Wade Belak, DSK, Sarkozy… s’amuser comme des fous

 
 

 
Aujourd’hui, 4 septembre 2011, C’est la rentrée. Funérailles de Wade Belak, hockeyeur américain de 35 ans qui s’est suicidé la semaine dernière. Nos condoléances à ses parents et amis. Le rôle de Wade, quand il jouait au hockey, était de casser la gueule de ses adversaires, mais ce n’était pas un mauvais bougre. C’est ce que son équipe le payait pour faire et c’est ce que ses fans payaient pour voir. Mettre des rondelles dans un filet est un prétexte. Un bon match de hockey est surtout un spectacle de cassages de gueules. On s’y amuse comme des fous.

Aujourd’hui 4 septembre 2011, on annonce que DSK est à Paris, Place des Vosges, un peu comme on annonçait jadis que Bonaparte retour d’Elbe était à Saint-Cloud. Il arrive ! On va voir ce qu’on va voir ! Viols, pas viols, on attend surtout de lui qu’il pourfende ses ennemis. On va bien s’amuser.

Pendant ce temps, le Roi Nicolas s’amuse aussi. Il reçoit l’hommage-lige des étranges hurluberlus qu’il a mis comme vassaux sur les marches du trône de son futur fief en Libye, ainsi que les compliments de ses cousins, les autres Princes d’Occident.

Victoire et jubilation. « Exultez ! On les a noyé, les Bicous, », comme chante Otello, pendant qu’on devine dans l’ombre un Iago à col échancré qui ricane. On a détruit, on a tué, on pille tous les jours en Libye et le pétrole coulera a flot. Il ne manque que Mouammar, chargé de chaînes, courant derrière le char du triomphateur sur les Champs Élysées et il n’est pas dit qu’on ne l’aura pas. On s’amuse bien.

Il y a une demande insatiable pour la violence. Dans une économie de marché, c’est le produit le plus porteur. On a dit longtemps que l’humain ne voulait rien tant que l’amour et ne se battait qu’à son corps défendant. Foutaise ! Comme tout être vivant, l’humain ne survit qu’en détruisant une autre vie dont il se nourrit. Ses gènes le savent et ne le laissent pas l’oublier. Il AIME la violence.

Comme leurs gènes et leurs hormones ne laissent pas les poètes ni les chantres de l’amour courtois, oublier que le moment de vérité, le geste fondamental de l’amour, c’est la pénétration du coït, qui est un indéniable geste d’agression. On s’amuse dans la violence. On ADORE la violence. On s’amuse comme des fous.

Comme des fous. Et encore… Dire que la violence est une folie, c’est une concession à l’éthique qu’on s’est bâtie pour se voir beau, comme on s’aime, mais cette image plaisante, ce reflet délicat, n’existe que si quelque chose de plus rustre en nous qui lui a servi d’ébauche a d’abord survécu. Survécu grâce à cette violence que maintenant on dit « folle », mais qui a été au départ d’une implacable logique.

Grégarité, société, civilisation… Quand la désapprobation des autres – et les peines qui peuvent en découler – deviennent plus dissuasives que ne nous motivent les plaisirs primaires que nous offre la nature, on se contrôle. Ainsi, beaucoup de femmes de chambre guinéennes ne sont jamais violées… Mais la nature n’est jamais loin ; notre société n’échappe pas tant à la violence qu’elle lui trouve des excuses ou des substituts et qu’elle en confie la réalisation à un gladiateur de service tout en gardant la satisfaction au spectateur

Le sport en est le cas emblématique. La boxe est celui des sports qui semble le plus violent, mais l’aveu de l’intention impose une certaine retenue. Cette retenue disparaît dans les sports d’équipes – hockey et football américain surtout – où les débordements peuvent paraître involontaires ; c’est alors que la violence peut être vraiment désirée et encouragée.

De concussions en commotions cérébrales, on a vu un hockeyeur de 21 ans avoir le cerveau en bouilli d’un vieil alzheimer.. et trois (3) qui avaient le même rôle que Belak se sont suicidés depuis quelques semaines. Dur,le hockey.

Dur le hockey, mais une autre violence peut-être voulue avec plus d’hypocrisie et être encore plus incontournable, dans les sports où c’est le temps qui est le défi. La course automobile, par exemple, où on joue sa vie pour un centième de seconde. Et il y a encore pire que les courses, où l’autre à vos côtés crée encore un bon sens de consensus ; il y a les sports où il n’y a que le chronometre et vous et où c’est vous qui choisissez de transgresser vos limites. Il y a enfin le fin du fin, la luge où, en décidant du tracé, on peut décider de la probabilité que vous y surviviez ou pas. Ave spectator !

Il y a aussi le jeu politique. À mesure que le citoyen a pris conscience de la similitude entre les gestes que posent les gouvernements élus quels qu’ils soient, le débat politique est devenu aussi un sport extrême. L’impact sur la vie quotidienne d’un virage de Gauche à Droite ou l’inverse étant négligeable, c’est le sentiment d’appartenance qui seul importe au supporter, comme on était Vert ou Bleu à Byzance.

Il n’y a plus débat, mais combat et on a répondu à la demande pour la violence en prolongeant le processus électoral qui est en fait un calendrier de rencontres menant à un match-scrutin périodique de championnat. Aux USA, avec des élections législatives aux deux (2) ans, jointes une fois sur deux à une présidentielle, les campagnes électorales sont permanentes, interrompues seulement brièvement pour quelques semaines pour permettre aux élus de prendre acte des résultats et mettre à jour leurs stratégies de cueillette de fonds. La gouvernance est déléguée aux fonctionnaires, la notion de service public est nulle. La violence est totale.

Au delà du sport et de la politique ? Il y a la guerre. Pas les guerres d’antan, quand deux antagonistes jouaient leu va-tout, mais des petites guerres que font les Grands chez les Petits. Pour se donner de l’argent et des contrats, bien sûr, mais ça, on pourrait le faire autrement. On fait les guerres surtout pour le plaisir. Le plaisir de la violence.

Violence immédiate des Blackwaters et autres mercenaires sur le terrain, mais violence aussi, plus sadique et plus dévastatrice, de ceux qui la font dans les États-majors et les Conseils d’administration. Celle surtout vicariale et perverse des Quidam Lambda, glués à l’écran du 20 heures, pour voir bombarder des civils ou regarder des lignes de fronts se déplacer selon l’imagination des commentateurs dans le cadre des instructions qu’ils ont reçues du Pouvoir.

La violence est partout. Bien sûr, il y a des gens pour écouter de la musique, réciter des mantras, bouffer des champignons magiques ou autrement tenter d’échapper à ce désir de violence, à cette affirmation sur l’autre d’une supériorité dérisoire pour se cacher un peu l’infériorité essentielle qui est celle de la condition humaine…

Il y en a, mais ces gens sont bien peu nombreux, face à la multitude de ceux qui ne s’amusent que comme des fous, dans la confrontation et la violence…

Aujourd’hui, c’est la « rentrée ». Wade Belak n’est plus là, mais Strauss-Kahn oui, Sarkozy aussi et des millions d’autres gladiateurs vont entre dans l’arène, comme l’an dernier, comme l’an prochain… Tous fanas de la violence, bien décidés à ajouter au sable « un peu de sang, pour faire une peu de boue… ». Souhaitons-nous un peu de paix.

Pierre JC Allard

3 pensées sur “Wade Belak, DSK, Sarkozy… s’amuser comme des fous

  • avatar
    5 septembre 2011 à 7 07 55 09559
    Permalink

    Le lâche soulagement qui a suivi l’abandon du procès pénal américain à l’encontre de DSK laisse pantois. La connivence du monde politico-médiatique français avec l’ancien-futur Président laisse un goût amer dans la bouche, proche de la nausée tout de même. Il serait donc «blanchi» car, bien sûr, on n’ose tout de même pas dire qu’il été acquitté. Mais les commentaires font comme ci.

    Pour être blanchi, il faut un procès. De procès au pénal il n’y aura pas ; c’est maintenant certain. Mais cette victoire des avocats de la défense n’est pas une victoire sur le fond de l’affaire. Dsk, injustement malmené par la procédure américaine et sa médiatisation, bénéficie en fait d’une procédure très favorable à l’accusé.

    DSK pas blanchi

    Très peu de procédures vont à leur terme aux USA. Soit il y a un accord à l’amiable, soit le procureur renonce. En l’occurrence, il renonce. Non pas parce qu’il croit en l’innocence de l’ancien directeur du Fmi, mais parce que, au regard d’un verdict qui doit être rendu à l’unanimité, il craint que la plaignante ne soit pas assez convaincante.

    Cette dernière, immigrée, a menti pour vivre aux USA et elle s’est contredite sur les versions de ce qui s’est passé dans la chambre. Elle ne serait donc pas, face à un jury, suffisamment crédible pour obtenir l’indispensable unanimité pour un verdict de culpabilité.

    Le temps des amis

    La Gauche se félicite donc d’une décision provoquée par le comportement d’une immigrée qui aurait menti sur un viol, motif de son asile politique, pour ne pas être clandestine. Le silence des associations anti-racistes, de nombreuses féministes et des amis des clandestins, qui ne disent mots, où presque, pour ne pas gêner la cause de l’icône socialiste, est révélatrice d’une condamnable hypocrisie. Tous les immigrés sont formidables, sauf madame Diallo.

    Pauvre monsieur Sinclair

    On ne sait pas ce qui s’est passé dans la chambre, mais il s’est passé quelque chose « d’inapproprié » selon le mot amusant d’un des avocats de DSK. Cela nécessiterait plus de pudeur et moins d’arrogante satisfaction. Les sourires en coin du couple DSK-Sinclair sont déplacés et prématurés. Car il reste, aux USA, le procès au civil et l’affaire Banon en France.

    Avec Nafissatou Diallo : quelque chose d’inapproprié pour les avocats de DSK !

    Rien n’est terminé, sauf les ambitions présidentielles de DSK, ou plutôt d’Anne Sinclair si l’on en croit un ouvrage bâclé, mais révélateur, »Madame DSK, un destin brisé ». En fait de « madame DSK », le titre aurait du être « monsieur Sinclair », car c’est elle qui avait l’ambition et les moyens.

    Certains affirment qu’il va payer, non pas son nouveau faux pas, mais les conséquences définitives de celui-ci. Car il est fini ; une intelligence réelle détruite par des pulsions. Un gâchis dont il est à la fois responsable et coupable. Viol ou pas, il y a bien eu acte sexuel, sans doute précipité, et plus si non affinité.

    M Rocard :DSK : un malade qui ne sait résister à ses pulsions

    DSK : ET EN PLUS, ILS SONT CONTENTS
    L’incroyable satisfaction des amis de DSK

    Il n’y a pas eu de complots. L’homme a eu des « emmerdements qui lui ressemblent ». Il est tombé du côté où il penche depuis longtemps ; ce que tout le monde savait.

    Les complices d’une omerta sexuelle, pour causes d’ambitions politiques, n’ont aucune raison de se réjouir d’une procédure inaboutie. DSK est discrédité à perpétuité. Finalement, il aura tout de même été condamné, même sans procès au pénal américain.
    http://metamag.fr/metamag-365-DSK—et-en-plus–ils-sont-contents-L%E2%80%99incroyable-satisfaction-des-amis-de-DSK.html

    Répondre
  • Ping : Le cirque continue et l’oligarchie s’amuse… « Resistance71 Blog

  • avatar
    6 septembre 2011 à 8 08 18 09189
    Permalink

    Cher maître Allard,

     » Mettre des rondelles dans un filet est un prétexte.  »

    « Comme leurs gènes et leurs hormones ne laissent pas les poètes ni les chantres de l’amour courtois, oublier que le moment de vérité, le geste fondamental de l’amour, c’est la pénétration du coït, qui est un indéniable geste d’agression. On s’amuse dans la violence. On ADORE la violence. On s’amuse comme des fous. »

    Il y en a pour les deux genres.

    Symboliquement, les gladiateurs du hockey et du football, et des courses de « chars » sont des spermatozoïdes se dirigeant vers « le but « , l’ovule.

    « Le but », symboliquement, c’est la femme, l’ovule qui appelle le coït d’où la jouissance mutuelle pour la rondelle ou le ballon qui pénètre entre les POTEAUX de « l’enclave »

    Tout n’est que mise en scène des gènes.

    Comment échapper à nos gènes ?

    Cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *