PLUS DE RÊVE POUR DAVANTAGE DE DOULEUR (élections 2011)

Robertbibeau@hotmail.com

Image Flickr par LeStudio1.com

Je n’avais pas soupçonné que la colère des pauvres et des ouvriers était aussi prononcée ! Pour que la bourgeoisie se résigne à appeler le NPD (Nouveau Parti Démocratique, opportuniste-réformiste) à la barre de l’opposition officielle au parlement fédéral canadien il aura fallu que la rancœur de l’électeur soit immense et son amertume un abîme de douleur.

J’aurais dû m’en douter toutefois car le principe électoral bourgeois est très simple, la posologie doit être à la mesure de la maladie ; si le patient est très souffrant il faut augmenter la dose de calmant. Si le peuple canadien est toujours enferré dans la crise économique de 2008 et de ses suites – chômage, pauvreté, mal logé, taxes, impôts, insécurité sociale, vie chère, inflation, endettement, agressions de l’étranger, exploitation et spoliation – il faut lui faire miroiter l’espoir de « réformer » ce système économique dégénéré. La nouvelle importante de cette élection truquée ce n’est pas la victoire « majoritaire » de Harper, c’est la débandade des Libéraux et la montée en grade des supplétifs néo-démocrates.

C’est le rôle d’un parti politique social modéré de proposer de réformer ce qui pourtant ne peut être ni réformé, ni sauvegardé. Au cours des années passées le NPD a déjà été appelé à jouer ce rôle dans quelques provinces canadiennes comme l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique ; chaque fois que les électeurs se sont cherchés des « réformateurs » pour leur permettre de rêver à des jours meilleurs.

Chaque fois, suite à un bref intermède, après avoir appliqué les politiques de compression budgétaires et de liquidation des acquis sociaux, leur gouvernement surendetté a dû laisser le pouvoir à de plus futés qui se sont empressés de poursuivre la politique des riches amorcée par le NPD. Trouvez l’erreur !

Les riches canadiens ont donc laissé tomber leur vieux leurre libéral qui n’était pas à la hauteur de l’utopie à susciter avec leurs promesses éculées. Les nouvelles promesses du NPD feront mieux l’affaire pendant que le gouvernement Harper « majoritaire » terminera le travail de liquidation des acquis sociaux, d’augmentation des dépenses militaires et de transfert de la dette gouvernementale sur le dos des payeurs de taxes et des classes laborieuses. Quand tout cela sera accomplit, les Progressistes (sic) Conservateurs de Stephen Harper, comme ceux de Brian Mulroney il y a plusieurs années, retourneront à l’opposition se reforger une virginité et alors le NPD, d’opposition officielle changera de chaise et sera appelé à régner. Voici la rose, dansez ! Et le peuple berné en aura pour quelques années à faussement espérer, puis à pleurer amèrement ses désillusions.

Cette élection canadienne (2011) aura aussi été l’occasion d’observer le réalignement de la bourgeoisie monopoliste québécoise. Depuis l’échec de la conspiration constitutionnelle du Lac Meech et le schisme du quasi fasciste Lucien Bouchard, l’aile québécoise de la bourgeoisie canadienne avait partagé ses appuis entre deux partis de prédilection le Bloc (chauvin) québécois représentant de la bourgeoisie commerçante, celle des communications et celle de la petite industrie et le Parti Libéral du Canada représentant du capital financier de Montréal et de Toronto.

L’élection du deux mai semble avoir marqué le glas de cet alignement et la bourgeoisie québécoise semble avoir signifié aux petits-bourgeois indépendantistes québécois que la souveraineté du Québec n’était plus une thématique intéressante en capitale fédérale et qu’elle ne soulevait plus tellement l’enthousiasme des « nationaleux » nostalgiques de Lionel Groulx, de Maurice Duplessis (ramener notre butin d’Ottawa) et de leurs amis, y compris les aristocrates et les bureaucrates syndicaux. Par ici la sortie les amis séparatistes ! En situation de crise économique sévère comme celle que nous vivons depuis 2008, inutile de multiplier les bandes de parasites.

Selon les données préliminaires, sur 23 971 740 électeurs inscrits, seulement 14 720 580 se sont prévalus de leur droit de vote, soit 61,4 %. C’est à peine 3 % de plus qu’à l’élection de 2008. Plus de 9 251 160 des personnes ayant droit de vote ont refusé de voter, soit 38,6 %. Les conservateurs ont reçu 5 832 401 votes, ce qui représente 24,3 % des personnes ayant droit de vote, et cela s’est traduit par 167 sièges. Même si l’on prend le pourcentage du nombre de personnes qui ont voté (39,6 % pour les conservateurs), c’est encore bien loin d’une majorité. Il y a 8 888 179 électeurs qui ont voté pour des candidats autres que les candidats conservateurs, soit 60,4 % de tous ceux qui ont voté, ou 37 % des électeurs inscrits.

Ces résultats sont encourageant, au cours de cette campagne électorale des riches, par les riches et pour les riches, une fraction importante du peuple canadien (presque 40 %) a refusé de participer à cette mascarade électorale pseudo démocratique, sachant pertinemment, que ce soit le bonnet orange du NPD ou le bleu bonnet du PC qui soit appelé à gouverner, cela revient au même pour chacun d’entre nous.

Nous devrons lutter et résister dans la rue et sur nos lieux de travail, dans nos universités, dans nos cités et dans nos associations populaires pour les empêcher de nous congédier de nous dépouiller, de nous taxer et de nous appauvrir encore davantage.

4 pensées sur “PLUS DE RÊVE POUR DAVANTAGE DE DOULEUR (élections 2011)

  • avatar
    7 mai 2011 à 8 08 28 05285
    Permalink

    Ne t’inquiète pas trop.

    Les jeunes arrivent et ce n’est pas un « Mulclair » qui pourra les museler. Les vieux tours de « passe-passe » risquent de tomber en désuétude et être remplacés par le « franc parlé » agressif et extrêmement objectif.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    7 mai 2011 à 8 08 33 05335
    Permalink

    Tu as raison ces jeunes seront hors contrôle des apparatchiks pendant quelques temps, mais n’aie aucune crainte les NPD ont déjà prévu le coup et sont ardemment en train de se préparer à les museler solidement.

    Et les journalistes à la solde s’empresseront de créer des drames, des contradictions, des chicanes pour te triturer toute cette députation social-démocrate encore trop « progressiste » à leur goût, malgré que les sociaux-démocrates ne soit pas à mon humble avis vraiment progressistes.

    Désolé de te décevoir.

    Répondre
    • avatar
      7 mai 2011 à 10 10 09 05095
      Permalink

      😀

      Tu ne me décois pas du tout.

      J’ai une confiance presqu’absolue envers les jeunes. D’ailleurs, aie-je le choix?

      Je les vois travailler dans des domaines importants de la société. Ils s’y installent sans concessions « politically correct ». Ils ont leurs convictions qui sont presqu’inébranlables. Ils atteignent leurs buts l’un après l’autre. Ils maîtrisent la « nouvelle économie » que je ne parviens pas à comprendre exactement.

      Et je pense qu’aujourd’hui, ils ont décidé de s’occuper du « carré de sable » politique qu’ils avaient laissé aux vieux « dépassés » pour qu’ils s’y amusent. Ils ne « jouent » plus et ne trouvent pas le jeu politique est très drôle actuellement.

      Je suis constamment surpris par leurs prises de position qui se terminent presqu’à chaque fois par des « conseils » qui se rapprochent beaucoup plus à des « ordres », à mon sens, que des incitations appuyées. En tous les cas, elles sont « appuyées » en joual-vert!!!

      On n’a qu’à assister à leur façon d’aborder et de régler les problèmes qui se présentent sur leur route. Cela n’a rien à voir avec la façon précédente de confronter les problèmes par la génération précédente.

      Les vieux devront s’accrocher solide pour ne pas être « tassés ». Les tergiversations sans buts, sont presque terminées.

      Pour les jeunes. 2 + 2 = 4 et ils ne perdent pas de temps à considérer les alternatives hypothétiques.

      Je n’appuie pas toutes leurs opinions, mais j’appuie définitivement leur volonté de « changer toute cette indécision inutile ».

      Ils passent aux actes, j’ai l’impression. On en aura certainement une expression très bientôt au parlement.

      Quand un vieux politicien reconnu se fera dire « va te rhabiller vieux shnock » parce qu’il se mettra à danser autour du pot, on commencera à comprendre « la tendance qui s’approche ». La vieille tendance ne se maintiendra plus.

      André lefebvre

      Répondre
      • avatar
        7 mai 2011 à 10 10 38 05385
        Permalink

        J’ai visionné l’interview que Denis Lévesque à donné au jeune député de Sherbrooke Pierre-Luc Dusseault, agé de 19 ans.

        À la fin de l’interview, le jeune semblait considérer Denis Levesque comme un vieux « dépassé » à cause de l’insignifiance démontrée dans ses questions.

        Je ne pense pas qu’il acceptera deux fois de suite de se faire poser des questions aussi insignifiantes.

        À quelques reprises, le jeune est passé très près de souligner l’infantilisme des questions. Il s’est contenté de remettre les pendules à l’heure assez clairement merci.

        Surtout losqu’il a dit:

        « Je suis parti de chez moi depuis l’âge de 17 ans et je n’ai pas besoin d’appeler mon père pour prendre des décisions. »

        Denis a peut-être bien fait de ne pas trop insister.

        Sans souligner la question du salaire qui fut relevée et qui fut balayée d’un revers de la main par le jeune député.

        Denis Lévesque n’a pas été capable d’aborder les priorités dans l’esprit du Jeune homme. Il n’en a aucune idée après sa série de questions.

        À souligner que l’université de Sherbrooke possède maintenant son porte parole au parlement. Il n’y a pas que Mulcair et Layton qui vont influencer ce jeune homme.

        Amicalement

        André Lefebvre

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *