Quelques irritants de la dernière semaine

Jean Gagnon Dossier Actualité économique

La démocratie à son meilleur

Le Congrès américain a finalement adopté samedi dernier par un vote serré de 220 à 215 la réforme de l’assurance des soins de santé mise de l’avant par le président Obama. On s’attaquera maintenant à l’étape de l’adoption par le Sénat, ce qui ne sera pas une sinécure.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que l’on tente d’en arriver là chez les démocrates. On a qu’à se rappeler qu’au début des années 1980 le sénateur Edward Kennedy était même venu au Québec pour s’informer du programme mis en place par Claude Castonguay. En 1993, Hilary Clinton, devenue première dame, avait fait de la question de l’assurance-santé son cheval de bataille, mais sans succès.

Le vote de samedi dernier illustre bien comment plusieurs démocrates s’opposent toujours à certains éléments de la réforme. Avec 258 membres élus au Congrès, les démocrates disposent d’une solide majorité. Mais pour en réunir 220 en faveur du projet de loi, il a fallu un compromis que j’ai trouvé vraiment irritant. Pour obtenir la majorité, il a fallu que l’ensemble des représentants démocrates acceptent un amendement au projet de loi qui limitera l’utilisation des fonds gouvernements pour payer les avortements.

Dans un régime d’assurance maladie avec participation du privé et du public comme on tente de mettre en place aux États-Unis, on devine que les fonds publics visent à couvrir principalement les plus démunis. Il semble donc qu’aux États-Unis, ceux-ci n’auront pas la même opportunité de payer pour un avortement que les mieux nantis. Cet exercice au Congrès américain samedi dernier n’est sûrement le plus bel exemple de ce que la démocratie peut nous apporter. C’est désolant que le débat sur le droit à l’avortement se retrouve galvaudé de la sorte.

Il suffirait d’être aussi riche qu’eux

Ministre du développement économique depuis le 23 juin, Clément Gignac a prononcé son premier grand discours devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Dans la conclusion de son exposé. il disait :” Mon rêve c’est que le niveau de vie des québécois qui est présentement inférieur de l’ordre de 10 %, à celui de l’Ontario, puisse au cours de la prochaine décennie rejoindre ou même dépasser celui de la province voisine. Ce jour-là, les québécois ne se verront plus de la même façon au sein de la fédération canadienne et le reste du Canada ne nous percevra plus de la même façon “. Et il en rajoute, selon ses propos rapportés par le journaliste Sylvain Larocque de La Presse Canadienne :” Et pour connaître assez bien les autres canadiens qui vivent dans les autres provinces, la journée où le niveau de vie du Québec va dépasser celui de l’Ontario, ou même la moyenne canadienne, je peux vous garantir que le reste du Canada ne nous regardera plus de la même façon. Et je pense que ce sera aussi un élément de grande unité nationale”.

Ai-je bien compris ? Les différends entre les québécois et les anglophones des autres provinces proviennent du fait que l’on est pas assez riches ? Ah bon. Moi qui croyait que la source de ces différends provenait plutôt de la défense d’une identité culturelle.

Mais pour le reste, j’ai bien aimé l’enthousiasme que met le nouveau ministre dans l’élaboration de la stratégie de développement économique du Québec.

Encore Air Canada

Notre transporteur national continue de perdre de l’argent, et son président nous informe qu’il veut changer la culture d’entreprise.

Bien qu’Air Canada vient d’annoncer un bénéfice net de 277 millions de dollars pour le troisième trimestre, il ne faut pas croire que la compagnie va mieux pour autant. C’est que ce bénéfice provient uniquement du fait que le dollar canadien s’est apprécié. En effet, le résultat tient compte d’un gain de change de 295 millions. En fait, ce ne sont pas les avions d’Air Canada qui volent haut, mais plutôt le dollar canadien.

Conscient de cette réalité, le président Calin Rovinescu, qui est revenu à la direction de la compagnie au printemps après 5 ans passés chez le courtier Genuity Capital à s’occuper entre autres choses des financements d’Air Canada, a déclaré que des changements structuraux sont nécessaires pour assurer la pérennité de l’entreprise. Et pour y arriver, il préconise en priorité un changement dans la culture de l’entreprise.

Désolé, mais c’est trop pour moi. M. Rovinescu était là lors de la faillite de l’entreprise en 2002. Il en a orchestré la restructuration en 2004. Et c’est aujourd’hui qu’il découvre qu’il faut changer la culture de l’entreprise.

Je crois qu’il identifie très mal le problème. Ce n’est pas la culture de l’entreprise qu’il faut changer, mais celle des dirigeants. Air Canada doit cesser d’être une vache à lait pour ses dirigeants qui continuent de s’enrichir de façon éhontée alors que l’entreprise continue de crouler sous le poids des pertes et des dettes, et que le personnel et la clientèle en font les frais.

14 pensées sur “Quelques irritants de la dernière semaine

  • avatar
    11 novembre 2009 à 15 03 10 111011
    Permalink

    Mieux vaut ce compromis et que ca passe. L’avortement est une opération légere qui ne coute pas tres cher. Par contre pour les inseminations artificielles pour les hommes infertiles ou presque ca coute tres cher et c’est remboursé au Canada. Je trouve cela un peu scandaleux quand des gens meurent faute de soins à temps et que de l’autre côté on offre ce service honereux et non vital avec tout les orphelins qu’on peut adopter.

    Pour mon prochain voyage a Paris, j’ai pris un vol charter au lieu de Air Canada que je prenais habituellement. Avec 400$ de difference et 3 billets A/R l’économie est substantielle. Le prix peut tripler suivant les dates : de 1000 a $3000 pour le même vol !

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 2 02 44 114411
    Permalink

    Il est allé annoncer à l’antichambre de commerce de moutrial que le couvert est bien maintenu sur la marmite donc que c’est « business as usual ». Pas de commission d’enquête pour gâcher leurs fêtes!

    Les ontariens sont desservis par trois gouvernements…le fédéral d’Ottawa en Ontario, le provincial de l’Ontario et celui de Jean Charest sous-fifre de « mononc » Paul. Si ils souhaitaient vraiment notre enrichissement, ils s’attaqueraient aux évasions fiscales de leurs petits amis…on peut toujours rêver…et ils verraient à ce que les sociétés qui viennent soutirer nos richesses naturelles cessent leur pillage tout en payant leurs redevances.

    C’est ce même digne représentant de la caste à cravate qui nous annonce qu’il ne veut pas d’une autre « gaspésia » c’est très astucieux…mais nous, nous ne voulons plus d’une autre main-basse sur notre caisse de dépôt et nous demandons de toute urgence une commission d’enquête sur les détournements de fonds publics au profit des amis du système.

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 4 04 21 112111
    Permalink

    Paul Napoli

    L’ennui c’est que , selon votre bourse, un avortement n’est pas cher, mais que encore une fois, ce sont les femmes les plus pauvres qui vont se retrouver à devoir subir des grossesses non désirées.
    Dans les systèmes de santé dans lesquels on rembourse les soins, il n’est encore venu à personne l’idée de ne pas rembourser les soins aux fumeurs parce qu’il s’agit de leur responsabilité de continuer de fumer, ou de ne pas rembourser les soins aux obèses, qui le sont pourtant souvent parce qu’ils mangent trop et mal. Les Américaines bien nanties ont déjà le choix de se payer un avortement si elles le désirent. Les femmes Américaines plus pauvres devront donc continuer à se passer des aiguilles à tricoter , de l’eau savonneuse et à aller se faire soigner après des suites de ces massacres, pour tenter de les sauver d’une hémorragie s’il n’est pas trop tard; sur le plan purement financier, je ne suis pas certaine que ça coûte moins cher , sur le plan humain c’est une ségrégation.

    Parler de la possibilité de donner son enfant en adoption est facile à dire, il est absolument lamentable de n’avoir que ça à proposer à des femmes modestes désespérées et pas toujours prêtes à décider d’abandonner leur enfant pour l’adoption. Si encore elles avaient ne serait ce que le CHOIX….

    Je résume : si j’étais américaine, que je me retrouve enceinte à un moment que je n’ai pas choisi et que je ne souhaite pas garder mon bébé, soit je suis riche , et je me fais avorter, soit je suis pauvre et on me proposera donc de donner mon bébé à sa naissance. Et on me renverra chez moi avec de bonnes paroles. Selon moi, il est inadmissible de faire subir un tel choix à ces femmes.

    Il faut croire que l’Etat théocratique Américain, ça veut encore dire quelque chose… lors de la cérémonie d’investiture, Obama a dit « In the name of God… » .. Lobbys religieux quand vous nous tenez, vous ne lâchez pas facilement et notamment sur la question des droits des femmes. Ce ne sont « que  » des pauvres, c’est vrai. Les autres sont libres. Après tout, les pauvres n’ont qu’à s’arranger pour être riches, voilà tout !

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 8 08 09 110911
    Permalink

    Sophie Guillot,
    Je suis d’accord mais c’est mieux que la situation actuelle ou des millions d’américains n’ont aucune couverture médicale pour l’avortement et Tout le reste.

    > Si encore elles avaient ne serait ce que le CHOIX

    La femme a souvent le choix et les excuses ne manquent pas comme le fameux mal de tête. 😀 En plus de l’abstinence il faut signaler le stérilet, la pillule contraceptive, la pillule du lendemain ou la capote en latex souple pour l’homme. Il y a aussi des opérations pour l’homme ou la femme mais c’est plus cher donc pas valable dans une optique économique quoique sur le long terme ca se discute.

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 8 08 38 113811
    Permalink

    C’est vrai que les bougresses qui sont assez connes pour se faire violer pourraient avoir la décence de prendre la pilule, et que tous les systèmes de contraceptions sont toujours ultra efficaces à 100%.Les capotes, ça ne crève jamais, les stérilets ne donnent jamais de grossesses extra utérines, la pilule , d’une part elles ont qu’à tout de même commencer à penser à ne jamais l’oublier et c’est sans compter qu’elle n’a rien à voir avec les cancers gynécologiques, elles feraient mieux de se faire faire des hystérectomies, au moins elles nous foutraient une paix royale avec leurs affaires de femmes. On ne leur demande qu’une chose : écarter les cuisses qu’elles devraient avoir fuselées et légères, et au moins avoir la politesse de simuler des orgasmes en prétendant que l’homme qui a la bonté de les couvrir qu’il est un amant hors pair. Ahem.

    Juste pour info sur la façon dont la médecine a pour fâcheuse habitude de traiter le corps des femmes.
    http://www.rolandsimion.org/IMG/pdf/Brutalisation_du_corps_feminin.pdf

    J’espère au moins que la contraception sera prise en charge pour les Américains pauvres qui jusqu’à ce jour n’ont aucune couverture d’assurance maladie. Dieu n’aurait pas aimé ça ….

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 8 08 52 115211
    Permalink

    Quelqu’un peut m’expliquer en vertu de quel principe une personne prétend avoir  »droit » à des soins de santé, sans avoir à débourser de sa poche?

    En vertu de quel principe Jo Blo peut être tenu de payer pour les soins médicaux de Me ou de M. X qui lui sont complètement étrangers?

    Ne cherchez pas plus loin, le principe applicable est le COMMUNISME.

    Tout appartient à l’état, et l’état redonne à qui ça lui chante. Belle philosophie!

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 8 08 56 115611
    Permalink

    Ce n’est pas exactement ça Aimé, mais selon un principe simple de la SOLIDARITE , on peut considérer que Mr et Mme X paient des cotisations à hauteur de leurs moyens, et Jo Blo aussi, afin que les trois puissent se faire soigner de manière décente.
    Si on imagine un système où tout le monde cotise pour que tout le monde soit assuré, cela ne coûte pas si cher que ça à chacun, à condition de favoriser le plus possible la vraie prévention. ( et pas la vaccination j’entends )

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 9 09 27 112711
    Permalink

    Sophie,

    Je ne suis pas contre aider mon voisin, au contraire. Je suis contre le fait que le gouvernement, qui n’est pas digne de confiance, prétendre te forcer, sous la menace de peine et d’amende, à lui remettre le fruit de ton labeur, pour qu’il soit ensuite redistribué (peut-être et dans une proportion à définir) selon le bon plaisir du gouvernement.

    Non vraiment pas pour moi merci.Parce que, de toute façon Sophie, ces nouveaux pouvoirs ne seront pas utilisés pour faire de la prévention, comme tu dis. Ça servira à faire d’es campagnes de vaccination et autres trucs du même genre.

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 9 09 47 114711
    Permalink

    Sur le principe je suis d’accord avec toi Aimé, mais dans la pratique, les individus particuliers aux USA entre autres, n’ont jamais été capables jusqu’à présent de mettre un tel système solidaire en place. Et il faut bien faire quelque chose pour cesser cette indécence de misère médico sociale dans laquelle vivent des millions d’Américains. L’intention est au moins louable.

    Même si on peut trouver que nos systèmes d’assurances santé ont largement été détournés de leurs buts premiers,( notamment par l’industrie pharmaceutique ) on ne peut non plus nier que sans ces systèmes là, dans le cas d’un accident de la route, aucun d’entre nous n’aurait les moyens financiers de payer les soins avec une haute technologie tels la réanimation , la chirurgie, la traumatologie et d’une manière générale l’urgentisme. Si il y a bien un seul domaine où la médecine moderne peut être efficace pour sauver des vies, c’est celui ci.

    De la même façon, avec un geste solidaire, par exemple, on ne va pas refuser de payer les soins aux personnes qui souffrent d’un cancer , même si l’origine de ce cancer est largement lié aux habitudes de fumeur de la personne malade. Il faut toutefois savoir ce que coûte ce genre de soins, c’est extrêmement cher et encore moins de gens pourraient à l’heure actuelle se l’offrir. Je ne suis pas du tout une fervente partisane de la chimiothérapie, radiothérapie,etc… qui sont des méthodes très agressives , intrusives aux effets secondaires parfois pires que la maladie, mais tout dépend du stade de la maladie où l’on intervient. L’idéal serait de faire de la vraie prévention en mettant le maximum d’énergie à agir en amont du cancer proprement dit… ça, ça pourrait être diablement efficace et bien moins cher. Mais ça supposerait aussi d’agir en amont sur l’agriculture et l’industrie agroalimentaire, par exemple.

    http://www.dailymotion.com/video/x89ot7_dr-andre-gernez-le-scandale-du-siec_news

    voilà une piste ….. quant à savoir pourquoi elle n’a pas été plus tentée que ça … faudrait demander aux ministres de la santé successifs de tous nos pays. On en apprendrait de belles.

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 10 10 24 112411
    Permalink

    Sophie,

    Mis à part le contrôle et la manipulation de masse, je crois qu’il n’y a rien qu’un homme (femme) ou un groupe d’hommes et de femmes ne puisse faire mieux et plus efficacement que n’importe quel gouvernement.

    Tout ce que touche le gouvernement coûte plus cher et est moins efficace. C’est la nature même du gouvernement qui doit faire vivre toute une classe de personnes, aux dépens de ceux qui produisent la VRAIE richesse, la véritable valeur.

    Le gouvernement ne produit rien, il prend.

    Penses à toutes les activités et transactions qui ne peuvent être effectuées sans que le gouvernement doive l’autoriser, délivrer un permis, exiger des droits, taxes et impôts etc….

    Quand tu commence à étudier l’impact économique réel de l’intervention gouvernementale dans les divers aspects de notre vie, la note est pharamineuse.

    Avouons-le, les citoyens ont complètement perdu le contrôle de leurs gouvernements. Continuer à financer ces bêtes parasitaires nous mène droit à la faillite.

    Et la vérité, c’est que l’endettement est une forme d’esclavage… et c’est pourquoi les citoyens n’ont plus aucun contrôle, ils sont devenus des esclaves fiscaux, des cerfs.

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 10 10 27 112711
    Permalink

    Possible Aimé, mais dans les FAITS, les citoyens Américains ne se sont JAMAIS bougé le moindre kilo de leur graisse de leur gros culs pour fonder AUCUN système de solidarité pour pouvoir payer des soins à leurs autres concitoyens moins bien nantis, et je ne crois pas qu’aucune association de citoyens ne l’aurait jamais fait, right ?

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 11 11 22 112211
    Permalink

    Sophie,

    Ce n’est pas tout à fait exact ce que tu dis. Les É-U ont déjà un système de santé publique et ils dépensent déjà beaucoup d’argent à cette fin.

    Je ne suis pas un grand fan de Wilkipedia, mais je le cite pour aller rapidement au but :

     »In 2006, 70% of health care spending in Canada was financed by government, versus 46% in the United States.  »

    Source :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_Canadian_and_American_health_care_systems

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 12 12 40 114011
    Permalink

    « dans les FAITS, les citoyens Américains ne se sont JAMAIS bougé le moindre kilo de leur graisse de leur gros culs »
    hahahahah … je viens justement de lire un article où l’armée explique qu’elle refuse plus de 70% de ceux qui signent pour s’engager parce que trop obéses …

    Répondre
  • avatar
    12 novembre 2009 à 14 02 19 111911
    Permalink

    Oui Marc je me suis doutée que cette phrase te plairait assez… c’est une façon de parler disons … familière hein ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *