NOUVEAU PDG À LA TÊTE D’UNE MULTINATIONALE DE LA FOI

ROBERT BIBEAU

La semaine dernière, une multinationale de la foi et du capital financier a choisi son nouveau PDG. Le directoire de l’Institut des œuvres religieuses (IOR) – nom de code pour identifier la banque du Vatican et ses 44 000 comptes secrets classés «toxiques» – était vacant depuis 9 mois suite au limogeage de son dernier directeur, remercié par l’ex-Pape Benoît XVI, en disgrâce pour incompétence. L’institution, épinglée sur la liste noire des paradis fiscaux mafieux, n’avait plus de tête pour gérer ses 6 milliards d’euros pas davantage traçables qu’un bifteck chevalin. La nomination du nouveau Directeur, monsieur Von Freyberg, un allemand de souche, marchand de canons de sa profession, devrait rassurer le nouveau locataire de la petite Cité vaticane multimilliardaire, fiduciaire des aumônes de millions de pauvres fidèles filoutés (1).
Pendant ce temps, les tractations au Sacré Collège emmuré dans la Chapelle Sixtine ont abouti à l’élection du 267e successeur de Pierre le pescadore (pêcheur & pécheur) et le cérémonial médiéval entourant la décision du Conseil d’administration a été l’objet d’une couverture médiatique sans précédent. Seuls les Jeux Olympiques et les sorties de Lady Gaga attirent davantage de curieux, de scribouilleurs et de vipères de la télé que ce sommet de plénipotentiaires septuagénaires.
Pendant ce raout les gardes suisses rocambolesques prenaient place sur le parvis munis de leurs hallebardes ubuesques. Ne manquaient que les zouaves pontificaux, ces descendants des «Contras avant l’heure», venus défendre la mainmise vaticane sur les terres italiennes que les chemises rouges de Garibaldi chassèrent du pays (2). Dans l’air évanescent devant le Vatican quelques réminiscences de la simonie des Borgia prolégomènes à ce consistoire sous scellé.

 

Si vous le voulez bien, laissons sous le boisseau ces allégations mal à propos, ces milliers de poursuites sans suites et ces dizaines de procès circonstanciés pour pédophilie avérée dont cette multinationale de la foi est aujourd’hui entachée (3).  Qu’elle entreprise saurait répondre à ses clients de tout un chacun de ses représentants ?
Début mars 2013, plus d’une centaine de vieillards crosse au poing, accoutrés d’un surplis couvrant leur soutane – espèce de robe au port masculin idoine –  coiffés de la calotte dissimulant la tonsure sous la barrette de sang pourpre, se sont cloîtrés pendant deux journées afin d’accoucher de la nouvelle papauté. Leur choix s’est porté sur un richissime prince de l’église des pauvres. L’élu, porté aux nues, tout de blanc vêtu parcourait peu avant les favelas éventrées et les taudis délabrés, juchés à flanc de colline, principautés miséreuses de la cocaïne, vitrines de la malnutrition et de l’insalubrité, baronnies des exécutions sommaires des sans-papiers et des «sans-terres» par les mercenaires des latifundiaires.
Dans ce cortège pontifical pas même une tunique féminine – pour donner bonne mine. Dans ce défilé d’un autre âge – triste à pleurer – lugubre et misogyne,  même les cerbères étaient des convers. Vous savez pourquoi les femmes sont chassées systématiquement de ces lieux de « sacrements » ? Parce que selon la mythologie religieuse archaïque la femme porte en elle les suites du « péché originel » dont la manifestation se révèle chaque mois par une souffrance sanglante. Et oui, ces seigneurs écarlates renient leur mère courageuse qui a accouché de ces impétrants.
Après deux jours enfumés la « Fumata bianca ! » s’éleva telle une offrande destinée à tous les catéchumènes des terres de misère sud-américaines, balayant d’un revers de  main papale les espoirs des punaises de sacristie de tous les autres pays de l’eucharistie. Ne survécut à cette foire d’empoigne séquestrée que la liesse des riches blancs du sous-continent latino-américain, descendant des Conquistadores conquérants, longtemps chasse gardée de l’impérialisme étatsunien.
Les larbins à la plume futée rassemblés devant la loggia romaine oublièrent dans leur exaltation du papabile près de deux cent millions d’amérindiens, de noirs ex-africains, de mulâtres et de métis, les enfants d’Evo Morales et d’Hugo Chavez.
« Certains spécialistes de l’histoire de l’Argentine estiment que ce Jorge Mario Bergoglio a eu une attitude contestable sous la dictature militaire argentine entre 1976 et 1983. Fortunato Mallimaci, ancien doyen de l’Université de Buenos Aires, explique que l’ex-cardinal a été très indulgent envers les militaires tortionnaires. Le directeur de l’Université, Christian Terass, interrogé par France Inter, va plus loin : il précise que le pape François Premier a dénoncé à la junte militaire nombre de prêtres progressistes »; ces prêtres, partisans de la théologie de la libération, que les amis militaires fascistes du souverain pontife ont occis. « Jorge Mario Bergoglio est considéré comme un conservateur dit-on en haut lieu ». « Mgr Bergoglio soutient une doctrine de la foi conservatrice, particulièrement en ce qui concerne l’avortement et l’euthanasie, le contrôle des naissances, l’homosexualité et l’ordination des femmes prêtres. » (4). Rien pour enflammer l’enthousiasme des damnés de la Terre-mère ni celui des ouvriers des mégalopoles sud-américaines.
Dès son intronisation, le nouveau président du conseil d’administration de la multinationale de la foi chrétienne a annoncé ses couleurs : « Donnant une première idée du ton qui sera le sien, le prédicateur a demandé aux fidèles d’entreprendre un chemin de fraternité, d’amour et d’évangélisation » (…) « le choix d’un pape d’abord concerné par la «nouvelle évangélisation» sur le continent qui compte 40 % de la clientèle catholique du monde entier mais où la position de l’Église Catholique est fortement contestée par… » des groupuscules évangélistes qui grugent les marchés de la première multinationale de l’évangélisation (5).
Ce qui signifie que ce Pape entend mener une guerre de marché et ravir des clients à ses concurrents évangélistes, orthodoxes et musulmans, et qui sait, peut-être, lancer une OPA-hostile* contre d’autres multinationales de l’évangélisation concurrentes. Ce ne sont pas de bonnes nouvelles pour les annales de la paix mondiale.

 

 

(OPA) Offre publique d’achat. Elle est hostile quand l’entreprise qui en est l’objet s’y oppose.

4 pensées sur “NOUVEAU PDG À LA TÊTE D’UNE MULTINATIONALE DE LA FOI

  • avatar
    20 mars 2013 à 10 10 59 03593
    Permalink

    « Dans ce cortège pontifical pas même une tunique féminine – pour donner bonne mine. Dans ce défilé d’un autre âge – triste à pleurer – lugubre et misogyne, même les cerbères étaient des convers. Vous savez pourquoi les femmes sont chassées systématiquement de ces lieux de « sacrements » ? Parce que selon la mythologie religieuse archaïque la femme porte en elle les suites du « péché originel » dont la manifestation se révèle chaque mois par une souffrance sanglante. Et oui, ces seigneurs écarlates renient leur mère courageuse qui a accouché de ces impétrants. »

    « Mgr Bergoglio soutient une doctrine de la foi conservatrice, particulièrement en ce qui concerne l’avortement et l’euthanasie, le contrôle des naissances, l’homosexualité et l’ordination des femmes prêtres. » (4).

    —————————————-
    Vous décrivez des effets.

    Quelle est la cause mise ne scène par cette compulsion de répétition de l’exercice du pouvoir.

    Ce sont tous des enfants non désirés, non voulus, et investis narcissiquement par leur mère. Ils déplacent sur le Monde leurs émotions réprimées envers cette mère. En ce sens, ils sont des psychopathes sectaires faisant la promotion d’un quatrième commandement tronqué de la version originale en hébreux.

    Ce qui me laisse pantois c’est que seule Alice Miller a osé dénoncer l’inconscient des membres de cette secte. Le franciscain Richard Bergeron parle de satanisme qui sacrifie toujours l’humain au profit de l’Institution. L’Utopia a été validée par les jésuites au Paraguay au 16ème siècle.

    Secte qui fait la promotion de tout ce qui assure la pérennité de leur entreprise de chapardeurs : des humains malheureux, non désirés, non voulus, souffrants, reproductrices serviles.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2013 à 14 02 46 03463
    Permalink

    Pas certain de vous comprendre
    Votre hébreu est du chinois pour moi
    Désolé.

    Robert

    Répondre
    • avatar
      20 mars 2013 à 15 03 16 03163
      Permalink

      @Robert
      « donne leur juste poids à ton père et à ta mère, et il sera ajouté à tes jours ». Ce qui laisse entendre « ainsi tu ne te feras pas longtemps d’illusion et tu pourras vivre plus tôt pour toi »

      Répondre
  • avatar
    20 mars 2013 à 15 03 47 03473
    Permalink

    Le 20 mars 2013 à 8 h 06 min, oscar fortin a dit :
    Le style et les mots ne vous manquent pas pour décrire une réalité qui se prête très bien à ce que vous en dites. On ne pourra certainement pas vous reprocher de relever cette mascarade moyenâgeuse et de misogynes, assurant l’autorité suprême de l’Église.

    Sur la question relative à la complicité de notre François avec la Junte militaire de 1976-1983, plusieurs éléments viennent atténuer certaines de ces accusations. Par exemple la déclaration d’un acharné combattant des droits humains durant cette période de la junte militaire, le prix Nobel de la paix 1981, Esquivel, nie toute participation de Bergoglio avec la junge militaire. À cette époque, il était provincial des jésuites. En second lieu, des analystes futés ont retracé des montages de photos truquées dans le livre du journaliste argentin, auteur du livre « El silencio ». Alors pourquoi truquer des photos, si les preuves sont à ce point convaincantes? Je vous refaire aux commentaires 7 et 8 de l’article http://www.alterinfo.net/L-affaire-Francois-1er-Les-Borgias-ont-ils-migre-a-Washington_a87950.html .
    Une chose, la déconnection d’une église avec le monde contemporain, une autre, l’implication directe de Bergoglio, comme provincial, avec la junte militaire.

    Dans pareille cas, la recherche s’impose et, par souci de vérité et respect des personnes, une certaine réserve sur l’une ou l’autre des hypothèses s’imposent.

    En ce qui me concerne, je donne, pour le moment, crédit au témoignage d’Esquivel…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *