est de Radio-Canada dont il est question». Il n’est cependant pas en mesure de préciser si, la plupart du temps, le quotidien offre une couverture positive à son vis-à-vis.’

    http://projetj.ca/article/la-convergence-radio-canadagesca-existe-t-elle

  7. Messieurs Viger et A.L === C’est écrits quelque part vers la la fin des commentaires , l’avant dernier je crois : Disons la  »VÉRITÉ » , je l’écris pas comme vous mais…………, === Monsieur A.L. you are a  »KING » aussi. === Méfiez-vous aussi Monsieur A.L . Un jour ou l’autre , ils vont vous avoir de travers dans la cul……
    Jean-Marie De Serre.

  8. Bonjour Jean-Marie… j’espère que tu vas bien. Je ne veux pas être un king, juste vivre en paix, mais merci quand même pour le compliment. Je te proclame Chevalier de Tigwick.

    Pour le reste, je n’invente rien, et je n’en veux à personne, mais ça serait quand même bien un jour si on pouvait tous vivre en paix. Il ne faut pas avoir peur de dire ce qu’on pense. Ça sert à ça la liberté d’expression.

  9. Monsieur A.L. je n’en veux pas moi non plus à personne , et comme vous dites : si on pouvait tous vivre en paix…….

    Merci  »MAJESTÉ » de m’avoir honoré. Si je vous déçois , rappelez-moi à l’ordre , même si je pèse 250 livres , quand ma hanche et mes genoux vont bien , je revire de bord su un 10 cent.
    Je vais quand même bien malgré tous les tracas et je crois que c’est cela qui tue lentement les  »HUMAINS » , pire que les pesticides et les OGM et Hormones.

    Je vous reparle de ces tracas et si quelu’un sur les 7 les a connus , comment s’en sortir ? C’est à en vomir , par contre moi je n’arrive pas à vomir , cela fait qu’il faut que cela sorte par en bas.
    Jean-Marie De Serre.

  10. Remarquez que le Canada est le troisième des 37 pays de l’OCDE où l’instruction est le plus onéreux. Le Québec n’est certainement pas là où l’instruction coûte le moins cher de pays de l’OCDE.

    L’argument « le moins cher au pays » est comme de dire que la vie à Damas avec ses tirs de mitraillette actuellement est de beaucoup supérieure à celle de Sarmine avec les obus et les chars.