EN INDE MACRON POISSON-PILOTE DE LA POLITIQUE ANTI-CHINOISE DES USA DE TRUMP

Par Luc MICHEL.   Le 13.03.2018.  Sur  Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily.

 

«Bienvenue en Inde, président Emmanuel Macron! Votre visite renforcera le partenariat stratégique entre l’Inde et la France »   – Narendra Modi (sur Twitter).

« Je veux que l’Inde soit l’un de nos principaux partenaires dans la région dans le domaine de la sécurité (…) la France est aussi une puissance de l’océan Indien, grâce à ses nombreuses implantations (Mayotte, Réunion…) (…) L’Inde a peur d’une hégémonie chinoise et a besoin d’une vraie sécurité ».  Macron (dans un entretien à la chaîne ‘India Today’).

« Est-ce que la France peut remplacer la Russie comme partenaire international le plus précieux ? »  – The Indian Express’ (ce 9 mars 2018).

Nous examinions hier la crise de Mayotte, plate-forme stratégique de la France dans l’Océan indien et département français, comme l’était l’Algérie coloniale, arraché aux Comores en 1974 (1). Nous restons dans l’Océan indien avec la visite du président français Macron en Inde, aux objectifs géostratégiques hautement affichés par Paris et les médias français. En ligne de mire : arracher l’Inde aux Brics et à l’Organisation de Coopération de Shanghai, dont New-Delhi est le maillon faible (2), et l’arrimer au Bloc américano-occidental, qui repose sur deux alliances étroites, l’Axe Washinton – Tel-Aviv (très active en Inde) (3) et l’Axe Washington – Paris (4). Autrement dit, Macron porte les valises géopolitiques de Trump en Inde, avec sa confrontation avec Moscou et surtout Pékin dans cette région…

Emmanuel Macron a achevé ce lundi par une descente du Gange haute en couleurs sa première visite d’État en Inde, qui marque selon lui une « nouvelle étape » de la relation entre la France et le géant d’Asie du Sud. « Ces trois jours ont consolidé la relation ancienne entre nos deux pays », s’est targué le chef de l’État, avant de s’envoler pour la France depuis Varanasi (Bénarès), l’une des plus anciennes villes du monde et l’un des lieux les plus sacrés de l’hindouisme.


I –  LES OBJECTIFS GEOSTRATEGIQUES DE MACRON EN INDE

Macron est en Inde pour « sceller un pacte fort » avec New Delhi, titre l’AFP. Emmanuel Macron a effectué sa visite d’État en Inde avec l’ambition de « sceller un pacte fort » avec le géant démographique d’Asie du Sud, dont Paris aimerait devenir le partenaire de choix en Europe. Cette première visite en Inde a pour but de « sceller pour la décennie qui vient un pacte fort entre nos deux démocraties », a déclaré le chef de l’État français à la presse à l’occasion de cette cérémonie officielle.

« Un pacte autour de la sécurité collective, en particulier dans la région, des relations économiques, culturelles, éducatives et académiques, et autour du lien entre nos populations et tout particulièrement la jeunesse », a-t-il poursuivi.


MODI ET MACRON : DEUX PROFILS POLITIQUES EGOCENTRIQUES EN COMMUNION

Au cours de ces trois jours de visite, Emmanuel Macron s’est beaucoup montré avec Narendra Modi, adepte comme lui des embrassades en public. Deux grands égocentriques en communion. Bien que 27 années les séparent – Modi a 67 ans – les deux dirigeants entretiennent, selon l’Élysée, « une relation personnelle de confiance », nouée lorsque le nationaliste hindou s’était rendu à Paris peu après l’élection de Macron au printemps.

« Bienvenue en Inde, président Emmanuel Macron! Votre visite renforcera le partenariat stratégique entre l’Inde et la France », a tweeté   Modi vendredi soir après avoir personnellement accueilli M. Macron à l’aéroport. « Sur la scène internationale, ils soignent tous deux leur profil de réformateurs n’ayant pas peur de lancer des mesures impopulaires pour bousculer « les conservatismes » dans leur pays respectif », dit l’AFP.


AU CŒUR DE LA VISITE :  UN PARTENARIAT GEOSTRATEGIQUE

La France et l’Inde devraient signer à la mi-journée un accord pour donner un accès aux bases maritimes françaises de l’océan Indien (Djibouti, Emirats, Réunion) aux navires indiens, une ouverture qui serait très apprécié par New Delhi, de plus en plus inquiète par le renforcement de la présence chinoise dans cet océan. « Je veux que l’Inde soit l’un de nos principaux partenaires dans la région dans le domaine de la sécurité », a expliqué M. Macron français dans un entretien à la chaîne India Today cette semaine. Car, a-t-il rappelé, « la France est aussi une puissance de l’océan Indien, grâce à ses nombreuses implantations » (Mayotte, Réunion…).

« Est-ce que la France peut remplacer la Russie comme partenaire international le plus précieux ? », s’interrogeait vendredi le quotidien ‘The Indian Express’, en faisant référence à la longue proximité entretenue par New Delhi avec Moscou après l’indépendance.

Sur le plan militaire, Paris a remporté plusieurs succès ces dernières années, en vendant à l’Inde 36 avions de chasse Rafale et six sous-marins Scorpène. Après la vente de 36 Rafale en 2016, aucun nouveau contrat n’a été annoncé dans le domaine de la défense, où la France espère vendre de nouveaux avions de chasse et des sous-marins à l’Inde, devenu le premier acheteur d’armements dans le monde. Le gouvernement indien « a confirmé des commandes à venir de Rafale », a assuré Macron à des journalistes.


MACRON VEUT FAIRE DE L’INDE UN « PARTENAIRE STRATEGIQUE » ET L’ARRIMER AU BLOC OCCIDENTAL

Emmanuel Macron a donc multiplié à New Delhi les gestes et les déclarations d’amitié envers l’Inde, avec l’ambition de faire de la France la « porte d’entrée » du géant de l’Asie du Sud en Europe. « Le sens de cette visite est de faire de l’Inde notre premier partenaire stratégique de la région et que la France devienne votre premier partenaire stratégique en Europe, et plus largement en Occident », a lancé samedi le président français au Premier ministre Narendra Modi, qu’il a rencontré à de multiples reprises au cours des trois jours de son déplacement.

Malgré toutes leurs différences, l’Inde et la France « ont les mêmes intérêts et la même vision du monde », a assuré le chef de l’État français, qui ne cache pas son ambition de profiter du Brexit pour remplacer la Grande-Bretagne en tant que partenaire privilégié de New Delhi en Europe.

DES ACCORD DANS L’OCEAN INDIEN, QUI CIBLENT LA CHINE

Sur le plan de la sécurité, la France et l’Inde ont signé un « accord de coopération logistique dans l’océan Indien », qui permet aux forces armées indiennes d’accéder aux bases maritimes françaises (Djibouti, Emirats, Réunion), et vice-versa. La France dispose de la plus large zone économique exclusive (9,1 millions de km2 dans la zone indo-pacifique) dans ces mers en raison des territoires, parfois très isolés, qu’elle y possède.

Ce sont les fameux « confettis de l’empire colonial français) (5). Ces « confettis de l’Empire colonial français » assurent encore à la France une présence mondiale et une puissance maritime, des bases et une grande capacité de nuisance. Macron en Inde dans un discours arrogant, qui visait directement Pékin,  rappelle cette « puissance française dans l’Océan indien ».

Quant à l’Inde, cet accord s’inscrit dans le cadre de sa politique de renforcement de sa présence dans cette zone maritime stratégique, où la tracasse l’implication grandissante de la Chine (6). « Nous croyons tous deux dans la paix et la stabilité du monde. La région de l’océan Indien va jouer un rôle très significatif », a déclaré Narendra Modi dans une allocution. Dans ce cadre, « nous considérons la France comme un de nos alliés les plus fiables », a-t-il ajouté. « L’Inde a peur d’une hégémonie chinoise et a besoin d’une vraie sécurité », a pour sa part commenté Emmanuel Macron devant la presse.


II –QUAND MACRON PORTE LES VALISES GEOPOLITIQUES DE TRUMP EN INDE ET DANS L’OCEAN INDIEN CONTRE PEKIN

 

« Trump envoie Macron en Inde pour combattre la Chine », dit ‘Press TV’ (Iran).

QUAND DES MEDIAS D’ETAT FRANÇAIS COMME ‘FRANCEINFO’ ET ‘FRANCE2’ CONFIRMENT LES BUTS GEOSTRATEGIQUES ANTI-CHINOIS (ANTI-BRICS ET ANTI-OCS) DE MACRON EN INDE …

« Emmanuel Macron a confirmé la volonté de la France d’affirmer son partenariat sur le plan économique et sur le plan stratégique dans la région, lors de son déplacement en Inde ». La Samah Soula décrypte sur ‘France2’ cet accord sur le plateau du 20 Heures :

« Le chef de l’État a confirmé, lors de sa première visite d’État en Inde, la volonté de la France d’affirmer son partenariat sur le plan économique et sur le plan stratégique dans la région, avec à la clé, un accord inédit », dit ‘FranceInfo’. « C’est un accord de coopération militaire logistique qui permet à l’Inde d’accéder et d’utiliser les bases navales françaises dans l’Océan indien », explique la journaliste Samah Soula sur le plateau du 20 Heures. « Il y a l’Île de la Réunion, les Émirats Arabes Unis, et Djibouti ; ce sont des bases stratégiques essentielles pour l’Inde, qui cherche à contrer la montée en puissance de son grand rival, la Chine », poursuit-elle, cartes géopolitiques à l’appui (voir nos illustrations).

Elle explique ensuite la Stratégie chinoise du « du collier de perles » : « La Chine, qui a justement construit très récemment une base militaire à Djibouti, en y positionnant 400 hommes. Cela fait partie de ce qu’on appelle la ‘stratégie du collier de perles’ : toutes ces petites perles relient toutes les bases navales de la Chine dans le sous-continent indien. Elles sont essentielles pour Pékin puisqu’elles lui permettent de sécuriser la trajectoire, son approvisionnement, notamment en matière de pétrole », précise la journaliste.

C’est bien la Chine que Macron entend affronter dans l’Océan indien !


COMMENT TRUMP ENVOIE MACRON EN INDE POUR COMBATTRE LA CHINE ET EXPLOITER LES « CONTRADICTIONS INTERNES » DES BRICS ET DE L’OCS ?

Dans un entretien avec la télevision iranienne d’Etat francophone (ce 11 mars 2018), auquel je vous renvoie, j’analyse le voyage du président français Macron en Inde. J’y explique comment Macron porte à nouveau les valises des USA et sert de poisson-pilote à la politique de Trump visant à opposer New-Dehli à la Chine, aux BRICS et à l’Organisation de Coopération de Shanghai.

L’Inde est en effet le maillon faible des BRICS et de l’OCS. La rivalité entre Inde et Chine dans les BRICS (pour le contrôle de l’Océan indien) et celle entre l’Inde et le Pakistan (pour le Cachemire) forment, ensemble, la «contradiction interne » des BRICS et de l’OCS.

L’inde est travaillée par l’influente diplomatie israélienne (avec qui New-Dehli a des accords commerciaux et qui fourni de nombreux armements à l’armée indienne, les deux industries militaro-industrielles collaborant étroitement) et maintenant par Macron et le Quai d’Orsay …

 

Voir sur PCN-TV/  PRESS TV (IRAN) INTERROGE LUC MICHEL: COMMENT TRUMP ENVOIE MACRON EN INDE POUR COMBATTRE LA CHINE (REPORTAGE, 10 MARS 2018)

Sur https://vimeo.com/259499798


COMPRENDRE LA RIVALITE SINO-INDIENNE

Les contradictions internes de l’OCS et des Brics sont au cœur de la crise des Maldives (6), à la position stratégique dans l’Océan indien, enjeu entre l’Inde et la Chine … http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-invites/contradictions-chine-inde-au-sein-du-brics-et-de-lalliance-de-shanghai/

 

C’est le théâtre méconnu d’une confrontation asiatique, celle de Pékin et de New Dehli pour le contrôle des Iles Maldives. Nous sommes là au cœur d’une des plus profonde contradictions internes à la fois de l’Organisation de Coopération de Shanghai (ce Bloc géopolitique eurasiatique, autour de Moscou et de Pékin, qui défie la superpuissance américaine) et des BRICS.

L’Inde est le maillon faible de ces deux ensembles. A la fois opposé à Pékin pour de vieilles querelles de frontières sur l’Himalaya, mais aussi des ambitions régionales concurrentes (Océan indien, Népal, Sri Lanka, Bhutan), et au Pakistan (qui s’éloigne de Washington et se rapproche de l’OCS) pour d’autres (question du Cachemire et parité stratégique avec Islamabad). Washington et son poisson-pilote israélien en Inde (7) utilisent évidemment ces brèches géopolitiques.


III – EN PARALLELE AUX OBJECTIFS GEOSTRATEGIQUES : POUR MACRON, L’INDE, NOUVELLE TERRE DE CONQUÊTE ECONOMIQUE

Après la Chine en janvier, très décevante pour Paris, le président Emmanuel Macron a effectué sa visite d’Etat en Inde avec l’ambition de renforcer la présence française, encore limitée, dans le deuxième pays le plus peuplé au monde, notamment dans l’énergie, la défense et l’environnement.

QUE VA FAIRE MACRON ECONOMIQUEMENT EN INDE ?

Le dimanche de la visite de Macron était dévolu au premier sommet de l’Alliance solaire internationale (Asi), une coalition issue de la COP21, portée par l’Inde et la France et destinée à promouvoir cette énergie renouvelable dans les pays en développement.

Quelles sont les priorités économiques de ce voyage ?

Avec 1,25 milliard d’habitants, l’Inde est une étape incontournable pour chefs d’Etat et industriels du monde entier. S’il reste souvent loin de l’eldorado tant fantasmé et présente nombre d’obstacles, son marché offre toutefois un potentiel indéniable. Partant de loin, les échanges franco-indien restent limités: l’Inde est le 18e client de la France et son 20e fournisseur. Ils sont équilibrés, avec un léger déficit pour Paris. Mais la tendance est à la hausse, avec un bond de 30% des exportations françaises en 2017, selon l’Elysée.

« Les relations entre la France et l’Inde sont bonnes, dominées par les ventes de matériel militaire. Il y a d’autres domaines stratégiques à explorer comme la sécurité dans la zone indo-Pacifique, le contre-terrorisme, etc. », souligne Brahma Chellaney, professeur au Centre for Policy Research de New Delhi. « Il y aura des annonces » de partenariats et de contrats, indique l’Elysée, sans les dévoiler. Dans le secteur de la défense, les Français ont obtenu plusieurs succès ces dernières années, dont la vente de 36 avions de chasse Rafale. Ils espèrent convaincre les Indiens – premiers importateurs d’armes mondiaux – d’acquérir des Rafale supplémentaires, des hélicoptères Panther d’Airbus, ainsi qu’une nouvelle série de sous-marins Scorpène.

Dans le nucléaire, Paris souhaite avancer sur la construction de six réacteurs nucléaires de nouvelle génération EPR, un projet qui est « en bonne voie », avait déclaré le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian en novembre à New Delhi. Un projet diredement opposé aux objectis de l’Alliance solaire internationale (Asi), visiblement pour Macron le business passe avant l’écologie !

 

QUEL BILAN ECONOMIQUE IMMEDIAT ?

En attendant, Paris a engrangé quelques nouveaux contrats économiques, dont le plus important s’élève à 12 milliards d’euros en faveur du groupe aéronautique ‘Safran’ et de ses partenaires pour la fourniture et la maintenance de moteurs d’avions à la compagnie aérienne à bas prix indienne SpiceJet.

La délégation française s’est félicitée d’une « avancée majeure » dans le projet de centrale nucléaire comprenant six réacteurs de type EPR à Jaitapur, sur la côte sud-ouest de l’Inde. « Nous espérons une signature définitive d’accord avant la fin de l’année » pour ce dossier en négociation depuis une décennie, a indiqué l’Élysée.

Une série d’autres partenariats, contrats et protocoles d’accord ont été conclus dans une large diversité de secteurs, dont ceux des transports et des énergies renouvelables. La marge de progression est importante pour la France, historiquement peu influente en Inde. Les échanges indo-français n’atteignent que 11 milliards de dollars contre 18 milliards pour ceux entre la France et la Chine, pays où M. Macron s’est rendu en janvier.

Les entreprises françaises cherchent en outre à profiter des objectifs très ambitieux que s’est fixée l’Inde pour réduire fortement ses émissions de gaz à effet de serre. Accompagné de plusieurs chefs d’entreprises, dont de PME et de start up, Emmanuel Macron inaugurera ainsi lundi la grande centrale solaire de Mirzapur (75 megawatts) construite par ‘Engie’ via sa filiale ‘Solairedirect’.


NOTES

(1) Cfr. sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

GEOPOLITIQUE DE L’OCEAN INDIEN (I) : MAYOTTE, UNE ANNEXION COLONIALE FRANCAISE … LORS DE LA DECOLONISATION

sur http://www.lucmichel.net/2018/03/12/luc-michels-geopolitical-daily-geopolitique-de-locean-indien-i-mayotte-une-annexion-coloniale-francaise-lors-de-la-decolonisation/

(2) Lire sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

CONTRADICTIONS INTERNES AU SEIN DES BRICS ET DE L’ORGANISATION DE COOPERATION DE SHANGHAI (II): L’ATTRACTION FATALE DE L’INDE POUR WASHINGTON ET TEL-AVIV

Sur http://www.lucmichel.net/2018/02/22/luc-michels-geopolitical-daily-contradictions-internes-au-sein-des-brics-et-de-lorganisation-de-cooperation-de-shanghai-ii-lattraction-fatale-de-linde-pour-was/

(3) Cfr. Luc MICHEL, EODE/ GEOPOLITIQUE/

UNE REALITE MECONNUE : L’AXE STRATEGIQUE ET MILITAIRE INDE-ISRAEL

sur http://www.lucmichel.net/2017/02/23/eode-geopolitique-une-realite-meconnue-laxe-strategique-et-militaire-inde-israel/

(4) Cfr. sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ FRANCE 2008-2018 (I) : COMMENT LA FRANCE REBELLE DU GENERAL DE GAULLE EST DEVENUE LA FRANCE VASSALE SOUMISE AUX USA DES SARKOZY-HOLLANDE-MACRON !?

sur http://www.lucmichel.net/2018/03/09/luc-michels-geopolitical-daily-france-2008-2018-i-comment-la-france-rebelle-du-general-de-gaulle-est-devenue-la-france-vassale-soumise-aux-usa-des-sarkozy-hollande-macron/

(5) Voir sur PCN-TV avec LA VOIX DE LA RUSSIE :

Igor Yazon interviewe Luc MICHEL pour ‘La Voix de la Russie’:

POURQUOI LE REFERENDUM POPULAIRE FAIT PEUR AUX POLITICIENS OCCIDENTAUX ?

en podcast sur https://vimeo.com/101969019

(6) Cfr. sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

* CONTRADICTIONS INTERNES AU SEIN DES BRICS ET DE L’ORGANISATION DE COOPERATION DE SHANGHAI: LES MALDIVES POINT CHAUD DE LA RIVALITE SINO-INDIENNE OU LA CRISE S’INTENSIFIE …

Sur http://www.lucmichel.net/2018/02/21/luc-michels-geopolitical-daily-contradictions-internes-au-sein-des-brics-et-de-lorganisation-de-cooperation-de-shanghai-les-maldives-point-chaud-de-la-rivalite-sino-indienne-ou-la/

* THE INTERNAL CONTRADICTIONS OF THE SHANGHAI COOPERATION ORGANISATION AND THE BRICS: THE MALDIVES, STAKE BETWEEN INDIA AND CHINA

Sur http://www.lucmichel.net/2018/02/15/luc-michels-geopolitical-daily-the-internal-contradictions-of-the-shanghai-cooperation-organisation-and-the-brics-the-maldives-stake-between-india-and-china/

* Et L’INDE ENTRE GEOECONOMIE – L’INTEGRATION EURASIATIQUE ET LES ‘NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE’ – ET VIEILLE GEOPOLITIQUE (CONTENTIEUX AVEC LA CHINE ET ALLIANCE AMERICAINE)

sur http://www.lucmichel.net/2017/11/06/luc-michels-geopolitical-daily-linde-entre-geoeconomie-lintegration-eurasiatique-et-les-nouvelles-routes-de-la-soie-et-vieille-geopo/

(Sources : AFP – The Indian Express – Times of India – India Today – Press TV – EODE Think-Tank)

Photos :

Quand ‘France2’ confirme les objectifs gééostratégiques anti-chinois de Macron en Inde !

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétaire depuis 40 années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *