Ne jetez pas vos perles aux pourceaux!


 Les perles, ce sont les gens de bonne volonté. Les pourceaux, ici, un manipulateur déguisé en gourou, prophète, arnaqueur, guérisseur, et pas moins que la réincarnation de Jésus!

Son nom est Marcel Pontbriand.

Le prophète, le guérisseur

Il disait avoir des visions. Il se faisait passer pour la réincarnation de Jésus.

Il avait prévu une fin du monde (à certains endroits de la planète) le 12 décembre 2012, et il annonçait qu’il y avait un lieu sûr, en Arizona, où ils pourraient se réfugier et être sauvés.

Plusieurs ont décrit Marcel Pontbriand comme un homme d’un grand magnétisme, très fort intellectuellement, charmant, qui avait des dons de guérisseur.

Sa force consistait à créer un clan d’appartenance. Il avait le don de rapprocher les gens, de les présenter à d’autres groupes, et de créer un lien entre eux tous. Une grande famille, quoi!

Une quarantaine de personnes lui firent une totale confiance. Ils vendirent leurs biens, quittèrent travail, amis et famille pour le suivre. Des enfants faisaient partie de l’exode.

L’arnaqueur – extorqueur de fonds

Des dizaines de millions de dollars extorqués par Marcel Pontbriand auraient été versés dans un compte bancaire suisse, selon les confidences d’un recruteur d’investisseurs faites à Claude Poirier, à l’émission Le négociateur.

 Au début des années 2000, il mijote un plan presque parfait. Détenteur d’actions de la société New Tech au coût de 1,00$ l’action, il réussit à vendre ses actions à des investisseurs et gens d’affaires à 30,00 $ l’action. Il leur fait miroiter la fortune. Avec le plan de commercialisation du système de freins révolutionnaires de la société New Tech, il leur promit que l’argent coulerait à flots dans leur vie très bientôt, tellement d’argent qu’ils ne sauraient plus quoi en faire!

La réalité se joua différemment. Le projet de commercialisation échoua, et les investisseurs perdirent tous leurs avoirs. On parle de sommes de 500 000 $, 1 million et plus $ que les gens injectaient dans ses projets, aucune petite monnaie.

Sans doute avait-il réussi à les impressionner par des voyages qu’il organisait avec eux – pour ouvrir des sociétés ailleurs, Suisse, Guadeloupe, Chine – et aussi parce qu’il savait s’entourer de personnes qui donnaient de la crédibilité à sa personne : avocats, banquiers, conseillers financiers, deux ex-enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) avec badge à l’appui (mais on peut s’interroger sur l’authenticité de ces badges). Il mettait sur la table des plans d’affaires, des lettres d’intention, des certificats d’actions, des bilans, probablement tous des documents truqués. À noter que les investisseurs ne détenaient pas de preuve matérielle qu’ils avaient fourni des sommes colossales.

Sans doute aussi y avait-il chez les investisseurs qui se sont fait duper un grand appât du gain qui les aveuglait. Ils ne voulaient pas passer à côté d’une bonne affaire quand ils en voyaient d’autres investir … un effet d’entraînement désastreux!

Le plus étonnant dans cette histoire est qu’une trentaine de ces investisseurs qui ont tout perdu l’ont suivi en Arizona et continuent à le défendre!

 La culpabilité de Marcel Pontbriand reconnue

Par l’entremise de ses avocats, Marcel Pontbriand s’est reconnu coupable au début de l’automne à l’Autorité des marchés financiers (AMF). Des représentations sur sentences auront lieu en avril 2013. Il y a actuellement vingt-quatre chefs d’accusation contre lui. Selon M. Théberge de l’AMF, on ne s’attend pas à ce que Marcel Pontbriand se présente lui-même. Dès le moment où il mettra les pieds aux douanes canadiennes, il sera arrêté.

Pour le moment, l’homme est introuvable.

Quinze enfants seront rapatriés – la DPJ obtient des mandats à cet effet  

La DPJ s’est adressée à un juge de la Cour du district judiciaire de Longueuil et a obtenu des mandats pour ramener les 15 enfants au Québec, qui seraient soit en Arizona ou en Orégon.

La DPJ et la Sûreté du Québec vont collaborer dans ce dossier. La SQ s’occupera de transmettre l’information à tous les corps policiers américains (surtout en Arizona et dans l’Orégon) dans le but de localiser les enfants. Même s’ils sont avec leurs parents, les enfants qui sont mineurs seront ramenés au Québec.

Une mère qui n’a pas revu son fils depuis trois ans, ni ses petits-enfants, se dit très inquiète du sort de ses petits-enfants. S’ils tombent malades, qui les soignera? Ils sont aux Etats-Unis dans une situation illégale. La mère souhaite que ses petits-enfants rentrent au bercail le plus tôt possible. Quant à son fils et à sa conjointe, elle ne peut rien faire. Elle n’en a plus de nouvelles depuis plus d’une année. Elle a insisté pour dire que son fils, malgré son comportement, est intelligent et menait avant de rencontrer Pontbriand une vie normale, ne prenait ni drogues ni alcool, avait un bon travail. Elle s’inquiète de leur sort.

Selon les informations de plusieurs proches, les enfants qui sont en Arizona ne fréquenteraient plus l’école depuis leur départ du Québec et seraient sous-alimentés.

Le gourou est introuvable

Il séjournait en Arizona depuis trois ans dans la petite ville de Marana, dans le fin fond du désert au milieu des cactus et des pierres, à moins de 200 km de la frontière mexicaine, un endroit idéal pour se cacher.

L’équipe de l’émission de télévision J.E. est partie sur les traces du gourou. Quand les gens arrivèrent sur les lieux, le gourou et ses disciples avaient quitté depuis vingt-quatre heures. Un voisin a confirmé que les habitants de la maison mobile avaient déménagé en pleine nuit.

Sur le terrain, les six autos du dépotoir de tôle sont remplies de sacs de voyage, de jouets d’enfants et de boites de déménagement. Des mentions en français ajoutées sur les cartons trahissent la présence de Québécois. Il y a même sur une boîte le nom de Michel Soulières écrit à la main.

Conclusion

Deux choses vulnérables chez tout être humain : son argent et son cœur.

Marcel Pontbriand a su bien jouer sur ces deux aspects, selon le type de personnes qu’il croisait. À certains, il les prenait par le cœur. Avec d’autres, il prenait leur argent en les séduisait par des promesses de fortune.

Est-il utile d’ajouter qu’il faut veiller soigneusement soi-même sur nos biens et notre cœur?

Carolle Anne Dessureault

 

 

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d'argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l'épanouissement de la personne par la pratique de l'attention vigilante : la pleine conscience.

2 pensées sur “Ne jetez pas vos perles aux pourceaux!

  • avatar
    26 mars 2018 à 19 07 04 03043
    Permalink

    Pourquoi des gens ont tout quitté pour le suivre :
    parce qu’ils ont fait confiance à un narcissique pervers qui les a si bien manipulés qu’ils ne sont plus capable de penser par eux même

    Répondre
    • avatar
      26 mars 2018 à 21 09 10 03103
      Permalink

      En effet, faire confiance parfois est bien dangereux. Toutes ces personnes abusées vont devoir cheminer pour se nettoyer de leur dépendance émotionnelle. Néanmoins, la personne qui abuse et manipule des enfants et même des adultes, – comme dans ce cas-ci, – mérite la prison.

      Le discernement est une qualité rare à acquérir, mais indispensable pour vivre dans l’équilibre. Merci de votre commentaire.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *