Médias et désinformation

RENÉ NABA — Ce texte est publié en partenariat avec www.madaniya.info.

.

Albert Naccache: De l’incompétence à l’ignorance. Analyse d’un cas typique de désinformation.

Sauf à être dénué de tout sens de dignité, le soutien absolu et inconditonnel au Hezbollah libanais, au delà de l’appartenance confessionnelle des Libanais, s’impose comme un impératif catégorique. Non négociable. Quelqu’en soit le prix.

Albert Naccache, docteur en économie et chargé d’enseignement au Panthéon s’est livré à une laborieuse étude en deux tomes sur le Hamas et le Hezbollah en France. Un ouvrage poussif, qui se présente comme un pensum; un chef d’oeuvre de désinformation; une preuve patente de son incompétence en la matière.

Son interview à «Actualités Juives» s’intitule d’ailleurs, vieille rengaine, «Lorsque l’AFP fournit des informations erronées, elles sont reprises par tous». Elle reprend les poncifs de tous les zélés pro-israéliens consternés par l’objectivité de l’agence française, comme si l’AFP est coutumière des erreurs à répétition en vue d’induire en erreur l’opinion publique; comme si les journalistes français étaient animés d’un réflexe pavlovien de reproduction automatique des informations, sans le moindre esprit critique, occultant au passage la tétanie qui s’empare de la caste politico médiatique dès lors qu’il s’agit d’Israël du fait de la colboration nazie de Vichy.

Loin de toute fabulation, en vue d’épargner aux lecteurs ces sornettes sur l’AFP, -qualifiée par ses détracteurs tantôt d’Agence Falastine Presse ou Agence France Palestine, selon la balourdise de l’un et l’humour gras de l’autre-, ci joint un témoignage vécu de l’auteur de ces lignes qui a exercé pendant trente ans les fonctions de correspondant tournant au bureau régional de l’AFP à Beyrouth, avec compétence sur l’ensemble du Moyen orient, puis comme responsable du monde arabo musulman au service diplomatique de la première agence de presse de l’espace francophone.

Trente ans, sans que ses reportages ou ses analyses ne suscitent la moindre protestation de la part des nombreuses ambassades israéliennes au sein de l’Union Européenne ou des nom moins nombreux sayanim qui gravitent autour des salles de rédaction.

Pour aller plus loin sur le fonctionnement de l’AFP et l’expérience personnelle de l’auteur de ces lignes, cf ce lien

Il était une fois la dépêche d’agence

L’ouvrage, lui, est intitulé «Hamas et Hezbollah de France: islamistes, compagnons de route et terroristes» – Editions Les Unpertinents-Décembre 2018.

La revue «Actualités juives», assurant la promotion de l’ouvrage lui pose la question suivante: «Quel intérêt ont, selon vous, les diplomates, hommes politiques, journalistes, professeurs, chercheurs que vous pointez comme étant des personnalités farouchement pro-palestiniennes, à promouvoir de façon aussi militante leur avis en France?

Réponse A.N: Je distinguerai ces «compagnons de route» en trois catégories. «Les idiots utiles» qui, de bonne foi, s’engagent dans des combats qui contredisent leurs aspirations profondes. Les «opportunistes». Élus, partis politiques en difficulté comme le PCF, presse à la santé précaire comme l’Humanité. Les «agents d’influence» qui sont des idéologues comme Raphaël Liogier, François Burgat, Edwy Plenel, Alain Gresh ou René Naba.

En fait des contestataires de la doxa officielle philosioniste du pouvoir français, et de la caste parasitaire politico-médiatique.

1 – L’erreur de casting sur François Burgat.

Preuve toutefois de l’incompétence de l’auteur du livre: l’inclusion dans ce panel de François Burgat en ce que cet intellectuel organique revendique le sinistre privilège d’avoir parrainé la thèse de deux compagnons de route patentés des groupements islamistes, Nabil Ensari, le quatarologue, qui s’est dévoué corps et âmes à la dénonciation de la dictature syrienne, sans piper mot sur la dictature marocaine, ainsi que Romain Caillet, alias Colonel Salafi, ancien Fiché «S». Une erreur de casting manifeste.

Directeur de l’Institut français du Proche Orient (IFOP) à Damas, avec «prime d’expat», un sur salaire de l’ordre de 25.000 euros par mois, et statut quasi diplomatique, ce commensal régulier des pontes syriens n’a jamais –bien jamais- émis la moindre critique à l’égard des caciques du pouvoir baasiste durant son séjour syrien.

Il se mettra à dénoncer la «dictature sanguinaire de Bachar», lorque ses employeurs lui en intimeront l’ordre avec la curée lancée par Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères, décrétant que le président syrien «ne méritait pas d’être sur terre».

C’est d’ailleurs sa proximité idéologique avec Eric Chevallier, ambassadeur de France auprès de l’oppostion off shore syrienne, qui lui a permit de décrocher une bourse d’études doctorale pour son thésard longue durée, Romain Caillet, à Beyrouth, dont l’ancien fiché S en sera expulsé pour sa trop grande proximité avec les terroristes néo islamistes.

N’en déplaise pas à Albert Naccache, François Burgat n’est pas à classer dans la catégorie des «agents d’influence», mais dans la catégorie de «parfait idiot utile du terrorisme islamique». Par ses approximations, ses intoxications, ses mystifications, une catastrophe ambulante dans la guerre de Syrie pour la crédibilité de la France et ses intérêts à long terme.

Pour aller plus loin sur ce thème, cf ce lien:

Les islamophilistes français, idiots utiles du terrorisme islamiste

Et sur ce lien, un chef d’oeuvre de son disciple, Nabil En Nasri, reconverti dans la déradicalisation après avoir soufflé sur les braises: «De l’ignorance comme dogme ou la tentative de réécriture de l’histoire par le filtre religieux».

ttps://www.renenaba.com/les-mediactivistes-francais-une-lecture-de-l-histoire-par-le-filtre-religieux/

Sur Vichy et la tétanie du débat public en France, cf

Le Lobby pro israélien au sein de l’Union Européenne 1/3

Le CRIF, chef d’orchestre du tapage médiatique 2/3

L’intégralité de l’interview à Actualités Juives sur ce lien:

http://www.actuj.com/2019-05/france-politique/7932-albert-naccache-lorsque-l-afp-fournit-des-informations-erronees-elles-sont-reprises-par-tous

Mieux, l’universitaire traite de la stratégie d’influence du Qatar en France, mentionnant le politologue Pascal Boniface, sans doute en raison du fait que le directeur de l’IRIS a qualifié le nouveau «Maïtre de cérémonie du Quai D’Orsay», Frédéric Encel, d’«agent d’influence déguisé en professeur» dans son ouvrage sur les intellectuels faussaires.

Le portrait de Fréderic Encel, squatter des TV. Dans Telerama
Controversé. C’est peu dire
https://www.telerama.fr/television/le-top-2015-des-squatteurs-de-jt,140278.php

Ou, pis, en sa qualité de militant au PS du temps de la spendeur de ce parti avant son dévoiement par des scandales planétaires (Dominique Strauss Khan, Jérome Cahuzac), Pascal Boniface avait osé poser la question: «Est il permis de critiquer Israël».

Sujet tabou s’il en est, qui avait suscité un tollé au sein de la bien-pensance française, dont Albert Naccache met à profit son livre pour se livrer à l’encontre du politologue à une délation subliminale, sournoise, indigne du débat d’idées.

Sur la stratégie d’influence du Qatar, -fâcheux oubli ou volonté de ménager les alliés d’Israël-?, Albert Naccache botte en touche et stigmatise les censeurs de la politique israélienne mais ne mentionne aucun des grands artisans de la promotion de la principauté du Qatar. Il n’évoque pas non plus les artisans de la «désarabisation» du Quai d’Orsay au profit des néo-conservateurs sous le tandem, Bernard Kouchner-Nicolas Sarkozy.

Le signataire de ce texte, pourfendeur résolu tant du Qatar que du Hamas, lui propose une liste des principaux artisans de la promotion de la principauté, à titre de contribution gracieuse à la connaissance prétendument encyclopédique de l’universitaire français:

1- Nicolas Sarkozy: Le principal artisan de la visibilité du Qatar en France offrant sur un plateau à la principauté une équipe phare du footbal français, le Paris Saint Germain; de même que l’arrivée dans le PAF de la chaîne de sport qatarienne beIN Sports, enfin la prise de participation de Doha dans des grandes entreprises françaises comme Veolia (5 %).

Pour aller plus loin, cf la mainmise des néo-cons sur le Quai d’Orsay

L’ORIENTALISME DE L’ONCLE DENIS BAUCHARD…

2 – Le journal Le Monde : Le Monde qui a offert une meurtrière sous forme de blog à Nabil Ensari, qualifié pompeusement de «qatarologue» et se pavanant à ce titre dans tous les médias français pour y cracher son venin sur tous les opposants à la poltique aberrante Qatar en coordination avec le trio Nicolas Sarkozy-Bernard Henry Lévy tant en Libye qu’en Syrie.

3 – Mathieu Guidère, l’islamologue traductologue, précepteur du frère de l’Emir du Qatar à Saint Cyr.

4- L’islamophiliste François Burgat, Directeur de thèse longue durée de Nabil En Nasri, dont il validera les travaux à l’Université d’Aix Marseille, à la veille de son départ à la retraite; une thèse portant comme à de juste sur l’une des sommités intellectuelles mondiales, le milliardaire Mutfi de l’Otan et du Qatar, Youssef Al Qaradawi.

5- Michel Platini dont les déboires judiciaires sont en rapport avec le favoritisme dont il aurait fait preuve dans l’attribution de la coupe du Monde de Footabll 2022 au Qatar.

6- Enfin les deux anciens gauleiter de l’opposition off shore syrienne pétro-monarchique, Eric Chevallier et Franck Gellet, bien récompensés de leurs erreurs, se succédant comme ambassadeur au Qatar. Un pays hospitalier et qui sait bien traiter ses hôtes.

En ce qui concerne le statut d’«agent d’influence» de René Naba, ci joint ses principaux papiers concernant tant le Qatar que le Hamas que le signataire de ce texte soumet à l’attention de ses lecteurs afin qu’ils puissent juger sur pièce et prendre la mesure de la supercherie de ce dernier en date des faussaires:

Le Qatar

Qatar : Un rebut de luxe pour recyclage haut de gamme

L’homme de l’année 2011 : L’Emir du Qatar, Hamad Ben Khalifa al Thani, le nouvel Air and Field Marshall du Monde arabe

HBJ, le symptôme de la mégalocéphalite

La fin sans gloire du “Deus ex machina” de la révolution arabe

Le Qatar, une métaphore de la France en phase de collapsus

Al Jazeera: la fin d’une légende

Et sur le Hamas

Palestine : Khaled Mecha’al sur un siège éjectable

Palestine: Le recentrage du Hamas, un exercice de grand écart idéologique et stratégique

Alors à quel titre figure-t-il le nom René Naba sur cette liste?

Très simplement pour une double raison :

René Naba se revendique comme un défenseur résolu des Droits nationaux du peuple palestinien, et, du Hezollah Libanais, la sentinelle de l’indépendance libanaise dans un pays, le Liban, qui a fait l’objet de deux invasions militaires israéliennes. Le Hezbollah, objet de l’admiration contenue des commentateurs israéliens, au grand désespoir de l’universitaire polyvalent français.

Sauf à être dénué de tout sens de la dignité, le soutien absolu et inconditionnel au Hezbollah libanais, au délà de l’appartenance confessionnelle des Libanais, s’impose comme un impératif catégorique.

Non négociable qu’elle qu’en soit le prix, même au risque d’être taxé d’«antisioniste» et ses diverses déclinaisons, «antisémite», «anti français» etc…. selon le nouveau standard établi par le balnéaire du Touquet, Emmanuel Macron.

A propos d’Hassan Nasrallah et de son influence sur l’opinion israélienne, cf ce lien:

Hassan Nasrallah, premier dirigeant arabe depuis Nasser à avoir su développer une capacité d’influence sur l’opinion publique israélienne

Hezbollah : Hassan Nasrallah, La « sentinelle de l’indépendance libanaise »

La mention du nom de René Naba par Albert Naccache relève donc d’une sournoise opération de dénigrement par sa criminalisation. Sous l’apparence de l’objectivité universitaire, un procédé oblique et abject qui révèle la nature profonde de cet enseignant.

Albert Naccache est un intolérant doublé d’un être totalitaire qu’insupporte toute pensée divergente. L’auteur du pensum serait plus avisé de se cantonner dans sa spécialité, l’économie, et de ne pas se hasarder dans le domaine de son incompétence, la stratégie, et surtout de renoncer à une pratique hideuse, la délation- un sport national français, dont les juifs en ont particulièrement pâti durant la 2me Guerre Mondiale pour le grand déshonneur de la France.

Arno Kartsfeld et le double allégeance

Arno Klarsfeld, un binational franco-allemand a choisi de servir le drapeau d’un pays tiers par affinité religieuse, Israël, en exerçant non une option de nationalité mais une requête en naturalisation. Son statut de réserviste d’une armée en guerre contre un pays ami de la France (Liban, Palestine), à tout moment mobilisable, ne l’a pas empéché d’exercer des responsbailtés administratives à des ministères sensibles (conseiller du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy), puis au Conseil d’état sans que cette singularité ne soulève la moindre protestation. Soit.

Mutatis mutandi, René Naba, bi national franco libanais, n’a lui, en revanche, effectué son service militaire ni au Liban, ni en France, ni même au Sénégal, son pays de naissance. Jamais porté une arme, même au plus fort de la guerre civile libanaise (1975-1992). La seule arme dont il a fait usage est sa plume sans doute efficace à en juger par le dépit haineux d’Albert Naccache.

Son service militaire s’est matérialisé sous la forme d’un service civique pour la défense des opprimés, la préservation de la souverainété et de l’intégrité territoriale du Liban, concrétisé par un soutien sans faille à la sentinelle de l’indépendance libanaise, le Hezbollah, l’ultime digue de retenue face au grand naufrage arabe.

La double allégeance ne saurait être à sens unique. Elle joue à double sens. Et non exclusivement au bénéfice de l’un et au détriment de l’autre.
Albert Naccache, grand bien vous fasse donc de défendre Israël. Mais libre à nous de défendre le Liban, y compris son joyau le Hezbollah, -une écharde dans votre rétine- et les Palestiniens, tous les Palestiniens, y compris le Hamas dès lors qu’il a rejoint ses camarades de tranchée.

Pour compléter l’information d’Albert Naccache, ci joint deux textes de personnalités au delà de tout soupçon d’antisémitisme

https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/02/18/zeev-sternhell-en-israel-pousse-un-racisme-proche-du-nazisme-a-ses-debuts_5258673_3232.html

https://www.liberation.fr/debats/2019/06/22/palestine-violences-quotidiennes-de-la-colonisation_1735398

«Hamas et Hezbollah: islamistes, compagnons de route et terroristes» Editions Les Unpertinents- apparait ainsi comme un fourre tout d’idées recues. Un parfait exemple de désinformation par intoxication, aux antipodes de la rigueur universitaire.

Pour aller plus loin sur ce travers de la délation, cf:

https://www.liberation.fr/tribune/2007/05/28/delation-subliminale_94244

La palme du révisionnisme historique revient toutefois à Philippe Val le plus pro israélien des graphomanes évolutifs, consultable sur ce lien:

Philippe Val ou le révisionnisme anti-arabe en guise de fond de commerce

Sur le même thème

Yves Mamou et le phénomène de sérendipité

avatar

René Naba

Journaliste-écrivain, ancien responsable du Monde arabo musulman au service diplomatique de l'AFP, puis conseiller du directeur général de RMC Moyen-Orient, responsable de l'information, membre du groupe consultatif de l'Institut Scandinave des Droits de l'Homme et de l'Association d'amitié euro-arabe. Auteur de "L'Arabie saoudite, un royaume des ténèbres" (Golias), "Du Bougnoule au sauvageon, voyage dans l'imaginaire français" (Harmattan), "Hariri, de père en fils, hommes d'affaires, premiers ministres (Harmattan), "Les révolutions arabes et la malédiction de Camp David" (Bachari), "Média et Démocratie, la captation de l'imaginaire un enjeu du XXIème siècle (Golias).

Une pensée sur “Médias et désinformation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *