Trancher ce chef qui ne savait rien voir

DSC08325a

Comme dans Starmania, « il se passe quelque chose à Metropolis ». Aux Hexagonaux qui pensent que les égouts de Clearstream ont reflué dans la Seine, je dis : consolez vous, on a en a aussi plein les arpents de neige.. Et au pays des grands espaces, c’est toujours plus gros. Pas dans le sens de long et de large, mais dans le sens d’épais et de mal dégrossi…

Pourquoi je vous en parle à vous ? Parce que ça me permet de prendre un peu de distance et de résister à la tentation d’aller lancer des cailloux sur ce balcon d’où de Gaulle a parlé . Mal dégrossi ? Tenez, jugez par vous mêmes. ….

«Aujourd’hui, on a eu l’occasion de démontrer hors de tout doute que c’est un bon projet pour Montréal, que c’est un coût qui est très compétitif à comparer avec Toronto et Ottawa, et finalement, que c’est un processus transparent, qui respecte les règles de l’art» …..

«Le vérificateur général conclut que le contrat a été octroyé dans un contexte qui ne favorisait pas l’obtention du meilleur prix. À l’évidence, il y a eu des accrocs à des étapes cruciales du processus, qui m’apparaissent inacceptables. »

On parle bien du même contrat. Un contrat pour l’installation de compteurs d’eaux, prévu pour 32 millions de dollars au départ et qu’on évalue maintenant à 618 millions… Et c’est bien le même homme qui parle : Gerald Tremblay, Maire de Montréal. La première déclaration est du printemps, la seconde de l’automne ; l’été à porté conseil ? En fait, l’été a apporté bien des critiques, mais une seule a été entendue : une critique assassine du Vérificateur général – pensez Cour des comptes – qui ne laisse pas indemne un seul aspect de ce contrat. Un massacre.

Plein de trous, d’erreurs, de souçons de malversation et de corruption. Surtout, des clauses importantes de ce contrat – le plus important de l’histoire de la ville – ont été modifiées en cours de route, sans que le Comité Exécutif, l’organisme responsable pour la ville en ait été même avisé. Rien de subtil. Cette casserole est une casserole.

Ainsi, le fardeau du financement du projet a été transporté du fournisseur de services, le consorcium GÉNIeau… à la Ville elle-même ! …. Inusité… et un changement qui vaut de l’or pour le fournisseur, quand on parle de centaines de millions de dollar et d’un projet dont la côut initial s’est multiplié par 19 !

Ces faits amènent un chroniqueur vedette du plus grand quotidien de la ville (Yves Boisvert, de La Presse) à paler d’un “ plan croche monté par des gens croches”. – « On n’a pas la preuve« , dit-il, « mais pour qui sait lire, c’est l’histoire d’une collusion et d’un trucage »…. Ca paraît mal… Or, vous ai-je dit qu’il y a des élections à Montreal ce premier novembre 2009 et que le Maire – et toutes les autres créatures politiques mêlées à cette affaire – vont devoir faire face au jugement des électeurs leurs créateurs ? Alors Monsieur le Maire a réagi…

Le Maire Tremblay, a réagi en montrant la porte au Directeur général et au Directeur principal du Service des affaires corporatives, les deux (2) plus importants fonctionnaires de la ville. Deux fidèles de la première heure de sa garde prétorienne politique. Les deux épaules, pourrait-on on dire, que couronne le chef de cette administration municipale. On a donc le scénario traditionnel. Trahi par ses lieutenants, un maire, victime innocente qui n’a rien vu, corrige énergiquement la situation. Circulez, plus rien a voir…

Un scénario d’autant plus crédible, que l’épaule qui aurait dû se soulever pour bloquer ce jab et que le chef ne le prenne pas en pleine gueule n’en est pas a sa première distraction. Le Directeur principal du Service des affaires corporatives qui n’a rien vu n’est pas un inconnu. Avocat, c’est lui, il y a quelques mois, qui avait suggéré qu’on procède à une privatisation partielle de la Société d’Habitation et de Développement de Montréal en s’appuyant sur un avis juridique interne, plutôt que d’en référer à Québec.

Une malencontreuse décision, contestée dès le depart, qui a conduit à des operations troubles et finalement à une enquête policière toujours en cours.

On a donc « ce pelé, ce galeux d’où nous vient tout le mal » et le maire peut flotter allegrement au dessus des nuages… À moins qu’on ne se demande pourquoi ce premier problème est arrivé sans que le Maire y voit clair… et pourquoi il a laissé en place le responsable, lui permettant une autre erreur à laquelle le Maire n’a pu non plus rien voir… Et quand on se le demande, on voit d’autres faits gênants.

D’abord, les deux « congédiés » ne l’ont pas été, même si le raport du Vérficateur général laisse supposer un faute grave qui l’aurait justifié ; ils sont “partis”… avec une indemnité de départ qui représente au total 426 564 $. Même en leur donnant le bénéfice du doute qu’il ne s’agit que d’incompétence, c’est une bien jolie prime à l’incompétence.

Et ce n’est pas tout… Quand le Chef de l’opposition officielle de cette démocratie quasi parlementaire qu’est la gouvernance de Montréal propose de réunir d’urgence les élus en conseil extraordinaire pour annuler le contrat de GENIeau au plus tôt et limiter les dégâts, le maire s’y oppose. Il préfère que « le contentieux de la Ville se penche calmement sur la procédure d’annulation du contrat... », renvoyant l’annulation du contrat en novembre, après les élections, ce qui occasionnera des millions de dollars de frais supplémentaires aux Montréalais !

Dans cette affaire nauséeuse de plus d’un demi milliard de dollars, ces petits millions paraissent une vétille, mais n’a-t-on pas l’impression d’un vieux film en noir et blanc, quand le cambrioleur qui a embarqué les Rembrandt du château prend le temps de mettre le pot de caviar du frigo dans sa poche avant de quitter les lieux du forfait ?

Jean Cournoyer, un de mes vieux confrères de classe, ex-politicien devenu journaliste, disait hier du Maire Temblay : « Si j’etais lui, je sacrerais mon camp » C’est l’opinion de la plupart des gens que je rencontre, lesquels sembleraient souhaiter qu’il laisse a son parti la chance de présenter un autre candidat… Mais rien ne permet de croire que Gerald Tremblay ne se présentera pas malgré tout à ces élections. On sent chez ceux qui trempent dans cette histoire la désinvolture qui accompagne l’assurance d’une parfaite impunité, comme s’il n’y avait nulle part un pouvoir et une justice qui pourraient intervenir.

Ce qui suscite des questionnements, car ce pouvoir qui pourrait intervnir, c’est celui du gouvernement – Libéral – du Québec. Or le maire est un ancien ministre Libéral, et cette administration qu’on pourrait soupçonner de piller Montréal sans aucune vergogne est une cohorte d’anciens libéraux que Gerald Tremblay y a trainée dans son sillage.

Denis Lessard, comme Boisvert un journaliste respecté, publie aujourd’hui une liste édifiante des liens entre l’administration Tremblay et ce gouvernement de Québec qui devrait la surveiller… et toute une liste de projets qui semblent une caution de cette administration.

Aggravant l’inquiétude, ce Gouvernement Charest à Québec rejette du revers de la main la proposition d’une enquête publique sur les nombreuses allégations de malversations dans le secteur de la construction dont cette affaire de compteurs d’eau semble un simple élément.

On découvre aussi que la firme Pricewaterhouse, dans un rapport de 2006 qu’on avait gardé jusqu’ici bien discret, disait que le processus d’appel d’offre de la Ville était vicié, ne permettait pas une véritable comcurrence et conduisait à ne donner les contrats qu’a une demi-douzaine de compagnies… Comme celles du consorcium GENIeau, par exemple. Ce qui rappelle que le Gouvenement de Québec a aussi la responsabilité de jeter un oeil sur ces procédures d’appels d’offres… On est un peu inquiet.

Alors, chers cousins, une bonne pensée pour nous. Car quand des amis qui vivent pour l’indépendance du Québec me demandent si la Cour Supérieure – une juridiction fédérale – n’a pas un droit de contrôle sur toutes ces choses et si la Gendarmerie Royale du Canada ne pourrait pas en dernier recours nettoyer ces écuries d’Augias, je sens que avons quelques ennuis, nous aussi… Pour cette question de la GRC, j’ai dit que je me renseignerais…

Pierre JC Allard

6 pensées sur “Trancher ce chef qui ne savait rien voir

  • avatar
    5 octobre 2009 à 1 01 49 104910
    Permalink

    La semaine dernière, j’ai eu une moufette dans ma cour…
    Et le lendemain, tous mes plans de maïs étaient couchés et mangés.
    C’est étrange… Je demeure à 400 kilomètres de Montréal. Et il y a des odeurs étranges…
    Il y avait longtemps que je n’avais pas entendu l’expression ««Les écuries d’Augias»…
    Si M. Tremblay – qui a l’air d’un pur sang déguisé – a un air aussi propre, méfiez vous…
    La moufette n’a pas «pissé» mais mon maïs s’est envolé.
    On m’a dit que c’était un raton-laveur…
    L’halloween s’en vient…
    Bonne journée!

    Répondre
  • avatar
    5 octobre 2009 à 11 11 09 100910
    Permalink

    Toujours la même gang qui se promène entre Montréal, Québec et Ottawa.

    Je me souviens du mépris affiché par le maire envers les Montréalais lorsqu’il a tenté de changer le nom de l’Avenue du Parc, envers et contre tous. Une chance que la veuve de Robert Bourassa est intervenue.

    Puis, il y a cette façon déguisée de ruiner les commerçants de la rue St-Laurent en autorisant des travaux qui n’en finnissent plus.

    Puis, il y a les caméras dans le Métro installées et gérées par la même compagnie israélienne qui a installé les caméras dans le métro de Londres.

    Puis, il y a les caméras un peu partout dans la ville.

    Puis, on torture les automobilistes avec des travaux dans les rues qui n’en finissent plus.

    Puis, on écouere les propriétaires d’immeubles avec des amendes pour les papiers sur le trottoir.

    Quoi d’autre, je ne suis même pas la politique municipale, et je ne vis plus à Mtl depuis un bout, mais je sais que c’est une crosse après l’autre.

    Puis, il y a les divers scandales des parasites qui gravitent autour du maire, les cols bleus, les fonctionnaires paresseux, les fonds de retraite, le crossage à deux mains quoi.

    Quoi d’autre?

    Stationnement Montréal qui impose des frais abusifs et qui se sert de la cour municipale pour exécuter ses contrats de stationnement, suspendre votre permis si vous payez pas, bien qu’on ne peut utiliser la cour municipale pour collecter un contrat, mais il semble que tout le monde dort au gaz.

    Stationnement Montréal appartient à la Chambre de commerce de Mtl présidée par qui vous pensez…. Hélène Desmarais.

    Toujours la même gang, les amis.

    Pour répondre à la question… qui peut contrôler la ville. La Cour Supérieure a un certain pouvoir de surveillance, mais le véritable pouvoir est à Québec car la Ville de Montreal, comme toutes les villes, n’a qu’un POUVOIR DÉLÉGUÉ, ce qui signifie qu’elle est 100 % sous le contrôle de Québec, c.-à-d. Charest (c.-à-d. Power)… toujours la même gang!

    Répondre
  • avatar
    5 octobre 2009 à 11 11 18 101810
    Permalink

    Québec, la ville, nous montre encore la voie : Des compteurs d’eau ? oui, mais aux frais des utilisateurs! Coût pour la Ville : Zéro !

    Répondre
  • avatar
    5 octobre 2009 à 12 12 14 101410
    Permalink

    Excellent billet Pierre. Y’a des journalistes et des chroniqueurs qui devraient prendre exemple… Permettez-moi de reprendre ici un commentaire laissé sur un autre blogue et qui est passé inaperçu:

    Y’a un « éditorial » de Yves Boisvert qui a été publié dans La Presse il y a quelques jours et qui est intéressant lorsqu’on creuse un peu et qu’on fait le lien avec l’historique de cet appel d’offres. M. Boisvert termine son papier en suggérant « …Quoiqu’il advienne des enquêtes policières et des élections, le nettoyage passera par des outils classiques: transparence rigoureuse, circulation pleine de l’information, ouverture à la concurrence véritable… »

    Il faut se souvenir qu’une des entreprises intéressées par cet appel d’offres était la Suez-Environnement (en partenariat avec Gaz Métro et SNC-Lavalin) dans laquelle la famille Desmarais a d’importants intérêts. Cette entreprise déploie des efforts importants pour décrocher des contrats en Amérique du Nord. Comme le mentionnait Pierre Dubuc sur le site de l’Aut’ Journal, « elle a finalement retiré sa proposition, alléguant que les délais imposés pour déposer une soumission étaient trop serrés. »

    Non seulement le travail acharné des journalistes a-t-il contribué à dévoiler des abus considérables mais il permettra peut-être à de nouvelles entreprises de se tailler une place dans la grande industrie des travaux publics sans se heurter aux réseautages douteux (crime organisé, syndicats corrompus) qu’on apprend à connaître de plus en plus…

    Relisons la fin du billet de Pierre Dubuc: « …Bien entendu, nous serions accusé d’être un adepte de la « théorie du complot » si nous avancions l’hypothèse que l’empire Desmarais pistonne l’enquête de La Presse et de Radio-Canada en vue de faire rouvrir le contrat de l’octroi des compteurs d’eau et soutient en sous-main la campagne pour remplacer le maire Gérald Tremblay par son adversaire Benoît Labonté.

    Nous n’avons aucune preuve que M. Labonté ait été invité à dîner au siège social de Power Corporation à Montréal ni qu’il a fréquenté le domaine Sagard des Desmarais près de la Malbaie. Gardons-nous donc d’émettre une telle hypothèse et applaudissons le journalisme d’enquête pratiqué par La Presse et Radio-Canada.

    Permettez-nous toutefois de n’applaudir pour l’instant que d’une seule main. »

    Est-ce que M. Tremblay aurait froissé un des grands influenceurs du Parti Libéral? Pourrait-on en conclure que rien ne va plus entre l’empire et ses serviteurs?

    Répondre
  • avatar
    5 octobre 2009 à 13 01 14 101410
    Permalink

    @ Aimé Laliberté:

     » La Cour Supérieure a un certain pouvoir de surveillance, mais le véritable pouvoir est à Québec... »

    C’est un peu plus compliqué que ça… OUI, comme je le disais dans mon article précédent, Montréal n’est qu’une créature du Gouvernement de Québec, cela ne fait pas de doute.

    C’est ce qu’il y a au-dessus du gouvernement de Québec qui pose problème. SI – je dis bien SI, je n’accuse pas, je pose une question hypothétique – on voyait une flagrante collusion entre le gouvernement Charest et l’Administration Tremblay et un commun intérêt dans des affaires de corruption, la Cour Supérieure, en vertu de son pouvoir général de surveillance et de redressement de tous les corps politiques dans la province, pourrait elle intervenir CONTRE l’Administration Tremblay ET le gouvernement Charest ?

    A ma connaissance, la Cour Supérieure a bien ce pouvoir. Mais on comprend la bombe atomique politique d’une Cour fédérale venant sévir contre le gouvernement élu des Québécois … Il se poserait des questions déchirantes pour les indépendantistes…

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    5 octobre 2009 à 14 02 23 102310
    Permalink

    Pierre,

    Même si la Cour Supérieure a ce qu’on appelle  »un pouvoir général de surveillance », cela ne veut pas dire que la Cour va aller poser des questions au maire ou à quiconque.

    La Cour ne peut exercer ce pouvoir que si elle est saisie d’une affaire. Donc, il faudrait d’abord que quelqu’un prenne l’initiative des procédures, pour que la Cour soit saisie d’un dossier et puisse rendre une décision.

    Par ailleurs, même si les juges de la Cour Supérieure ainsi que de la Cour d’Appel du Québec sont nommés par le gouvernement fédéral, on considère ces Cours comme des tribunaux de la province. Peu importe, les juges sont nommés à vie, donc ils font pas mal comme ils veulent une fois rendus sur le banc. Mais ils peuvent quand même subir des pressions qui proviennent de l’intérieur de l’appareil judiciaire.

    Un autre titulaire de pouvoirs importants est le Procureur général du Québec (ministre de la justice) qui peut déposer des plaintes criminelles s’il croit qu’un crime a été commis.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *