TROIS ANS APRÈS LA SIGNATURE DE L’ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN

Par Robert Bibeau.  Éditeur du webmagazine :  www.les7duquebec.com

 

 

À chaque évènement historique d’importance la bourgeoisie présente son exégèse de droite et son interprétation de gauche dont s’emparent les plumitifs à la solde des médias menteurs pour les propager. C’est au milieu de ces inanités savamment dosées que le journaliste d’investigation doit naviguer afin d’exposer la vérité.

 

Ainsi, il est difficile d’évaluer les retombées de l’accord sur le nucléaire iranien sans connaître la teneur de l’entente secrète signée en marge de l’accord officiel. Cependant, des indices de ce traité secret apparaissent à travers la confrontation que le nouveau locataire de la Maison-Blanche n’a pas manqué de susciter faisant grief à Barack Obama d’avoir signé une entente bâclée comme dans tous les autres dossiers.

 

L’accord de juillet 2015 vu d’Amérique

 

Voici ce que les autorités gouvernementales occidentales proposaient comme interprétation de cet accord. Le Wall Street Journal écrivait : « L’accord de Vienne conclu le 14 juillet 2015 entre l’Iran et les « P5 + 1 » (les 5 membres du Conseil de Sécurité de l’ONU – Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie – plus l’Allemagne) conclut 12 ans de négociations sur le dossier nucléaire iranien. Initiées en 2003 par l’administration Bush, l’année même de l’invasion de l’Irak, les accusations selon lesquelles l’Iran aurait un programme nucléaire militaire clandestin et aspirerait à obtenir la bombe atomique était tout aussi infondées que celles qui furent portées contre les prétendues armes de destruction massive de l’Irak. Ces allégations, démenties par toutes les données et par tous les observateurs internationaux, servaient seulement de prétexte à une agression qui devait constituer le dernier acte du projet de Nouveau Moyen-Orient redessiné selon les désidératas de Washington. Un Moyen-Orient dans lequel il n’y aurait de place pour aucun État et aucune force qui puisse représenter un danger pour l’hégémonie américaine et son contrôle des ressources et des axes stratégiques de la région » (1).

 

Ce média de management dévoile le pot aux roses. Tout y est, la « fausse nouvelle » de la bombe iranienne et le mythe du « Projet de Nouveau Moyen-Orient redessiné » propulsé par la CIA et que tout altermondialiste se doit de propager et de vilipender faute de pouvoir l’empêcher. Pourtant, si les analystes ouvraient les yeux au lieu d’ânonner les mantras que leur refilent les médias, ils verraient qu’il n’y a pas de « Nouveau Moyen-Orient » en construction, mais seulement un ancien Moyen-Orient en destruction dont les puissances occidentales se font peu à peu expulsées, en cela il est nouveau certainement, mais ce n’est que pour y substituer de nouveaux maîtres au Kremlin et à Pékin.

 

Les centrifugeuses iraniennes

 

L’affaire des centrifugeuses et de l’uranium enrichi en vue de produire quelques bombes nucléaires n’a jamais été qu’un fallacieux prétexte pour justifier cette confrontation internations afin de garder l’Iran dans le camp Occidental. En effet, peu chaud aux États-Unis, munis de 3 500 ogives thermonucléaires disséminées à travers quelques centaines de bases militaires et de sous-marins nucléaires, que l’Iran dissimule sur son sol, grand comme quatre états américains, quelques bombes de première génération. Israël et l’Arabie Saoudite sont les deux pays réellement préoccupés par l’arme atomique iranienne. Mais ni l’un ni l’autre de ces alliés n’a été convié aux pourparlers. Les « conspirationnistes », qui imaginent que le « peuple juif » dirige la planète (2), en sont quittent pour concocter un nouveau bobard à propos des ploutocrates qui dirigeraient la superpuissance américaine à partir de l’AIPAC et de la Knesset où se prendraient toutes décisions à propos de l’avenir de l’humanité (sic).

 

L’accord Iran – Groupe 5 + 1 a prouvé qu’une entité alignant huit-millions d’habitants, un PIB de 304 milliards de dollars et 200 ogives nucléaires, n’impose pas son dictat à un État représentant 325 millions d’habitants, un PIB de 20 000 milliards de dollars, 3 500 bombes thermonucléaires et 11 porte-avions. Israël et l’Arabie Saoudite sont les pions de l’impérialisme américain au Moyen-Orient et non l’inverse.

 

L’Iran du pétrole et des pétrodollars

 

Le pétrole, les énergies fossiles, la monnaie du commerce international furent les véritables enjeux de la saga iranienne qui débuta en 1979 avec l’insurrection et le repositionnement géostratégique de ce pays entre le bloc impérialiste occidental, dirigé par les États-Unis, et le bloc social impérialiste soviétique périclitant, qui s’effondra finalement, et aujourd’hui l’Alliance de Shanghai et sa « Route de la soie ». (3)

 

Entre 1979 et 1989, le bloc soviétique déclinant n’offrait pas un havre d’accueil intéressant pour l’Iran qui préféra jouer l’agent libre et ne se rallia à aucun camp impérialiste si ce n’est au panier de crabes des États nationalistes bourgeois non-alignés (sic) – pourtant tous alignés sur le mode de production capitaliste et ses pétrodollars.

 

En 2003, l’Iran poussa l’outrecuidance jusqu’à s’inquiéter de la fluidité de ses réserves de pétrodollars et proposa, lors d’une assemblée de créanciers à laquelle assistait la France (rapporteur ou transfuge ?), de remplacer le dollar US par un panier de devises pour le commerce mondial des hydrocarbures.

 

L’Oncle Sam, qui avait toléré la prise d’otage à son ambassade de Téhéran, ne pardonna pas cette fois et aussitôt Israël fut intimer de vaticiner contre l’enrichissement de l’uranium iranien et de notifier au Pentagone et à la Maison-Blanche de se cabrer. Commençait alors la fourberie des tractations à propos du nucléaire iranien. Une série de sanctions économiques douloureuses furent imposées à l’Iran – dont le gel des fortunes placé à l’étranger et gérer par les banquiers de la Cité; isolement commercial et diplomatique du pays; perte de revenus du pétrole; importantes dépenses de défense; inflation et dévaluation du Rial. Ces sanctions ne furent pas sans conséquence pour les alliés des États-Unis. Difficulté d’approvisionnement pétrolier en Europe, perte de juteux contrats (pour Airbus et PSA-France notamment); déstabilisation en Afghanistan, en Irak et dans tout le Moyen-Orient, ce que les conspirationnistes appellent le « Plan de réaménagement du Grand Moyen-Orient »mais qui furent le fait de l’Iran et non pas des Yankees embourbés dans cette contrée hostile.

 

Bref, la guerre économique, que les États-Unis ont entreprise contre l’Iran, puis la guerre militaire contre la Syrie qui s’ensuivit, se retourna finalement contre la superpuissance qui a perdu la mainmise sur cette région de ressources, sur ses axes de transport, perdu le contrôle sur l’approvisionnement de la Chine en énergie fossile, et perdu l’hégémonie sur ces marchés truculents d’armements notamment. Voilà les conséquences profondes de la signature des accords sur le nucléaire iranien que Donald Trump a reçu mission de contester espérant les renégociés.

 

 

De la stratégie du chaos à la tactique chaotique

 

Pendant le déroulement, non pas de cette « stratégie du chaos » mais de cette tactique chaotique et tragique pour les populations multiethniques du Levant – telle la mouche du coche, le pion israélien s’activa futilement. (4) L’État israélien n’a absolument pas les moyens d’une guerre contre l’Iran, même pas contre le Hezbollah du Liban la sentinelle iranienne au Levant. Tsahal est tout juste capable d’assassiner des enfants palestiniens désarmés. (5)

 

Cependant, au cours de ces années l’Iran a été poussé dans les bras de la Russie et de la Chine, car loin de se soumettre les capitalistes iraniens, comprenant vraiment leurs intérêts économiques, ont refusé de stocker les pétrodollars plombés. Entre temps, la puissance américaine déclinait alors que la puissance chinoise se fortifiait.

 

Suite à la signature de l’Accord, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, arrimer au rafiot américain, ont tiré les marrons du feu et récolté des contrats juteux sur le marché alléchant de l’Iran, ce qui les places en contradiction avec leur souteneur étatsunien. Cette problématique accélère le déclin de l’Alliance Atlantique perceptible par les hésitations récentes à bombarder la Syrie suite à la fumisterie des attaques chimiques sous faux drapeau. (6)

 

            Après trois ans quelles conséquences ?

 

Après trois ans, l’entente sur le nucléaire iranien a eu pour conséquences :

 

  1. de dégeler les avoirs des milliardaires iraniens.
  2. D’ouvrir le marché iranien aux investisseurs étrangers et de permettre à l’Iran de se débarrasser d’une partie de ses pétrodollars plombés.
  3. De faire chuter le prix du pétrole par un afflux de carburant déjà trop abondant.
  4. De créer des difficultés supplémentaires aux pétrolières américaines et mondiales dont le taux de profit moyen périclite.
  5. De permettre aux multinationales industrielles de respirer quelque peu en payant moins cher leur carburant. Cependant, les consommateurs surendettés et sous-payés ne seront pas au rendez-vous pour acheter et consommer (d’où les baisses de taux d’intérêt afin de souffler le mistral du crédit sur les braises de la crise systémique).
  6. La devise américaine s’est temporairement raffermie compte tenu de l’augmentation des échanges pétroliers. Mais ce temps s’achève puisque la Chine, premier consommateur mondial d’hydrocarbure (2017), propose que les échanges de pétrole se fassent désormais en yuan, ce à quoi l’Iran a donné son accord. Voilà l’échec le plus cuisant de la politique économique Yankee au Moyen-Orient. (7)

 

Malheureusement, le front de guerre du Moyen-Orient ne s’est pas éclairci depuis la chute de l’État Islamique (DAESH), pas même avec la défaite du collectif des milices terroristes déchainées contre la Syrie. Pourtant, l’Alliance Atlantique n’a atteint aucun de ses objectifs ni en Afghanistan, ni en Irak, ni en Syrie, ni au Yémen, ni en Iran où les récentes tentatives de soulèvement ont tourné court. (8) Ce n’est pas l’imprévisibilité du polichinelle Donald Trump qui explique la valse-hésitation occidentale dans cette région, c’est que l’État-major de l’OTAN ne sait plus quelle tactique utiliser pour forcer l’usage des pétrodollars et pour entraver la construction de la « Route de la soie ». Et voici qu’Emmanuel Macron en remet déclarant s’aligner sur l’ours Russe plutôt que l’âne américain dans l’affaire iranienne, attestant que le grand capital français ne souhaite pas lâcher la proie pour l’ombre.

 

Le national chauvinisme kurde instrumentaliser

 

Même la tentative d’instrumentaliser le national chauvinisme kurde afin de prolonger la guerre d’invasion et d’occupation de la région ne rapporte pas les dividendes escomptés. Les différentes milices kurdes, engagées dans une guerre fratricide, n’ont réussi qu’à provoquer l’engagement direct de la Turquie dans le conflit. (9)

 

La classe ouvrière internationaliste – chair à canon de toutes ces guerres – n’a rien à y faire et devrait poursuivre ses luttes sur le front économique de la lutte de classe contre la dégradation de ses conditions de vie et de travail en attendant que ce monde s’effondre et que nous le remplacions par un nouveau mode de production.

 

 


NOTES

 

 

  1. http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/07/20/le-conseil-de-securite-de-l-onu-a-enterine-l-accord-sur-le-nucleaire-iranien_4691271_3218.html et  http://www.les7duquebec.com/?s=Iran
  2. http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/comment-le-peuple-juif-fut-invente/
  3. Voir http://www.les7duquebec.com/?s=route+de+la+soie
  4. Voir nos innombrables textes sur l’affaire israélienne http://www.les7duquebec.com/?s=Isra%C3%ABl
  5. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/israel-tue-15-civils-et-blesse-1500-palestiniens-desarmes/
  6. http://www.les7duquebec.com/7-au-front/lattaque-chimique-etait-pipoet-visait-a-sauver-le-soldat-al-nostra/ et http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-guerre-tripartite-contre-la-syrie/
  7. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/la-chine-detronera-le-petrodollar/
  8. http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/les-manifestations-en-iran-vues-de-linterieur/ et http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/iran-le-mecontentement-des-desherites/
  9. http://www.les7duquebec.com/?s=kurde
  10. Robert Bibeau (2017) Question nationale et révolution prolétarienne sous l’impérialisme moderne.  L’Harmattan. Paris. 136 pages.  http://www.les7duquebec.com/7-au-front/question-nationale-et-revolution-proletarienne-2/  Chez  l’Harmattan  http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=52914

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

6 pensées sur “TROIS ANS APRÈS LA SIGNATURE DE L’ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN

  • avatar
    18 avril 2018 à 3 03 10 04104
    Permalink

    Israël est un tigre de papier Q : le droit international, il s’en torche ! Mais on constate, au fil des années et à l’occasion de se différentes interventions armées extra-territoriales que sa pseudo suprématie militaire, pour autant qu’elle ait jamais existé vraiment, s’effiloche rapidement.A preuve, son incapacité à venir à bout du Hezbollah au Liban, le F15 abattu retour de son intrusion illégitime en Syrie ou l’inefficacité de l’aide qu’il apporte à tous les groupes terroristes de la région.Au final, ils n’auront fait la preuve de leur maîtrise que lors d’assassinats ciblés ou dans la « vaporisation » des divers bâtiments du WTC.C’est assez peu pour la pseudo Grande Ourdisseuse, l’Universelle Aragne, la Secte Armagueddon de tous les complots du Monde.Ah, j’oubliais, il faut leur reconnaitre le mérite de l’usure et de l’invention de la dette des états, comme la presque totale maîtrise des grands marchés et circuits de l’esclavage depuis le monde antique jusqu’à nos jours.Je ne serais pas surpris, non plus, qu’ils aient le contrôle du trafic d’organes.Certes, ce n’est pas rien, mais on peut oublier leur propagande de « reverdisseurs » de déserts.Ce ne sont, toute leur histoire bricolée de Khazars convertis, que des marchands de mort spéculant dans l’attente de l’Apocalypse finale dont ils font tout pour accélérer l’avènement… Alors, tant que celle-ci est locale et ne concerne qu’eux, banco ! Pourquoi pas ? Mais attendons alors l’Alya, pour que le plaisir soit plus complet !

    Répondre
  • avatar
    19 avril 2018 à 16 04 44 04444
    Permalink

    @ Robert B.

    Très bonne analyse. Je résumerai le tout en faisant référence à la fable de Jean De la Fontaine: Le loup et l’agneau. Voilà mon ami.

    Répondre
  • avatar
    19 avril 2018 à 17 05 18 04184
    Permalink

    Très intéressant et Bonne analyse à 95% et qui correspond très largement à la mienne.
    Toutefois il me semble que la CIA ainsi que les instances de pouvoir décisionnel US ne sont pas monolithiques et que deux fractions opposées existent partout !

    Beaucoup d’analystes pensent que pour que” NOTRE TERRE “ soit remise sur de bons rails pour l’avenir; la première des choses à changer est le DOLLAR actuel qui est sous la “ dépendance” de la” Fédéral Resserve Bank” qui obéit à des intérêts privés…!

    Souhaitons que les opposants au système actuel deviennent majoritaires et qu’ils éjectent tous ces profiteurs ( en étant gentil) .
    Cela n’est pas gagné, mais pas impossible.

    Cordialement à vous et votre groupe même si parfois il parait un peu extrémiste.

    Angel

    Répondre
  • avatar
    21 avril 2018 à 8 08 40 04404
    Permalink

    « Israël et l’Arabie Saoudite sont les pions de l’impérialisme américain au Moyen-Orient et non l’inverse. »
    Sauf que les USA, c’est d’abord une hyper-administration sionniste…

    Pr. JB D.

    Répondre
    • avatar
      21 avril 2018 à 8 08 42 04424
      Permalink

      Je ne crois pas que les USA soit une administration sioniste

      1) Qu’est-ce que le sionisme faut-il d’abord se demander
      2) Les Usa c’est une hyper administration capitaliste au service des milliardaires étatsuniens (de multiples origines ethniques, culturels, raciales) mais ayant tous un seul intérêt économique commun faire fructifier leur fortune
      3) Le jour ou Israël devient une entrave à la croissance de leur fortune individuelle et collective – Israel (qui n’était pas leur ami en 1947-1948) et l’amour « éternel » pour Israël sera larguée… comme avant 1967 – date précise ou l’amour éternel a commencer (mëme que lors de la guerre de 1954 les USA avaient ordonné à son amoureux éternel de cesser son avancé vers le canal de Suez et de retourner à sa niche)
      4) Comme quoi l’éternité a un début et une fin

      Merci pour votre post

      Répondre
  • avatar
    22 avril 2018 à 11 11 54 04544
    Permalink

    @ Onecinikiou

    Merci beaucoup pour votre post qui traite des vrais « affaires » Je vous pardonne vos insultes contre les marxistes c’est sans importance.

    1) Je connais très bien ces travaux d’universitaires américains à propos de l’immense influence d’un lobby dit « juif » – regroupé dans l’AIPAC – et de son équivalent en France – je connais ce radotage sempiternel de la part des »complotistes« qui comme vous l’écrivez si bien :

     » d’aussi importants autres déterminismes que sont les visions du monde, les systèmes de valeurs, les idéologies et les syncrétismes religieux, les sentiments d’appartenance nationaux etc…, toute chose qui n’a directement à voir avec la conception purement matérialiste de l’histoire, soit le monde et la société réduits à la seule vision et dimension économique.«

    2) Je voudrais simplement vous soulignez que nous différons de point de vue simplement parce que nous n’analysons pas à la même échelle – voilà tout.

    3) Ainsi, dans le menu détail il est indubitable qu’il y a eu des époques – des Présidents USA ou des présidents français plus ou moins sensibles aux pressions – manipulations d’une faction du grand capital US d’une part ou French d’autre part affiliée avec le grand capital israélien (que les complotistes aiment qualifier de »JUIF« comme si l’argent ou les intérêts du capital avaient une saveur religieuse, linguistique, culturelle, ethnique ou raciale !)

    4) NOTEZ au passage que ces ragots à propos de la couleur »juive« des capitaux fait l’affaire du grand capital international qui promeut et soutient la diffusion de ces fadaises comme vous l’exprimez si bien dans votre post – la GO-GAUCHE A DEPUIS LONGTEMPS REPRIS CES OUKAZES et les colportent à tout vent

    5) MONTONS D’un cran historique – sociologique – politique – militaire et enfin ÉCONOMIQUE dans l’analyse :

    A) L’appui de l’impérialisme américain à Israël a eu un début et ce n’est pas en date de l’écriture de la Torah ni d’Abraham ni éternel comme le dis Donald Trump. Cet appui est survenu à la suite de la guerre de 1967 où Tsahal fit la démonstration de sa supériorité économique et militaire dans cette région d’hydrocarbure.

    B) En même temps que les armements américains qui affluèrent – suivit des milliards d’investissement des USA vers Israël

    C) CE sont dans les conseils d’administration cooptés et à la bourse que se lièrent les intérêts croisés entre les capitaux croisés

    D) Vous pourriez me dire que oui mais les pays pétroliers arabes aussi eurent des relations économiques – pétrodollars – croisés avec les USA. OUI Mais fort différent = non pas en investissement mais simplement par l’achat rentiers des obligations d’épargnes du gouvernement américain – qui s’évaporeront – fumeroles boursiers – lors de la prochaine dévaluation des pétro- dollars.

    6) Israël aussi sera perdant lors de cette dévaluation du dollar (le Canada également) et tout à coup vous découvrirez que les capitalistes soi-disant »JUIFS« sont devenus chinois – la puissance économique et militaire montante avec son allié russe et que les capitalistes « juifs » – l’argent n’a aucune odeur religieuse je vous assure – se cherchent un nouveau protecteur – le précédent ayant failli en décrépitude économique avant que d’être politique, diplomatique, militaire, etc.

    7) Un exemple de retournement politique étrange. Vous savez que lors des guerres du Golfe la SYRIE fut utilisé par la CIA comme sous-traitant de prison et de centre de torture pour les gens arrêtés dans le monde entier (du temps du père de Bachar al-Assad). Aujourd’hui, la Syrie est le lover, pour utilisez votre expression, de la Russie, l’ennemie que l’Occident a pris à parti.

    VOILA LE NIVEAU À PARTIR DUQUEL NOUS MARXISTE ABORDONS LA GÉOPOLITIQUE MONDIALE VUE SUR DES SIÈCLES D’ÉVOLUTION. Oui il est possible qu’en 2003 lors d’une attaque en Irak le capital USA se soit laissé influencer par un lobby ou un autre = sans importance historique à long terme.

    robert bibeau http://www.les7duquebec.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *