NI CONQUIS, NI SUBJUGUÉS!

Ton « America First » tu sais où tu peux de le coller, Donald ? Sur ton nez rouge!   Parce que c’est un mensonge, un mirage…

Une illusion de la Nation Américaine qui s’est construite sur du sable et qui s’enfonce, sous nos yeux…

Les Nations Premières  se rappellent au bon souvenir de Donald Trump !

Ou au mauvais souvenir, voire à son pire cauchemar ▼

Réfuter et rejeter l’hypocrisie criminelle coloniale (Steven Newcomb)

« Quand nous disons aux colons : ‘rendez-le’, voulons-nous dire que nous voulons qu’ils nous rendent le pays et qu’ils s’en aillent ? Non. Ceci n’est pas la vision de nos peuples. Lorsque nous disons ‘rendez-le’, nous parlons de ce que les colons établis montrent du respect pour ce que nous partageons, la terre et ses ressources et corrigent les torts en nous offrant la dignité et la liberté qui nous sont dues et nous rendent notre pouvoir et suffisamment de terre pour que nous soyons totalement auto-suffisant en tant que nations… […] La restitution est purification. […] Il est impossible de soit transformer la société coloniale de l’intérieur de ses institutions ou de parvenir à la justice et à une coexistence pacifique sans transformer fondamentalement les institutions de la société coloniale elles-mêmes. Simplement, les entreprises impérialistes opérant sous le déguisement d’états démocratiques libéraux (NdT : USA, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Mexique, tous les pays d’Amériques centrale et du sud…) sont par construction et culture, incapables de relations justes et pacifiques avec les peuples autochtones. Le changement ne se produira que lorsque les colons seront forcés à reconnaître ce qu’ils sont, ce qu’ils ont fait et ce qu’ils ont hérité ; alors seulement ils ne pourront plus fonctionner comme des coloniaux et commenceront à respecter les autres personnes et à les considérer comme des êtres humains… »

~ Taiaiake Alfred, professeur de science politique, université de Victoria, CB, Canada, nation Mohawk, 2009 ~

Défier les idées et les arguments des envahisseurs

Nous n’avons été ni conquis ni subjugués

À lire, à télécharger, le PDF de 45 pages à partir de larges traductions de l’anglais par R71 du livre de Steven Newcomb « Païens en Terre Promise, décoder la Doctrine Chrétienne de la DécouvertePaïens en Terre Promise version PDF

Steven Newcomb | 11 janvier 2017 |  URL de l’article original en anglais : https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/challenging-ideas-arguments-invaders/

URL de l’article sur R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/01/28/refuter-et-rejeter-lhypocrisie-criminelle-coloniale-steven-newcomb/

Traduit de l’anglais par Résistance71

Nous avons eu des dizaines de millions de nos ancêtres ayant vécu sur ce sous-continent d’Amérique du Nord avant l’invasion chrétienne. Lorsque les envahisseurs de la chrétienté arrivèrent par bateaux sur notre partie de la planète, ils assumèrent immédiatement que nos ancêtres et nos nations étaient sujets et devaient se soumettre à leurs idées européennes chrétiennes.

Est-ce que nos ancêtres furent obligés d’obéir aux idées des envahisseurs ? Sur quel standard de jugement pouvons-nous répondre ? Sur la base des standards de l’envahisseur ? Ou répondrons-nous sur la base de nos propres standards ? Considérant le fait que nos nations et nos ancêtres vivaient librement au-delà de la juridiction de la chrétienté avant l’invasion chrétienne, il s’ensuit donc que nos ancêtres vivaient donc libres de droit de la juridiction des envahisseurs, de leurs standards, de leurs idées et de toute leur argumentation.

Parce que nos ancêtres vivaient au-delà de la juridiction de la chrétienté, ils n’étaient aucunement sujets aux idées et arguments des envahisseurs chrétiens. Et pourtant, le statut original de liberté de nos nations n’est pas typiquement énoncé parce que bon nombre d’entre nous ont passé leur vie à internaliser les idées de l’envahisseur, sa perspective, ses arguments, sans désir de vraiment les défier.

Étant donné que nos ancêtres ne furent pas capables d’écrire leurs idées anti-coloniales et leur argumentation dans la langue des envahisseurs, les archives écrites les plus anciennes contiennent des comptes-rendu, des arguments et des narratifs de la seule perspective des envahisseurs chrétiens. Au lieu de pouvoir lire les archives d’un débat entre nos ancêtres et les envahisseurs, nous ne sommes en fait maintenant que restreints à lire les documents rédigés par les envahisseurs, comme les décisions de tribunaux de la société dominante qui n’ont été écrites que favorisant exclusivement le point de vue des colons et des colonisateurs.

Étant donnée notre capacité actuelle d’écrire nos pensées dans la langue de l’envahisseur, nous avons l’opportunité de critiquer et de directement défier ainsi que de rejeter les vieux arguments de l’envahisseur. Nous pouvons le faire en écrivant ses idées et arguments d’une manière qui l’aurait été originellement si nos ancêtres avaient pu le faire. (il y a en fait quelques exemples de cela).

Un des défis auquel nous devons faire face a rendu très difficile l’attaque des arguments de l’envahisseur : notre esprit a été capturé par la langue des colonisateurs, tout autant que les idées et nous devons ainsi réaliser que nous avons le devoir et l’obligation de défier les arguments et les assomptions fondateurs de la colonisation, le tout en utilisant la langue même des envahisseurs.

Voici un argument que nous pouvons tenir aujourd’hui: parce que les envahisseurs chrétiens n’avaient aucune juridiction sur nos nations et sur nos ancêtres, ils n’avaient pas non plus le droit de projeter mentalement leurs mots invasifs, leurs idées, leurs arguments de domination sur nos ancêtres, nos nations et nos territoires. Parce que leurs projections mentales étaient fausses, malfaisantes et inacceptables alors, elles le sont encore et toujours aujourd’hui.

Prenez par exemple la déclaration erronée de la cour suprême des États-Unis dans son rendu de l’affaire Johnson contre M’Intosh en 1823, décision qui a déclaré que “les droits de souveraineté complète [de nos ancêtres], en tant que nations indépendantes avait été nécessairement diminué”, par la découverte chrétienne. Combinez ceci avec la déclaration du juge Joseph Story au sujet de nos ancêtres : En tant qu’infidèles, païens et sauvages, ils ne furent pas autorisés [par les chrétiens] à posséder les prérogatives appartenant aux nations absolues, souveraines et indépendantes.

Parce que nos ancêtres et nos nations n’avaient pas de maîtrise suffisante du langage anglais (NdT : ou du français ou de l’espagnol ou du portugais selon les différentes parties impliquées…) et ne pouvaient pas lire les décisions de justice, ils ne savaient du reste probablement pas que ce tribunal colonial avait émis ces jugements. Ils n’eurent aucune opportunité ni le temps de rejeter ces arguments par écrits. Aujourd’hui nous avons la possibilité de répondre à la société dominante en déclarant Vos arguments contre nos nations ont débuté avec quelques bulles pontificales sur lesquelles ils se fondent. Nous conservons notre droit de demeurer libres de toute fausse déclaration d’un droit de domination quelconque. Nous rejetons l’assomption faite que la cour suprême des États-Unis ait jamais eu le droit de mentalement projeter ses idées sur notre existence et sur nos nations sur nos propres territoires.

Comme le dit le dicton : “on vit une époque formidable”. Aujourd’hui nous sommes capables d’explicitement rejeter cet argument pour dire que “le droit de nos nations à la souveraineté complète et à l’indépendance à toute domination ne fut JAMAIS diminué par la soi-disant ‘découverte chrétienne’”. Nous pouvons aussi répondre : Vous ne pouvez pas ‘découvrir’ la maison d’une autre nation avec la permission d’un pape à Rome et ainsi imposer de droit votre dôme du capitole en tant que symbole de votre affirmation d’un droit de domination sur nos terres et nos vies.”

Le système de domination fédéral indien, typiquement nommé “la loi fédérale indienne” (NdT : aux USA et l’Indian Act au Canada…) est fondé sur l’assertion des envahisseurs qu’ils ont le droit d’opprimer nos nations originellement et légalement libres et indépendantes. Nous continuons à être libres de droit de cette affirmation des envahisseurs et de leur affirmation de droit de domination. La réponse des États-Unis pourrait être : Nous avons un droit de domination sur vous et vos nations parce que vous avez été conquis et subjugués.

Nous sommes capables de dire : “Votre réponse est une faible tentative de recadrer votre affirmation d’un droit de domination. Votre argument est une tentative de valider l’affirmation de vos ancêtres disant que les nations chrétiennes de la chrétienté avaient le droit d’utiliser leurs idées pour contrôler l’existence de nations non-chrétiennes. Vous fondant sur des bulles pontificales et des chartes royales vous avez continuellement et péremptoirement utilisé cette affirmation contre nos nations. Ce système idéologique d’oppression que vous avez utilisé contre nos peuples et nos nations depuis plus de 200 ans est inacceptable et nous le rejetons de facto, tout comme nous rejetons la fausse affirmation que nous avons été conquis et subjugués.

Le mythe de la Théorie du Détroit de Béring est un mytho !

Non seulement nous pouvons effacer les dogmes fantasmagoriques comme je l’explique ici. Mais également déconstruire les mythes et les mensonges pierre par pierre et faire tomber l’Empire…

« Le passé a un pouvoir dans le présent »

Paulette F. Steeves ► (Cree – Métis)

Intégralité de l’explication dans ce billet ► La Théorie de la connerie ! (le mythe du Détroit de Béring).

Et oui Donald, à force de prendre les gens, mais surtout les Natifs pour des moins que rien, tu les a poussé à aller chercher en eux la force de résister à ton empire colonial que tu viens de leur claquer au museau le 20 janvier 2017 avec ton  « L’Amérique d’abord ».

Et selon ce vieil adage Lakota « La force, même cachée, induit la résistance… »

Alors certains te prêtent de belles et nobles intentions comme Thierry Meyssan dans « Trump : le 11-Septembre, ça suffit » ►  Donald Trump a refusé d’endosser les habits présidentiels de ses prédécesseurs et a consacré son discours d’investiture à brocarder le Système et à annoncer un changement de paradigme. Il a constitué son équipe de Sécurité autour de deux thèmes : l’éradication de Daesh et l’opposition au 11-Septembre ; deux caractéristiques qui visent à mettre un terme au processus de globalisation. L’intégralité de l’article ► http://www.voltairenet.org/article195013.html

Ou encore Paul Craig Roberts le 22 janvier 2017 source Strategic Culture dans « La déclaration de guerre de Trump » : Le bref discours inaugural du président Trump était une déclaration de guerre à l’ensemble de l’establishment de la gouvernance américain. En totalité. Trump a fait très clairement comprendre que les ennemis de l’Amérique sont ici, à domicile : les mondialistes, les économistes libéraux, les néoconservateurs et autres unilatéralistes accoutumés à imposer les États-Unis au monde et à nous impliquer dans des guerres coûteuses et sans fin, les politiciens qui servent davantage l’establishment dirigeant que le peuple américain, en fait, tout le sommet des intérêts privés qui ont fait couler l’Amérique tout en s’enrichissant dans le processus. Pour dire la vérité, le président Trump a déclaré une guerre bien plus dangereuse pour lui-même que s’il l’avait déclarée à la Russie et à la Chine. Traduit et publié par Le Saker Francophonehttp://lesakerfrancophone.fr/la-declaration-de-guerre-de-trump

Outre que l’on y croit pas un instant, parce que justement, grâce à Internet qui est notre presse Gutenberg 2.0, à nous les gueux, les sans-dents, les moins que rien, les inexistants, les invisibles et parce qu’on se refile et que l’on diffuse sans modération, en continue, les pépites de vérités historiques, comme celle-ci sur les mensonges de la Terre Promise, de peuple élu qui dure depuis près de 2300 ans quand même, grâce au Dr. Ashraf Ezzat : concernant la falsification de la traduction de la bible de l’ancien hébreu au grec au second siècle avant notre ère par les 70 rabbins mandatés par le roi Ptolémée II d’Égypte, dans la grande et célèbre bibliothèque d’Alexandrie ; bible grecque qui fut la « mère » de quasiment toutes les autres traductions de la bible depuis, et nommée « bible septante ». Dans quelques autres textes, Ezzat nous fait découvrir les liens profonds entre le judaïsme et les formes religieuses ancestrales tribales de la péninsule arabe ainsi que l’escroquerie de la « judéité » de la vieille ville de Jérusalem, escroquerie reconnue par la récente résolution de l’UNESCO la concernant. PDF de 35 pages d’extraits de livre, articles, publications des travaux de Recherche du Dr. Ashraf Ezzat. Et que j’ai introduit par ce billet de blog ► LES PETITES FLAMMES…

Concernant le 11 septembre 2001 on a lu ceci et surtout cela c’est donc bien difficile de croire que Trump voudrait rendre le pouvoir au peuple usurpé depuis le 11/09/2001.

Comme me le fait remarquer Résistance71 : Paul Craig Robert a l’air de penser que Trump est le grand « rédempteur », qu’il lutte seul (avec quelques fidèles) contre l’état profond… Soit il y croit et il a tort, soit il fait partie de l’intox. Et je suis bien d’accord avec ça !

Alors que le serment de Trump se déroulait à Washington, les mercenaires privés du Dakota Access Pipeline tabassaient avec le plus grand préjudice les protecteurs de l’eau pacifiques de Lakota Standing Rock ► Les femmes du Président

Le peuple américain peut immédiatement se tourner vers les Natifs, et les Nations Premières, non pour rendre la terre, puisqu’ils ne vous l’ont jamais cédée, et partir. Mais bien parce que : L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !

C’est donc à vous de voir !

JBL1960

Articles connexes en complément de lecture :

Dernier Australia Day ?

Jour de l’invasion !

2 pensées sur “NI CONQUIS, NI SUBJUGUÉS!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *