QUAND OBAMA DONNE DANS LE RIDICULE

 

Obama le joueur d'échec

OSCAR FORTIN :

Dans une déclaration toute récente, le président Obama vient de déclarer que Poutine n’est pas un joueur d’échecs puisque l’état de l’économie russe est lamentable. Une manière de narguer le président russe un peu comme nous le faisions, encore enfants, en narguant nos adversaires en leur disant que « mon père est plus fort que le tien »

« Il y a trois ou quatre mois, on disait que Poutine, tel un maître d’échec, avait vaincu l’Occident ou Obama, mais aujourd’hui il gouverne le pays confronté à la chute de sa devise, à la crise financière et à la récession économique. Dans ce contexte, il est difficile de croire qu’il m’a vaincu ou qu’il a vaincu les États-Unis. »

Voilà le grand maître d’échec qui n’a pas besoin d’attendre « échec au roi » pour se prononcer sur l’issu d’une partie encore en marche. Les pions déplacés, les sanctions, la baisse du prix du pétrole, le soutien économique et militaire à l’Ukraine, sont, à n’en pas douter, à l’origine de la faiblesse du rouble du ralentissement économique que connaît actuellement la Russie. La partie n’est toutefois pas terminée, le roi et la reine sont toujours sur le tablier d’échec. M. OBAMA devrait savoir que tant et aussi longtemps que le « roi » n’est pas mis en échec, toutes les issues demeurent possibles.

Ce bluff d’Obama est sans doute une autre provocation pour que l’adversaire révèle son jeu, pour que Poutine montre ses muscles. Si c’est le cas, il se trompe éperdument, car le président Poutine n’a que faire d’Obama, cet homme aux mille visages et aux mille discours. Il leur a fallu plus de 50 ans pour réaliser que Cuba avait la pièce maîtresse pour mettre Washington échec au roi.

« « Ces 50 ans, déclare Obama, ont démontré que l’isolement ne fonctionne pas. L’heure est arrivée d’une nouvelle approche. »

Il n’est jamais trop tard pour se réveiller et prendre conscience de ce qui était devenu évident depuis des années pour la communauté internationale. La partie est encore loin d’être terminée. Cuba a des revendications majeures à formuler. Cet embargo, toujours en place, a causé des dommages énormes au développement de Cuba et au bien-être de son peuple. Il faut lire cet article.

Une partie d’échecs ne se gagne pas avec les muscles, mais avec l’intelligence et la matière grise qui l’alimente. Obama et tous ceux qui l’entourent devraient développer cette seconde source venant de la matière grise et non des armements pour que la partie d’échecs devienne vraiment intéressante pour tous.

Dans une lecture prophétique du Coran, le Sheikh Imran Hosein, donne les éléments d’analyse qui concluent à la victoire de la Russie sur l’Occident dans cette troisième grande guerre mondiale en préparation. Vous pourrez en voir la prédiction entre les minutes 53 à 55 de la vidéoconférence.

Pour ceux et celles qui s’intéressent aux stratégies qui permettent à la Russie de gagner cette confrontation politique et économique entre l’Occident et la Russie, je vous invite à lire cet excellent article.

Je pense que M. Obama a tout intérêt à se concentrer sur le destin de son propre pays et à résoudre les problèmes intérieurs qui vont en s’accroissant. Il doit également se préparer à ce que certains pays d’Europe prennent leur distance par rapport aux politiques de sanction qui affectent particulièrement les populations d’Europe. Là aussi, les populations s’éveillent et réalisent que leurs gouvernants sont devenus des pions au service de l’Empire qui les exploite plus qu’il ne les aide.

M. Obama, la partie d’échecs n’est pas encore terminée. Le roi n’a pas encore été renversé.

Un article à lire sur comment Poutine met Obama échec au roi.

 

Rira bien qui rira le dernier

Oscar Fortin
21 décembre 2014

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.