Y a-t-il une épidémie de suicide chez France Télécom?

Raymond Viger Dossier Suicide

En 18 mois, ce sont 23 employés de France Télécom qui se sont suicidés. Y a-t-il une épidémie? France Télécom traite-t-il adéquatement ses employés? Que doit-on envisager pour enrayer la situation?

Dans la nuit du 13 au 14 juillet 2009, Michel, architecte pour France Télécom se suicide et laisse une lettre sur ses motivations:

Je suis devenu une épave, il vaut mieux en finir. Je me suicide à cause de mon travail à France Télécom. C’est la seule cause… l’urgence permanente, la surcharge de travail, l’absence de formation, management par la terreur

Réaction de Denis Capdevielle pour France Télécom, juillet 2009:

Un « espace écoute » composé d’un médecin, d’une assistante sociale et de deux psychologues a été mis en place et une enquête interne auprès des membres du service concerné a été décidée. Le but est de trouver les faits concrets qui l’ont poussé à bout et de les prévenir pour que cela ne se reproduise plus.

Du côté de la direction, Mireille Le Van poursuit, juillet 2009:

Nos programmes de formation ont été musclés. Des espaces écoute sont disponibles depuis deux ans  Maintenant, on laisse l’unité « réseau » y travailler pour déceler les risques psycho-sociaux.

Suite au 23e suicide chez France Télécom le PDG Didier Lombard affirme le 15 septembre 2009 que, face aux suicides:

La première urgence c’est d’arriver à contrôler et à arrêter le phénomène de contagion et casser le mouvement de spirale infernale… mise en place d’une ligne avec un numéro vert qui débouche sur des psychologues extérieurs à l’entreprise…

Et après quoi? Au 24e suicide on va encore nous dire qu’on a un « espace écoute », des psychologues extérieurs… On aurait pu intervertir les réponses de juillet et de septembre et on en serait encore au même résultat.

Postvention

Et si on parlait d’un principe de base quand on pense être face à un cas d’épidémie? La postvention. Sans donner un cours complet, je vais tenter de vulgariser. Dans un milieu comme l’école ou le travail, le suicide d’un proche peut avoir un effet d’entraînement sur les proches. Les émotions que l’on subit, l’état de choc, de consternation… doivent être évacuées. Des intervenants rencontrent les différentes équipes de travail pour aider les collègues à ventiler leurs émotions. Plusieurs personnes pensent qu’ils sont plus forts, que les événements ne les affecteront pas. Les rencontres de groupe peuvent aider ces personnes à s’ouvrir pour ventiler une partie de leurs émotions. Il faut être pro-actif et aller au devant des gens qui ont subi le stress d’un proche. Une ligne téléphonique au cas où quelqu’un vivrait quelque chose n’est pas suffisant. La postvention est un processus actif pour aider les gens à faire leur deuil.

Pour certains, les rencontres avec les groupes de travail seront suffisant pour leur permettre de développer leur réseau d’aide. Pour d’autres, ils auront besoin de rencontres individuelles.

Est-ce que je considère que d’avoir une ligne téléphonique pour rejoindre un psychologue en dehors de l’entreprise est suffisant? Vraiment pas.

Pour avoir travaillé avec le système français et québécois, je considère qu’au Québec notre intervention auprès de personnes suicidaires est en très grande avance sur celui du système français.

Une épidémie de suicide?

Il faut regarder globalement la problématique. France Télécom, c’est 190 000 employés dans le monde, 106 000 en France. 23 suicides sur 18 mois, c’est une moyenne de 15 par année. 15 suicides pour 190 000 employés, cela donne un taux de suicide 7,9 suicides par 100 000 de population pour l’ensemble des employés de France Télécom. 14,1 suicides par 100 000 de population pour les seuls employés de la France (en supposant que les 23 suicides sont tous des employés français!).

Pour la France, le taux de suicide, selon les différentes littératures et selon les années, varient entre 15 et 30 suicides par 100 000 de population. Dans tous les cas, des taux supérieurs à ceux de France Télécom! Au Québec, en 2001, le taux était de 19,1 suicide par 100 000 de population.

Les taux de suicide chez France Télécom sont donc moindre que ceux de la France et du Québec. Pouvons-nous donner l’absolution à France Télécom? Pas encore. Il faut aussi considérer que pour une population globale, il y a des personnes toxicomanes, qui ont des troubles de santé mentale, des gens qui passent par des extrêmes de pauvreté, des pertes d’emploi… Pourtant des employés qui font carrière chez France Télécom devraient être heureux d’avoir un emploi et une stabilité financière. Et bien non. C’est là que leur responsabilité d’employeur, de bon père de famille est questionné. Leur travail n’est pas le milieu sécurisant et stable qu’un employé a le droit d’avoir. Parce que les dettes et les restructurations de France Télécom ne devraient pas se régler sur le dos des employés.

Dans mes nombreuses interventions auprès de personnes suicidaires françaises, on me mentionnent qu’il faut payer pour avoir accès à certaines lignes d’appel pour le suicide. Pouvez-vous imaginer qu’au Québec on fasse payer les gens qui utilisent les lignes d’écoute? D’autres ont mentionné qu’après une tentative de suicide, ils se retrouvent dans des hôpitaux psychiatriques et qu’aucun suivi n’est fait, aucun service ne leur est offert. Ils sont remis « en liberté » jusqu’à la prochaine tentative de suicide. Sur ce point, on est peut-être un peu mieux au Québec, mais cela nous arrive trop souvent.

Ressources:

Pour le Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Site Internet. Les CLSC peuvent aussi vous aider.

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. SOS Suicide: 0 825 120 354   SOS Amitié: 0 820 066 056.

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

La Suisse: Stop Suicide.

Autres textes sur le Suicide:

Suicide d’un ami

Processus suicidaire

Suicide de notre enfant

Suicide des personnes âgées: une tentative pour ne plus souffrir

Intervenir sans faire une dépression

VIH, Sida, homosexualité et suicide

Le suicide au Cégep

Le suicide dans les prisons françaises

Impact des medias sur le suicide, les tueries et les drames familiaux

Ensemble pour vaincre le suicide

Quand le Casino mène au pont Jacques-Cartier

Guide d’intervention de crise auprès d’une personne suicidaire

Une pensée sur “Y a-t-il une épidémie de suicide chez France Télécom?

  • avatar
    19 septembre 2009 à 7 07 16 09169
    Permalink

    1 suicide est un suicide de trop,j’ai déjà entendu dire que si l’individu suicidaire prenait dix secondes de plus,il ne commetterais pas l’irréparable.
    Hélas dix secondes peut sembler une éternité pour un individu en difficulté quel que soit sa problématique.
    Je déplore toutefois,malgré les STATISTIQUES,le délai d’intervention de France télécom,et sa façon extérieur d’intervenir.
    Les cies nous charges de plus en plus de travailles,et ce n’est surement pas pour nos interets,et si on ne performe pas et bien il y aura toujours un autre « stryker » pour prendre notre place,généralement ils ne se genent pas pour nous le dire.
    Quelle monde de fou.
    C’est bien M.Viger votre intéret pour les éclopés de la vie.

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2009 à 8 08 33 09339
    Permalink

    Merci Alain pour votre commentaire.

    Ce que vous mentionnez pour le suicide est exact. Parfois, le hasard d’un simple coup de téléphone distrait le suicidaire pour qu’il ne passse pas à l’acte. Il demeure cependant vulnérable et fragile. Une sorte de bombe à retardement qui attend une autre occasion.

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2009 à 8 08 43 09439
    Permalink

    Si on se fie aux statistiques, il n’y a pas vraiment de quoi s’alarmer. Il s’agit plutôt de savoir si un taux de suicide de 7,9 sur 100,000 pour une compagnie qui est réputée pour bien traiter ses employés est normal.
    A-t-on des chiffres sur d’autres compagnies de même taille, histoire de comparer ?
    Si 15 suicides sur 100,000 est la norme en France, on est tenté de conclure que France Télécom est un endroit deux fois meilleur pour y vivre sans idée de suicide….

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2009 à 14 02 48 09489
    Permalink

    Bonjour Garamond.

    Je n’ai pas trouvé de chiffres sur d’autres entreprises. Cependant, si vous prenez Toyota qui a 316 000 employés, avec le taux de suicide de France Télécom, il devrait avoir 25 suicides par années ou encore GM avec 266 000 employés devraient en avoir 21 par années! Si c’était le cas, les syndicats auraient réagit et les médias en aurait parlé.

    Répondre
  • avatar
    20 septembre 2009 à 11 11 14 09149
    Permalink

    Un être humain n’est pas et ne sera jamais une « statistique ». Une seule et unique perte de vie est intolérable, dramatique. Peut-être que les dirrigeants de l’entreprise se disent eux aussi qu’après tout, il s’agit d’un taux statistiquement fort « acceptable », et dès lors se contenteront d’adopter certaines mesures pour la forme, pour préserver l’image…Mais qu’en est-il du fond du problème?

    Je crois qu’une personne est tellement plus que son travail. Malheureusement, certains individus en viennent à croire, pour un certain nombre de raisons, que leur travail c’est toute leur vie! Je pense à ces jeunes étudiants qui s’enlèvent la vie au moment où ils réalisent qu’ils n’obtiendront pas la note de passage qui leur aurait permis d’accéder au niveau supérieur.

    Avez-vous visionné ce film français dans lequel un cadre d’entreprise, licencié par une firme, décide d’éliminer tout simplement d’autres cadres qui comme lui ont postulé à un autre emploi dans le même secteur d’activité? Il ne s’est pas suicidé…il a tout simplement choisi d’en éliminer quelques-uns! Pourquoi? Parce que dans son esprit,  » toute sa vie » reposait sur son travail, comme toute la vie de nombre d’étudiants/tes, repose sur leurs notes scolaires…Est-ce normal, souhaitable?

    Vous pensez probablement que je mêle la fiction à la réalité en établissant ce parallèle…mais « s’imaginer » que l’entièreté de ce que nous sommes se résume à ce que nous faisons ou possédons ne relève-t-il pas de l’illusion?

    Qu’en est-il alors de la réalité? À mon avis, étant donné que nous vivons dans une société ultra-matérialiste, les individus en sont réduits à produire avec une « obligation » de rendement et de résultat. Collectivement, nous acceptons cette réalité et nous devons être prêts à en accepter les implications.

    Nous sommes donc devenus des petits hamsters enfermés dans une cage à performance, la roue ne devant absolument pas cesser de tourner, alors nous courons, courons, courons sans arrêt car si nous avons le malheur de ralentir…nous allons être remplacés par un lièvre de la campagne, une souris diplômée, un écureuil déluré ou un rat affamé!

    Cette réalité change au moment où notre conscience s’éveille, nos valeurs et priorités changent. Nous pouvons alors décider de sortir de notre cage en acceptant lucidement le résultat de notre choix.

    Répondre
  • avatar
    20 septembre 2009 à 12 12 40 09409
    Permalink

    Daniel Charette,lorsque vous parlez d’illusion je suis 100% d’accord avec vous.
    Mais n’est-ce pas cela qu’ils désires,que nous vivions dans l’illusion.
    Le cercle familliale en piteux états,l’hyper sexualitation de nos jeunes,la féminisation du mâle(ceci est mon opinion) et bien d’autres choses que j’énumererées pas,peut on espérer une société productive de cette échec,je ne pense pas.
    Lorsque nous pensons que nous ne sommes qu’une simple brindille d’herbe parmis des millions d’autres brindille d’herbe,où bien la philosophie du plus fort gagne.
    Nos jeunes sont remplis de peur,ils doivent s’organiser ensemble et pas toujours de façon saine pour pouvoir, encore dans l’illusion, les vaincres.
    Il est normal aujourd’hui qu’à 14 ans qu’une jeunes adolescente ne sois plus vierge,n’est-ce pas de l’illusion.
    Beaucoup de parents sont absent,manque de temps et aussi car il sont aussi malade que leur jeunes.
    J’attends avec impatience la venu d’un nouvel ordre mondial,(mais pas celui dont vous attendez parler abondemment),ou la justice,l’amour et la paix prévaudront sur toute autres illusions.

    Répondre
  • avatar
    20 septembre 2009 à 13 01 43 09439
    Permalink

    L’amour, la justice et la paix se trouvent au coeur de chaque être vivant. Mais nous sommes constamment tirés hors de nous-mêmes par le pouvoir de l’illusion et après l’illusion survient la désillusion et trop souvent le dépérissement et puis la mort.

    Le secret, apprendre à me pardonner, rester autant que faire se peut au niveau du coeur, y revenir le plus souvent possible pour y rester le plus longtemps possible. Éliminer l’accessoire, me concentrer sur l’essentiel. Regarder autour de moi aussi en essayant de venir en aide à mes semblables.

    La vie est un immense buffet, il y a du chaud et du froid, toutes sortes de mets. À chacun/e de nous de choisir ce qui lui convient et de laisser là ce qui ne nous convient pas. Mais pour moi dans la vie, ultimement, l’important n’est pas tellement ce que j’y prends mais ce que j’y mets!

    Répondre
  • avatar
    23 septembre 2009 à 6 06 35 09359
    Permalink

    Merci en effet, M. Viger de parler de cette situation incompréhensible à mes yeux.

    Comment se fait il que la santé publique ne s’intéresse pas À Francetelecom.
    Je sais bien que nous ne sommes pas des statistiques mais dans ce contexte il faut s’en servir et s’en servir fort.

    Imaginez ce taux transposé dans la population générale ???

    Mais que diable se passe-t-il dans cette compagnie ? Les autres doivent bien parler, non ?
    Et les fameux syndicats en France qui mettent tout le monde en grève pour un oui et un non, au publique . Qu’en est il là ?

    Cela fait des semaines que je me questionne.

    En savez vous plus ?

    Répondre
  • avatar
    23 septembre 2009 à 7 07 09 09099
    Permalink

    Est ce que j’ai mal compris ?
    Est ce que le taux dans la polupation en France est plus élevé ?
    18 à 30 selon les sources ? C’est quoi, cette grande variabilité ?

    Mais il me semble qu’il ne faut pas faire cette comparaison là mais bel et bien bien conparer entre entreprises de même taille si on veut mettre en cause la compagnie, alors, non ?

    Je ne suis pas surprise du tout que le postvention et suivis psychologique en France dans des contextes de problèmes de santé mentale est bien disproportionné, en qualité et en quantité par rapport à ici.

    C’est un énorme problème . Les vieilles idées par rapport à la souffrance psychologique et les maladies versus la santé mentale y sont encore profondément ancrées.
    C’est triste mais bien réel.
    J’imagine que cela fera son chemin masi la route est longue et la psychiatrie puissante.

    Répondre
  • avatar
    23 septembre 2009 à 7 07 51 09519
    Permalink

    Ce qui est particulier à cette vague de suicides chez France Télécom, c’est que la motivation a été très largement majoritairement d’origine professionnelles pour ces personnes.

    Les deux derniers suicides furent particulièrement spectaculaires, un jeune homme s’est poignardé le ventre en pleine réunion de travail, une jeune femme de 32 ans s’est jetée d’une fenêtre de son bureau.

    Il semble que d’après les employés et les syndicats, les conditions actuelles de pression professionnelles sont accrues ces derniers mois, et qu’elles ne soient pas du tout étrangères à ces vagues de suicides.

    La question est pourquoi il a fallut attendre presque 24 morts pour que l’Etat commence à s’en inquiéter un peu plus. Et ce n’est pas avec une ligne téléphonique d’appels gratuits ( dans une entreprise de télécommunications, ça serait le comble que cela soit payant !) qu’on résoudra cette situation. A aucun moment les responsables DRH ou les supérieurs des personnes en question ne semblent remises en cause par l’Etat.

    C’est cela que je trouve questionnant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *