Un homme vrai dans tous les sens du terme

B35-6n9IQAEbPN9.jpg-large

 

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Jean Béliveau, un personnage national vraiment grandiose, nous a quittés mardi à l’âge de quatre-vingt-trois ans. Sa mémoire restera gravée en nous. Il fut un grand joueur de hockey qui occupait le poste de centre. Il a participé à l’obtention de dix Coupes Stanley par les Canadiens de Montréal au cours de ses vingt ans de carrière. En 1971, le chandail numéro 4 qu’il a porté dans la Ligue Nationale du Hockey-LNH fut retiré et hissé au-dessus de la patinoire du Centre Bell. L’année suivante, M. Béliveau fut intronisé au Temple de la Renommée du hockey.

Aujourd’hui, tous les médias ont témoigné de son humanisme et de ses compétences professionnelles. Cet homme avait tout pour lui : talent, beauté, santé, dignité, prestance et humilité. Une grande quantité de personnes ont exprimé la beauté des moments passés en sa compagnie. C’était, malgré son rayonnement international et son aura de héros, un homme intègre et simple. Il s’intéressait sincèrement aux personnes qu’il rencontrait. Il prenait le temps de signer des dédicaces et des signatures d’une écriture lisible. Il respectait les autres. Toutes les personnes qui l’ont connu parlent de sa gentillesse, sa mémoire des noms. Aucune condescendance. Il ne s’ingérait pas dans les affaires des autres. D’autre part, si on lui demandait conseil, il était prêt à aider.

Il avait l’âme d’un véritable leader. Ce sont les joueurs de hockey en 1961 qui l’ont élu Capitaine du Club de hockey par vote secret. Là où la dissension existait, il savait calmer les esprits. Il n’imposait pas, il avait une autorité naturelle que les autres reconnaissaient et acceptaient parce qu’il attirait le respect.

Jean Béliveau a connu la célébrité et l’aisance, sa renommée dépassait les frontières. Il a vécu une vie bien remplie. Il a réussi sa vie tout en réussissant dans la vie.

Je réfléchissais cet après-midi sur ses nombreux accomplissements et tous les hommages qu’il a reçus, médailles et trophées. Mentionnons quelques honneurs : Grand-Officier de l’Ordre national du Québec, Officier de l’Ordre national du Québec, Compagnon de l’Ordre du Canada, Chevalier de l’Ordre national du Québec Membre de l’Académie des Grands Montréalais, Officier de l’ordre du Canada-OOC, Prix d’excellence de La Presse, Trophée Com-Smythe, Trophée Art-Ross, Trophée Hart. Sans doute plusieurs autres.

Il fut aussi intronisé au Montreal Jewish Hall of Fame en 2008, le premier non-juif à mériter cet honneur. A reçu un Doctorat honoris causa de l’Université Concordia. Trophée Conn-Smythe, Trophée Art-Ross, Trophée Hart.

Sa carte de route est imposante, n’est-ce pas ! Pourtant, au-delà de toute cette gloire, il y a plus encore et c’est ce « plus » qui nous émeut tant et qui transcende tout le reste : son éthique, ses valeurs, sa manière d’être. Chez cet homme, les qualités de l’être ressortent. Il a manifesté dans sa vie personnelle la même excellence qu’il a démontrée sur la patinoire.

Je me disais que j’aimerais bien que nos dirigeants soient à l’image de M. Jean Béliveau.

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d’argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l’épanouissement de la personne par la pratique de l’attention vigilante : la pleine conscience.

8 pensées sur “Un homme vrai dans tous les sens du terme

  • avatar
    4 décembre 2014 à 6 06 52 125212
    Permalink

    Faites-moi une phrase avec “Jean Béliveau”…

    Jean Béliveau vit
    [J’embellis vos vies]

    Répondre
  • avatar
    4 décembre 2014 à 6 06 52 125212
    Permalink

    Je ne l’ai vu évoluer qu’en couleur. Cela date le truc car mes parents ont eu leur premier téléviseur couleur l’année de l’expo. 1967-1971, donc. Même pour mon œil peu expérimenté à regarder le hockey, c’était une figure irréelle, supérieure. On aurait dit qu’il patinait au ralenti, gigantal. Il coordonnait le jeu offensif depuis sa position de centre. Et il faisait une choses qui allait devenir de plus en plus importante, capitale: la passe! Il n’était pas que compteur individuel. Il emportait l’équipe. Le C sur le chandail voulait dire quelque chose dans ce temps là…

    Répondre
    • avatar
      4 décembre 2014 à 22 10 11 121112
      Permalink

      C’est un point de vue très intéressant : voir M. Béliveau évoluer en couleur.

      Vrai aussi qu’il n’était pas que compteur individuel, mais qu’il emportait l’équipe. Un être de rassemblement.

      Répondre
  • avatar
    4 décembre 2014 à 8 08 25 122512
    Permalink

    Sa vie professionnelle se divise en trois stages d’excellence:

    1) Lorsqu’il a accroché ses patins, il fut reconnu comme le meilleur Capitaine d’équipe de la LNH.

    2) Lorsqu’il a pris sa retraite, il fut reconnu comme le plus grand ambassadeur du hockey en Amérique du Nord.

    3) Au jour de son décès, on doit le reconnaître comme l’un des plus grands ambassadeurs de la « Dignité humaine ». Ce trait caractéristique tellement difficile à atteindre, il y est parvenu grâce à sa simplicité, son dévouement, son respect de lui-même et des autres, son sens de l’écoute et son échelle des valeurs.

    Monsieur Jean Béliveau fut la preuve vivante que de « tenter de paraître » ne peut, en aucun cas, supplanter le simple fait « d’être qui l’on est ». Il est l’un des hommes dignes de l’espèce humaine.

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      4 décembre 2014 à 22 10 02 120212
      Permalink

      Tout à fait, André, M. Béliveau est un exemple de Dignité humaine. Il est bon de s’arrêter à des personnes qui nous inspirent à révéler le meilleur de soi.

      Le paraître – PAR-ÊTRE – signifie pour moi « être à côté de l’être en soi ».

      Répondre
  • avatar
    4 décembre 2014 à 12 12 43 124312
    Permalink

    Merci pour les précisions au sujet des nombreux accomplissements de M. Béliveau… il semble que les médias traditionnels en ai un peu oublié… ou filtré… 🙁

    TVA ne parle que de : ‘’ Grand Officier de l’Ordre national du Québec ‘’
    http://www.tvasports.ca/2014/12/02/jean-beliveau-nest-plus

    Radio Canada de mentionne que : ‘’ Officier de l’Ordre du Canada’’
    http://ici.radio-canada.ca/sports/hockey/2014/12/02/011-mort-beliveau-canadien.shtml

    Cordialement,

    Répondre
    • avatar
      4 décembre 2014 à 22 10 09 120912
      Permalink

      Exactement ! Il y a une fonction que je n’ai pas mentionnée, c’est celle d’ambassadeur, et qu’il a très bien accomplie. M. Béliveau prenait très au sérieux toutes ses responsabilités et les accomplissait dans le respect.

      Répondre
  • avatar
    20 juin 2015 à 20 08 23 06236
    Permalink

    Je ne peux m’empêcher d’établir un lien entre l’homme qu’il a été et sa vie spirituelle. Il est devenu de plus en plus celui qu’il est en réalité. Merci monsieur Béliveau, merci beaucoup!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *