Le rap religieux, nouvelle vision du Hip hop

 

Louanger Dieu avec des termes comme «C’est messed up» ou «J’m’en fous», est-ce possible? Il semble bien que oui! Bienvenue dans l’univers du hip-hop chrétien. Entrevue avec le rapper Minister G.

Murielle Chatelier Dossier Dossier Rap, Spiritualité et Hip hop

hip-hop-chretien-spiritualite-spirituel-rap-music «En tant que personnalité publique, je suis conscient de représenter un modèle pour les jeunes. J’ai donc une responsabilité envers eux quand je chante et c’est ce qui me distingue des rappeurs plus mainstream», dit le chanteur Minister G., anciennement connu sous le nom de Gundei.

En avril 2007, lors du Gala de la musique urbaine, il a reçu le prix du Meilleur album anglophone pour son œuvre Ghetto Gospel, aux côtés d’artistes comme Manu Militari, Accrophone et le groupe CEA. Figure connue dans le milieu du hip-hop québécois, il ne chante pourtant que des morceaux évangéliques. Pour Minister G, il est clair que le populaire gangsta rap, qui vante les «bienfaits» de la drogue, du sexe, de l’alcool et du banditisme, véhicule des messages plus destructeurs qu’autre chose. L’artiste croit tout de même que cette forme d’art a sa place dans la société, à l’instar du sien.

«Chaque artiste provient d’un milieu différent et ce qu’il véhicule dans ses messages, c’est ce qu’il vit au quotidien. On peut difficilement empêcher qui que ce soit de parler de son vécu. C’est d’ailleurs ce que je fais moi-même : témoigner de ma réalité.», raconte le jeune homme.

Élevé par des parents chrétiens, Minister G. n’a pas toujours respecté les principes qui guident aujourd’hui ses pas. À l’adolescence, il évoluait dans un environnement criminalisé où les vols et les invasions de domiciles étaient monnaie courante. Mais à 33 ans, ce passé est loin derrière lui. Il se consacre maintenant à promouvoir un rap positif, où la parole de Dieu prend toute la place.

Vrai ou faux rap hip-hop?

523673_when_a_cowboy_dies Loin de se définir comme une chrétienne, Marième Ndiaye, membre du groupe hip-hop québécois CEA et animatrice de l’émission Les Arshitechs du son à Canal Vox, une revue hebdomadaire couvrant l’actualité de la culture hip-hop québécoise et internationale, est catégorique: il n’existe pas de vrai ou de faux hip-hop. «Je trouve que c’est une drôle de formulation que les gens, et même les artistes, aiment utiliser. Pour moi, dans la mesure où tu rappes, que tu as un background hip-hop et que tu respectes les sonorités et le rythme qu’il faut, tu fais du hip-hop. Par contre, ce qui existe, c’est le bon ou le mauvais hip-hop.»

Le rap provient d’un contexte de dénonciation d’inégalités sociales et de rébellion. Cette musique, aux propos incendiaires, représente le moyen d’expression des jeunes des ghettos. Marième Ndiaye est d’avis que plusieurs artistes composaient déjà, à l’époque, des morceaux d’un autre acabit, plus festifs. «Il faut être capable de voir qu’il y a d’autres types de rap que le seul traditionnel. Il y a encore des artistes qui militent, comme Imposs, mais le hip-hop s’est beaucoup diversifié depuis ses débuts.»

Le hip-hop et l’Évangile: deux révolutions

D’après le responsable spirituel de l’église Nouvelle Espérance de Rivière-des-Prairies, le révérend Jean Lépine, le hip-hop «va très bien» avec l’Évangile, et c’est sans hésiter qu’il aide les jeunes de son assemblée à promouvoir cette culture urbaine. «Le rap est une musique révolutionnaire qui s’apparente parfaitement à l’Évangile, qui, lui aussi est complètement révolutionnaire. Rappelez-vous, Jésus a bouleversé les pratiques sociales de son époque, notamment en faisant une place aux enfants et aux femmes, alors considérés comme des «choses» négligeables.»

Le cheval de bataille de ce pasteur coloré et mélomane – impossible de ne pas remarquer sa guitare qui trône sur un trépied dans son bureau – est justement de donner une place aux jeunes dans son église. Mais plus que ça, il souhaite les voir mettre en valeur leurs talents naturels.

«Dans notre assemblée, on s’engage à entendre les jeunes, à les aider et à les accompagner. On évite donc d’être des sermonneurs, préférant jouer le rôle d’accompagnateurs ou de grands frères. Et ici, on ne donne pas préséance à un style musical sur un autre.»

Régulièrement, des artistes chrétiens du monde entier se produisent sur la scène de son église, comme le missionnaire Patrice Derrouche, un reggae man de nationalité française vivant en Haïti. Cet ancien toxicomane, dont la vie a radicalement changé «d’une minute à l’autre» lorsqu’il a rencontré Dieu en 1985, était en tournée au Québec au mois d’août dernier.

Ramener les jeunes à Dieu

Pour le révérend Lépine, cette musique originale est un excellent moyen d’attirer les jeunes. Non pas vers lui ou son église, précise-t-il toutefois, mais vers une relation avec Dieu: «S’il y a une société qui a besoin de la présence de Dieu, c’est bien la nôtre. Et les jeunes ont des antennes pour capter si ce qu’on leur dit est véritable ou pas. Si on leur joue la comédie, ils vont s’en rendre compte assez rapidement», croit-il.

«Contrairement aux idées reçues, les jeunes sont formidablement intéressés par la religion», ajoute Solange Lefebvre, titulaire de la Chaire religion, culture et société, de l’Université de Montréal, et auteure du livre Cultures et spiritualités des jeunes. Et selon la spécialiste, l’Église a été une des premières institutions à encadrer les jeunes.

«Aujourd’hui, les jeunes ont des pratiques religieuses à leur image. La musique est omniprésente dans leur monde et il existe toutes sortes de productions musicales chrétiennes, même du rock!». Elle ne s’étonne donc pas de la naissance du mouvement hip-hop chrétien, affirmant énergiquement que la culture populaire a toujours fait partie de l’Église.

«Les jeunes, c’est un monde en soi, et leurs spécificités appellent à la création de ministères adaptés à leur réalité. C’est vrai que les jeunes ne fréquentent plus vraiment les églises traditionnelles; ils se tiennent plutôt dans des lieux qui leur ressemblent.»

Selon des études récentes, des centaines de groupes de jeunes québécois se réunissent ainsi, dans des cafés par exemple, pour des célébrations religieuses. De plus, Solange  Lefebvre souligne que l’un des événements les plus courus par les jeunes sont les Journées mondiales de la Jeunesse, organisées par l’Église catholique. En 2002, le rassemblement international s’était tenu à Toronto et avait attiré plus de 800 000 jeunes.

Fait intéressant à noter dans cet univers en pleine effervescence: le premier rappeur millionnaire de l’histoire du hip-hop, l’américain Kurtis Blow, s’est lui-même tourné vers la spiritualité et a fondé la Hip-Hop Church, à Harlem. En 2007, il a lancé une compilation de rap chrétien, Kurtis Blow Presents: Hip Hop Ministry. D’autre part, selon le portail Top Chrétien, spécialisé dans la vente de musique évangélique, il y aurait actuellement plus de 40 groupes de rap chrétien en France.

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti, (514) 259-6900.

Autres textes sur le Hip hop:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

 

 

13 pensées sur “Le rap religieux, nouvelle vision du Hip hop

  • avatar
    3 juillet 2010 à 8 08 59 07597
    Permalink

    Cet elan musical provient de la dénomination évangélique pentecôtiste, lors de leur culte, une bonne partie est consacré à la louange.
    Comme vous le souligné, aujourd’hui il est possible d’avoir différent style musicale.
    Il y a d’excellent auteur-compositeur Québecois de dénomination évangélique, tel que Luc Gingras, Luc Dumont, Gary-William Houle, Richard Toupin, Jacques Bouliane, etc..
    Je suis étonné d’un tel article sur les 7, mais j’en suis très ravi et ceci tend à démontrer que dans nos église sa « groove ».

    Répondre
  • avatar
    3 juillet 2010 à 14 02 04 07047
    Permalink

    Babylon System – Paroles :

    We refuse to be
    What you wanted us to be;
    We are what we are:
    That’s the way (way) it’s going to be. If you don’t know!
    You can’t educate I
    For no equal opportunity:
    (Talkin’ ’bout my freedom) Talkin’ ’bout my freedom,
    People freedom (freedom) and liberty!
    Yeah, we’ve been trodding on the winepress much too long:
    Rebel, rebel!
    Yes, we’ve been trodding on the winepress much too long:
    Rebel, rebel!

    Babylon system is the vampire, yea! (vampire)
    Suckin’ the children day by day, yeah!
    Me say: de Babylon system is the vampire, falling empire,
    Suckin’ the blood of the sufferers, yea-ea-ea-ea-e-ah!
    Building church and university, wo-o-ooh, yeah! –
    Deceiving the people continually, yea-ea!
    Me say them graduatin’ thieves and murderers;
    Look out now: they suckin’ the blood of the sufferers (sufferers).
    Yea-ea-ea! (sufferers)

    Tell the children the truth;
    Tell the children the truth;
    Tell the children the truth right now!
    Come on and tell the children the truth;
    Tell the children the truth;
    Tell the children the truth;
    Tell the children the truth;
    Come on and tell the children the truth.

    ‘Cause – ’cause we’ve been trodding on ya winepress much too long:
    Rebel, rebel!
    And we’ve been taken for granted much too long:
    Rebel, rebel now!

    (Trodding on the winepress) Trodding on the winepress (rebel):
    got to rebel, y’all (rebel)!
    We’ve been trodding on the winepress much too long – ye-e-ah! (rebel)
    Yea-e-ah! (rebel) Yeah! Yeah!

    From the very day we left the shores (trodding on the winepress)
    Of our Father’s land (rebel),
    We’ve been trampled on (rebel),
    Oh now! (we’ve been oppressed, yeah!) Lord, Lord, go to …

    [*Sleeve notes continue:
    Now we know everything we got to rebel
    Somebody got to pay for the work
    We’ve done, rebel.]

    Répondre
  • avatar
    3 juillet 2010 à 23 11 31 07317
    Permalink

    @Aimé,
    Je commence à douter que tu aie seulement des légumes dans ton jardin 😉
    peace

    Répondre
  • avatar
    4 juillet 2010 à 8 08 51 07517
    Permalink

    Qui n’aime pas la musique de Bob Marley? Bob Marley était vraiment unique.

    Mais il était d’abord et avant tout un croyant, et ça parait, dans tout ce qu’il faisait. En fait, il était un rasta et les rastas croient simplement que l’herbe est un cadeau de Dieu, une plante parmi d’autres, et ne croient pas qu’elle puisse être réglementée par les gouvernements.

    Au début du premier vidéo, on peut sentir la force intérieure qui l’animait et voir à quel point son esprit était libre.

    À mon avis, Bob Marley personifie l’homme souverain, crée par Dieu, et soumis uniquement à Dieu. Il comprenait tout-à-fait ce que çela signifiait et c’est ce message qu’il a transmis dans sa musique et ses chansons.

    Répondre
  • avatar
    4 juillet 2010 à 17 05 10 07107
    Permalink

    J’aime bien Bob Marley, mais je ne me suis jamais arrêter sur cette aspect de lui, trop occupé à fumer mon joint faire ma ligne de cocaine et siroter ma bière durant cette période, de toute façon je ne connaissait pas Jésus donc je me foutais royalement de sa foi ou de son message.
    J’étais à des années lumière de ce que je suis devenu maintenant et a devenir.
    J’ai connu ça assez tardivement du Marley, j’étais plutôt sur le heavy métal, même chose pour la musique francophone comme ex. beau dommage, harmonium, corbeau.
    D’ailleur mon premier show a été celui de corbeau, j’avais environ 15 ans, ils se produisaient au stade McGill, il y avait aussi the Police, je crois qu’il venait à Mtl pour la première fois.
    Un billet qui m’avais été donné par Richard Lelièvre de CKOI, c’est pas d’hier, je livrais le journal de Mtl chez lui.
    Pour moi Aimé, le mangé, le boire, la différence des jours ça ne me dérange pas, Sa Grâce me suffit.

    Répondre
  • avatar
    5 juillet 2010 à 7 07 52 07527
    Permalink

    Alain B.,

    Bob Marley est vraiment dans une classe à part.

    One love : Paroles

    Lyrics to One Love :
    One Love! One Heart!
    Let’s get together and feel all right.
    Hear the children cryin’ (One Love!);
    Hear the children cryin’ (One Heart!),
    Sayin’: give thanks and praise to the Lord and I will feel all right;
    Sayin’: let’s get together and feel all right. Wo wo-wo wo-wo!

    Let them all pass all their dirty remarks (One Love!);
    There is one question I’d really love to ask (One Heart!):
    Is there a place for the hopeless sinner,
    Who has hurt all mankind just to save his own beliefs?

    One Love! What about the one heart? One Heart!
    What about – ? Let’s get together and feel all right
    As it was in the beginning (One Love!);
    So shall it be in the end (One Heart!),
    All right!
    Give thanks and praise to the Lord and I will feel all right;
    Let’s get together and feel all right.
    One more thing!

    Let’s get together to fight this Holy Armagiddyon (One Love!),
    So when the Man comes there will be no, no doom (One Song!).
    Have pity on those whose chances grows t’inner;
    There ain’t no hiding place from the Father of Creation.

    Sayin’: One Love! What about the One Heart? (One Heart!)
    What about the – ? Let’s get together and feel all right.
    I’m pleadin’ to mankind! (One Love!);
    Oh, Lord! (One Heart) Wo-ooh!

    Give thanks and praise to the Lord and I will feel all right;
    Let’s get together and feel all right.
    Give thanks and praise to the Lord and I will feel all right;
    Let’s get together and feel all right.

    http://www.youtube.com/watch?v=4xjPODksI08

    Répondre
  • avatar
    5 juillet 2010 à 9 09 03 07037
    Permalink

    Mon cher frère Aimé, si tu savais comment mon coeur est reconnaissant ce matin, quel beau vidéo.
    Mon coeur en louange dès le levé et ensuite tu nous fait écouter ceci,
    Tout simplement WOW.
    Je saisi maintenant son message.
    merci!
    QDTB

    Répondre
  • avatar
    23 août 2010 à 7 07 26 08268
    Permalink

    très chèr ami,j’ai surtout aprecié et tirer une connaisance,du commentaire sur b marley,car comme beaucoup de jeune,je love le reagea de marley…

    Répondre
  • avatar
    10 septembre 2010 à 7 07 26 09269
    Permalink

    Quand tu dis oui.personne ne dit non.tu as reçu le nom au déssus de tout nom.Tu es mon maitre.mon rédempteur.mon sauveur celui qui à permis que je puisse renaitre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *