Pensionnat autochtone: processus de guérison

fanny-aishaa-murale-graffiti-muraliste-street-art-urbain-culture-hiphop

Réconciliation autochtone

Flora Lassalle. Dossier Autochtones

Pendant trois jours s’est tenu à Montréal l’«Évènement national du Québec» organisé par la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Une occasion d’entendre des histoires de personnes venues des quatre coins du pays pour parler de ce qu’ils ont vécu et subi. Une rencontre bouleversante.

Malgré leurs souvenirs cauchemardesques, tous semblaient optimistes concernant l’avenir. Cet évènement fut l’occasion de témoigner afin de «fermer les portes de l’enfer». Certains discours débordaient d’émotions.

Devant les témoignages, l’une d’entre elles leva les bras au ciel et hurla de désespoir face à une scène de viol. Cinq personnes accoururent pour l’embrasser et la réconforter. La notion de collectivité s’est faite fortement ressentir: le but étant d’affronter cette mémoire ensemble.

Les cérémonies du soleil levant organisées chaque matin permirent à toutes les personnes qui le souhaitaient de se recueillir.

Ces trois journées aidèrent certains à continuer leur processus de guérison et à d’autres de le débuter, entourés de gens de confiance. Cette guérison est incontournable. Selon un chef algonquin: «Pour que la cure fonctionne, tout le monde doit arriver à assumer le passé.»

Les Événements nationaux

Quatre Évènements nationaux ont eu lieu avant celui de Montréal. Au début de chacun, un feu sacré était allumé et entretenu par le gardien du feu. Il perdurait jusqu’à ce que la rencontre s’achève, permettant d’offrir chaleur et protection à tous les participants pour favoriser leur guérison. Des cendres étaient prélevées pour être reversées dans le feu suivant à la fin de chaque évènement, tradition qui a perduré lors de l’Évènement national organisé à Montréal. Ainsi le feu sacré qui brûla à Montréal regroupait les cendres de tous les évènements précédents.

La cérémonie du soleil levant, lorsque les premiers rayons de soleil se font entrevoir. Les participants se placent autour du feu pour rendre hommage aux victimes des pensionnats par des prières et des offrandes. Après s’être purifié et recueilli, tous les participant qui en éprouve l’envie sont invités à venir prendre le bâton de parole et partager leur ressenti avec les personnes présentes dans le cercle.

Les participants s’expriment 

fanny-aishaa-muraliste-graffiti-mural-street-art-urbain-culture-hiphop

«Nous sommes les plus pauvres dans l’un des pays les plus riches.»

«Ce n’est pas en détruisant que l’on va réussir, c’est en construisant ensemble.»

«Un évènement de quelques minutes peut rester pour toujours dans notre cœur. La seule façon de le dépasser serait de nous arracher le cœur.»

«Si l’on n’a plus de respect pour la nature, on n’en a pas non plus pour les hommes.»

«L’école résidentielle était faite de briques. Sur chaque brique, on pouvait lire l’inscription “Canada”.»

«Je parle de mon passé pour fermer les portes de l’enfer.»

«Prendre un enfant, c’est arracher le cœur d’une famille.»

«I believe truth will set me free

«Vivre comme si échouer n’était pas possible…»

Toiles de l’artiste Fanny Aĩshaa

Autres textes sur Autochtone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *