On a trouvé la “particule de Dieu”!!!

 

(Note : Je vais essayer de rendre le sujet le plus abordable possible)

– On a trouvé le Boson de Higgs!!!

– Tu n’es pas sérieux!!! On n’a pas trouvé la « particule de Dieu »???

– Hé oui, mon grand. C’est chose faite. La science est gagnante encore une fois.

– C’est Hawking qui ne sera pas content; il a gagé 100 dollars qu’on ne le trouverait pas.

– Il devra payer. On l’a trouvé.

– Mais c’est quoi, réellement, ce foutu boson de Higgs?

– Tu connais la notion d’onde/particule?

– Oui. Comme la lumière, par exemple, qui se présente en même temps sous la forme d’une  particule appelée photon et sous la forme d’une onde électromagnétique.

– C’est ça. Mais cette complémentarité des deux aspects onde/particule s’applique à toutes les particules. Donc, pour faire court, au niveau de la symétrie « électrofaible », la science rencontrait un problème depuis longtemps et vers 1960, Peter Higgs a proposé une solution qui se traduit par un « champ ondulatoire » appelé « champ de Higgs ». Le « champ de Higgs » remplit tout l’espace-temps. Toutes les particules se déplacent donc dans cette « soupe de Higgs ». Ce qui signifie que si ce champ ondulatoire existe vraiment, nous devrions pouvoir trouver son aspect « particule » complémentaire. Et comme ce « champ de Higgs » détermine une énergie de masse et qu’il se rapporte à une brisure de symétrie de la force électrofaible, la particule se doit d’être un boson.  En fait il sert principalement à donner une masse aux bosons Z et W+ et -. On se mit donc à chercher le « boson de Higgs ». Après plus de 25 ans, on l’a finalement trouvé. Bon! Il reste bien quelques légers détails à régler, mais on a bien l’impression qu’on a trouvé un boson de Higgs.

– Autrement dit : on n’en a pas encore la « preuve » définitive. C’est bien ce que tu me dis?

– Oui mais…la probabilité est à 5 sigma; c’est-à-dire 5 possibilités d’erreur sur 10 millions. C’est quand même assez certain.

– On peut conclure que ce « champ de Higgs » existe bel et bien, en effet. Mais explique-moi comment un « champ de Higgs » peut produire une « masse »?

– D’accord. Auparavant, on croyait que la masse était une caractéristique fondamentale des particules. Avec la nouvelle notion de « champs de Higgs », on se retrouve avec des particules où  aucune d’elles ne possède de masse. Ce n’est que l’interaction de ces particules se déplaçant dans le « champ de Higgs » qui nous donne l’impression qu’une particule est « massive »; et c’est son énergie déployée pour traverser ce « champ de Higgs » qui détermine sa masse. Plus elle est massive, plus elle a de la difficulté à se déplacer. Tu comprends?

– Bien sûr! C’est simple à comprendre. Quand je veux descendre du métro et qu’il est vide, je me dirige vers la porte beaucoup avec beaucoup moins de problèmes que quand le métro est bondé. Mais ce que je ne comprends pas est que : le photon n’a pas de masse. Ce qui signifie qu’il se déplace à la vitesse de la lumière. C’est bien ça?

– Oui! C’est ça.

– Et comme il se déplace à la vitesse de la lumière, le temps se fige et les distances deviennent nulles aux yeux de l’observateur. Donc, pour nous, le photon est « partout » dans un « éternel présent ».

– Ouais. Si tu veux.

– Mais si, au départ, toutes les particules n’ont pas de masse, elles devraient toutes voyager à la vitesse de la lumière comme le photon. Pourquoi ne le font-elles pas?

– Parce qu’elles interagissent, plus que le photon, avec le champ de Higgs.

– C’est bien là ma question : Pourquoi interagissent-elles plus que le photon?

– Je ne sais pas. Actuellement, on n’a pas de réponse à cette question.

– Mais il sert à quoi ton « champ de Higgs », si tu dois enlever toute masse aux particules et que, en faisant cela, tu es encore coincé? Un de mes amis dirait que ce n’est que du « tataouinage »; et je renchérirais par : « tataouinage masochiste ».

– La science évolue constamment et nous trouverons bien une réponse à ta question éventuellement.

– C’est drôle, j’ai comme l’impression que la réponse est beaucoup plus simple sans l’existence de ton « champ de Higgs ».

– Peux-tu m’expliquer ça?

– Je peux essayer; mais avant, dis-moi; ils l’ont trouvé où ton boson de Higgs?

–  Ils l’ont trouvé à l’intérieur du proton, au niveau des quarks.

– C’est bien ce que je pensais. Donc; un proton, c’est composé de quoi?

– De trois quarks, disons trois “billes énergétiques” qui représente 50% du proton; le reste, c’est des gluons (du mot anglais “glue” qui signifie “colle”).

– Et ce sont ces gluons qui sont responsables du fait que plus on éloigne les quarks les uns des autres, plus les gluons augmentent leur retenue sur les quarks.

– C’est bien ça. On appelle ça « le mystère du confinement ». Dans un proton ou dans un neutron, on ne peut pas séparer un quark des deux autres quarks.

– Donc, on peut dire que les trois quarks d’un proton « baignent » dans un « champ de gluons », dans lequel ils se déplacent; et si l’un d’eux s’éloigne des autres quarks, il a de plus en plus de difficulté à se déplacer. Autrement dit : sa masse augmente.

– Euh…Oui; on peut le dire…de cette façon.

– Mais si on le dit “de cette façon”, on n’a plus besoin de « champ de Higgs » pour décrire les résultats de ton expérience, puisque les quarks baignent déjà dans un « champ de gluons » qui donne le même résultat qu’un “champ de Higgs”.

– Je vais y réfléchir. Mais je t’oppose ton argument précédant : Que fais-tu de ton boson « photon » qui n’a pas de masse?

– Il n’a pas de masse; donc il est « partout ».

– Et le « tissu » de l’univers espace-temps serait électromagnétique?

– D’une part, oui. D’autre part, il existe une autre particule « boson », comme le photon, et qui n’a pas de masse. Donc, qui est « partout » elle aussi.

– Laquelle?

– Le Gluon. Tu dois savoir que le gluon n’a pas de masse?

– Oui; évidemment; mais dans ce cas, le tissu de l’univers espace-temps serait également « gluonique »?

– Il semblerait bien, non? La caractéristique du Gluon est de circonscrire un volume en une entité indivisible.  L’univers espace-temps est UN et INDIVISIBLE. Que demander de plus?

– Le résultat, selon toi, est que la masse n’est pas du tout le produit du « champ de Higgs » ou du boson de Higgs?

– Le résultat est qu’on en n’a pas besoin. D’ailleurs le boson de Higgs est l’équivalent du « graviton » qui est une particule vecteur d’une force fondamentale et qui n’a jamais été trouvé. En fait, la notion de « force fondamentale » n’est qu’un acte de Foi en quelque chose d’inexpliqué et d’inexplicable. Je ne crois pas du tout aux forces fondamentales. La première de l’histoire, la force de gravité, fut concoctée par Newton qui avouait lui-même qu’il n’y croyait pas mais que « ça marchait ». Alors, il s’en contentait pour l’instant.  Cela a pris 300 ans avant qu’Einstein propose une solution différente; mais on ne la comprend pas encore parfaitement cette solution. Alors on tourne en rond depuis cent ans.

– Qu’est-ce qu’on ne comprend pas encore de la relativité?

– On ne comprend pas que la « force de gravité » n’est qu’une « CONSÉQUENCE » d’une déformation de la géométrie de l’espace. Donc cette force “active” n’existe pas. C’est une force “relative”; et une “force relative” n’est pas une “force fondamentale”. De plus, puisque cette « force » est l’une des quatre supposées « forces fondamentales actives » expliquant l’univers, et vu que ces quatre forces, au début de l’univers, n’en formaient qu’une seule, appelée : la « super force fondamentale », si tu élimines l’une des composantes de cette « super force », ta « super force active» disparaît complètement pour ne devenir qu’une “CONSÉQUENCE” elle aussi. Ce qui élimine les trois autres forces fondamentales.

Il serait temps de laisser tomber la notion de « force divine infinie inexplicable », venant de nulle part, “créatrices” de l’univers, pour enfin  considérer ces « forces » comme de simples « CONSÉQUENCES » environnementales. On cessera alors de tourner en rond autour de « dogmes » scientifiques aussi inexplicables que les dogmes religieux.

– Peut-être as-tu raison. Je vais y réfléchir sérieusement.

– Mais dis-moi? Pourquoi appelle-t-on le boson de Higgs : « la particule de Dieu »?

– Parce que sans elle, l’univers ne peut pas exister.

– C’est évidemment un dur coup pour Dieu et son boson, si on peut le remplacer par de la « glue ».

– Salut!

– Ok. Bye!

Amicalement

André Lefebvre

Voici ce qu’en pense quelqu’un qui est physicien:

lol, un récit de pata-science ;)

Vous confondez manifestement impulsion et énergie cinétique, l’impulsion est une grandeur vectoriel elle à une “orientation”, l’énergie cinétique est une grandeur scalaire, et un scalaire n’a pas d’orientation ! 
De plus je n’est pas compté le nombre d’hypothèse gratuite que vous faites, mais il y en tellement, pour au final conclure par une autre hypothèse gratuite. 

Vous ne décrivez absolument rien par le présent texte ! 

@+, 
G. “

Avez-vous remarqué le procédé? Accuser l’autre de planter vingt clous pour planter le sien. J’admire!!!

Au sujet du vectoriel versus le scalaire, je n’en doute pas du tout, le monsieur a parfaitement raison; mais l’énergie cinétique est l’énergie de travail qui produit un mouvement. Elle n’a pas de “direction” C’est bien évident, le mouvement n’est pas “dirigé” avant qu’on ne produise ce mouvement. Mais là, lorsqu’on produit ce mouvement, il n’est plus question d’énergie cinétique, mais “d’impulsion”; qui elle, est nécessairement “orientée”. Il n’y a donc aucun lien entre un vecteur et un scalaire. C’est tout à fait clair.

Par contre soyons honnête:  je vous prie de me croire… de ne pas me croire sur parole.

Pas facile d’échanger avec un physicien.

Amicalement

André Lefebvre”

avatar

Andre lefebvre

Mon premier livre « L’histoire de ma nation » est publier chez:

http://fondationlitterairefleurdelyslibrairie.wordpress.com/

André Lefebvre

8 pensées sur “On a trouvé la “particule de Dieu”!!!

  • avatar
    17 juillet 2012 à 0 12 47 07477
    Permalink

    J’en suis arrivé à la conclusion il y a bien longtemps – quand les menisques de mes genoux n’en ont plus pu de la position du lotus qui devait m’apporter la divine sagesse – que la seule réalité indéniable était la perception qui, dans l’instant présent, occupe le champ de ma conscience.

    Le sujet qui perçoit et l’objet perçu ne sont que les limites de cette perception, aussi insubstantielles qu’une ligne d’horizon, comme sont aussi des créations de cette perception les notions de temps, d’espace et tout le vocabulaire que j’y ajoute.

    Cette perception est un effet apparent de MA conscience – mais qui est aussi la vôtre, puisque moi comme vous n’en sommes que des illusions. Cette perception peut être dite ‘Dieu’ ou n’importe quoi et elle s’en fout. Attention de ne pas cesser d’y croire, cependant, car sans elle tout INSTANTANÉMENT cessera d’exi

    Répondre
    • avatar
      17 juillet 2012 à 9 09 24 07247
      Permalink

      « Attention de ne pas cesser d’y croire, cependant, car sans elle tout INSTANTANÉMENT cessera d’exi »

      mais alors qu’arriverait-il à la perception de tes genoux??? 😉 😀

      Amicalement

      Élie l’artiste

      Répondre
  • avatar
    17 juillet 2012 à 2 02 50 07507
    Permalink

    🙂

    Sapré André!
    Toujours aussi étonnant!
    J’ai lu des articles il y a quelques jours au sujet de cette particule de Dieu..
    C’est loufoque pas à peu près. Avoir la prétention de…
    Remarquons qu’au 19e siècle, après avoir découvert l’électricité et les microbes, on s’est dit que l’Univers avait livré ses secrets… Du moins bientôt…
    Devant la grandeur du cosmos, des univers parallèles, de la fécondité de la création, je me sens comme un lombric essayant d’expliquer la beauté d’une fleur.
    C’est pas parce qu’on a des explications ou des formules mathématiques que c’est « vrai ».
    Bush a trouvé Dieu sans formules…
    Ce n’est pas ce que nous savons ce qui est supposément vrai, mais c’est la capacité de saisir l’ampleur de notre ignorance.
    Pour le reste, ça amuse et ça coûte cher…
    Bonne journée!

    Répondre
    • avatar
      17 juillet 2012 à 9 09 26 07267
      Permalink

      Disons que de mêler Dieu à l’apellation de cette particule hypothétique fut un accident que j’explique à Paul Laurendeau sur les 7 du Québec.

      Ce n’est pas aussi « réligieux » que ça en a l’air. 😉

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    17 juillet 2012 à 5 05 15 07157
    Permalink

    Sur Les Voix trouvent le solde des commentaires.

    Bravo !!

    Amicalement,

    Le panda

    Patruick Juan 🙂

    Répondre
  • avatar
    17 juillet 2012 à 9 09 25 07257
    Permalink

    http://youtu.be/xgQ2PPlUJcI

    C’est un des liens que j’aime beaucoup, j’espère que tu rigoleras et tu auras de bien Beaux souvenirs

    à la mémoire.

    C’est avec bien du plaisir que je te l’offre à toi et à tous les habitants du Québec !

    Amicalement,

    Le Panda

    Patrick Juan

    😀

    Répondre
  • avatar
    28 septembre 2012 à 17 05 34 09349
    Permalink

    Bonsoir,

    J’arrive, je pense donc je suis…
    Intéressant tout cela.
    Je viens de terminer « la pensée de Dieu » des « BOGDANOV » juste aprés avoir lu « le lotus et le cosmos »,de Trinh Xuan Thuan;
    étrange parallèle générant d’étranges réflexions, très éloignées en apparence des formules mathématiques.
    L’homme au centre des choses comme le fut la Terre : pas de conscience, pas d’univers ? Le néant ?
    Ardécho

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *