AU NOM DE QUOI ? Israël critique la décision de la Suède de reconnaître l’État de Palestine

Stefan Löfven

Un oeil sur … les conflits
Allain Jules :

Derrière un faux discours de paix et de volonté de voir deux Etats, à la moindre critique ou décision des pays souverains, Israël crie au loup. Cette fois-ci, le pays a critiqué la décision du nouveau Premier ministre suédois Stefan Löfven de reconnaître « l’Etat de Palestine », une première pour un pays occidental membre de l’Union européenne. En effet, il y a comme une grosse hypocrisie doublée d’un silence assourdissant en Occident chaque fois que les droits des Palestiniens sont bafoués, et une odeur de soufre à la moindre critique d’Israël assimilée ipsos facto à de l’antisémitisme, vaste fumisterie et déni de la justice… 

« Le chef de la diplomatie Avigdor Lieberman a regretté les déclarations hâtives faites par le nouveau Premier ministre sur une reconnaissance par la Suède d’un Etat palestinien, avant même apparemment qu’il n’ait eu le temps d’étudier la question en profondeur », a réagi le bureau de M. Lieberman, dont le pedigree raciste se passe de commentaire, dans un communiqué. Etudier la question en profondeur ? Qu’est-ce à dire ? Est-ce à dire qu’il faut revenir de façon sempiternel sur des contes épiques et obliger tout le monde à croire à une histoire de 3000 ans ? Soyons sérieux, tout le monde n’est pas habilité à croire en la Bible, qui ne saurait être un plan cadastral, pas plus que le Coran…

« Le Premier ministre Löfven doit comprendre qu’aucune déclaration ou action par une partie externe ne peut se substituer à des négociations directes entre les deux parties » israélienne et palestinienne, a-t-il poursuivi. L’ambassadeur de Suède en Israël, Carl Magnus Nesser, « sera invité à en discuter au ministère des Affaires étrangères ». On aime bien Israël mais là, c’est l’hôpital qui se fout de la charité. Depuis combien d’années durent ces discussions qui n’aboutissent jamais alors que, du côté israélien, la colonisation se poursuit ? Il ne faut pas après être surpris de la sympathie que rencontre le Hamas…

Dans son discours de politique générale vendredi, Stefan Löfven, qui a remporté le mois dernier les élections générales, a indiqué qu' »une solution à deux Etats suppose une reconnaissance mutuelle et la volonté d’une coexistence pacifique. C’est pourquoi la Suède va reconnaître l’État de Palestine ». Qui peut un seul instant douter de cette sincérité et surtout cette vérité que seule la Suède, ose mettre au devant la scène politico-médiatique internationale. Il faut saluer le courage de cet homme, qui sera sans doute brocardé à tort, comme tous ceux qui défende les faibles et disent la vérité, ce que les Etats-Unis ne font pas. C’est donc sans surprise que les Etats-Unis, toute honte bue, ont jugé cette démarche « prématurée ». Au nom de quoi ? C’est ce soutien inconditionnel qui a créé le Hamas…

D’après l' »Autorité palestinienne » -terme que je trouve inapproprié et péjoratif-, ils seraient 134, les pays qui ont reconnu la Palestine comme état, dont sept membres de l’UE: la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, Malte et Chypre. Il faut que tous les pays du monde reconnaissent sans condition la Palestine ! Il y va d’ailleurs de la crédibilité des institutions comme l’ONU…

Une pensée sur “AU NOM DE QUOI ? Israël critique la décision de la Suède de reconnaître l’État de Palestine

  • avatar
    7 octobre 2014 à 8 08 17 101710
    Permalink

    @ Alain Jules

    La vraie question pour ma part serait «Au nom de quoi la Suède reconnaît-elle un État inexistant ? Une autorité palestinienne frauduleuse et capitularde ? Une fumisterie Étatique bourgeoise anti-palestinienne dont les palestiniens eux-mêmes ne veulent pas en l’état ?»

    Cette magouille d’État palestinien de Mahmoud Abbas et du Hamas n’est que flagornerie pour détourner l’attention du prolétariat palestinien de la résistance nécessaire.

    Répondre

Répondre à Robert Bibeau Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *