Un pas vers l’élimination de la corruption?


L’image ci-dessus est dédiée à la transparence. L’inverse de la corruption.

Il y a une chose, plutôt positive, qui ressort de cette campagne politique au Québec, c’est le consensus sur l’élimination ou la réduction de la corruption, consensus provoqué par l’arrivée de M. Duchesneau au parti de M. François Legault, CAQ, lequel a claironné fièrement que M. Duchesneau – un incorruptible – était notre Elliot Ness national. Le parti québécois, en revanche, s’est empressé d’ajuster son tir en disant qu’une seule personne, fut-elle Elliot Ness en personne, ne suffirait pas à la tâche. La solution ne viendrait que d’une équipe forte, telle celle du Parti Québécois. Le PQ a par la même occasion annoncé son intention de faire le ménage dans le financement des partis politiques en limitant à 100,00 $ par individu les dons versés, et ce, dans le but d’empêcher la danse du retour des ascenseurs, des nombreux privilèges auxquels s’attendent hypocritement les donateurs.

Tiens, faire du ménage dans ce tas de foin moisi est une excellente idée! En plus, les retours d’impôt de 50 % sur les contributions des amis des partis pourraient enfin servir à d’autres fins! Peut-être!

Depuis longtemps, il faut le dire, tout le monde sait que la corruption est partout. Régulièrement, comme un pendule qui sonne à l’beure, des scandales éclatent, se résorbent. Comme les vagues de la mer. Au bout d’un moment, une fois la poussière retombée, les acteurs de la série vedette de la corruption poursuivent leurs  magouilles, souvent directement sous le nez des contribuables. Sans pudeur.

La conséquence sociale de cet état de faits a fini par faire perdre confiance à la population en ses dirigeants. Elle est même devenue blasée. Qui n’a jamais entendu les commentaires suivants, très désabusés : «Oui, c’est corrompu, on le sait, mais c’est ainsi que ça fonctionne. On ne peut rien y faire. On ne changera pas la nature humaine.» Et peu à peu, sans s’en rendre compte, on devient fataliste.

Est-ce à dire qu’il n’y aura plus du tout de corruption? Bien sûr que non. Du moins, on peut espérer qu’elle a quelques chances de s’affaiblir. En positionnant ce thème à la première place du palmarès politique, on peut se permettre d’espérer – s’il reste encore un peu de pudeur chez nous – qu’un peu plus de décence sera de rigueur.

Car la corruption finit par vraiment dégoûter, décourager, démotiver. Quand on ré-entend l’histoire (vieille de quelques années, mais il est bon de se la rappeler, il ne faut pas oublier)  de la vente d’un terrain par une Commission scolaire du River-Side à Brossard, à la Fondation Catania, pour une modique somme de 600 000 $ afin d’y construire un centre communautaire (maquettes et photos à l’appui et petits fours aussi), et que douze mois plus tard, le projet tombe à l’eau … ne se fera plus. Alors le gouvernement rachète le terrain à la Fondation Catania pour la somme de 1,6 millions de dollars! J’aimerais bien pouvoir faire des investissements aussi profitables en bourse, c’est plutôt la débandade pour le commun des mortels. Pas de centre communautaire, tel que promis, mais la construction d’un projet privé, soit celui de condominiums!

Ce million de dollars appartenait aux contribuables puisque le terrain appartenait au gouvernement, au trésor public! Oh la, on ne s’étonne plus de voir la qualité de vie diminuer et notre richesse dégringoler.

Nous voilà donc en route officiellement, semble-t-il, pour la bataille de l’intégrité. Avant, chacun des partis en parlait vaguement, mais cette fois-ci, on sent que la goutte a débordé du verre, et qu’il est temps d’appliquer des mesures correctives.

Mais, il faudra être patient. Car, on le sait, les changements positifs se font lentement. Si on descend facilement une côte, on la monte beaucoup plus laborieusement.

Du ménage à faire dans le futur? Il faudra en faire, c’est sûr.

N’acceptons pas, dans nos conversations, nos écrits, notre vie personnelle, les symptômes de la corruption. Dénonçons-la.

Solidaires, nous sommes toujours plus forts.

Carolle Anne Dessureault

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d'argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l'épanouissement de la personne par la pratique de l'attention vigilante : la pleine conscience.

6 pensées sur “Un pas vers l’élimination de la corruption?

  • avatar
    9 août 2012 à 7 07 08 08088
    Permalink

    « Le PQ a par la même occasion annoncé son intention de faire le ménage dans le financement des partis politiques en limitant à 100,00 $ par individu les dons versés… »

    Le PQ de René Lévesque avait introduit une pratique similaire… en 1976. « Que sont mes amis devenus? » (Rutebeuf).

    Répondre
  • avatar
    9 août 2012 à 7 07 14 08148
    Permalink

    “Le PQ a par la même occasion annoncé son intention de faire le ménage dans le financement des partis politiques en limitant à 100,00 $ par individu les dons versés…”

    Le PQ de René Lévesque avait introduit une pratique similaire… en 1976. “Que sont mes amis devenus?” (Rutebeuf).

    Répondre
  • avatar
    9 août 2012 à 9 09 13 08138
    Permalink

    Ce qui est étonnant, ce matin, c’est l’affaire de la filature de Brandone qui cessa aussitôt que celui-ci rencontre Jean Charest. Ce qui m’étonne est:

    1) que Jean Charest ne comprenne pas que Brandone ne pouvait pas lui demander de faire cesser la filature puisqu’il ne savait pas qu’il était filé. Il accuse plutôt les deux journalistes de « manquer d’éthique ». Ce qui démontre sa facilité de « voir » des magouilles.

    2) que ce fameux « manque d’éthique » est exactement le même dont Jean Charest fait preuve envers le mouvement étudiant en le rendant responsable de la casse, de la violence et des bombes fumigènes quand on sait très bien que les responsables sont des individus non liés au mouvement étudiant.

    3) Un seul constat ressort de cette histoire; c’est que lorsque la SQ se rapproche trop des membres du gouvernement, elle fait demi-tour. Ce qui lève des doutes sérieux sur l’UPAC qui, actuellement, multiplie les arrestations et les poursuites qui empêchent la diffusion publique de liens possibles avec le financement des partis politiques.

    4) La Commission Charbonneau est impérative actuellement. Souhaitons qu’elle sera vraiment impartiale et complète.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    9 août 2012 à 12 12 23 08238
    Permalink

    @ André Lefebvre
    Très perspicace.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2012 à 13 01 23 08238
    Permalink

    Madame Carolle-Anne Dessureault , je ne peux parler de la transparence de Jean Charest comme les Monsieurs précédent , je ne connais que la transparence Municipale et avec le Nouveau Code d’éthique et de Déontologie de Vallière et Charest , je ne puis que vous dire qu’il n’y en a pas plus que voila 2011 ans de  »transparence ». === Sûrement , que ceux-ci(commenteurs) aideront pour la lumière , n’est-ce pas Monsieur J-F B-B.

    Pour ce qui est de la photo , ce que j’aimerais être face à cette transparence , et qu’elle aie entre 50 ans et l’  » INFINIE  ». Mais pas pour l’instant encore.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    9 août 2012 à 15 03 11 08118
    Permalink

    @Carolle-Anne Dessureault,

    C’est une image qui s’interprête à plusieurs niveaux. En effet, tous les amoureuxEs du corps de la femme réagiront comme J-M D-S.

    Puis au deuxième niveau on peut penser à l’imprécation qui dit : ce par quoi le scandale arrive doit être attachée à une meule et jetée au plus profond des océans.

    Puis apprendre d’où vient la déesse Aphrodite :

    http://zeus.montki.com/Assets/theogonie.htm

    Et pourquoi Lacan en a fait l’Object de l’amour, de la convoitise des mâles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *