GRÈVE GÉNÉRALE EN COLOMBIE

Par Nuevo Curso (Spanish). Traduction :


This article is available in
português on Facebook

 

Il y a peu de médias internationaux qui présentent la grève en Colombie  comme la première étape d’une révolte comme celle observée en Équateur et au Chili . Sa nature est cependant très différente.

 

Il est vrai que la fermeture des frontières , la loi et les archives policières de magazines et de groupes culturels de gauche tentent de créer un climat  renforçant le discours répété par Duque et jetant la responsabilité sur Uribe … qui, avec son hystérie macartistique d’habitude, réduit la cause des mobilisations au « Forum de Sao Paulo » ; Il ne sait même pas que son ennemi impérialiste s’appelle maintenant le « groupe de Puebla« .

 

LES RUES DE BOGOTÁ CE MATIN

En réalité, sous la grève, il n’  rien d’autre que le rejet social massif du « deal économique » , un ensemble de mesures qui, suivant la trajectoire d’une agitation incontrôlée même par leurs propres députés, veulent précariser rapidement (« réforme travail ») en s’attaquant directement aux retraites, ce qui les oblige à payer plus d’impôts et renforce la manière de remplacer les services publics par des fonds de pension privés. En bref, le programme mondial bourgeois, parce que, comme nous l’avons souligné lors de notre congrès :

.

La seule manière par laquelle la bourgeoisie mondiale semble se frayer un chemin passe par l’appropriation directe des couvertures sociales et d’assurances et la maigre épargne des travailleurs – systèmes de retraite, de santé et d’éducation – et l’augmentation de l’exploitation en valeur absolue: plus d’heures de travail pour un salaire réel  moindre. Le capital force la réalisation de la plus-value en utilisant l’État capitaliste (de gauche ou de droite. NdT) qui devrait amortir ses contradictions, en les balayant sous le tapis.

Lire aussi

LES ÉTUDIANTS TÔT CE MATIN.

C’est-à-dire que la grève répond à une combativité réelle que les syndicats sont prêts à encadrer et à monnayer. Et bien sûr, ils l’ont fait à leur manière , ils trahiront tout le monde mais pas leur propre essence. Le porte-parole des étudiants l’a avoué avec une certaine innocence involontaire lorsqu’il est venu dire que les «grèves de protestation» des syndicats n’aspirent généralement pas et ne visaient pas à satisfaire leurs propres revendications:
.

« Cette grève a quelque chose de particulier et c’est que ce n’est pas une grève de protestation mais c’est une grève par laquelle nous avons l’objectif de soutenir Duque »

 

La défense de la substance et de la manière dont le capital national est valorisé et accumulé se manifeste dans tout ce qu’ils font et en particulier dans l’approche de la grève. En premier lieu, diviser les travailleurs en sous groupes et catégories dans un appel où ils en viendraient à peser pas plus que les étudiants, la Conférence épiscopale – qui a également rejoint le cortège des protestataires – et diverses « personnalités du monde de la culture ». Deuxièmement, intégrer les revendications des ex-FARC qui ont suivi le processus de paix, des groupes autochtones et d’autres victimes de la violence des oligarchies rurales. Enfin, en mettant autant ou plus l’accent sur les privatisations évoquées dans les réformes par la création d’un « holding public » qui défend les conditions de vie et de travail, comme si la propriété publique capitaliste des entreprises signifiait la propriété de classe des travailleurs. Comme si un capitalisme d’État plus axé sur la propriété publique était en quelque sorte « plus socialiste » (sic)  et non pas autoritaire et militariste. Les syndicats et la gauche colombienne sont présents: dans la défense, par la nationalisation, du capital national et non dans la perspective de la victoire contre le capitalisme (pour l’abattre. NdT).

.

Cet alignement – idéologique et historique – entre la gauche colombienne et le « groupe de Puebla » donne un peu de terrain à la paranoïa de Uribe et au militarisme de Duque . Il est évident et nous voyons déjà dans l’ approche de la presse russe et des dirigeants vénézuéliens (qui tentent de pêcher en eau trouble. NdT) qu’actuellement tout « conflit interne » est perçu comme une opportunité pour les concurrents de la confrontation régionale de plus en plus violente entre les impérialistes. Les États et les capitales nationales agglutinés autour du Brésil et du Chili – comme nous l’avons vu en Bolivie– et ceux du « groupe de Puebla« , soutenus par différentes puissances extérieures à la région – USA d’un côté, la Russie de l’autre côté, l’Europe et la Chine en fonction de leurs intérêts particuliers de en termes strictement de classe.

 

.

MEDELLIN, COLOMBIE, CE MATIN

 

Et pourtant, malgré la militarisation des rues et des villes, malgré les syndicats, malgré les tares impérialistes de l’un et l’autre côté international … nous verrons aujourd’hui plus de 3 millions de travailleurs en grève.

.

Une grève destinée à empêcher l’émergence de conditions dans lesquelles les travailleurs peuvent se prendre en main. Mais un signe, cependant, que les choses changent en Colombie (comme dans tout l’Amérique latine en ébullition par la faute des prolétaires continentaux à la recherche de leur voie de classe. NdT).

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *