Une démocratie pour rire




Louis Préfontaine nous a parlé récemment de la métamorphose du Parti Québécois. Je me suis d’abord demandé pourquoi cette épopée se terminait de cette façon, sans même de véritables protestations… Puis je me suis souvenu qu’on s’était bien amusé à Shawinigan…

À l’été 2004, j’ai été candidat du Nouveau Parti Démocratique dans St-Maurice-Champlain. J’avais prévu en juin un pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle, mais ma conscience citoyenne a pris le dessus sur le salut de mon âme et j’ai bifurqué vers une campagne électorale.

Pour faire acte de présence, car le NPD faisait 2 à 3% des intentions de vote dans le vieux comté de Jean Chrétien… mais j’ai eu la coquetterie d’y faire plus et je suis allé y marcher 500 000 pas, faisant de cette marche le thème de ma campagne et en tirant le même exercice vivifiant que m’aurait procuré le pèlerinage. Un sain divertissement…

Avec le recul du temps, je me demande si cette campagne- divertissement que j’ai faite alors dans St-Maurice n’était pas emblématique de la politique que vit le Québécois. Une politique qui n’est ni plus bête ni plus méchante que celles qu’on trouve ailleurs, mais qui est peut-être un peu plus folichonne et qui, entre deux référendums… ne suscite pas de grandes passions.

On se marre bien durant nos campagne électorales au Québec; elles mènent à changer sans heurts des gouvernements interchangeables. Mais ce n’est pas la Révolution d’Octobre…Les Québécois- ne veulent pas vraiment la guerre.

Or, la grande aventure de la quête pour l’indépendance s’est tout de même développée dans le contexte de la politique québécoise. Ce qui explique peut-être à quoi jouent l’ADQ, le PQ et tous nos politiciens. Ils jouent à ne pas faire la guerre…

Naturellement, l’idéal de l’indépendance a eu ses purs et ses engagés, des felquistes qui y ont donné des années de leur vie…. Mais le lambda Québécois qui a finalement dit non deux fois, lui, est-ce qu’il y a vu autre chose qu’un divertissement ? Quand le péquiste moyen, aujourd’hui, perd si facilement la foi, est-ce que ce ne serait pas qu’au fond il n’y a jamais vraiment cru ?

Mon billet d’aujourd’hui peut servir d’introduction à mon « Journal de bord » durant cette campagne de 2004 dont j’ai fait hier une section de mon site et dont je vous invite à lire ensuite quelques textes… Emblématique, car il n’y a pas eu de « guerre » dans Saint-Maurice en 2004… Juste un peu de théatre.

Voyons d’abord le dramatis personae.

Pour les libéraux, du tohu-bohu qui avait suivi le départ de Chrétien, avait finalement émergé comme candidate une adorable jeune femme que j’aurais volonté adoptée comme sœur à ma fille. Intelligente, répartie facile, elle faisait bonne figure. Mais personne – et surtout pas les Libéraux – ne pensait qu’elle pouvait gagner cette élection. Cette élection était déjà concédée au candidat bloquiste.

Un candidat bloquiste bien sympathique, bien représentatif de la mouvance nationaliste largement majoritaire dans la région et que nul brutal défi ne poussait donc à se faire pousser des griffes. Il aurait pu être élu in absentia… Les conservateurs avaient leur candidat, produit du terroir, aussi fermement limité à la petite fraction du vote de tradition conservatrice que je pouvait l’être à celle encore plus infime dévolue au NPD.

Au demeurant, le candidat conservateur était un perdant tout aussi aimable, dans sa défaite annoncée, que le gagnant bloquiste l’était dans sa victoire… qui l’était tout autant. Il y avait un Vert, aussi, dans la course, issu des marches éloignées du « comté »… Vert typique, fait sur mesure, tout aussi gentil que les autres, mais avec en plus une cause sympathique.

Un candidat Marijuana aussi. Ai-je dit que le Vert était typique ? Ce candidat l’était également. On pouvait croire sans peine que, au contraire d’Attila, l’herbe pousserait toujours partout où passerait sa monture… Et enfin, bien sûr, il y avait moi, qu’on aurait pu dire typique des candidats atypiques que peuvent produire des partis idéalistes, comme le NPD.

Voyez ci-haut la photo de notre petite famille de candidats. L’ami vert, est arrivé trop tard des grands bois pour y être, mais que je le vous présente ici en débat animé avec le Conservateur. Une petite famille, je vous dis. On n’allait tout de même pas se faire la guerre… !

Alors la « bataille » pour Saint-Maurice a été un ballet, une chorégraphie plutôt qu’une bataille. Deux (2) débats bien polis, des contradictions sans surprises, par médias interposés. On a vécu une messe pour la démocratie, comme ces enterrements où l’on arrive tard à dessein, pour rester sur le parvis, puisque le corps est déjà froid et que l’important est de saluer les parents et les potes.

Ce élections étaient un folklore amusant, mais qui ne suscitait tout de même pas l’intérêt du Festival Western de St-Tite Nous tous, les candidats, aurions pu être mêlés, tirés d’un énorme chapeau et distribués au hasard entre les partis, sans que les résultats du vote ne changent d’un iota.

Pays superbe, population accueillante… J’ai bien aimé l’expérience. Mais était-ce sérieux ? Le constat à faire, dans le modèle électoral que nous avons, est que ces campagnes sont inutiles. Les candidats sont inutiles – car on ne vote que pour les partis – et les députés eux-mêmes sont inutiles, puisque, lorsqu’ils sont élus, ils n’ont d’autres fonctions que de suivre les directives de leurs partis respectifs.

Une élection pour rire. Toute notre pseudo démocratie est à repenser et l’un des éléments majeurs à revoir est le rôle du député comme représentant des citoyens. Je parle ailleurs des changements à faire à notre démocratie. Dans les textes de la section à laquelle celui-ci sert de préambule, vous trouverez quelques idées, mais j’ai surtout voulu montrer le caractère bon enfant d’une élection en province, au Québec.

Est-ce que dans cette démocratie pouvait naître et se développer une conscience révolutionnaire ? Et la plus grande astuce du système n’a-t-elle pas été le piège de cette démocratie pour rire, dans lequel le PQ est tombé pour finalement y mourir ? Mes 500 000 pas en Mauricie, avec le recul du temps, m’apparaissent comme le symbole de ce système…. qui nous a fait bien marcher.

Voir: Une guerre en Mauricie

Pierre JC Allard

24 pensées sur “Une démocratie pour rire

  • avatar
    22 mars 2010 à 9 09 11 03113
    Permalink

    C’est bien pour ça que j’hésiterais de me lancer en politique, j’ai l’impression que ce n’est qu’une dilapidation de notre temps, énergie et de nos idéaux. Je me demande même si ce n’est pas un moyen d’user ceux qui pourraient avoir un impact positif pour la communauté, de faire en sorte qu’ils ne soient des coups d’épée dans l’eau. Alors que les vraies décisions se prennent ailleurs.

    Bien du plaisir, mais finalement, si on est élu, on nous dit de nous fermer la gueule et de suivre la ligne du parti.

    Pas très constructif tout cela.

    Votre texte vise juste, Pierre. Mais pour vous dire la vérité, c’est une démocratie pour rire qui ne me fais plus bien rire… ça semble plutôt être un spectacle de clowns sombres et sinistres…

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 10 10 08 03083
    Permalink

    Je suis aussi de cet avis.

    Il y a quelque chose de tordu dans toute cette politique qui trouve sa réponse dans les pouvoirs mis en place par un système qui nous est imposé sous couvert d’un mensonge odieux: notre démocratie.

    Entre Voir Croire Vouloir Pouvoir et Devoir quel verbe nous faut-il pour agir sinon Savoir?

    Chacune des explications qui tend vers la vérité est affublée de conspiration avant d’atteindre le but.

    Et le peuple  » Entre les couses et la vaiselle, n’a pas le temps d’y penser » et  »Quand toute une vie se rémuse en millions de pas dérisoires », faut-il en rire?

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 10 10 53 03533
    Permalink

    Bonjour à tous,

    Je vous invite à lire cette page de la Bibliothèque du Parlement concernant le serment d’allégeance au monarche britannique que chaque député élu, à Ottawa ou dans une des provinces canadienne, doit prêter avant d’avoir le droit de sièger.

    Vous verrez qu’il existe un 2e serment pour le députés de l’Assemblée Nationale.

    Une page à lire…

    http://www2.parl.gc.ca/Content/LOP/ResearchPublications/bp241-f.htm

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 12 12 36 03363
    Permalink

    Qui détient véritablement le pouvoir?

    Voici un résumé de l’entente par laquelle le roi Jean (Jean Sans Terre) a renoncé à son royaume en faveur de l’Église romaine catholique, et par laquelle il a accepté de se constituer VASSAL du pape et de verser un montant annuel au pape pour l’utilisation de ses terres en Angleterre et en Irlande.

    http://books.google.ca/books?id=Kbg8AAAAIAAJ&pg=PA162&lpg=PA162&dq=king+john+surrender+his+kingdom+to+the+pope&source=bl&ots=JybA3fSC2L&sig=5qzHuNlMx7mNYDv7B24TNDbRKmQ&hl=en&ei=vKenS8uSNcqztgeSvtT2Ag&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10&ved=0CCsQ6AEwCQ#v=onepage&q=king%20john%20surrender%20his%20kingdom%20to%20the%20pope&f=false

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 12 12 59 03593
    Permalink

    C’est bien que tu emmene ses vérités là Aimé, mais ils sont peu a comprendre et je pense bien que toutes tes recherches ne résulte seulement a te convaincre toi même car malheureusement le voile qui leur obstrue la vue est bien opaque.
    Il y a de bien beaux discours beaucoup de connaissance du monde mais au delà de ça l’illusion règne en maitre.
    L’intelligence de l’homme pour D_eu est de la folie ,il est préférable à l’homme de devenir fou afin qu’il devienne intelligent en D_eu

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 13 01 53 03533
    Permalink

    Alain B…

    Je ne cherche à convaincre personne, sauf que je me dis que t’en parler de quelque chose, aussi bien faire quelques recherches et savoir de quoi on parle.

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 15 03 24 03243
    Permalink

    Aimé, tant qu’à parper du pouvoir du vatican, il y a un article interessant sur ;http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=18121
    cette article au commencement parle de la georgetown university, est-ce que tu as déjà eu a faire des recherches sur cette université ?
    Il y a quelque mois je fesait une rechrche sur le rapatriement de la constitution de 1982 et cela ma emmené a cette université.

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 18 06 31 03313
    Permalink

    Alain,

    Je ne connais rien de l’université Georgetown (sauf qu’ils ont une équipe de basketball), mais je sais que la charte constitutive de plusieurs universités provient du Vatican.

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 20 08 20 03203
    Permalink

    Festival de St-Tite… « Les cavaliers de la canette… »
    À voir…
    @ François,
    Il me semble – incluons Pierre également – vous entendre débattre des garderies.
    Ce qui s’appelle un « bad casting »… 🙂
    Dans un cinéma poche ( sic) de chez-vous: « Comment être bon dans un méchant système. »

    C’est une voiture avec 4 freins et une roue. Comment voulez vous vous rendre du point A au point B en un temps normal?
    Un regroupement de députés sans partis serait déjà une bonne chose.
    Comme disait M. Parizeau, l’argent… Regardons ensemble le Se7ven de John James.
    « Il n’y aura pas de déficit ». ( Décembre 2008?).
    Je commence à aimer le mot « bankster ».

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 19 07 26 03263
    Permalink

    Autre le fait,comme l’article le mentionne l’université de georgetown est la « capital de l’otan »,on y retrouve aussi ceci;
    http://pdba.georgetown.edu/Parties/parties.html
    Le lien avec le vatican sont les jesuites a qui appartiennent cette université et il est tres interessant de retrouver des gens tres influent relié a cette université.

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2010 à 22 10 56 03563
    Permalink

    @Gaëtan Pelletier

    J’approuve votre regroupement de députés sans parti. Ce serait un bon départ; des gens pour nous représenter et non pas représenter un parti.

    En attendant, le monde est à pleurer.

    Répondre
  • avatar
    23 mars 2010 à 1 01 13 03133
    Permalink

    @Thérèse L.
    Sérieusement… Notre dernier député élu est une farce. Le plus « drôle » est que je le connais personnellement.
    Lui, représentant du peuple?
    Il est représentant de LUI.
    Il faudrait au moins des représentants qui soient ceux du peuple.
    Sinon… Démocratie n’est qu’un mot camouflé.
    Élitocratie.
    Je m’en vais pleurer…

    Répondre
  • avatar
    23 mars 2010 à 2 02 24 03243
    Permalink

    @PJCA
    « Une démocratie pour rire »

    Compte tenu du système électoral majoritaire à un seul tour, c’est plutot des « petits partis pour rire ».

    En France, l’Union de la gauche a remporté 54% des voix au second tour.

    Sinon les média de masse qui focalisent essentiellement sur les leaders de parti ne permettent pas a l’electeur « sérieux » de se renseigné convenablement sur le candidat local. Au parti de faire le ménage dans ses candidats quand ils ont commis des délits.

    Pourquoi aux USA, ces députés ne sont pas des marionnettes alors que le systeme me semble semblable ?

    Répondre
  • avatar
    23 mars 2010 à 16 04 11 03113
    Permalink

    @ PN:

    Aux USA, les partis sont des machines a faire élire. Ils n’ont pas d’idéologies, sauf des engagements abstraits envers des principes simplistes et la discipline de parti est inexistante.

    Le résultat a été que chaque élu est devenu un « entrepreneur en corruption », se vendant sur chaque vote au lobby qui lui offre davantage.

    L’indépendance du représentant – democratie contractuelle ou autrement – n’est possible que si l’on mobilise la population contre la corruption, qui est le péché de Judas, par un conditionnement de niveau « religieux' ».

    ( les liens ci-dessous étaient pour des auditoires différents, mais reprennent le même thème)

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/09/14/les-fonctionnaires/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/10/28/197-un-million-pour-sarkozy/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/09/14/la-satisfaction-preemptive/

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    23 mars 2010 à 17 05 00 03003
    Permalink

    @PJCA

    Je ne pense pas qu’au Canada, la corruption soit une priorité. Regardez l’affaire des commandites qui a entretenu les médias pendant des mois pour avoir un juge Gomery qui a dépensé plus pour son procès et son rapport que la fraude proprement dite qui se situe en dessous de 10 M$.

    Les élections à répétition du gouvernement Harper ont couté le plus légalement beaucoup plus cher que cette fraude.

    Il faut juger un gouvernement pour son efficacité qu’il y est ou pas corruption +/- marginale.

    Et puis je m’assoie sur la vertu et le religieux jusqu’à ce qu’ils succombent tout d’eux étouffer. Tant qu’on basera un système humain avec comme hypothèse la vertu et le désintéressement on se plantera.

    Avec votre commentaire vous nous montrez que la structure ne décide pas de tout, il y a aussi les mentalités et la culture politique. A système semblable, deux comportements radicalement différents.

    Répondre
  • avatar
    24 mars 2010 à 0 12 29 03293
    Permalink

    Le résultat a été que chaque élu est devenu un «entrepreneur en corruption», se vendant sur chaque vote au lobby qui lui offre davantage.

    Des entrepreneurs en corruption!!! C’est probablement la meilleure citation de la semaine! J’ai le sourire fendu jusqu’au oreilles!

    Répondre
  • avatar
    24 mars 2010 à 7 07 44 03443
    Permalink

    François,
    Un entrepreneur en corruption… Je pense que je vais m »amuser un peu…
    C’est drôle, mais tout de même vrai…
    🙂

    Répondre
  • avatar
    24 mars 2010 à 8 08 41 03413
    Permalink

    @ PJCA,
    Centaines de millions en plus du cout rèel ? Sur un total de combien ? Il faut toujours mettre en perspective % les dessous de table et regarder si le produit est bien livré et sa qualité intrinséque. C’est ce produit livré que nous allons utilisé et les journaliste oublient trop cet aspect des choses.

    C’est plus génant quand le produit coute plus cher que préve et n’est toujours pas livré !
    http://espritlogique.wordpress.com/2010/03/20/informatisation-du-reseau-de-la-sante/

    Répondre
  • avatar
    24 mars 2010 à 20 08 19 03193
    Permalink

    @PJCA

    +30% c’est effectivement beaucoup !

    Les viaducs tombent parce qu’ils ne sont pas bien entretenus. C’est une mauvaise gestion, planification.
    Ceci dit pour aller dans votre sens, j’ai entendu que la chaussée en asphalte est faite avec une technologie périmée qui se dégrade plus vite. A vérifier …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *