STOPPER LE BOUZIN!

Ou Arrêter de pisser dans un violon !

Parce que ça déborde…

Textes fondateurs pour un changement de paradigme politique…

Résistance 71 | 27 mars 2017 | URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/03/27/textes-fondateurs-pour-un-changement-de-paradigme-politique/

Aucun programme politique émanant de qui que ce soit de l’intérieur de l’hydre politico-économique oligarchique qu’est le système étatique ne peut apporter quelque solution que ce soit au marasme ambiant. Si une quelconque efficacité était pertinente au système en place, çà se saurait depuis un bon moment…

La seule véritable urgence politique actuelle est de tourner irrévocablement le dos à tout ce cirque de la politique spectacle et d’analyser certaines choses qui se sont produites auparavant et se produisent pour certaines, toujours couramment ; choses qui ont permis et permettent à une masse de personnes de vivre et de s’organiser indépendamment de toute forme de contrôle coercitif de la société, sans État ou au minimum en association libre et volontaire engageant leur solidarité.

Nous avons traduit et publié trois textes fondamentaux aidant à l’organisation libre, non-coercitive et d’association libre de trois sociétés humaines différentes : deux sont amérindiennes, l’Haudenosaunee ou confédération de la longue maison datant du XIIème siècle et la Junta del Bueno Gobierno des peuples descendants des Mayas du sud du Mexique, dont la dernière charte a été publiée en 2005, une autre est le confédéralisme démocratique des Kurdes turcs et syriens synthétisé dans un texte servant de repère historico-culturo-politique, publié en 2011.

Ces trois textes ont déjà été publiés sur notre blog et se trouve maintenant sur une page qui leur ait réservé : « Textes Fondateurs pour un Changement Politique ».

Depuis lors, j’ai réalisé les versions PDF avec bonheur, ce qui permet de les archiver, de les imprimer si besoin et de les étudier en un seul bloc.

Les voici ci-dessous dans leur version PDF donc. Le vide politique intersidéral qu’est devenu toute pseudo-substance en provenance de l’État et des hères qui l’animent pathétiquement, rend ces trois textes indispensables à la lecture pour que nous comprenions qu’il existe des alternatives parfaitement viables et durables à l’ineptie criminelle et aliénatrice étatique, qui nous a été imposée, qu’il y en a toujours eu et qu’il y en aura toujours, il suffit de le comprendre, de l’accepter, de lâcher-prise de l’ancien système/monde sombrant inéluctablement dans l’abîme induit, de s’associer et de marcher ensemble sur le renouveau de l’émancipation sociale.

Arrêtez d’écouter et de lire les imbécilités proférées par les élucubrateurs patentés d’un système à la totale dérive, fermez les télés, radios, balancez vos merdes de feuilles de chou obsolètes et lisez, ouvrez le portail de la conscience politique hors du moule établi par le consensus du statu quo oligarchique…

Ces trois textes méritent d’être lus, réfléchis, ils ne sont en rien une panacée, une recette de succès, puisqu’ils ne sont eux-mêmes que des adaptations faites selon des environnements politico-culturels bien précis, mais tous trois touchent à un sens universel de l’organisation de la société humaine et sont un hymne à la résurgence pour que soit suivie la loi naturelle des choses, de la solidarité, de la coopération, de la liberté d’association et d’un changement total de rapport politique entre individus et groupes associés. Ces choses n’ont pas à être apprises, ce ne sont pas des choses que nous ignorons, elles doivent être RÉapprises, elles font parties de nous, elles sont en nous, elles sont dans notre nature, il suffit de dépoussiérer, mais surtout d’avoir cette volonté individuelle d’abord puis associative, de radicalement vouloir changer le système politique et emprunter le seul chemin qui nous mènera à l’émancipation finale, définitive.

Arrêtez de croire en un messie, gourou, sauveur, guide, leader, qui viendrait hypothétiquement vous « sauver », vous « guider » vers la lumière… Tout cela n’est que vue de l’esprit, croyance, superstition, espérance, vaines et éculées. Il n’y a pas, n’y a jamais eu, n’y aura jamais de solutions au sein du système. La SOLUTION… C’est NOUS et personne d’autres, personne, absolument personne ! Arrêtez de prendre les vessies pour des lanternes !

Ces textes, contrairement aux artifices sus-nommés, nous éclairent… eux… Bonne lecture !

Kaia’nere:kowaLa Grande Loi de la Paix Version PDF, texte fondateur

Et alors que les Natifs nous enjoignent à nous tenir debout, à leurs côtés ;

La posture guerrière de Trump par Mohawk Nation News

La réponse de l’Australie à la doctrine de la découverte par Steven Newcomb

LE GRAND DÉSAPPRENTISSAGE par Taiaiake ALFRED {Ph. D}

Et parce que tout est liéPalestiniens + Amérindiens = Même flamme…

Confédéralisme Démocratique Version PDF, texte fondateur

BARNUM2017 ; Si on étudiait le Confédéralisme Démocratique et l’exemple du Rojava Kurde, plutôt ?

Rojava syrien et confédéralisme démocratique… Une vision pédagogique de l’intérieur…

Excellent entretien avec un prof d’anglais bénévole qui a passé plus d’un an au Rojava, province kurde du nord de la Syrie, qui essaie de mettre en place les concepts du Confédéralisme Démocratique tel qu’envisionné par Abdullah Öcalan, le leader kurde du PKK emprisonné en Turquie depuis 1999.
Cet entretien montre de manière la plus objective possible les réussites et les problèmes de cette révolution sociale qu’on voudrait être un modèle, mais qui bataille constamment avec tant de réalités du terrain.
Une vision réaliste qui ne nous aide que mieux à comprendre. Seul le peuple kurde possède la capacité de prendre son destin en main et de mener cette révolution plus avant, si la solidarité s’impose, elle ne doit en aucun cas se transformer en ingérence.
Seuls les peuples pourront s’émanciper par et pour eux-mêmes, les expériences du Rojava et du Chiapas, adaptées à leur environnement politico-culturel particulier, nous donnent quelques clefs supplémentaires.

~ Résistance 71 ~

De retour de la révolution du rojava

Entretien avec Peter Loo (professeur d’anglais bénévole au Rojava)

Novara Media / Ballast | 25 Mars 2017 | Source : http://www.revue-ballast.fr/de-retour-de-revolution-rojava/

Une révolution socialiste, féministe, pluri-ethnique et écologiste prend forme depuis près de cinq ans : quelque part en Syrie, au nord d’un pays divisé par la guerre, en région autonome kurde : le Rojava. L’anthropologue libertaire américain David Graeber va jusqu’à la qualifier de « l’un des rares points lumineux » de la région et de l’une « des grandes expériences démocratiques du monde ». Les principaux ennemis de la révolution ? Le fascisme théocratique de Daech et l’autocratie turque. Nous suivons avec un vif intérêt l’évolution de la situation et traduisons, pour le lectorat francophone, cet entretien de Peter Loo paru il y a trois mois de cela dans les colonnes du site Novara Media : professeur d’anglais bénévole, il a passé plus d’un an sur place dans le cadre du groupe de solidarité anticapitaliste Plan C Rojava. Et livre, à son retour, une analyse pédagogique de la situation, soucieux des grandes réalisations autant que des limites certaines. Lire la suite sur R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/03/27/rojava-syrien-et-confederalisme-democratique-une-vision-pedagogique-de-linterieur/

La 6ème Déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon Version PDF texte fondateur

Communiqué du Congrès National Indigène

9 mars 2017

A la sexta nationale et internationale
Aux médias libres
A la société civile en général

Compañeros, compañeras, alors que nos peuples, chacun suivant ses formes et ses modalités, continuent à s’organiser, analyser et passer des accords collectifs afin de former un Conseil Indigène de Gouvernement, la guerre contre nos peuples ne s’arrête pas ; la spoliation et la répression exercée par les mauvais gouvernements au niveau local, étatique et fédéral continue à avoir cours contre notre terre-mère, nos peuples et nos organisations autonomes.
Dans l’Etat de Oaxaca

C’est avec indignation que nous dénonçons et condamnons ce qui s’est passé dans la communauté de San Francisco del Mar, région de l’Isthme de Tehuantepec, Oaxaca, où ont été suscités des actes de violences allant jusqu’à l’usage d’armes à feu afin d’imposer l’approbation de projets éoliens qui déposséderaient cette communauté d’une partie importante de terres d’usage collectif et affecteraient gravement son riche et délicat écosystème. Lire l’intégralité du communiqué ► http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2017/03/26/communique-du-congres-national-indigene-9-mars-2017/

La première de plusieurs autres

ARMÉE ZAPATISTE DE LIBÉRATION NATIONALE.
MEXIQUE

Mars 2017
A la Sexta dans le monde,
Compas,

Bon, comme nous vous avions dit que nous allions voir comment vous soutenir pour qu’à votre tour, vous souteniez la résistance et la rébellion de ceux qui sont poursuivis et séparés par des murs, et bien, voilà, nous avons un peu avancé.

Ça y est, la première tonne de café zapatiste est prête pour la campagne “Face aux murs du Capital: résistance, rébellion, solidarité et soutien d’en bas et à gauche”.

C’est un café 100% zapatiste. Cultivé en terres zapatistes, par des mains zapatistes; récolté par des zapatistes; séché sous le soleil zapatiste; moulu dans une machine zapatiste; le moulin zapatiste est tombé en panne, par la faute des zapatistes; Il été réparé par des zapatistes (la pièce n’était pas zapatiste);empaqueté ensuite par des zapatistes, étiqueté par des zapatistes et transporté par des zapatistes. Lire l’intégralité de l’article ► http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2017/03/26/la-premiere-de-plusieurs-autres/

EN HAUT : LES MURS, EN BAS (ET À GAUCHE) : LES BRÈCHES

Février 2017.

La tempête sur notre chemin.

Pour nous femmes et hommes des peuples originaires zapatistes, la tempête, la guerre, dure depuis des siècles. Elle est arrivée sur nos terres avec la fumisterie de la civilisation et de la religion dominantes. En ce temps-là, l’épée et la croix ont fait couler le sang des nôtres.

Avec le temps, l’épée s’est modernisée et la croix a été détrônée par la religion du capital, mais on a continué à demander notre sang comme offrande au nouveau dieu : l’argent.

Nous avons résisté. Nous avons toujours résisté. Nos rebellions ont été supplantées par la dispute entre les uns et les autres pour le Pouvoir. Les uns et les autres, toujours en haut, nous ont demandé de lutter et de mourir pour les servir, nous ont exigé l’obéissance et la soumission, sous le mensonge de nous libérer. Comme ceux qu’ils disaient et qu’ils disent combattre, ils sont venus et ils viennent nous diriger. Il y a eu ainsi de soi-disant indépendances et de fausses révolutions, passées et à venir. Ceux d’en haut se sont remplacés et continuent à le faire depuis lors, pour mal gouverner ou pour aspirer à le faire. Et dans les calendriers passés et présents, leur proposition continue d’être la même : que nous, femmes et hommes, mettions notre sang ; tandis que eux dirigent, ou simulent diriger.

Et auparavant, tout comme maintenant, eux oublient que nous n’oublions pas. Lire l’intégralité de l’article ► http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2017/03/26/la-tempete-sur-notre-chemin/

►◄

C’est parce que de plus en plus nombreux ; Nous pensons que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continent pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

Et en France, après le Barnum Zunien qui déjà a démontré qu’il n’y avait pas de solution au sein du système, nous le voyons bien que tout est bidon dans l’élection !

La SOLUTION ne viendra pas de l’élection… NON… La solution c’est NOUS !

Qu’est-ce que nous risquons, à nous choisir NOUS ?

Rien, sinon peut-être de réussir…

4 pensées sur “STOPPER LE BOUZIN!

  • avatar
    23 septembre 2018 à 1 01 58 09589
    Permalink

    Chez nous, c’est le Buzin.. – Qui n’a eu à se coltiner les fameux problèmes de robinet qui fuit dans la baignoire et le supplice de Tantale était de demander aux assoiffés de savoir, que nous étions alors, en combien de temps, la baignoire qui elle-même fuyait mais moins que les robinets, serait-elle remplie. Quel sadisme, alors qu’il eut été simple de faire appel au plombier… Hélas ces fuites nous poursuivent et maintenant, presque au quotidien et dans les affaires…..

    https://wp.me/p4Im0Q-2yk

    Répondre
  • avatar
    23 septembre 2018 à 3 03 17 09179
    Permalink

    Et tout dernièrement, j’ai réalisé une version PDF de la traduction par Résistance 71 du Livre de James C. Scott : L’Art de ne pas être gouverné – Une histoire anarchiste des hauts-plateaux d’Asie du Sud-Est par James C. Scott, 2009 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/06/lart-de-ne-pas-c3aatre-gouverne-une-histoire-anarchiste-des-hauts-plateaux-dasie-du-sud-est-par-james-c-scott.pdf

    Le livre existe dans une version française sous le titre de “Zomia, l’art de ne pas être gouverné”, édition Seuil, 2013. Nous encourageons bien évidemment les lecteurs à lire cet ouvrage dans sa totalité, il en vaut la peine.

    Nous (R71) avons traduit de larges extraits du professeur d’anthropologie James C. Scott « The Art of Not Being Governed, an Anarchist History of Upland South-East Asia » dans le but de faire mieux comprendre au plus large public une partie de l’histoire de l’État, son développement dans une zone donnée de la planète et comment des peuples depuis des siècles vont et viennent dans et hors des États, qu’un anthropologue hollandais a nommé « Zomia » et qui regroupe près de 200 millions de personnes au travers de 6 pays allant du Vietnam à l’Inde. Scott nous fait aussi comprendre que l’État, la centralisation et les institutions inhérentes ne sont pas inéluctables et que ce processus d’origine humaine est parfaitement réversible comme cela s’est déjà produit à maintes reprises dans l’histoire de l’humanité post-« révolution néolithique ».

    (*) L’auteur James C Scott est professeur de science politique et d’anthropologie à l’université de Yale aux États-Unis. Il y est le codirecteur du programme sur les études agraires et membre de l’Académie des Arts et des Sciences des États-Unis.

    James C Scott est devenu par ses recherches profondes et pertinentes, un universitaire spécialiste incontournable pour ceux qui désirent analyser et comprendre l’histoire de la société humaine depuis ses lointaines origines en battant en brèches les poncifs et dogmes de ce que l’anthropologie politique “orthodoxe” a prêché au service du statu quo oligarchique depuis des décennies. Scott s’inscrit dans la lignée anthropologique des Pierre Clastres, Marshall Sahlins et du plus jeune David Graeber. Clastrien revendiqué, Scott commence souvent ses livres et conférences avec cette citation de Clastres tirée de “La société contre l’État” (1974) :

    “Il est dit que l’histoire des peuples qui ont une histoire est l’histoire de la lutte des classes. On pourrait dire avec au moins tout autant de véracité que l’histoire des peuples sans histoire est une histoire de leur lutte contre l’État.”

    James C Scott est l’auteur de 10 livres dont, outre cet ouvrage dont nous traduisons quelques extraits de l’anglais, les célèbres ‘Seeing like a State”, Yale U, 1998 et son tout dernier ouvrage dont nous traduirons également de larges extraits au plus tôt : “Against the Grain, a Deep History of the Eartliest States”, Yale U, 2017 (notre traduction est achevée et sera publiée sous format pdf sous peu). Il participe à de nombreuses conférences dans le monde et la plupart de celles-ci sont disponibles pour visionner gratuitement sur la toile.

    Notons pour l’anecdote que le titre complet en anglais du livre de Scott est :

    “The Art of Not Being Governed, an Anarchist History of Upland Southeast Asia” qu’on pourrait traduire par: “L’art de ne pas être gouverné, une histoire anarchiste des hauts-plateaux d’Asie du Sud-Est” or la traduction du titre du livre tel que publié en français aux éditions du Seuil en 2013 est comme suit : “Zomia, l’art de ne pas être gouverné”… Il est intéressant de constater que le mot “histoire anarchiste” du titre anglais et publié comme tel, en toute honnêteté et sans censure par les éditions de l’université de Yale, est passé à la trappe dans la traduction française “officielle”, est-ce bien surprenant ?… De quoi ont-ils donc si peur dans le pays qui fut si longtemps le berceau de l’anarchisme ?…

    https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/09/08/lart-de-ne-pas-etre-gouverne-par-james-c-scott-en-version-pdf-gratuite/

    =*=

    PREMIÈRE PARTIE de Origine & Critique de l’État avec James C. Scott, nous devons publier la deuxième partie, soit « Contre le grain, une histoire des premiers États » dernier livre de JCS ce qui nous permet de comprendre qu’en disant simplement NON au N.O.M. = On stoppe le BOUZIN !
    JBL

    Répondre
  • avatar
    25 septembre 2018 à 10 10 05 09059
    Permalink

     » … et la Junta del Bueno Gobierno des peuples descendants des …  » Ça serait plutôt  » La Junta del Buen Gobierno… « 

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *