Note2be : outil à proscrire ou outil de démocratisation ?

Raymond Viger   Dossier Internet

Suite à la publication de mon billet Le Web 2.0 devant la justice. Est-ce la fin du Web 2.0 ? sur Cent Papiers, Pierre R. m’a lancé cette question :

J’aimerais connaître votre avis sur cette expérience qui a tourné court en France : la notation en ligne des professeurs. Note2be, un site Internet qui proposait aux élèves d’évaluer leurs enseignants, n’a plus le droit de mettre en ligne le nom des professeurs concernés. Ses créateurs ont fait appel de cette décision, qui devrait faire jurisprudence. Ce cas précis fait appel la justice pour en interdire une notation ad hominem pour protéger les droits des professeurs. En opposition, il y a la liberté pour le citoyen de noter ce professeur au nom d’une information publique. Droit individuel vs droit collectif.

J’ai dû prendre quelque temps avant de répondre à cette épineuse question sur la notation des enseignants par leurs élèves. D’une part, j’ai un emploi du temps épouvantable qui me tient en haleine. D’autre part, parce que je suis déchiré dans la réponse que je vais donner.

La réponse étant trop longue pour me limiter à en faire un simple commentaire. J’ai donc décidé d’en faire un billet que je présente à tous.

Certains des enseignants qui ont eu la lourde tâche de m’éduquer et de parfaire mes connaissances ont été d’excellents mentors. D’autres ne méritent aucune référence. Dès mon primaire, je me suis retrouvé régulièrement devant le bureau du directeur pour dénoncer l’incompétence de certains enseignants dont je proposais le congédiement. Ce cirque m’a suivi pendant mes 22 années de scolarité ! Ce n’est qu’à l’université que j’ai réussi à faire congédier quelques professeurs dont leur enseignement était archaïque.

Je n’ai jamais eu l’impression qu’on m’ait pris au sérieux dans ma demande de congédiement de certains enseignants. J’aurais bien aimé avoir accès à un tel classement quand j’étais étudiant. Le plus honnêtement possible, j’aurais pu reconnaître les grandes qualités de mes mentors, mais aussi y dénoncer quelques enseignants et certaines lacunes de notre système d’éducation. Cela m’aurait permis de débattre avec d’autres étudiants et peut-être d’adoucir certaines de mes opinions très tranchées que j’avais à l’époque. Et l’inverse aurait été aussi vrai.

Tout outil de travail que nous nous donnons a malheureusement ses limites. Il y aurait dérapage. Les mêmes cancres auraient possiblement pris le contrôle de cet outil et nous aurions fini avec un derby de démolition. Mais peut-être aussi qu’avec une bonne modération nous aurions pu conserver un endroit de discussion et de réflexion. Je pense que oui.

En parallèle, je pense au répertoire des écoles du Québec que L’actualité nous présente à chaque année. Répertoire que j’ai questionné pour 2 raisons importantes. D’une part, j’ai vu des directeurs d’école changer leur système de notation pour mieux réussir dans le classement. Leur remontée n’était pas due à une amélioration des résultats des étudiants, mais à la façon de les présenter. Une école qui était faible en anglais avait divisé leurs étudiants en 2. Les cours d’anglais se donnaient sur la moitié de l’année au lieu de toute l’année. Les moins bons héritaient de la session septembre à décembre, tandis que les meilleurs, ceux qui seraient notés dans le répertoire de L’actualité se retrouvaient avec la session janvier à juin. Belle remontée symbolique.

D’autre part, avec le Père André Durand, nous nous retrouvions à intervenir auprès de plusieurs écoles avec des jeunes qui vivaient des difficultés importantes avec un taux de détresse majeure. L’une de ces écoles figurait bonne dernière du classement tandis qu’une autre figurait toute première. Le classement ne tient pas compte du taux de détresse de ses étudiants. Et cela m’a toujours dérangé énormément. J’imagine un parent bien intentionné et qui décide de tout sacrifier pour envoyer son enfant dans LA meilleure école et qu’en bout de ligne je doive intervenir avec ce jeune pour éviter qu’il ne se suicide. Le choix de LA meilleure école aura-t-il été LA meilleure chose ?

Pour conclure ma réflexion, je ne pense pas qu’un outil tel que le Note2be soit problématique. C’est la façon qu’on l’utilise qui pourrait l’être. Et comme certains disent pour l’alcool : la modération a bien meilleur goût.

Autres textes sur Internet

Fraternité d’entraide et internet

Adresses et numéros utiles pour la France

IcebergScience.com, nouvelle télévision hip hop sur internet

Internet, un soutien aux magazines papier

Note2be à proscrire?

4 pensées sur “Note2be : outil à proscrire ou outil de démocratisation ?

  • avatar
    22 mars 2008 à 7 07 07 03073
    Permalink

    Raymond

    Je crois que Centpapiers a bien débattu de la question du Web 2.0 et de cette question de Note2be. En plus des pressions qu’amènent sur certains blogueurs des poursuites à l’exemple de celle Olivier Martinez. C’est le grand intérêt du forum citoyen. Nous pouvons ainsi nous faire une idée en propre du débat.

    Merci

    Pierre R. Chantelois

    Répondre
  • avatar
    23 mars 2008 à 23 11 01 03013
    Permalink

    Arnold

    Cette question de l’évaluation des professionnels par le grand public et de manière anonyme me préoccupe depuis plus d’un an. Le 8 mars 2007 – il y a donc un an -, je traitais cette question ici même sur Centpapiers dans un article intitulé : Oseriez-vous évaluer votre médecin ?. Je soulevais par la même occasion le cas des professeurs (RateMyProfessors.com) qui faisaient l’objet d’une évaluation anonyme de la part de leurs élèves.

    Amicalement

    Pierre R. Chantelois

    Répondre
  • avatar
    23 mars 2008 à 20 08 25 03253
    Permalink

    Bonjour Raymond, mes salutations Maître Pierre,

    Tout d’abord, pourquoi débattre autour d’un site français sans intérêt direct pour nous, alors que nous avons, au Québec même, ratemyprofessor et ratemds qui sévissent et ont une très forte audience ? … esprit colonisé sors de ce corps…

    Pour moi, sous de vagues prétextes d’information, de création d’annuaires informatifs et de démocratisation, ces sites ne sont devenus que de vils exutoires de dénonciation, de mouchardage et de délation anonyme.

    Les élèves frustrés et les patients insatisfaits qui n’ont pas obtenu la pilule demandée, trouvent dans ces sites-poubelles le lieu idéal pour se défouler et salir des réputations.

    Ceux parmi vous qui ont déjà été professeurs ou médecins, savent bien jusqu’à quel point l’élève ou le patient peut se conduire comme une bête. Un enseignant n’a qu’à refuser une demande de re-correction ou n’a qu’à corriger un peu sévèrement un devoir, et le voilà transformé en « gros méchant ».

    Et comme nous sommes dans un espace virtuel où tout est indexé et archivé, ces réputations sont salies à tout jamais, pour l’éternité.

    Le problème est que la modération sur ces sites n’y est que minimale et elle ne se fait, règle générale, que sur plainte du professeur ou du médecin.

    Un autre problème fondamental est que toutes ces évaluations/dénonciations se font dans l’anonymat le plus total. En fait, aucune inscription n’est demandée et aucun contrôle de l’identité des évaluateurs n’est fait. Tout se fait dans l’anonymat le plus abject. Si tu n’es pas prêt à assumer tes opinons, alors tu te la fermes. C’est ça, le principe de responsabilité.

    En fait, je me demande même si les éditeurs de ces sites acceptent de se faire connaître.

    Tiens, un mini-exemple…Je connais une professeure pour qui un étudiant-déchet a écrit : ».. Wear skirt to classes. If you have fantasy about that, then go to her classes… » Très édifiant….

    Il n’y a acun rapport entre ces sites-poubelles d’évaluations de profs ou de médecins et le répertoire des écoles du Québec de L’actualité. Ce répertoire est public, bien organisé et, surtout, n’attaque pas des individus.

    J’ai été très impressionné par la très vive réaction des syndicats et organisations françaises contre ce site note2b.com. Ces gens ont du courage. Je leur lève mon chapeau.

    Avec ces sites-poubelles, on assiste à la consécration finale de l’inversion des valeurs prédites par Nietzsche.

    La relation patient-médecin ou maître-élève, fondamentale et sacrée dans notre tradition occidentale, est inversée et c’est l’étudiant/patient-gueux qui juge son médecin ou son maître. C’est le monde à l’envers.

    On va bientôt avoir un site RateMyNana.com or RatetheBiteofyourboyfriend.com… C’est dans l’air du temps…

    Répondre
  • avatar
    24 mars 2008 à 9 09 03 03033
    Permalink

    Merci Pierre pour cette référence. Je vais aller lire cette discussion.

    Je suis nouveau sur Cent papiers. Je ne suis pas au courant de toutes les ramifications de ces débats !

    Arnold

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *