Qui est le maire sortant?

Aujourd’hui Montréal se choisit un nouveau maire. Il en faut un qui soit capable de tenir jusqu’après Noël pardi!

Tournent sur leur socle, les chevaux de bois, dans un va et vient soporifique, de haut en bas et en rond toujours, aux couleurs de leur parti.

La dernière barrière arrive. Ils ont besoin des cris de la foule pour s’échaper du caroussel et atteindre le parvis.

A quelques heures de la grande course, les candidats ont défilé, agité la tête, joué de la croupe, henni soit qui mal y pense, sabotant les rumeurs, excitant les paris.

Fraîcheur, périmé, reconstitué, aspirant vedette, boîtes à surprise: il y a pourtant un futur maire parmi.

L’un d’eux devra faire le ménage à la ville!

 

Vous aviez cru que c’était sérieux la politique? Eh bien non, pas plus la municipale que la provinciale que l’internationale et bientôt la spatiale. Il n’y a que la politique de retour de marchandise garanti chez Walmart qui le soit. Ah … s’il n’y avait pas Walmart!

Les citoyens devront se rendre aux urnes, objets de tristesse. On pourra y lire: déposez vos volontés, aucun retour possible, à vos risques et péril. Adam 4 ans.

 

4 pensées sur “Qui est le maire sortant?

  • avatar
    3 novembre 2013 à 14 02 36 113611
    Permalink

    Vous aurez remarqué qu’il n.y a plus eu de sondages après les premiers annoncés avant même que la campagne ne commence vraiment. TRES INUSITÉ. Est-ce pour ménager la surprise… pour pouvoir plus facilement donner le résultat qu’on voudra sans avoir a tenir compte d’une quelconque cohérence ?

    Si j’avais un souhait je dirais Bergeron… mais je crois qu’on est à faire une expérience-pilote sur l’Impact des diverses formes de manipulation de l’opinion publique

    Pierre JC

    Répondre
  • avatar
    3 novembre 2013 à 16 04 51 115111
    Permalink

    Vote, vote, vote…et rendors toi !

    Toutes formes de sondages devrait être interdit, de toutes facons , concernants la politique.

    Pourquoi ne pas limiter a 2 mandats, le poste de maire ?Ainsi on éviteraient des situations tel que Salaberry de Valleyfield , ou le maire Lapointe ( Le ‘L ‘ de la firme d’ingénierie ‘ LBCD ‘ ) , se représenterait pour un 5e ou 6e mandats !

    Répondre
  • avatar
    5 novembre 2013 à 11 11 11 111111
    Permalink

    Les sondages sont l’élément clef qui permet aux citoyens de pratiquer l’art du conformisme. Au point où Montréal particulièrement en est, il devient évident que les stratégies de contrôle de masse fonctionnent et les sondages en font partie.

    Les médias (certains d’entre eux qui bien qu’au pluriel sont au singulier), s’en délectent et s’en servent d’assises, d’outils de promotion, de cautionnements. C’est de la politique et du divertissement à coup de chiffres et il est clair que cette façon d’en faire n’a pas sa place. Tout au plus les sondages ne devraient se retrouver que dans les mains de ceux qui ont besoin de les consulter, bien qu’encore il soit aberrant de constater qu’ils puissent servir en bout de ligne à façonner les débats eux-mêmes et souvent les candidats aussi. Au bout de l’exercice, ne pas s’y conformer relève d’une témérité et d’une franchise que plus personne n’ose avoir. A partir de là on peut douter que ce qui fut fait pour les rendre favorables n’a qu’une légitimité temporaire: la fin qui justifie les moyens.

    Et parce que le citoyen las de réfléchir (laissons à plusieurs le bénéfice du doute) leur laisse le soin de le faire pour eux, il s’endort un peu plus chaque fois. Montréal avait tous les ingrédients pour que les citoyens montrent leur ras-le-bol et aient des exigences (ils étaient bien les gens à représenter) mais on en a fait des moutons prêts à tondre encore. D’ailleurs un candidat (je ne sais plus lequel mais ça sent D. Coderre de mémoire olfactive – désolée je me permets une blague) avait déclaré durant le spectacle de la campagne: les gens après ne pourront plus rien dire. Gonflé comme déclaration! La démocratie à tout prix. Si c’est la seule image qu’il en reste autant rayer le nom du dictionnaire.

    Pour qui sait que les sondages n’infléchiront pas sa décision parce que celle-ci est le fruit d’une réflexion, ces exercices de mise en valeur de la masse sont aussi prétentieux que de tenter de convaincre un manchot qu’il a besoin de deux gants. Mais bien peu de gens ont le courage d’être eux-mêmes et les metteurs en scène le savent. The show must go on. On en est là: Un remake des arènes et on règle tout litige dès qu’on fait entrer les lions affamés.

    Je ne suis pas montréalaise, mais j’accordais plus de bon sens et de crédibilité à M. Bergeron aussi. Mais je voyais qu’il n’avait pas l’allure du pur sang dopé qui allait franchir le fil d’arrivée. Il lui aurait fallu avoir ce mystérieux aura de n’importe quoi qui lui aurait conféré un statut de vedette. On ne devient pas clown: on l’est ou pas.

    Bonne journée,
    Elyan

    Répondre
  • avatar
    5 novembre 2013 à 11 11 54 115411
    Permalink

    Le démocratie est un leurre. Aux Francais, j’ai deja dit et je répète :  » Ne vous rendez pas ridicules:, abstenez vous »

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2012/04/11/lepen-et-melenchon-un-maquillage-coquin-pour-le-systeme/

    Au Quebec, tous ceux qui peuvent comprendre et ne sont pas payés pour s’en mêler s’abstiennent déjà

    http://www.les7duquebec.com/7-au-front/coderre-maire-de-montreal-la-democratie-comme-un-charme/

    PJCA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *