Nouveaux regards sur Hochelaga-Maisonneuve

Les hauts et les bas d’Hochelaga-Maisonneuve

Raymond Viger   Dossier Hochelaga-Maisonneuve

ski montréal côte PIE-IX skito remontée mécanique skisJe fais parti d’Hochelaga-Maisonneuve depuis 1974. Dans mon enfance, j’ai même fait du ski sur la côte PIE-IX. Oui, il y avait une pente de ski à Montréal. On partait de Sherbrooke et Pie-IX pour descendre plus loin que Pierre-de Coubertin.

À l’époque la remontée, quand on en avait les moyens, se faisait au moyen du « skito », une sorte de cable de métal tiré en permanence par des engrenages. La photo montre le « skito » de Granby. Je n’ai pas trouvé du « skito » de la côte PIE-IX mais au moins cela vous donne une bonne idée de ce que le ski pouvait représenter à l’époque des grands skis de bois.

Ma première blonde habitait Hochelaga-Maisonneuve, mon premier emploi d’été avait été la Canadian Vickers, mon premier commerce se trouvait sur Ste-Catherine… Mon intervention communautaire me ramène encore une fois dans Hochelaga-Maisonneuve avec le Journal de la Rue, ensuite avec le Café Graffiti et notre magazine Reflet de Société… J’ai vu le quartier sous différents angles.

Le nouveau Hochelaga-Maisonneuve

Un quartier qui avait 85 000 de population et qui est tombé à 40 000, fermetures d’usines, fermetures de commerces… Un quartier ouvrier qui a connu ses heures de gloire, suivi d’une période désastreuse.

Mais depuis plusieurs années, Hochelaga-Maisonneuve change de couleurs. Avec l’arrivée de nouvelles familles qui investissent dans leur logement, la population remonte à 45 000. Une série de nouveaux commerces avant-gardistes voient le jour:

À mon grand plaisir Hochelaga-Maisonneuve reprend doucement ses couleurs. Cette liste de commerces, créé par des jeunes, une nouvelle génération d’entrepreneur est un vent de fraîcheur pour le quartier.

Osez prendre le risque de venir y faire une petite balade.

L’amour en 3 dimensions. l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement Roman de cheminement humoristique.

Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3DPar téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

7 pensées sur “Nouveaux regards sur Hochelaga-Maisonneuve

  • avatar
    19 avril 2014 à 2 02 44 04444
    Permalink

    Eh oui, le processus de boboïsation du quartier, de gentrification, du « tout-aux-condos » (avec le très corrompu Samcon et autres du même genre) et à la rue les pauvres, se poursuit. Ça fait des années qu’on nous y promet un nouveau Plateau, avec tout ce qui vient avec. Maintenant les restaurants de luxe à 30 $ l’assiette poussent comme des champignons sur les Promenades Ontario et Sainte-Catherine, avec des promos de la SDC locale pour nous faire avaler la pilule. Toutes les caisses populaires fermées ont été transformés en habitations-condos de luxe (coin Chambly-De Rouen, Ontario entre Darling et Davidson, Sainte-Catherine entre Cuvillier et Aylwin, etc. Même l’ancienne caisse de Ontario-Darling est devenu une maison de vente de condos).

    Vous avez bien raison M.Viger, « Osez prendre le risque de venir y faire une petite balade » …

    • avatar
      19 avril 2014 à 8 08 01 04014
      Permalink

      J’habite dans Hochelaga-maisonneuve et je vois la même chose que vous Charles Tremblay. Bientôt grâce à la spéculation immobilière les loyers seront trop élevés et je devrai déménager ailleurs donc je serai d’une certaine façon chassé d’Hochelaga-maisonneuve.

    • avatar
      7 octobre 2014 à 6 06 15 101510
      Permalink

      J’habite Hochelaga-Maisonneuve depuis 1979 et vive l’embourgeoisement du quartier. Je préfère voir des condos a chaque coin de rue ou des restaurants a 30$ l’assiette, que des HLM degeulasse et des commerces délabrés. Si vous n’avez pas les moyens de vivre ici, déménagez. Le quartier s’améliore, bravo. On a finalement des belles boutiques, de bons restaurants, de beaux bars, le parc morgan la est finalement terminé. Les gens du quartier ont finalement un endroit acceptable ou vivre, qui tranquillement se debarasse de ses prostituées et ses HLM degeulasse. Plus de condos et vive la gentrification. Ca fais drôlement du bien.

  • avatar
    21 avril 2014 à 20 08 37 04374
    Permalink

    Le communautaire s’est tout de même battu pour permettre une mixité sociale dans Hochelaga-Maisonneuve.

    • avatar
      22 avril 2014 à 19 07 22 04224
      Permalink

      « Mixité sociale » est une expression-escroquerie inventé par les promoteurs de condo à la Samcon pour donner l’impression que leurs agissements est une cause juste. C’est une expression de politicien pour se donner bonne conscience. Ce qui se passe actuellement dans Hochelaga-Maisonneuve est une forme de colonisation/gentrification des moins nantis, les plus riches forceront toujours une hausse du coût de la vie, des loyers, de la nourriture, etc. Avec la complicité sournoise des Caisses Desjardins, comme je l’ai cité plus haut.

      « Mixité sociale » est une escroquerie des bourgeois contre les ouvriers et cela se vérifie même dans les cours d’écoles (quand elles ne sont pas fermés comme les Hochelaga et Baril) : Jamais les enfants des plus riches se mélangent avec ceux des plus pauvres, même s’ils fréquentent les mêmes écoles et se retrouvent dans les mêmes cours de récréation. Les adultes, idem.

      Quand les jeunes ont lancé les briques contre les vitrines de 4 des restaurants luxueux qui s’intallent dans le quartier, « mixité sociale » est cette politique de l’oxymore (dixit Bertrand Méheust) que leur a servi les trois politicailleurs du coin : le dauphin d’Harel Réal Ménard, la péquiste Carole Poirier et l’orangiste Marjorie Boutin-Sweet (cette dernière s’offre d’aider le doc Julien car elle dit aimer les enfants mais en revanche elle ne s’émeut même pas des enfants palestiniens qui ont reçu du phosphore blanc dans la face en 2008, fidélité sioniste oblige).

      Tout ce qui se construit dans le quartier est présentement des condos très dispendieux et ce qui n’est pas revendable sous cette forme (comme par exemple, trop proche de la track de chemin de fer), alors là on en fait du « logement pour démunis ». Le logement locatif est systématiquement grugé au profit des promoteurs de condos, en plus des pressions exercés par les institutions financières, même les nouvelles législations de la Ville forcent la transformation des loyers en condos et en co-propriétés divisés.

      « Mixité sociale » a été inventé par les même qui ont inventé l’expression « Homa » pour rendre le quartier plus sexy aux anglophones et étrangers qui voudraient acheter une propriété dans le quartier. D’ailleurs, cette expression ne vient pas des gens du quartier, ils ne l’ont jamais utilisé avant que les colonisateurs arrivent dans le décor. Exactement comme « Homa ».

      Non à l’escroquerie appelée « mixité sociale » !

      • avatar
        26 avril 2014 à 4 04 36 04364
        Permalink

        Pourquoi dites-vous que la Ville de Montréal force la transformation de loyers en condos et en co-propriété? Ce sont les propriétaires qui font des demandes à la Ville et non pas la Ville qui exigent ces changements aux propriétaires.

        Les nouvelles familles qui arrivent dans Hochelaga-Maisonneuve font parti du quartier et ne font pas de ségrégation en se mettant à part et en se disant d’une classe à part.

    • avatar
      22 avril 2014 à 19 07 26 04264
      Permalink

      Si le « communautaire » s’était battu pour la « mixité sociale » dans le quartier, le FRAPRU n’aurait même pas de raison d’y être.

Commentaires fermés.