Pensées poétiques et élevées


CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Pendant quelques minutes, oublions les inquiétudes que nous font vivre les «grands hommes» de notre époque en justifiant les guerres. Partir en guerre les obsède. Si Obama et Hollande et tous les assoiffés de pouvoir pouvaient se nourrir – même maladroitement – des textes qui suivent, leurs discours seraient sans doute plus pacifiques.

Deux grands mystiques, Rumi et Shams ed Dîn Tabrîzî, ont adouci l’humanité au treizième siècle.

Le poète Rumi (Djalal ad-Din Muhammad) est un mystique perse qui a profondément influencé le soufisme. Son nom est intimement lié à l’ordre des «derviches tourneurs» ou mevlevis, une des principales confréries soufies de l’islam, qu’il fonda dans la ville de Konya en Turquie.

On appelait le poète Rumi le Maître tant ses écrits étaient vénérés.

Néanmoins, la plupart de ses écrits lui furent inspirés par son grand ami, Shams ed Dîn Tabrîzî, dont le nom signifie «soleil de la religion.»

Entre eux, au premier regard, une grande histoire d’amour débuta. Jusqu’à cette rencontre, Rumi, un homme marié, père de trois enfants et entouré d’amis, n’avait jamais connu l’amour qui fait battre le cœur et vous change. Les deux hommes se comprirent totalement et s’aimèrent d’un amour inconditionnel.

Voici quelques extraits des quarante règles du soufisme et quelques pensées poétiques et élevées sur l’amour et la paix du coeur.

La soie ressemble à l’amour. Les vers détruisent la soie qu’ils produisent en sortant de leur cocon. C’est pourquoi les éleveurs doivent choisir entre la soie et le ver à soie. Le plus souvent, ils tuent le ver quand il est encore dans le cocon afin de tirer intact le fil de soi.

Le philosophe Ibn Arabi a déjà dit de Rumi (en le voyant marcher derrière son père) : Gloire à Dieu! Un océan marche derrière un lac.

Sa coupe est pleine à ras bord, et pourtant il faut qu’il parvienne à ouvrir la porte de son âme afin que les eaux de l’amour puissent couler librement dans les deux sens.

Bienheureuse et riche est votre vie, pleine et complète – à ce que vous croyez. Jusqu’à ce que quelqu’un arrive et vous fasse comprendre ce que vous avez raté tout ce temps. Tel un miroir qui reflète plus ce qui manque que ce qui est là, il montre les vides de votre âme – les vides que vous avez refusés de voir. Ce qui compte c’est de trouver l’âme qui va compléter la vôtre. 

Y a-t-il moyen de comprendre ce que signifie l’amour sans d’abord devenir celui qui aime?

Leur amour l’un pour l’autre est si visible et si intense, ce qu’ils partagent est si unique, qu’on ne peut s’empêcher d’être déprimé, en leur présence, frappé par la révélation qu’un lien d’une telle force manque dans votre propre vie.

Rumi dit que nous n’avons pas besoin de chercher l’amour en dehors de nous. Il suffit d’éliminer en nous les barrières qui nous tiennent éloignés de l’amour.

Le soufi dit : «Je dois m’occuper de ma rencontre intérieure avec Dieu plutôt que de juger les autres. Un érudit orthodoxe, cependant, est toujours à guetter les fautes des autres. La plupart du temps, celui qui se plaint des autres est lui-même en faute.»

Tout amour, toute amitié sincère, est une histoire de transformation inattendue. Si nous sommes la même personne avant et après avoir aimé, cela signifie que nous n’avons pas suffisamment aimé.

Il faut continuer à marcher bien qu’il n’y ait aucun lieu où arriver. L’univers tourne, constamment, sans relâche, ainsi que la terre et la lune, mais ce n’est rien d’autre qu’un secret enraciné en nous, êtres humains, qui fait tout bouger.

La voie de la vérité est un travail du cœur, pas de la tête. Faites de votre cœur votre principal guide! Pas votre mental. Affrontez, défiez et dépassez votre ego avec votre cœur.

L’intellect relie les gens par des nœuds et ne risque rien, mais l’amour dissout tous les enchevêtrements et risque tout. L’intellect est toujours précautionneux et conseille : Méfie-toi de trop d’extase! Alors que l’amour dit : Oh, peu importe, plonge!

Quoi qu’il arrive dans ta vie, si troublant que tout te semble, n’entre pas dans les faubourgs du désespoir. Même quand toutes les portes restent fermées, Dieu t’ouvrira une nouvelle voie. Sois reconnaissant. Il est facile d’être reconnaissant quand tout va bien. Un soufi est reconnaissant non pas pour ce qu’on lui a donné, mais aussi pour ce qu’on lui a refusé.

Est, Ouest, Nord ou Sud, il n’y a pas de différence. Peu importe votre destination, assurez-vous seulement de faire de chaque voyage un voyage intérieur. Si vous voyagez intérieurement, vous parcourrez le monde entier et au-delà.

La quête de l’amour nous change. Tous ceux qui sont partis à la recherche de l’amour ont mûri en chemin. Dès l’instant où vous commencez à chercher l’amour, vous commencez à changer intérieurement et extérieurement.

Il y a plus de faux gourous et de faux maîtres dans ce monde que d’étoiles dans l’univers. Ne confonds pas les gens animés par un désir de  pouvoir et égocentriste avec de vrais mentors. Un maître spirituel authentique n’attirera pas l’attention sur lui ou sur elle, et n’attendra de toi ni obéissance absolue ni admiration inconditionnelle, mais t’aidera à apprécier et à admirer ton moi intérieur. Les vrais mentors sont aussi transparents que le verre.

Ne tente pas de résister aux changements qui s’imposent à toi. Au contraire, laisse la vie continuer en toi. Et ne t’inquiète pas que ta vie soit sens dessus dessous. Comment sais-tu que le sens auquel tu es habitué est meilleur que celui à venir?

La seule vraie crasse est celle qui emplit nos cœurs. Les autres se lavent. Il n’y a qu’une chose qu’on ne peut laver à l’eau pure : les taches de la haine et du fanatisme qui contaminent notre âme. On peut tenter de purifier son corps par l’abstinence et le jeûne, mais seul l’amour purifiera le cœur.

Les opposés nous permettent d’avancer. Ce sont pas les similitudes ou les régularités qui nous font progresser dans la vie, mais les contraires. Tous les contraires de l’univers sont présents en chacun de nous. Le croyant doit donc rencontrer l’incroyant qui réside en lui. Et l’incroyant devrait apprendre à connaître le fidèle silencieux en lui. Jusqu’au jour où l’on atteint l’étape d’isan-i-Kamil, l’être humain parfait, la foi est un processus graduel qui nécessite son contraire apparent : l’incrédulité.

Il n’est jamais trop tard pour se demander : suis-je prêt à changer ma vie? Suis-je prêt à changer intérieurement? À chaque instant, à chaque nouvelle inspiration, on devrait se renouveler, se renouveler encore. Il n’y a qu’un moyen de naître à une nouvelle vie : mourir avant la mort.

Une vie sans amour ne compte pas. Ne vous demandez pas quel genre d’amour vous devriez rechercher, spirituel ou matériel, divin ou terrestre, oriental ou occidental … Les divisions ne conduisent qu’à plus de divisions. L’amour n’a pas d’étiquettes, pas de définitions. Il est ce qu’il est, pur et simple. L’amour est l’eau de la vie. Et un être aimé est une âme de feu! L’univers tourne différemment quand le feu aime l’eau.

Carolle Anne Dessureault

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d'argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l'épanouissement de la personne par la pratique de l'attention vigilante : la pleine conscience.

8 pensées sur “Pensées poétiques et élevées

  • avatar
    5 septembre 2013 à 7 07 02 09029
    Permalink

    Bonjour,

    Ces textes si bien choisis me font penser aux « Très hautes pensées » des Rishis Védiques qui nommaient ainsi les illuminations qui donnaient à voir le monde tel qu’il serait, dénoué de toutes les vues contradictoires et conflictuelles, comme un ensemble résolu où la vie s’exprimerait avec infiniment d’inventions et de joie.

    Pour moi, ce monde-là c’est un peu l’art. 🙂

    Bonne journée

    Demian West

    Répondre
    • avatar
      5 septembre 2013 à 10 10 25 09259
      Permalink

      Votre pensée coule comme un grand fleuve libre.

      Comme j’aime cette idée d’un monde dénoué de toutes vues contradictoires et conflictuelles …

      L’art nous reste. Il est le véhicule de notre source.

      Merci et bonne journée,

      Carolle Anne Dessureault

      Répondre
  • avatar
    5 septembre 2013 à 12 12 41 09419
    Permalink

    «…nous n’avons pas besoin de chercher l’amour en dehors de nous. Il suffit d’éliminer en nous les barrières qui nous tiennent éloignés de l’amour.»

    Tout est dit…

    C’est parfois difficile de constater à quel point on a déjà toutes les réponses et depuis si longtemps. Qu’est-ce qui nous manque le plus pour enfin parvenir à comprendre? L’intérêt? L’humilité? La compassion? Le temps?

    Cherchez et vous trouverez…

    Merci beaucoup pour ces mots de sagesse et d’espoir.

    En voici d’autres, y’a pas de mal à se faire du bien 😉
    http://www.youtube.com/watch?v=UE6y7R9XvvE

    Répondre
    • avatar
      9 septembre 2013 à 22 10 38 09389
      Permalink

      Merci de votre commentaire.

      Carolle Anne

      Répondre
  • avatar
    9 septembre 2013 à 20 08 17 09179
    Permalink

    @ Carolle,

    Vous êtes en quelque sorte le maître des masques.

    Je ne peux m’empêcher de réagir au changement de votre photo qui coïncide avec votre « prise de pouvoir ».

    Laquelle est un masque ?

    Affectivement.

    Répondre
  • avatar
    9 septembre 2013 à 22 10 40 09409
    Permalink

    Ah, cher Gaïagénaire, il y a déjà un moment que je voulais changer ma photo pour une plus récente. Il est vrai que le moment était favorable.

    Laquelle des photos est un masque? Ni l’une ni l’autre ou toutes les deux.

    Une chose est sûre : vous verrez que le fond de mes écrits ne changera pas, s’améliorera peut-être, je l’espère, mais les valeurs qui soutiennent ma pensée sont le reflet de mon identité réelle.

    CAD

    Répondre
    • avatar
      10 septembre 2013 à 7 07 54 09549
      Permalink

      Chère Carolle,

      Je suis d’hors et déjà sous le charme de ce que je vois.

      Je serai aussi un certain contraire.

      Affectivement.

      Répondre
      • avatar
        13 septembre 2013 à 10 10 51 09519
        Permalink

        Correction : « d’ores »

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *