Manquez-vous de testostérone ?


 CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Surtout connue comme l’hormone mâle donnant poils, muscles, agressivité et pulsion sexuelle, la testostérone est l’hormone androgène par excellence, présente aussi chez la femme, quoique en quantités moins importantes. La testostérone est l’hormone du désir, de l’énergie et de la confiance en soi, et protège chez l’être humain son cerveau, ses os et son cœur, en plus de déclencher son désir. Chez l’homme, la stimulation sexuelle et l’érection commencent dans le cerveau quand les récepteurs neuronaux captent la testostérone facilitant la performance, les sensations et la jouissance.

En fait, la testostérone n’est pas seulement une hormone sexuelle, mais une hormone à effet général.

Une hormone importante pour le corps puisqu’elle apporte, lorsqu’elle est active, une énergie constante et une endurance du matin au soir, du souffle et du tonus. En effet, elle rend la peau plus tonique et plus tendue, elle humidifie les muqueuses des yeux et de la bouche. Elle abaisse le taux de cholestérol. Elle est nécessaire au maintien du poids.

L’influence de la testostérone ne se limite pas au plan physique. Elle apaise le psychisme, aide à relativiser et à surmonter les obstacles et problèmes et à faire face au stress par une attitude plus volontaire et persévérante. Elle rend de bonne humeur et réduit l’irritabilité émotionnelle.

En outre, qui ne désire pas profiter d’un sommeil réparateur ! Plus le taux de testostérone est élevé, plus le sommeil est profond et plus les rêves sont nombreux. La mémoire aussi est stimulée par un bon taux de testostérone.

Le manque de testostérone

Chez l’homme, en vieillissant, la production de testostérone diminue et réduit progressivement l’activité génitale, la fertilité, le volume testiculaire, la masse musculaire et la pilosité, reflet d’un fléchissement de la production testiculaire à partir de quarante ans. D’autres facteurs peuvent entraîner une baisse du taux de testostérone, soit la prise de médicaments, entre autres, les stéroïdes anabolisants, et certains antidépresseurs et antihypertenseurs. Des pathologies dégénératives sont aussi liées directement ou indirectement au déclin de la testostérone : pathologies cardiaques, diabète, arthrite rhumatoïde, ostéoporose, hypertension. Des taux bas de testostérone peuvent aussi favoriser le développement d’un cancer de la prostate et du colon.

Un manque de testostérone peut faire baisser le taux de l’hormone de croissance, donnant au corps un aspect général mou, asthénique avec un dos courbé – caractéristique du vieillard – alors qu’au niveau du visage, les muscles des joues sont plus mous, le teint pâle, le regard terne avec des yeux secs. Des rides se creusent autour de la bouche, sur la joue et au coin des yeux. Il faut ajouter qu’une baisse de puissance musculaire par insuffisance en testostérone signifie une baisse de puissance cardiaque. Un taux normal de testostérone prévient la formation de caillots sanguins.

Responsable du maintien de la masse musculaire, la testostérone l’est aussi pour la masse osseuse, évitant l’ostéoporose, notamment les fractures, en particulier celles de la hanche.

Le manque de sommeil, la dépression, une fatigue permanente du matin au soir

Côté sexuel : chez l’homme, le déficit de testostérone entraîne des bouffées de chaleur, des érections et des éjaculations plus faibles. Parfois, un déficit plus important donne un pénis flasque, de testicules mous et de taille réduite, et d’une prostate grossie.

Chez la femme, c’est un manque de sensibilité clitoridienne.

Comme l’essentiel de la production de la testostérone chez la femme a lieu dans les ovaires, durant la période de fertilité, et que cette production cesse à la ménopause, plusieurs conséquences gênantes s’ensuivent. L’une d’elles est le manque de tonus, l’affaissement des chairs, plus particulièrement une perte de tonicité sous les bras. Une carence de l’hormone pourrait entraîner une réduction du muscle cardiaque et augmenter le risque d’infarctus, autant chez la femme que l’homme.

La baisse de testostérone s’accompagne aussi d’une diminution de la capacité de représentation dans l’espace, et d’un risque accru de démence.

Manquer de testostérone fait grossir. La femme prendra plus facilement de la graisse au niveau des hanches et du ventre.

Des études ont démontré que la testostérone semble réduire le risque de maladies cardiovasculaires chez les femmes ménopausées.

On le constate, un déficit de la testostérone affecte considérablement la santé et le fonctionnement du corps en plus de son apparence.

La prise de testostérone et des moyens naturels pour augmenter le taux de l’hormone

La prise de testostérone est efficace pour réduire l’arythmie et l’angine de poitrine. Un traitement peut augmenter la taille et le nombre de synapses, le lieu de connexion des neurones. On dit aussi qu’il fortifie la gaine qui entoure et protège les axones des neurones.

 En plus de l’hormonothérapie prescrite par un médecin, il existe des moyens naturels d’augmenter votre testostérone. D’abord, par l’alimentation en évitant les régimes hypocaloriques qui font baisser le taux de l’hormone.  La viande rouge est particulièrement bonne en raison de son taux élevé de graisses saturées et de zinc, un minéral associé à un taux plus élevé de testostérone. Les aliments riches en graisses mono-insaturées sont conseillés, les avocats, les oléagineux, les graines et les olives. Consommer des légumes verts, mais surtout le brocoli, le chou-fleur et le chou fait monter la concentration de testostérone.

L’abus de calories, de graisses polyinsaturéesn et un apport protéique supérieur aux glucides sont à proscrire afin d’éviter la perte de testostérone par les voies urinaires.

Une carence en zinc, en sélénium et en cuivre peut entraîner une déficience en testostérone.

UNE PLANTE MERVEILLEUSE : l’extrait de racine d’ortie. Cette plante a la faculté de rendre la testostérone plus biodisponible. L’ortie contribue aussi à traiter l’hyperplasie (augmentation du volume d’un tissu). L’extrait de racine d’ortie contrôle l’hypertrophie de la prostate.

Chez la femme, l’ortie est à prendre à volonté. Elle détend, agit sur le système nerveux et régularise le système hormonal.

Le Maruapuama est un tonique sexuel alors que le Tribulus terrestris accroît la testostérone totale.

La prise de testostérone améliore la libido chez les sujets âgés. Avis aux intéressés : une période de six à douze mois de supplémentation en testostérone sera nécessaire pour corriger certains effets déplaisants de la déficience.

Enfin, on conseille de dormir huit heures par nuit, de faire de l’exercice au moins une demi-heure par jour (avec intensité), de faire l’amour le plus souvent possible (ce qui augmente le niveau de testostérone), de méditer, de prendre des risques, de s’exposer au soleil. Et de s’exercer à la bonne humeur.

Carolle Anne Dessureault

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d’argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l’épanouissement de la personne par la pratique de l’attention vigilante : la pleine conscience.

15 pensées sur “Manquez-vous de testostérone ?

  • avatar
    8 mai 2014 à 5 05 41 05415
    Permalink

    Il parait que la testostérone naturelle provoque la calvitie. C’est vrai ou c’est un bobard qu’on nous raconte, à moi et à Jean-luc Picard, pour nous consoler en nous disant que, dégarnis, on est virils quand même?

    facepalm-je-suis-la-version-au-facies-penche-dun-jean-luc-picard-fort-decourage

    Répondre
    • avatar
      8 mai 2014 à 7 07 09 05095
      Permalink

      Ma calvitie est totale donc je dois être totalement viril et sexy. Wow! Toutes les femmes seront à mes genoux. Attention mesdames, je suis un super mâle!

      Répondre
      • avatar
        8 mai 2014 à 7 07 17 05175
        Permalink

        Si la corrélation testo/calvitie est corroborée. Ne pavoisez pas trop vite… Comme on dit dans le jargon à la mode: gardez vous une petite gêne.

        Répondre
  • avatar
    8 mai 2014 à 10 10 00 05005
    Permalink

    @Paul Laurendeau
    @Zébulon

    Messieurs,

    Voici une info pour vous : « La calvitie atteint beaucoup plus les hommes que les femmes, car elle est causée par la modification d’une hormone mâle, la testostérone. En moyenne, on estime que 70% de la population masculine est touchée. »

    À part les corrections capillaires connues, il existe des médicaments afin d’empêcher la transformation de la testostérone en DHT qui provoque la calvitie.

    La calvitie à mon avis n’est pas un signe de non-virilité, tout comme des hommes avec tous leurs cheveux ne sont pas nécessairement champions dans le domaine.

    Le manque de testostérone se manifeste à divers endroits du corps autant chez la femme que l’homme.

    À nous de savoir.

    Merci pour votre commentaire.

    CAD

    Répondre
    • avatar
      8 mai 2014 à 10 10 11 05115
      Permalink

      Modification d’une hormone mâle…

      C’est subtil ça. Il y a à boire et à manger dans ça. En tout cas, ça sauve sur le shampoing (mais ça fait bien angoisser les fils, par contre, surtout quand on leur annonce que ça se transmet génétiquement)…

      Répondre
  • avatar
    8 mai 2014 à 13 01 13 05135
    Permalink

    En ce qui me concerne dépendamment de ce que je regarde et ce que je pense mon niveau de testostérone change.
    Est-ce à dire que ma vue et mes pensées sont des générateurs?
    Suis-je normal?

    Répondre
  • avatar
    8 mai 2014 à 14 02 41 05415
    Permalink

    Bonjour Madame Carolle Anne Dessureault.
    Test , quand je vois votre photo et écrits , ma testostérone , se ramasse au plafond.
    Je n’ai plus mes 20 ans , et le souffle court et l’effort risque de me faire  »Péter » , mais avec vous , Any time. Very long time no see you , mais c’est mieux ainsi.
    C’est un test ,
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
    • avatar
      14 mai 2014 à 15 03 58 05585
      Permalink

      Bonjour Jean-Marie,

      Votre testostérone ne vous a pas enlevé votre sens de l’humour, c’est un test réussi. Au plaisir.

      CAD

      Répondre
  • avatar
    14 mai 2014 à 9 09 19 05195
    Permalink

    S’il y a une chose qui est respectée ici, c’est la base du marxisme.

    Pensée unique, critique interdite, monde des bisounours avec votre vision de la courtoisie à sens unique, etc …

    Pour le reste, de vrais capitalistes : faux-culs, bobos et prétentieux.

    Répondre
  • avatar
    14 mai 2014 à 15 03 23 05235
    Permalink

    @ Albie

    Petit snoro d’Albie. Mais votre commentaire même dans son insignifiance et sa tromperie n’est-il pas la preuve de la liberté totale d’expression.
    Imaginez vous pouvez ainsi déblatéré = pour ne rien dire au fond = et nous publions vos anneries qui est le bobo prétentieux et le faux-culs dans le fond des fonds.
    N’y comptez pas nous ne vous censurerons pas à moins que vous ne deveniez beaucoup plus grossier et impertinent (:-))

    Robert Bibeau

    Répondre
    • avatar
      14 mai 2014 à 16 04 01 05015
      Permalink

      @Robert Bibeau

      Commentaire limpide, respectueux et ferme. Merci de la précision.

      Répondre
  • avatar
    30 août 2014 à 13 01 43 08438
    Permalink

    Merci pour tous ces conseils. Je pense que tout ce que notre organisme produit est nécessaire pour une harmonie du corps. Si certains manquent, il y a un dysfonctionnement et on tombe malade. J’ai lu qu’une des causes de la calvitie est que la peau du crâne ne supporte plus le taux d’hormones présent dans l’organisme. J’ai aussi lu que l’infusion d’ortie avec lequel on masse le cuir chevelu est un remède à la calvitie. Alors qu’ici, cette racine d’ortie est porteuse de plus d’hormones, comment cela se fait-il?

    Répondre
  • avatar
    23 décembre 2015 à 8 08 48 124812
    Permalink

    Je suis post ménauposée et effectivement, malgré la prise d’ostrogène et de progestérone, je n’ai plus le willpower que j’ai toujours eu. De plus mon tonus musculaire est en baisse et il m’est difficile de garder mon poid. Difficultés de concentration et anxiété devant l’adversité de la vie sont mon lot quotidien. Je me demande si il n’y aurait pas lieu de prendre des androgènes. Ou peut-on se les faire prescrire et quel est le nom générique (pharmaceutique) de ce produit?

    Répondre
  • avatar
    16 novembre 2016 à 13 01 22 112211
    Permalink

    En Amérique du nord, il existe plusieurs théories selon lesquelles les femmes avec la montée du féminisme développent de plus en plus leurs hormones masculines au détriment des hormones dites féminines. Est-ce vrai? Je crois que les hommes ont du soucis à se faire s’ils ne reprennent pas plus de virilité dans leur rapport avec les femmes: https://www.cqmi.ca/fr/actualites-femmes-russes/item/302-hommes-des-pays-occidentaux-levons-nous-cqmi

    Répondre
  • avatar
    29 novembre 2016 à 18 06 24 112411
    Permalink

    Mon fils a 36 ans et souffre de calvitie. Peut-il prendre de la racine d’ortie contre le DHT même s’il n’a pas encore 40 ans?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *