À propos des procès et de la détention de Lula au Brésil

Par Courant Socialiste des Travailleurs – La tendance fondatrice du PSOL (Brésil). Le 05.04.2018. Sur  www.les7duquebec.com


 

1- Le 4 avril, l’STF (Tribunal suprême fédéral) a refusé l’Habeas corpus à l’ancien président Lula. Aujourd’hui, le juge Sergio Moro a ordonné la détention de l’ancien président Lula et lui a ordonné de comparaître à la fin de l’aprés-midi de vendredi à Curitiba.

Contrairement à ce que le PT, le PCdoB et les Lulistes expliquent, nous ne sommes pas confrontés à un « État d’urgence », à un « coup d’État de droite » ou à une offensive fasciste. Lula a été condamné pour corruption par les institutions de la démocratie bourgeoise qu’il a défendue. Il a perdu le vote au STF, qui est composé d’une majorité de ministres nommés par leurs gouvernements « démocratiques et populaires ».

 

2- Ces dernières années, selon les propres termes de Lula, le PT est dans une « impasse ». C’est ce qui s’est passé après avoir gouverné avec les mêmes trames corrompues de Sarney, FHC, Collor et PSDB, au service des banquiers, des industriels et de l’agro-industrie. En s’alliant stratégiquement avec le PMDB, le PR, le PP, les oligarchies comme celle de Renan et d’autres acronymes conservateurs de droite, le PT s’est enlisé dans le bourbier de la corruption. Dans le congrès national, il a parié sur la caisse d’affaires des voyous, en créant le mensualón (scandale de corruption pour le paiement mensuel en noir aux députés) pour approuver des mesures contre les travailleurs, comme la réforme du système de retraite. Par le biais de la « gouvernance physiologique », il a favorisé les entrepreneurs et élargi les réseaux illicites qui existaient déjà depuis la dictature militaire et les gouvernements Collor et FHC, ce qui est évident à Petrobras. Lors des élections, il a financé les campagnes électorales, la plupart d’entre eux étant des millionnaires, par des entreprises privées. Ainsi, le PT a changé de camp et plusieurs de ses dirigeants se sont enrichis par la corruption, ce qui n’était auparavant que le cas de l’ancienne droite (dans les années 1990, le PT s’est défini lui-même comme le parti de « l’éthique en politique »).

 

Récemment, plusieurs dirigeants du PT ont été jugés et condamnés pour avoir dirigé des réseaux de corruption. La faillite du PT est telle que Lula a défendu Temer et il l’a récompensé pour ce geste en défendant Lula, dans une protection mutuelle contre les dénonciations de corruption qui les affectent tous les deux. Lula a également défendu Delfín Neto (ancien ministre de la dictature) et Sergio Cabral (ancien gouverneur de Rio avec lequel le PT a gouverné). C’est pourquoi nous croyons  que c’est une erreur que des secteurs de gauche, tels que le PSOL et le MTST, qui, sous prétexte de « défendre la démocratie« , participent à des actes électoraux pour défendre Lula. Nous ne  convoquons ni n’apparaissons pas dans ces actes.
.

3- Nous luttons contre le caractère sélectif de l’Opération Lava Jato et du juge Sergio Moro, alors que Michel Temer continue à gouverner le pays, Aécio, Juca et les amis du président restent libres et que ses ministres mafieux restent impunis. Nous répudions le fait que l’STF veut abroger les peines des prisons de seconde instance afin de libérer les politiciens et les hommes d’affaires corrompus, camouflant cette stratégie en utilisant la situation dramatique des jeunes noirs et pauvres qui sont enfermés dans les prisons brésiliennes. Nous sommes contre les entreprises mafieuses et les entrepreneurs qui bénéficient d’un processus lent de détermination des pénalités et contre les accords qui réduisent leur peine.

 

4 – Nous dénonçons l’hypocrisie de Bolsonaro, de la MBL, du Vem Pra Rúa, du général de l’armée, de Dória et du journal « Estadão« . Ce secteur des patrons n’a pas de morale à proprement parler, car la racine de la corruption se trouve dans les entreprises capitalistes qu’ils défendent. Ils soutiennent le gouvernement corrompu de Temer, protègent la corruption du PSDB, défendent les mafias comme Aécio Neves’. Nous rejetons le fait que les militaires parlent de  » défense de la Constitution  » et d' » impunité « , alors qu’après le coup d’État de 1964 et la dictature, aucun des militaires corrompus ou tortionnaires n’a été tenu responsable de ses crimes, en garantissant leur impunité en vertu de la loi d’amnistie.

 

5- Il n’y aura de justice qu’avec la punition de tous les corrompus, politiciens et hommes d’affaires, qu’ils soient PMDB, PSDB, DEM, PP ou PT. Ce ne sera pas le cas avec les dirigeants, les parlementaires ou les juges actuels. Cela n’arrivera que si des millions de personnes descendent dans la rue, comme en juin 2013 ou lors de la grève générale de 2017, en exigeant l’emprisonnement et la confiscation des biens des politiciens et des hommes d’affaires corrompus, la nationalisation des entreprises impliquées dans les stratagèmes mafieux. S’il y a une mobilisation efficace pour Dehors Temer et tous les corrompus. Une lutte qui doit être combinée avec une mobilisation pour de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail, l’éducation, la santé, le soutien aux grèves, les campagnes salariales. Nous devons reprendre la lutte unifiée dans les rues pour Marielli et Anderson, pour exiger une enquête approfondie, un procès et la condamnation des meurtriers.

 

Nous comprenons que ce devrait être le rôle des partis de gauche, tels que le PSOL, les syndicats et les centrales syndicales, le mouvement d’étudiants et populaire.

 

Le 04.05.2018.   Courant Socialiste des Travailleurs – La tendance fondatrice du PSOL

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétaire depuis 40 années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *