BOLSONARO (BRÉSIL) MONTRE SES INTENTIONS

Par Nuevo Curso. Le 5.01.2019. Sur Nuevo Curso.

 

 

Le présent article de Nuevo Curso présente de manière très convaincante le positionnement des différentes classes et fractions de classes annoncé par l’élection de Bolsonaro à la présidence du Brésil. Prendre note que nous ne disons pas que l’avènement de Bolsonaro a provoqué cet alignement de concurrents mais que ce positionnement de classes sociales a eu pour conséquence l’élection de Bolsonaro. Les camarades de Nuevo Curso présentent le jeu d’alliance qui se dessine en Amérique latine autour du Brésil comme puissance régionale manoeuvrant habilement entre son important client chinois et son suzerain américain. Prière de faire la concordance entre cet article, où clairement les États-Unis annoncent leur retour en « Amérique d’abord » et notre article où nous annoncions le désengagement progressif des États-Unis du théâtre de guerre du Moyen-Orient dans un processus de « win-win avec l’alliance Chine-Russie ».  Robert Bibeau.  Éditeur. http://www.les7duquebec.com

 

Le monde entier attendait le discours d’inauguration de Bolsonaro lors de son intronisation. Il n’a pas déçu : anticommunisme rassis et promesses de grandeur impériale. Mais au-delà du spectacle et de la grandiloquence, le nouveau président a commencé à gouverner et à montrer son véritable jeu, parfois contradictoire.

 

Après son triomphe au deuxième tour, nous avons avancé que Bolsonaro s’attaquerait immédiatement au système de retraite, combattant ainsi la tentative impopulaire de « réforme » de Temer. Et en effet, c’est comme ça que ça va se passer . Mais si le parlement devait le bloquer, « une équipe de la ministre Guedes a déjà rédigé un projet de loi (mesure provisoire) qui constitue une révision en profondeur du règlement de pension « . C’est-à-dire, réformer le système par décret.

 

Et l’attaque directe contre les travailleurs et leurs conditions ne s’arrête pas là. Un démantèlement massif de la législation du travail est déjà en cours, arguant qu’elles ralentissent l’esprit d’entreprise. Oui, le tout accompagné d’une augmentation du salaire minimum pour que ce que la bourgeoisie est en train de faire dans le monde cet impossible partage «gagnant-gagnant».

 

Bolsonaro commence son mandat par une attaque directe et violente contre les retraites et les conditions de travail. Oui, augmentez le salaire minimum pour faire croire à  un «gagnant-gagnant» inexistant et impossible.

 

Comme nous l’avons souligné lors de son premier triomphe électoral , Bolsonaro est le produit d’une alliance entre la petite bourgeoisie en colère et la vieille classe des propriétaires terriens aujourd’hui transformée  en agro-industrielle.

 

La fin des limites de l’expansion du secteur agroalimentaire en Amazonie a fait l’objet de nombreuses discussions dans le monde entier, avec comme résultat de donner au ministère de l’Agriculture les terres indigènes et mettant à sa tête un « colonel », propriétaire foncier.

 

Mais cela a été encore plus clair dans la politique fiscale, réduisant les impôts de la petite bourgeoisie et en créant de nouveaux pour la bourgeoisie financière de Sao Paulo . Et ne parlons pas de l’appareil d’État dans lequel un ministre a entamé une purge de « PT » – « communistes » et « marxistes culturels » comme il les appelle – et d’un autre qui prétend accorder l’immunité par défaut aux abus de la police.

 

Les premières mesures prises par Bolsonaro ont consisté essentiellement à donner de l’oxygène à la petite bourgeoisie au détriment des travailleurs et des travailleurs, à ouvrir des portes à l’industrie agroalimentaire, à une bouffée de capital financier et à une voie libre de répression.

 

Le fait que la faction de la bourgeoisie qui a élevé et soutenu le mouvement bolonais soit articulée autour de l’agro-industrie avant que la capitale financière et industrielle de São Paulo ne soit également projetée dans cette nouvelle phase de la politique impérialiste brésilienne. L’exemple le plus clair: l’effort pour sauver les ventes en Chine. Parce que, paradoxalement, le Chili et le Brésil – qui s’affirment eux-mêmes comme des alliés préférentiels des États-Unis – ont d’ énormes excédents commerciaux avec le géant asiatique … que ni le cuivre chilien ni l’agro-industrie brésilienne ne peuvent se permettre de perdre.

 

L’objectif déclaré de la relation préférentielle entre Piñera et Bolsonaro est de construire un bloc continental autour du Brésil avec le Chili à la pointe de la lance. La forme: un développement du « bilatéralisme » qui sert l’axe de Santiago-Brasilia pour démanteler le Mercosur. Quelque chose qui ne peut cesser d’inquiéter l’Argentine qui voit comment elle peut perdre les investissements dont elle a désespérément besoin.

 

Les États-Unis sont un autre problème. Le géant du nord envisage avec plaisir la possibilité que Bolsonaro leur soit offert pour récupérer la force perdue dans la région au cours des vingt dernières années. C’est pourquoi les capitales argentines ne sont pas les seules personnes agitées. La presse allemande a mis en avant le vote des gouvernements de Trump et de Bolsonaro de « se battre pour rétablir la démocratie à Cuba, au Venezuela et au Nicaragua« . La télévision publique espagnole a mis en garde sur les dangers d’une « alliance pour mettre fin à des régimes autoritaires » et les Français ont souligné l’ouverture des bases militaires américaines au Brésil. Ils ont raison sur quelque chose d’important. Bolsonaro va accélérer la course aux armements qui se dessine sur le continent. Il a été très clair en mettant en scène la nouvelle alliance avec Israël lors de la même inauguration et en soulignant ses conséquences technologiques et militaires.

 

Le plan impérialiste de Bolsonaro n’a pas déçu: en pointe avec le Chili pour désarmer le Mercosur, l’alliance technologique multilatérale avec Israël, les bases militaires des États-Unis et l’alliance avec Trump pour encercler le Venezuela et traîner la Colombie

 

Pour la classe prolétarienne

 

Qu’est-ce qui vient ensuite? Un véritable blitzkrieg contre les travailleurs, un militarisme accéléré et une politique régionale visant à démanteler l’ensemble complexe d’intérêts et d’équilibres impérialistes régionaux afin d’affirmer une nouvelle division régionale du travail autour du Brésil. Pour cela, l’alliance avec les États-Unis ne suffit pas. Vous devrez également créer une alliance avec le grand capital de São Paulo. En cours de route, le fractionnement de la classe dirigeante brésilienne peut encore surprendre. Mais la clé, comme toujours, sera la capacité de réaction et d’auto-organisation des travailleurs pour mettre fin à une offensive qui croitra en brutalité.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “BOLSONARO (BRÉSIL) MONTRE SES INTENTIONS

  • avatar
    9 janvier 2019 à 17 05 44 01441
    Permalink

    Bonjour. Bolsonaro est une bonne nouvelle pour moi. Je souhaite tout le malheur à l’Amérique. Son développement a été créé avec la violence et – pour moi- dès la Patagonie jusqu’à les Ricains, sont tous – sans exception- dès États faibles destinés à vivre dans la misère!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *