Muhammad Yunus : Prix Nobel et micro-crédit

Lisa Melia pour le magazine Reflet de Société Dossier Économie

En 2006, le bangladais Muhammad Yunus a reçu le prix Nobel de la paix. Ce qui a pu surprendre ceux qui le connaissaient déjà: Yunus est en effet un économiste. Né en 1940 dans ce qui était encore à l’époque une partie de l’Inde sous colonisation anglaise, il étudie d’abord près de chez lui. Il visite cependant pendant sa jeunesse l’Amérique du Nord, l’Europe, et une partie de l’Asie.

En 1957, il part à l’université de Dakha étudier l’économie, obtient son diplôme et devient enseignant. Il s’essaie à diriger une entreprise, et rencontre le succès. Mais il décide finalement de partir étudier aux États-Unis, où il obtient son doctorat.

Il restera pour travailler, mais en 1971 éclate la guerre de libération du Bangladesh. Muhammad Yunus soutient les indépendantistes Muhammad Yunus le 17 mars à Tokyo. Photo AFP/Yoshikazu Tsunoet s’implique. Il rentrera finalement chez lui en 1972, quelques mois après la déclaration de l’indépendance du Bangladesh.

Une banque pour le développement: la Grameen Bank

Il occupe alors le poste de responsable du département d’économie de l’université de Chittagong. La pauvreté qui règne le choque: «Une terrible famine frappait le pays, et j’ai été saisi d’un vertige, voyant que toutes les théories que j’enseignais n’empêchaient pas les gens de mourir autour de moi.»

En étudiant la situation des pauvres, il en vient finalement à la conclusion que le principal problème vient du fait qu’ils n’ont pas accès à des capitaux. Les banques refusent de prêter et les usuriers locaux pratiquent des taux d’intérêts à la limite de l’indécence. L’idée germe alors. En utilisant son propre argent, ils proposent à quelques villageois des «micro-prêts» de quelques dollars, dont les conséquences s’avèrent très positives. En 1977, il crée finalement sa propre banque, la Grameen Bank, qui se consacre au micro-crédit.

Le micro-crédit: qu’est-ce que c’est?

Le fonctionnement est relativement simple. Lors de ses recherches, Yunus a rencontré un groupe d’artisans ayant besoin de 27 dollars pour acheter du bambou. Les banques refusaient de prêter une si petite somme à des clients soi disant insolvables. Yunus a finalement prêté les 27 dollars de sa propre poche, ce qui a permis aux artisans d’acheter le bambou, donc de produire, et même de créer de nouveaux emplois. Ils ont remboursé le prêt sans difficulté. C’est là tout le principe du micro-crédit.

La Grameen Bank propose à des artisans ou entrepreneurs à l’échelle locale des petits prêts à taux d’intérêt nul, ce qui leur permet de financer leurs activités et d’entrer dans une dynamique de production et de profit. L’impact sur le développement social est considérable car le micro-crédit profite à divers secteurs et directement aux plus pauvres qui peuvent alors améliorer leur situation économique par leurs propres moyens.

Cela a également permis l’accès aux services sociaux de bases, ainsi que la revalorisation de la place et du travail de la femme dans plusieurs pays en développement, car ce sont les femmes qui utilisent en majorité ce système de prêt. Le micro-crédit est donc un vecteur de pacification social et d’amélioration de la vie de ses utilisateurs.

C’est pour cela que Muhammad Yunus et son institution la Grameen Bank ont reçus en 2006 le prix Nobel de la paix. La Grameen Bank a soutenu quelques 2,4 millions d’emprunteurs. Selon la Banque mondiale, il y aurait maintenant près de 10 000 institutions de micro-crédit dans 85 pays qui brassent 30 milliards de dollars. Environ 300 millions de personnes dans le monde en bénéficient.

Profiter de la crise économique pour changer le monde

Muhammad Yunus est intervenu ce mardi à Tokyo, où il a estimé que la crise financière était une opportunité de changer le fonctionnement du monde de la finance à l’échelle mondiale en faveur des plus démunis.

Dans le journal Le Monde, il a ainsi déclaré: «Le système financier doit être entièrement repensé. Il ne fonctionne pas pour le peuple de toute façon ! Pour les riches, oui ! Les grandes entreprises, oui ! Mais pas pour le peuple […]. Un petit nombre de personnes d’un seul pays avaient créé une situation désastreuse pour le monde entier, [ce qui démontre] la fragilité du système capitaliste actuel.»

Autres textes sur Économie

Prévisions d’une fin de récession

Conseiller en placements et firme de courtage: l’utopie de la satisfaction du client

Marge d’erreur importante: les prévisions économiques sont-elles fiables?

Consommateurs, à vos cartes de crédit!

L’envers de la médaille des taux d’intérêt à zéro

Sommet du G20 Barack Obama, impuissant devant les fraudes des banques?

W, comme dans… reprise économique!

Une pensée sur “Muhammad Yunus : Prix Nobel et micro-crédit

  • avatar
    21 mars 2009 à 8 08 00 03003
    Permalink

    Louable initiative que ces banques qui prêtent de petites sommes aux entrepreneurs «bas-de-gamme»…
    Mais si le taux d’intérêt demeure à zéro, comme font-ils pour vivre ? Je pense qu’un taux de 1% serait acceptable et permettrait d’augmenter la masse d’argent disponible pour les prêts.
    Autrement dit : on pourrait , par exemple, prêter la somme de 49,50$ et exiger 50$ en remboursement au bout d’un an.

    Répondre
  • avatar
    21 mars 2009 à 14 02 00 03003
    Permalink

    Il est vrai M. Garamond que lorsque les prêts sont consentis à 0%, ce n’est pas la recherche de rendement qui est la motivation d’un tel projet.

    Le taux de prêt non recouvert n’est pas énorme. Cependant, si un taux d’intérêt équivalent aux pertes encourus étaient chargés, cela permettrait de garantir que les sommes investis dans de tels projets demeurent disponibles pour une continuité.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 8 08 34 07347
    Permalink

    Le crédit se consomme différemment aujourd’hui dans le sens ou il est utilisé par tous dans nos sociétés. En effet Je suis un particulier qui fait de prêt à toute personne ayant besoin d’argent pour développer des projets d’envergure qui nécessitent un investissement de départ important. Que ce soit pour acheter un logement, pour créer sa propre activité professionnelle ou pour tout projet important que l’on souhaite réaliser. Si cela vous convient veillez me contacter pour plus d’informations.
    E-mail:migueldabezies@yahoo.fr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *