Une femme d’exception au pouvoir

141217_2p8zg_madeleine-giauque_sn635Madeleine Giauque
Photo présentée par Isabelle Richer (Radio-Canada)

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Paul Arcand recevait cette semaine Me Madeleine Giauque à son émission radiophonique Puisqu’il faut se lever. La nouvelle directrice du Bureau des enquêtes indépendantes se dit intransigeante et on ne peut l’acheter. Impliquée dans des mégas-procès, on la surnommait « la bête noire du crime organisé ».

La mission de l’organisme en plus d’enquêter sur les interventions policières qui causent la mort d’un citoyen ou des blessures graves, ou morts et blessures causées en détention dans un poste de police, est aussi de se saisir d’une enquête indiquant un policier dans un événement ayant un lien avec son emploi (mandat accordé par la ministre de la Sécurité publique). De cette manière, on ne pourra plus accuser la police de mener des enquêtes sur la police !

Me Giauque prévoit débuter les opérations d’enquêtes l’an prochain. Elle va d’abord se constituer une forte équipe, composée d’un directeur adjoint et d’enquêteurs. Les recommandations vont respecter la parité entre les enquêteurs qui n’ont jamais été agents de la paix, et ceux qui l’ont déjà été. Toutes les personnes sélectionnées vont suivre une formation de dix semaines sur la manière de réaliser les enquêtes indépendantes, même celles qui ont une expérience du milieu.

Des mégaprocès, cette femme imposante en a mené plusieurs. Entre autres, l’aboutissement d’un procès devant jury en 2004 avec un verdict de culpabilité contre 17 membres des Hells Angels. Mentionnons-le, c’est le SEUL mégaprocès devant jury parvenu à terme.

Celui de l’Opération SharQc contre les motards en avril 2009 (et qui se poursuit toujours) arrêtait 150 motards liées aux Hells Angels. Parmi ces personnes, une seule – une femme – avait plaidé non coupable, mais a par la suite demandé au Juge de retirer son plaidoyer de culpabilité, ce qui fut accepté.

Les tractations insidieuses de la justice
On se demande parfois pourquoi les procès au criminel durent si longtemps ! On a l’impression que les procédures sont compliquées et se multiplient à l’infini. Les avocats invoquent de plus en plus souvent la notion de non-responsabilité criminelle, des experts réputés défilent avec leurs théories, souvent opposées, si bien qu’au bout du compte, la notion de culpabilité semble extrêmement complexe à débattre.

Me Giauque de son côté a clairement dit que la Couronne est souvent attaquée avant même de débuter un procès. Les avocats de la Défense complexifient les procédures en les attaquant de non-livraison d’informations ou d’autres raisons, si bien que l’énergie est d’abord mise sur la défense que la Couronne doit faire de son bon fonctionnement, ce qui étire les délais. C’est un peu gênant.

C’est peut-être ce qui se passe dans l’affaire SharQc contre les motards où 31 présumés coupables Hells Angels ont obtenu une victoire par la Cour Suprême en 2014 et n’auront pas à subir de procès. La raison : pour cause de longueur de procédures. En 2011, le juge James Brunto de la Cour Supérieure du Québec ordonnait l’arrêt des procédures prononcées en faveur de ces 31 personnes parce que la longueur anticipée des procédures allait causer préjudice aux accusés qui avaient le droit d’obtenir un procès dans un délai raisonnable. Il faut préciser que ces personnes n’étaient pas accusés de complots de meurtres mais d’autres méfaits contrairement à d’autres accusés.

Un parcours de vie original
J’aime bien le parcours de vie de Me Madeleine Giauque qui a vraiment commencé au bas de l’échelle. Châtelaine saluait sa nomination en décembre dernier et insérait un texte sur son cheminement.

Voici un passage sur l’évolution de la carrière de cette leader née.

« Les chemins faciles, très peu pour Maître Giauque. Devenue mère à 17 ans, elle s’est retrouvée chef de famille l’année suivante. Elle a travaillé pendant 10 ans comme secrétaire dans un bureau d’avocats avant de s’avouer qu’elle avait envie d’autre chose.

Elle dit : « J’ai passé ma jeunesse à dire “ Ce n’est pas juste, ce n’est pas juste ” chaque fois que quelque chose me semblait inéquitable. Alors, j’ai décidé d’aller m’inscrire en droit. » Elle a mis deux ans et demi à terminer la première année du bac. « Il fallait bien que cet enfant mange ! dit-elle. J’étudiais à temps partiel en travaillant à temps plein. » Puis, elle a terminé ses études à plein temps tout en faisant des travaux de secrétariat à temps partiel. Quand elle a finalement été admise au Barreau, elle avait 35 ans.

Très tôt, elle a choisi le droit criminel et s’est retrouvée, dès le début de sa carrière, dans des causes de trafic de drogue. « Je rêve d’un monde où les gens seraient en sécurité, dit-elle. Je voudrais que les enfants puissent se promener dans la rue sans danger. Qu’une femme puisse rentrer chez elle à deux heures du matin sans avoir peur. Et puis, j’aime le droit complexe. »

Conclusion
Depuis quelques années, a expliqué l’ex Procureure en Chef, le crime s’est beaucoup organisé et fonctionne en réseau. Entre les divers groupes, il y a soutien.

Même si Me Giauque croit qu’on ne pourra jamais enrayer le crime parce que la nature humaine est ce qu’elle est et qu’il y aura toujours des personnes qui veulent avoir le pouvoir sur d’autres, la soif de l’argent, la dureté, elle croit en ce qu’elle fait et veut servir la communauté pour lui permettre de vivre dans un environnement plus sain et sécuritaire.

Saluons l’arrivée de cette femme à la tête de la nouvelle entité des enquêtes indépendantes. Une femme d’exception pourrait faire la différence.

Nomination de Madeleine Giauque

Parcours de Me Glauque

 

avatar

Carolle Anne Dessureault

Née au Québec, Carolle Anne Dessureault a occupé plusieurs postes en administration, dont celui de vice-présidente dans un parc technologique de la province. Elle est auteure de plusieurs ouvrages. Médaillée d'argent en art oratoire chez Toast Masters, elle a donné des centaines de conférences sur le bien-être intérieur. Elle a voyagé dans une trentaine de pays. Elle croit profondément dans l'épanouissement de la personne par la pratique de l'attention vigilante : la pleine conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *