Rue Frontenac: 1 an à la rue

Raymond Viger Dossiers Rue Frontenac.com, Médias et publication et Internet

rue-frontenac-com-blogue-journaliste-journal-de-montreal Ce soir minuit 35 minutes, c’est l’anniversaire de Rue Frontenac. Une année à la rue, un blogue qui a reçu 2 millions de visiteurs et des journalistes, sans médias et sans budget qui ont réussi à partir pour couvrir les événements d’Haïti.

On se souvient que les journalistes du Journal de Montréal sont en lock-out. Les journalistes, passionnés par leur travail, ont créé un site Internet et des blogues: RueFrontenac.com. Une façon originale de montrer à la direction du Journal de Montréal, Québécor et Pierre-Karl Péladeau que les journalistes ont à coeur la relation qu’ils ont développés avec leur lectorat. Et à la limite, que la direction du Journal de Montréal a plus besoin de ses journalistes que les journalistes ont besoin de leur direction!

Haïti vit des heures tragiques. Pour continuer dans leur lancés journalistiques, et rien ne les arrêtant, les journalistes de Rue Frontenac ont sollicité tous leurs amis, réels ou virtuels, pour ramasser les argents nécessaires pour se rendre en Haïti pour couvrir les événements. Nouvelle forme de financement possible pour une presse libre et indépendante en vue. Les lecteurs peuvent maintenant s’impliquer dans le financement des reportages qui les tiennent à coeur.

Pour soutenir RueFrontenac.com dans la couverture des événements qui se déroule en Haïti, ils ont un système d’amis à vous offrir. Si Haïti vous tient à coeur, vous pouvez voir sur RueFrontenac.com certains endroits pour trouver où donner pour Haïti. Cécile Gladel vous en présente d’autres.

Est-ce que Pierre-Karl Péladeau serait bon prince et ferait un don aux journalistes de Rue Frontenac pour couvrir le séisme en Haïti? Les journalistes du Rue Frontenac ne cessent de nous épater et de nous démontrer que le journalisme et l’intérêt du public sont importants pour eux. Cela mériterait sûrement un petit geste courtois de Pierre-Karl Péladeau? Qu’en dites-vous?

Autres textes sur Rue Frontenac.

Rue Frontenac, lock-out au Journal de Montréal

Blogue Rue Frontenac: le nouveau journal des journalistes sans média

Journal de Montréal en lock-out; un média sans journaliste

RueFrontenac.com, une presse libre et indépendante en Haïti

L’heurejuste.ca: Lyne Robitaille du Journal de Montréal VS Raynald Leblanc du syndicat en grève / lock-out

Tout le monde en parle: syndicat des journalistes du Journal de Montréal et Richard Martineau

Controverse sur le conflit Journal de Montréal et ses grévistes avec Guy A Lepage à Tout le monde en parle

13 pensées sur “Rue Frontenac: 1 an à la rue

  • avatar
    23 janvier 2010 à 5 05 40 01401
    Permalink

    Je fais ma modeste part pour Rue Frontenac. Ce qu’il faudrait, c’est en profiter pour changer la structure d’information. J’ai espéré que le conflit avec Gesca ne se règle pas et qu’on passe a une vraie solution…. mais Gesca n’est pas si bête et nos syndicats sont depuis longtemps émasculés…. Rue Frontenac mourra et aura donc été une autre tentative velléitaire …. Dommage.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2006/11/14/regie-autonome-de-linformation/

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    23 janvier 2010 à 7 07 21 01211
    Permalink

    Il parait que le tirage du J de M monte !
    Conseil aux grévistes : allez vous trouver du boulot ailleurs, cette feuille de chou n’est pas à la hauteur de vos talents; n’attendez pas un bon geste de PKP, vous perdrez votre temps…

    Répondre
  • avatar
    23 janvier 2010 à 7 07 59 01591
    Permalink

    Est-ce que Rue Frontenac peut devenir un nouveau média permanent et survivre au conflit?

    Répondre
  • avatar
    23 janvier 2010 à 10 10 31 01311
    Permalink

    Travaillant depuis 25 ans dans le domaine de l’impression sur rotatif et ayant moi même contribuer à la sortie du 24 heure, sachant que les grands quotidien se font imprimer soit chez transcon. ou quebecor, l’avenir de rue Frontenac est précaire.
    La presse rotative de Mirabel imprime 85 000 iph, une presse de 120 000 000$ qui n’as besoin que de deux électromecanicien et un pressier pour faire fonctionner, qui pourrait faire competition avec ça, je n’en connait pas dans le coin.
    Malheureusement je craint qu’ils n’auront d’autres choix que de se plier aux exigences de PKP.
    pour l’impression les couts seraient trop faramineux et pour ce qui est de l’internet et bien l’information est déjà présente.

    Répondre
  • avatar
    23 janvier 2010 à 11 11 36 01361
    Permalink

    Je ne comprend pas pourquoi il n’y a pas de campagne de boycott envers le JdM et le groupe Quebecor. En plus, avec les insultes que PKP lance aux travailleurs et aux syndicats… Serait-il protégé par les amitiés au sein du mouvement indépendantiste?

    Répondre
  • avatar
    23 janvier 2010 à 12 12 18 01181
    Permalink

    Toute est possible, il y a des presses sur le marché et de bons pressiers.
    Louer une bâtisse et y installer une presse et ses composantes et un espaces pour les journalistes et la logistique.
    Besoin d’un investisseur et l’appui de tout les Québecois.
    Je vis encore dans mon monde de rêve…
    P.S.ne pas acheter de presse news de Québecor, car elles sont en majorité défaillante.

    Répondre
  • avatar
    23 janvier 2010 à 18 06 28 01281
    Permalink

    @ Lutopium.

    Je suis moi aussi surpris qu’il n’y ait pas de boycott massif du Journal de Montréal. Parfois, dans mes phases de désillusion, j’ai l’impression qu’on ne peut plus mobiliser l’opinion publique et que règne un certain je-m’en-foutisme général.

    @ Alain B.

    Je suis convaincu qu’il y a toujours moyen de se débrouiller et d’arriver à atteindre nos objectifs. Ce qui semble démontrer que mes phases de désillusions ne sont que passagères!

    Répondre
  • avatar
    23 janvier 2010 à 18 06 47 01471
    Permalink

    La solution que je propose au lien de mon commentaire précédent est la bonne. Elle éxige une solidarité des travailleurs et de la population

    C’est là que le bat blesse. On parle de changer la gouvernance et c’est nous qui devrons être remplacés. J’espère que nos enfants seront plus et feront mieux.

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    24 janvier 2010 à 0 12 22 01221
    Permalink

    PKP fait maintenant partie du club des Big Boys, avec des gens comme Brian Mulroney qui le conseille. Il vit dans sa bulle de puissance. Pas certain que son père serait bien fier de lui.

    Shame on PKP!

    Je me fais un devoir de ne pas acheter ses feuilles de chou. Quelle honte de laisser ses journalistes en lockout pendant plus d’un an.

    Nous devrions avoir un partenariat avec ces journalistes et nos sites, pour être en réseau et se supporter les uns les autres.

    Longue vie aux journalistes de la Rue Frontenac!

    François Marginean

    Répondre
  • avatar
    24 janvier 2010 à 8 08 12 01121
    Permalink

    @ François M.

    Je suis d’accord que nous devons soutenir du mieux que l’on peut les journalistes de Rue Frontenac.

    De mon côté, j’ai écrit plusieurs billets sur mon blogue pour les encourager. Notre magazine, Reflet de Société a offert une page de publicité gratuite. Elle sera publié le 1er février.

    J’aurais voulu aller plus loin et pouvoir leur acheter de la publicité ou des articles pour le magazine pour les encourager financièrement.

    Malheureusement, nous ne faisons pas parti des clubs richissimes de cette planète et nous devons nous-même courailler notre propre financement.

    Cette alternative, même si je n’exclus pas dans un avenir éventuel, doit attendre que nous ayons plus d’argent dans nos coffres.

    Je ne cacherais pas que nos coffres sonnent pas mal vide par les temps qui courent.

    Répondre
  • avatar
    24 janvier 2010 à 14 02 30 01301
    Permalink

    Nous pourrions les approcher et leur suggérer de procéder à une échange de bannière sur nos sites respectifs. Ils doivent comprendre qu’ils ont tout intérêt à s’unir et à être en réseau avec le public et le reste de la blogosphère, tous solidaires.

    Cela ne coûte absolument rien et est à l’avantage de tous, en plus d’être faisable immédiatement!

    Je vous encourage fortement à leur proposer, Raymond.

    Bon dimanche!

    François Marginean

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *