«Haine d’Arabe»

CMJN de base

UN ŒIL SUR LE MONDE MUSULMAN
Paul Laurendeau

Une citation d’Objectif Tintin — le site interactif des amis de Tintin

Haine d’Arabe: Titre d’un film, en cours de tournage par la firme « Cosmos Pictures » qui a nécessité la reconstitution, en plein désert, d’une ville entière. Ces moyens, considérables, s’expliquent par le fait que « Cosmos Pictures » est une entreprise de l’empire du célèbre milliardaire Rastapopoulos. Tintin, ignorant qu’il s’agissait d’un film, intervient malencontreusement lors du tournage d’une scène.

(Dans « Les cigares du pharaon »).

.

De toniques Arabes de mon voisinage, dans la jeune vingtaine, me posent la question en toute spontanéité: l’image négative des Arabes et des musulmans remonte t’elle aux attentats du 11 septembre 2001? Je réponds sans hésiter que non. Et de détailler la chose, pour mes jeunes compatriotes d’origine arabe. Dans le demi-siècle avant le onze septembre, un des principaux vecteurs récurrents de l’image intoxidentale négative des Arabes fut le conflit palestinien. Éléphantesquement hypertrophié dans les médias, ce lancinant abcès de fixation était toujours analysé et décortiqué dans le même sens. Je ne m’étends pas sur cette question archi-connue dont personnellement, par solidarité pour des causes plus graves et moins médiatisées, je ne parle jamais. Passons, donc. L’avant onze septembre vit aussi les belles années du discrédit de l’Irak. Saddam Hussein (1937-2006) s’étant emparé du Koweït (1991), on le démonise subitement, l’accusant de gazer son peuple et de commander «la troisième armée du monde». La légitimation de sa capture, de sa mascarade de procès et de sa pendaison hâtive fut amplifiée par le onze septembre, certes. Le meurtre antérieur de ses fils (les fameux personnages de cartes à jouer recherchés par les forces d’occupation américaines) aussi, indubitablement. Mais, un bon moment avant le détournement de la crise du ci-devant 9/11 par George Bush Junior vers l’Irak, son père, George Bush Senior, ancien vice-président de Ronald Reagan, oeuvra méthodiquement à détruire l’image antérieurement positive de Saddam Hussein. L’enjeu était d’autant plus sensible que, circa 1991, le syndrome vietnamien jouait encore fortement sur la psychologie de masse américaine. Il s’agissait donc, en faisant d’une pierre deux coups, de montrer que Hussein était un mauvais gars, un voyou passablement costaud MAIS AUSSI que le vaincre était jouable. Il fallait de nouveau vendre crédiblement la notion lancinante et peu populaire de guerre de théâtre. Ce fut la grande réalisation belliciste et militariste de George Bush Senior d’imposer, dans la conscience occidentale, cette idée des guerres sectorielles jouables, en guise de substitut conflictuel de la guerre froide. Pour ce faire, on joua à fond les Arabes contre les Kurdes (d’Irak). Antérieure au cap intox mis sur l’Afghanistan/Pakistan (changement de cap intox justement lancé par le onze septembre), on peut dire que la décennie 1990-2000 fut la grande décennie du salissage médiatique (et de la préparation à la destruction matérielle) de l’Irak. L’incident Jessica Lynch (2003) en marqua une sorte de point d’arrêt ou de hoquet temporaire, sans pour autant que l’image des Arabes ne s’en rehausse vraiment durablement.

Alors, poursuivons ce petit recul dans le temps. 1980-1990 fut, elle, la décennie du salissage de l’Iran, donnée comme l’archétype théocratique. Les Iraniens NE SONT PAS Arabes mais Perses, sauf que le confusionnisme sur leur ethnicité est perpétué en permanence dans le discours d’intox, dont l’ethnocentrisme crasse et primaire dans lequel on maintient les masses nord-américaines reste le vivier les plus purulent. L’Iran des ayatollahs du début de la période deviendra d’ailleurs subrepticement, au cours de la décennie, l’Iran des mollahs, de façon à ce que la rhétorique islamoclaste ratisse plus large, plus ample, plus général. Cette période commence en force et en grandeur: révolution iranienne (1979), crise des otages de l’ambassade américaine de Téhéran (1979-1980), passation de Jimmy Carter à Ronald Reagan, avec cette crise internationale majeure en toile de fond. Il y a bien alors encore des continuateurs de la guerre froide qui présentent les étudiants islamistes preneurs d’otages comme des «agents de Moscou» mais cette doctrine déjà vieillissante se résorbe lors du déclenchement compradore de la très meurtrière guerre Iran-Irak (1980-1988). L’image de Saddam Hussein est alors positive et laudative (c’est dans ce temps là qu’on lui remit les clefs de la ville de Détroit, entre autres) et on nous raconte que les irakiens sont des musulmans sunnites (ce qui est un mensonge d’intox) et que les iraniens sont des musulmans shiites (ce qui est vrai). Il y a donc «encore» des bons musulmans et des mauvais. Les iraniens sont les mauvais. La prise d’otage de 444 jours du début de la période et les éructations grossièrement antisémites du président iranien Ahmadinejad de la fin de la période n’arrangent rien pour l’image de l’Iran. Pour mémoire, c’est aussi l’époque où, subitement, on ne dit plus Golfe Persique mais Golfe Arabo-persique pour faire sentir, si possible, que le hautement pétrolier Détroit d’Ormuz est à tout le monde (pas juste aux Perses). Inutile de dire que le Arabo- a derechef disparu de cette désignation depuis le temps… C’est que, de fait, si ces faux Arabes que sont les Perses en prennent pour leur grade pendant cette décennie, les vrais Arabes ne sont pas, eux non plus, en reste. Notamment en France. C’est que ce sont aussi les années Mitterand/Le Pen. Souvenons-nous bien. Soit par électoralisme myope soit par crypto-pétainisme convaincu, soit les deux, le «socialiste» François Mitterand (1916-1996), potentat fétide s’il en fut, laisse fleurir le Front National de Jean-Marie Le Pen qui, lui, est au zénith de sa xénophobie militante et qui emmerde la droite française, la ratatine et la divise. Ce sont les années de l’évocation en ritournelle de «Charles Martel arrêtant les Arabes à Poitiers». Le mouvement Touche pas à mon pote et des franc tireurs pathétiques et émotifs genre Harlem Désir feront tout pour freiner la surchauffe croissante d’un hystérie ethnocentriste qui, on peut le dire avec le recul, fut française avant que de devenir occidentale.

1970-1980. Cette décennie est dominée par le premier (1973) et le second (1979) chocs pétroliers. En 1973, le pétrole brut se vend 1 (UN) dollar le baril. En peu de mois l’OPEP (un sigle qu’on va vite apprendre à connaître) fait passer ce prix de 1 à 3 (TROIS) dollars le baril, en disant très explicitement que ça va faire, l’abus compradore post-colonial en matières énergétiques. Panique inflationniste en Occident. Tout un mode de vie joyeux et folâtre est ouvertement compromis, menacé, condamné. La faute à qui? La faute aux Arabes. L’Arabe devient alors un personnage durablement caricatural. C’est un scheik en tenue ample, genre Saoudien, milliardaire, arrogant, somptuaire et cassant, viscéralement commerçant, qui dit, en roulant les orbites: «Ti vé ti di pétrole… dé tapis…» Je ne plaisante absolument pas. Revoyez les bandes passantes du temps. On lance aussi, dans le discours d’intox, la notion pseudo-économique de pétro-dollars. Les pétro-dollars, c’est des dollars identiques aux miens et aux vôtres, gagnés en suant sang et eau, comme les miens et les vôtres, mais la propagande du temps donne vraiment l’impression que c’est de l’argent de Monopoly. La notion de pétro-monarchie, beaucoup plus pertinente du strict point de vue socio-historique, ne sera mise en circulation que plus tard. Les Arabes, dans ce temps là, «ne vivent pas» dans des monarchies rétrogrades qui freinent le progrès social et oppriment les femmes. Les Arabes, dans ce temps là, bénéficient de la protection des avions AWACS américains. Et surtout, ils «sont riches». Pendant cette période, les Arabes sont tous arrogants, ricanants, faussement obséquieux et riches. Il n’y a que des Arabes cons et riches. On pourrait leur vendre la tour Eiffel. Ils importent même du sable fin (sic) pour les filtres des piscines de leurs palais somptuaires…

1960-1970. La version guerre froide du conflit palestinien culmine dans les très traumatiques Guerre des Six Jours (1967) et Guerre du Yom Kippur (1973). L’Arabe est alors un inquiétant Fedayin pro-soviétique avec une mitraillette et un keffieh en nappe de maison de campagne rouge et blanche, genre Arafat. Yasser Arafat (1929-2004) lui-même est évidemment, justement, un fort mauvais gars (pas encore Prix Nobel de la paix, il s’en faut de beaucoup). Il est rien de moins que le Fidel Castro du Moyen-Orient. Les seul bons Arabes sont Abdel Nasser (1918-1970) et son (futur) successeur Anouar el-Sadate (1918-1981) parce qu’ils se fringuent en costards et embrassent ouvertement les valeurs occidentales. Plus tard, de vilains pro-iraniens tueront Sadate, mais pour le moment, moi (né en 1958) je lis des Tintin et je prend pensivement connaissance des inoubliables séquences du film de la Cosmo Pictures du méchant et ricanant millionnaire grec Rastapopoulos, dont le titre, syntaxiquement ambivalent, me laissera bien longtemps dubitativement rêveur (notamment sur le thème de grande portée contemporaine du malentendu): Haine d’Arabe.

Alors, pour tout dire, en fait, quand je cherche, dans ma trajectoire personnelle ou dans notre histoire intoxico-médiatisée récente, quelque chose de positif qu’on a pu éventuellement me raconter un jour au sujet des Arabes, je ne trouve que quelques pets de nuées philosophiques. Ils ont inventé les mathématiques et ont permis à la sagesse d’Aristote (si tant est) de passer à travers le Moyen-âge. C’est à la fois beaucoup et peu. Et surtout, notez bien que c’est ancien, que c’est vénérable, qu c’est du passé, que ce n’est pas contemporain. Car justement, il y a cette boutade incroyablement probante (et odieuse) au sujet de Star Trek et des Arabes. Vous la connaissez? Elle va comme suit:

– Sais-tu pourquoi il y a pas d’Arabes dans la série télévisée Star Trek?
– Non…
– Parce que c’est un feuilleton qui se passe dans le futur…

«Hilarant» non? Cela me colle dans le visage le rictus crispé de Rastapopoulos. Et pourtant, c’est tout juste le contraire. Les Arabes et les musulmans, c’est tout ce qu’il leur reste, le futur. Et le futur, eh ben, ça vient vite, de nos jours. Tant et tant qu’à leur sujet, il serait peut-être un peu temps de changer de disque…

.
.
.

Tiré de l’ouvrage de Paul Laurendeau (2015), L’islam, et nous les athées, ÉLP Éditeur, Montréal, format ePub ou PDF.

.
.
.

avatar

Un oeil sur le monde musulman

Je médite l’Islam parce que ce phénomène historique, intellectuel et émotionnel durable, influençant plus d’un milliard d’humains, compte. Je le fais en athée et en philosophe matérialiste mais avec toute la déférence requise. Je ne suis pas un iconoclaste. Je ne suis pas un hagiographe non plus mais je m’intéresse à cette vision du monde pour ce qu’elle dit de l’humain et de son contexte culturel. Salut, solidarité et respect, dans la différence. - Paul Laurendeau (Ysengrimus)

49 pensées sur “«Haine d’Arabe»

  • avatar
    7 novembre 2013 à 7 07 28 112811
    Permalink

    Le couscous.

    Je suis pas en train de blaguer. On m’a dit du bien du couscous marocain et c’est ça qui m’a amené à en manger dans un restaurant marocain (et j’ai adoré). mais à part ça, c’est vrai qu’on a pas entendu dire grand chose de positif dans le cours d’une vie sur les Arabes…

    • avatar
      7 novembre 2013 à 8 08 06 110611
      Permalink

      C’est vrai. Le vieux stéréotype ethnoculturel du restaurateur exotique. Leur cuisine est bonne… mais au restaurant, hein, pas dans nos voisinages…

      • avatar
        7 novembre 2013 à 14 02 45 114511
        Permalink

        Paul, vous n’êtes pas un vrai Trekker, un pur. Bien sur il y a des Arabes’ dans Star trek: ce sont les Ferengis. Tous les stereotypes anti-arabes ( en fait antisémites au sens large, ça peut toujours servir…) leur ont été prêtés. Comme on a fait des Russes des Klingons, des Chinois des Romuliens et des Japonais (les « bons » asiates) des Vulcains.

        Je pense que l’ethnologie de Star Très a joué un rôle IMPORTANT depuis des décennies pour démoniser sur commande les adversaires de l’Amérique. Je vous suggère de revoir dans cette perspective des épisodes de Star Trek. Terrifiant.

        PJCA

        • avatar
          23 novembre 2013 à 12 12 46 114611
          Permalink

          Fichtrement bien vu pour les Ferengis et l’américanophilie convulsionnaire de Star Trek.

          Longévité et Prospérité…

          • avatar
            23 novembre 2013 à 13 01 08 110811
            Permalink

            Pour la longévité. ça va… La prospérité passe par la simplicité volontaire « A loaf of bread, a jug of wine….  »

            Pierre JC

  • avatar
    7 novembre 2013 à 7 07 38 113811
    Permalink

    Après Occupation double en Espagne, on parle de faire un Occupation double en Arabie.
    Ce sera un bon moyen de connaître mieux les Arabes.

    Hier, j’étais désespéré et je suis tombé sur «Occupation double en Espagne»
    Ouf ! J’en avais entendu parler depuis des années de ces Occupations doubles, mais le voir… Ouf!
    J’ai hâte de voir lorsqu’il seront en Arabie.

    Serge Charbonneau
    Québec

  • avatar
    7 novembre 2013 à 7 07 45 114511
    Permalink

    Non, mais sérieusement, j’en connais un Arabe, il s’appelle Mohamed (non ce n’est pas Lotfi), ils s’appellent tous Mohamed.

    Avant de connaître Mohamed, je m’étais toujours demandé si l’Arabe sentait autant que nous. Après m’être bien rapprocher de Mohamed, je me suis aperçu que je sentais plus que lui. C’est fou, hein ? Comment parfois on peut imaginer qu’ils sentent plus que nous alors qu’en fait c’est nous qui dégageons le plus.

    Il est prouvé, je crois, qu’on ne se sent pas soi-même.

    Serge Charbonneau
    Québec

    P.S.: C’est tiré de la parabole de l’Odeur.

  • avatar
    7 novembre 2013 à 12 12 32 113211
    Permalink

    @Paul Laurendeau

    J’ai apprécié la lecture de votre article sur l’incident Jessica Lynch que vous avez mis en lien.

    Cette boutade « Sais-tu pourquoi il y a pas d’Arabes dans la série télévisée Star Trek?
    – Non…
    – Parce que c’est un feuilleton qui se passe dans le futur…»
    …nous fait rire au premier degré. Pourtant il n’y a pas de quoi rire parce que c’est facile de ridiculiser.

  • avatar
    7 novembre 2013 à 13 01 08 110811
    Permalink

    @ Serge,

    Pouvez-vous m’indiquer ou se trouve l »Arabie’, je ne vois pas ce ‘pays’ sur aucune carte, à moins que vous parlez de l’Arabie Saoudite.

    • avatar
      7 novembre 2013 à 13 01 11 111111
      Permalink

      L’Arabie ce n’est pas vraiment la saoudite c’est plutôt la saudite.

      Vous savez la saudite comme disait nos mères pour ne pas dire maudite.

      Mais concernant l’Arabie, c’est normal que vous ne puissiez la trouver sur une carte, parce que l’Arabie est un peu partout.

      Il y en a qui disent que l’Arabie est chez vous si vous faites gonfler du couscous.

      Serge Charbonneau
      Québec

    • avatar
      7 novembre 2013 à 13 01 22 112211
      Permalink

      «L», on peut trouver l’Arabie au Magrheb, dans les Pays du Golfe Persique, au Moyen-Orient, au Proche-Orient, même en Occident dans certain quartier.

      Vous ne la trouverez jamais sur une carte «L». L’Arabie est souvent dans les nouvelles sur le terrorisme. On dit qu’elle est au Daguestan, vous savez c’est là que les Tsarnev, en mangeant du couscous, ont eu l’idée de la bombe dans leur casquette blanche et noire.

      L’Arabie est surveillée de près par les services secrets.
      Vous devriez peut-être vous adresser à eux pour trouver où se trouve la dernière Arabie.

      Quand il vont faire une Occupation double en Arabie, ils vont sûrement nous nommer le Pays.

      Salutations,

      Serge Charbonneau
      Québec

      • avatar
        7 novembre 2013 à 14 02 16 111611
        Permalink

        @ Serge C,

        Est-ce que vous postulez pour le poste nouvellement affiché d’amuseur-bloggeur?

        C’est très insultant ce que vous écrivez. Les Arabes, comme vous les appelez, ont le droit de vivre en paix, comme n’importe qui. On dirait que vous êtes fier d’être ignorant.

        https://www.youtube.com/watch?v=TXNwbFVd3Xc

        • avatar
          7 novembre 2013 à 14 02 51 115111
          Permalink

          «L» vous dites:
          «Les Arabes, comme vous les appelez, ont le droit de vivre en paix, comme n’importe qui.»

          Qui donc a dit le contraire ?

          Je suis tout à fait d’accord avec vous, les Arabes, comme on les appelle, ont le droit de vivre en paix, comme n’importe qui.

          «L» C’est qui et c’est quoi pour vous un « Arabe » ?
          Est-ce un peu comme un Chinois, ou un États-unien, ou un Anglais, ou un Québécois, ou un Vénézuélien ?

          Est-ce que pour vous, comme pour plusieurs un Arabe est un terroriste ?
          On a un problème en Occident depuis le 11 septembre 2001.

          Il faudrait s’en rendre compte.

          Vous avez quoi contre les Arabes, «L» ?

          Serge Charbonneau
          Québec

          • avatar
            7 novembre 2013 à 15 03 53 115311
            Permalink

            Serge C.,

            Vous êtes perdus, pas à peu près. Ne m’associez pas à vos propos démagogues. Je n’ai rien contre les Arabes ou n’importe qui de n’importe quelle race.

            Je ne crois pas que e c’est en colportant des stéréotypes, des préjugés et des rumeurs que vous ferez avancer les connaissances.

            Pour votre information Serge, le 11 septembre est une fable.

            L’attentat de Boston est une autre fable.

            http://www.lequebecois.org/chroniques-de-bernard-desgagne/boston-et-la-police-terroriste-1re-partie

            Il serait temps de vous réveiller et d’arriver en 2013 avec le reste de la planète.

      • avatar
        7 novembre 2013 à 15 03 01 110111
        Permalink

        @ SC

        J’ai inventé le concept bien pratique d’Islamie pour designer les États où l’Islam joue un rôle dominant ou prédominant. Ca peut éviter des malentendus et des maladresses.

        PJCA

        • avatar
          7 novembre 2013 à 17 05 52 115211
          Permalink

          Rappelons, pour mémoire, que seulement 15% des musulmans sont arabes…

          • avatar
            8 novembre 2013 à 0 12 16 111611
            Permalink

            Mais c’est toute l’Islami qui est ciblée; les seuls Arabes n’auraient pas fait un adversaire crédible. On frappe au Pakistan, en Afghanistan, en Iran, les Berberes de Libye et, en Irak, l’un des deux seuls États laïques crédibles de la région . Les purs « Arabes » sont gardés pour le dessert…et on en fera un expédition punitive ostentatoire contre les mains coupées et le femmes lapidées pour essayer de justifier tout le reste.

            PJCA

        • avatar
          7 novembre 2013 à 21 09 52 115211
          Permalink

          Quand on parle de «Haine d’Arabe» comme dit le titre, on parle d’Arabe ou d’islamie ?

          Il faut revoir la paraboler de l’Odeur.

          Serge Charbonneau
          Québec

  • avatar
    7 novembre 2013 à 17 05 06 110611
    Permalink

    @ Serge,

    En fait, je devrais dire que la version officielle du 11 sept. est une fable. L’événement est vraiment arrivé, mais l’explication officielle est une histoire inventée.

    http://www.youtube.com/watch?v=Awu1bRFv8f4

  • avatar
    8 novembre 2013 à 2 02 24 112411
    Permalink

    Non, la vérité c’est qu’en Occident, on aime l’Arabe quand il est riche et on l’aime pas quand il est pauvre. Pareil pour le mec de la Creuse, et pour l’Amerloque, s’ils sont pauvres ils sont mal. Et si une population est composée de plus de pauvres que de riches, ben on l’aime pas. 😀

    C’est l’argent qu’on aime et tout ce qu’on se payer avec.
    Et il a une odeur, celle de l’envie et de la peur de manquer.

    Et la haine de l’Arabe sert à cacher cette évidence, pour permettre aux moins cons de faire les poches des plus préoccupés d’humanitarisme culpabilisé.

    Bon c’est une idée, mais elle se tient un peu.

  • avatar
    8 novembre 2013 à 8 08 02 110211
    Permalink

    Haine ou Amour de l’«Arabe» !

    J’ai l’impression que M. West a bien raison,
    « on aime l’Arabe quand il est riche et on l’aime pas quand il est pauvre. »

    M. West a aussi raison de dire que c’est «pareil pour le mec de la Creuse, et pour l’Amerloque, s’ils sont pauvres ils sont mal. »

    Et si une population est composée de plus de pauvres que de riches, ben on l’aime pas.
    On n’accueille pas les pays pauvres aux «G» sélect.

    Malgré les politiques de dictature monarchique au Bahreïn, en Arabie saoudite, au Qatar, à Oman, au Koweït, aux Émirats arabes unis, là où des monarques sont des maîtres absolus, rien n’offusque vraiment nos dirigeants, ces preux chevaliers de la liberté individuelle et de ladite démocratie. Des endroits où rois et princes vivent dans l’opulence plus que démesurée, ces Pays sont les amis intimes de nos dirigeants occidentaux.

    Des monarchies où la femme « ordinaire » doit suivre le maître. Il lui est souvent interdit de sortir de sa maison seule ou de conduire une voiture. Ces Pays sont des Pays «amis» et respecté, jamais un de nos dirigeants ne va aller leur faire la leçon, comme notre Harper, ce brave, peut se permettre d’aller la faire en Chine, en Russie ou ailleurs. Non, ces riches monarques se font baiser les pieds et lécher le cul.

    Même si on a dit que les terroristes présumés du 11 septembre 2001 étaient majoritairement saoudiens, jamais aucune menace contre l’Arabie saoudite n’a été faite. On a préféré envahir l’Afghanistan pour, entre autres, libérer les femmes de leur cage de tissu bleu. On voit le résultat !

    Il est clair qu’on aime l’Arabe lorsqu’il est riche, il est clair qu’on aime non seulement les Arabes riches, mais tous ceux qui le sont. Les pays riches aiment leurs semblables riches et font la guerre aux pauvres qui ont le défaut de vivre sur des terres recelant trop de richesse.

    Aimer l’«Arabe » ou l’«Haïr» comme le dit le titre.

    Il y a eu Tintin qui a rencontré de mauvais Arabes, mais aussi des bons, il me semble. Il y a eu aussi Tintin qui fut au Congo et nous a livré la vision que nous avions du Congo à cette époque, oui missié.

    Et l’«Arabe» aujourd’hui !
    Pourquoi donc sent-on le besoin de faire un article sur l’«Arabe» et pourquoi donc ressentir le besoin de commenter l’«Arabe» ?

    Depuis le 11 septembre 2001, l’«Arabe» nous est charrié dans le sentiment et bien sûr dans le jugement.

    Le conditionnement…
    Ce sont des terroristes, ce sont des gens qui aiment la guerre, ce sont des gens comme ci ou comme ça, bref, on dirait que l’« A r a b e » n’est presque pas humain! Il serait différent des gens « ordinaires », il serait un « Arabe » !

    L’«Arabe» traine donc cet imaginaire collectif qui nous a été inculqué à petites doses depuis la manipulation du 11 septembre 2001.
    Le cas des Tsarnaev en est un exemple.

    L’«Arabe» n’est pratiquement plus une culture, mais est devenu pour plusieurs, une religion. On ne peut plus imaginer un Arabe sans le salut à La Mecque, sans le voir religieux et même islamique. Et pourtant.

    Comme je le disais plus haut, lorsque j’ai pu bien renifler Mohamed, j’ai bien vu que je sentais plus que lui, lui, l’«Arabe».
    Pour bien sentir l’odeur de cette parabole, il faut bien renifler et ce n’est pas parce qu’on est riche qu’on ne pue pas.

    L’argent n’a peut-être pas d’odeur, mais souvent ceux qui en ont, brassent des choses qui dégagent comme vous devinez quoi.

    «Haine d’Arabe»
    Pourquoi donc l’«Arabe» serait-il si différent de nous ?
    Et pourquoi donc la femme « Arabe » serait-elle si différente des femmes de notre société ? Différente au point de devoir lui accorder un statut spécial.

    Pourquoi donc la liberté individuelle ne s’intéresse qu’au voile et non aux jeans interdits et aux cravates obligatoires ?

    En utilisant consciemment la définition fautive du terme «Arabe» comme étant synonyme de «musulman» ou «islamique» on pourrait dire:
    Pourquoi donc la femme «Arabe» est-elle «o b l i g é e» de porter son voile au point de devoir refuser un bon emploi.

    Qui donc oblige les femmes «Arabes» à refuser un bon emploi ?
    QUI ?

    Les Arabes et les femmes Arabes sont comme tout le monde et plusieurs d’entre elles et d’entre eux ne sont pas des fidèles invétérés de allah.

    Le délirant Charles Taylor qui disait hier soir à Anne-Marie Dussault qu’il serait normal si la population le veut qu’on en vienne à utiliser la charia comme loi au tribunal, comme on a voulu le faire il y a quelques années en Ontario.

    M. Taylor qui dit que l’on veut un Québec petit petit, «étroit» fermé voit d’un bon œil cette ouverture aux lois religieuses.
    Il dit en quelque sorte si la population le veut !

    Un référendum sur la question devrait être envisagé.
    Un référendum serait plus adéquat. Il n’y aurait pas d’électoralisme. Il y aurait une population qui se prononce sur une loi.
    En démocratie, la population peut-elle se prononcer sur une loi ?
    Il me semble que oui.

    Mais concernant le délire de Charles Taylor, cet homme à qui l’on donne le micro pour dire de telles âneries.

    Je vous invite à l’écouter (à 1h 03m. du début) au sujet de la charia «modérée»:
    http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/6880024

    Ça vaut le détour.

    Serge Charbonneau
    Québec

    • avatar
      8 novembre 2013 à 19 07 11 111111
      Permalink

      Radio-Canada : Désolé le contenu demandé n’est pas disponible en ce moment !

      • avatar
        8 novembre 2013 à 19 07 12 111211
        Permalink

        c’était à 18:11 HNE.

        • avatar
          9 novembre 2013 à 8 08 57 115711
          Permalink

          Concernant le site de R-C, Avec IE j’ai réduit la qualité au minimum et tout s’est placé. Vous savez, la ligne du bas où il y a des icones à droite ?

          Cependant rien à faire avec Chrome.

      • avatar
        8 novembre 2013 à 20 08 48 114811
        Permalink

        Le contenu demandé est souvent non-disponible avec explorer. il faut utiliser firefox ou safari. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est comme ça.

        Serge Charbonneau
        Québec

        • avatar
          8 novembre 2013 à 21 09 45 114511
          Permalink

          Merci.

          • avatar
            8 novembre 2013 à 22 10 11 111111
            Permalink

            Il s’agir de l’extrait concernant le gros « truck »?

          • avatar
            9 novembre 2013 à 4 04 43 114311
            Permalink

            À 1 heure, 3 minutes, 0 seconde du début de l’émission spéciale d’une heure 30 minutes.,

            http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/6880024

            Il s’agit de Charles Taylor décrivant les demandes d’utilisation de la charia pour nos tribunaux canadiens comme étant des demandes « normales ». Une sorte d’évolution que nous devrions peut-être envisager sérieusement si on veut élargir notre accueil et notre esprit trop étroit.

            Il faut s’ouvrir à la charia, peut-être est-ce cette ouverture que vous qualifier de gros «truck», parce qu’en effet, M. Taylor charrie disons un peu fort.

            À vous de juger. Votre terme «truck» indique que vous ne voyez pas la charia d’un bon oeil, Jean-François.
            Moi non plus.

            Il semble que si on donne le choix à M. Taylor entre la charte ou la charia, son choix paraît déjà fait.

            Je vous dis, l’extrait vaut le détour.

            Serge Charbonneau
            Québec

          • avatar
            9 novembre 2013 à 8 08 54 115411
            Permalink

            Voilà enfin j’ai eu l’extrait de Taylor.

            À 22:11 le gros « truck » était de marque Ford.

            Il me semble que Taylor trouve que la société londonnienne serait l’idéale.

            Je pense aussi qu’il n’y a pas plus ouvert et plus riche que le Québec.

            La province de Québec n’est pas une Université, grand laboratoire et melting pot ANGLOPHONE malthusienne et russellienne.

            Charles Taylor est un CANADIAN.

          • avatar
            9 novembre 2013 à 9 09 52 115211
            Permalink

            Oui, Charles Taylor is a real «CanadiAn» !

            Il est temps que les Québécois décident d’être, comme le disait Jean Lesage dans les années 60, «Maitres chez eux».

            Salutations,

            Serge Charbonneau
            Québec

          • avatar
            10 novembre 2013 à 10 10 11 111111
            Permalink

            @ SC

            Faut pas se faire trop d’illusion : »Maître chez nous ».

            Tous nos éléments d’actif sont nantis. Notre « bas de laine » a été pillé.

            Les petits enfants de nos enfants n’arriveront pas à payer la dette.

            Le Canada veut se débarrasser de la province comme Desmarais se débarrassait d’une activité déficitaire.

            Même le fleuve appartient au fédéral.

            Salutations.

  • avatar
    9 novembre 2013 à 11 11 23 112311
    Permalink

    « 4. Réduire la sharia à son interprétation actuelle originaire des Saoud n’est pas sérieux. Tout connaisseur moyen de l’islam sait que la sharia, c’est un ensemble de différentes écoles juridiques bâties pendant plusieurs siècles, avec des courants contradictoires et une libre interprétation de principe combinant principes islamiques et…droit romain !!! (ce qu’on oublie systématiquement, des Saoud aux colonialistes occidentaux !). Le Code Napoléon par exemple est inspiré de la sharia malékite à la suite des cours qu’a reçu Bonaparte au Caire à l’Université al Azhar… La France et l’Europe continentale appliquent donc depuis 1804 au moins autant la Sharia que l’Arabie saoudite… Pourtant, ce n’est pas la même !!! Même les Frères musulmans dans leur majorité rejettent la sharia à la saoudienne et soutiennent que la sharia ne pourra être introduite, dans une version ou une autre, qu’après avoir été expliquée et avoir obtenu l’aval démocratique des sociétés sur le sujet et sur ses interprétations.



    5. En tout cas, la sharia dans ses diverses moutûres, ce n’est pas reproduire la vie des tribus bédouines sous Mahomet, c’est un processus juridique qui s’est construit après la formation de l’empire musulman, en tentant de combiner héritage islamique, gréco-romain et persan pendant plusieurs siècles au cours de la période de grandeur d’une civilisation islamo-arabe qui était progressiste et même très progressiste (par exemple, gratuité des hôpitaux et des services publics à Bagdad ou au Caire, coexistence de différentes religions au sein des universités, réinterprétation de la philosophie grecque, découverte de la médecine hindoue, etc.). Réduire la sharia aux peines du talion etc, c’est une interprétation grossière et pour tout dire néocoloniale correspondant à la vision des Saoud…mis en selle par les Anglais, ne l’oublions pas ! »

    Source : http://www.michelcollon.info/L-article-Islam-politique-ne-voit.html

    • avatar
      9 novembre 2013 à 16 04 46 114611
      Permalink

      La seule « charia » qui vaille, monsieur, c’est celle ou homme et femme sont parfaitement égaux en droits. Même la « charia » occidentale n’y est pas encore. Qu’en est-il tant de la vôtre?

  • avatar
    9 novembre 2013 à 22 10 51 115111
    Permalink

    La question est de savoir a qui profite la ‘haine’ des Arabes ? Et la réponse est fort simple… !

  • avatar
    11 novembre 2013 à 16 04 43 114311
    Permalink

    Quand même intèressante, cette prise de position en 2004 :

    Open letter to all Zionists and to their supporters

    By Robert Thompson
    Jul 16, 2004, 10:03
    Dear fellow children of Abraham,

    From an article by an Israeli journalist, I learn that your Hungarian founder, Theodor Herzl, wrote in his book Der Juedenstaat that his aim, in proposing the occupation of Palestine, was to « be a sector of the wall of Europe against Asia » and to « serve as the outpost of civilisation against barbarism ». This seems to have found an echo in the hideous theories put forward by the late unlamented Adolf Hitler when he invented his vile concept of a « master race », and is certainly reflected in the outpourings of many politicians in the U.S.A., who see Israel as the outpost of Western civilisation in its fight against « Arab-Muslim international terrorism. It is obvious that Theodor Herzl has no idea of European history, or of the contribution to civilisation and learning which came from such mediaeval Arab centres as Cordova, Baghdad and Granada.

    I come from a very different tradition from Theodor Herzl, and, as a committed practising Christian living in Europe, I see no particular virtue in the « Western » form of civilisation, and accept that every culture has its value, in so far as it respects the fundamental rights of all human beings – whether or not they are « Westerners ». This explains why I, among many others, support our fellow Christians whose culture and traditions are very different from our own, and I hope that you can understand this wonderful diversity.

    We deeply respect Judaism, and also Islam, and see no reason to support those who both claim to be Christians and, in their daily actions, contribute to the oppression of our fellow Christians, or equally to the oppression of those who follow the precepts of Judaism or of Islam.

    We are shocked that you should have learned so little from the horrors of the Nazi persecutions, in which so many innocent person were most cruelly ill-treated and murdered, just because they had parents or more remote ancestors who were or had been Jews. You should be willing to be among the first to break away from the circle of violence which arose from your invasion of the former Mandated Territory of Palestine. By 1948, you and/or your predecessors had managed to conquer some 78% of Palestine, leaving the indigenous people only 22%, which area is now known internationally as the Occupied Palestinian Territories. With the backing firstly of the Soviet Union, then of the U.S.A., and with the cowardly acquiescence of the Western European Wartime Allies, your « State of Israel » was recognised de facto and was admitted to become a member of the United Nations.

    Only a few neighbouring countries fully recognised and grieved for the suffering of the Palestinians, and following the seizure of the rest of Palestine and part of Syria, your state proceeded to humiliate and ill-treat the residents in all those Territories. This built up resentment which continues to overflow, through the evil influence of men whose hatred you have created, into terrorist acts, which all of us should deeply deplore. Now you are building a wall well inside the Occupied Territories to keep these terrorists, whom you have formed and created, at bay As the Judgment of the International Court of Justice clearly shows, the Court could not, because of the previous international acceptation and recognition of your boundaries, have criticised you if you had built this wall of apartheid on your side of the pre-1967 frontier, commonly known as the « Green Line ». No claims that the wall « works to keep out terrorists » can justify its having been built not only on the other side of the Green Line, but also in many places deep into the Palestinian West Bank.

    I am personally horrified that your state, after your fellow Jews had suffered from so much discrimination and hatred in Europe, should now oppress, rob and murder the indigenous people of Palestine, just because they are followers of Christianity or Islam. It is also extremely unpleasant to learn that your definition of who is a Jew, for the purpose of automatic accession to Israeli citizenship, owes nothing to Rabbinic teaching, but is based solely on the criteria defined by the Nazis.

    Please do what you can to make your state join the civilised world and negotiate a lasting peace with the elected representatives of the indigenous Palestinian people. If your state does not do this, there is every likelihood that it will soon cease completely to exist when the present reign of the U.S.A. as the world’s sole super-power comes to an end. Succesive U.S.A. administrations can in any case be fickle friends, since they previously created and backed such bodies as the Taliban and al-Qa’eda, and also gave massive help to their former friend Saddam Hussein before he overstepped the mark by invading Kuwait. I am sure that his former close associate, Mr Donald Rumsfeld can testify to that.

    Shalom, Salaam, Pax

    Robert Thompson

  • avatar
    23 novembre 2013 à 3 03 40 114011
    Permalink

    Merci pour ces articles. j’adore me nourrire de haine envers les arabes. ça me fait dresser l’zizi. Pourquoi se fâcher chers amis arabes soyez comme moi et nourissez vous de la haine je vous jure ça vous rends plus fort. Et puis le 11 Septembre j’en ai rien a fou***.

      • avatar
        23 novembre 2013 à 18 06 54 115411
        Permalink

        J-F Belliard,

        je ne sais pas qui vous êtes, mais je considère vos interventions comme particulièrement malsaines et perverses.

        par une affirmation de cette nature «Même des arabos-musulmans dégueulent sur les sociétés qu’ils FUIENT…», vous ne faites que jeter de l’huile sur le feu et vous nuisez considérablement à la crédibilité du site des 7.

        l’éditrice en chef vient, sans doute, de débuter dans ses fonctions. Elle doit roder la machine et je n’aimerais pas être dans ses pompes actuellement.

        sans être un donneur de leçon, je remarque que vous faisandez les débats – d’ailleurs vous m’avez déjà apostrophé de fort vile manière.

        en règle générale je ne prône pas la censure.

        mais, au vu de ce que vous venez d’affirmer, je crois qu’on devrait vous bannir de ce site.

        tout comme Charbonneau qui, de manière extrêmement maladive et perverse, fait dire aux autres … ce qu’il vient tout juste d’affirmer. Justement, A. L. en a fait la triste expérience:

        « Serge C.,

        Vous êtes perdus, pas à peu près. Ne m’associez pas à vos propos démagogues. Je n’ai rien contre les Arabes ou n’importe qui de n’importe quelle race. »

        Charbonneau m’a aussi fait le coup, par ailleurs.

        Finalement, la charade de Charbonneau à l’effet de savoir qui des arabes ou des occidentaux puent le plus … est tout simplement nauséabonde !

        Carolle-Anne, et ce n’est pas une mise en garde, devra mettre ses culottes.

        parce que je songe TRÈS SÉRIEUSEMENT â mettre un termes à ma collaboration avec un site qui donne la parole à des personnages plus qu’inquiétants.

        et, Demian West, que j’admire au demeurant, ne montre pas l’exemple lorsqu’il en redemande.

        sincèrement, je crois que la probité et la réputation de ce site sont gravement menacés par des gens comme Belliard et Charbonneau.

        cette fois-ci je ne parle pas de Père Ubu et je n’utilise plus d’esquive afin de montrer du doigt une plaie purulente !

        que Monsieur Allard et Madame l’éditrice en chef en prennent acte. Et ça presse et je suis sérieux.

        à bon entendeur, j’espère ne plus avoir à le répéter.

        • avatar
          23 novembre 2013 à 21 09 18 111811
          Permalink

          @ P-H P,

          Lorsque Montaigne parle d’ânes chargés de livres, il parle de type comme vous.

          Prenant exemple sur Paul Laurendeau, je ne ferai pas d’autre commentaire, maintenant ni à l’avenir.

        • avatar
          23 novembre 2013 à 21 09 57 115711
          Permalink

          Mon cher Patrice, cette charge contre moi est assez spectaculaire.

          Mais d’où sortez-vous, Patrice ?
          Vous tenez des propos incohérents et vous accusez les gens de faire exactement ce que vous faites.

          Votre comportement est étrange, vraiment étrange mon ami.

          Vous devriez opiner sur les sujets plutôt que sur les personnes.

          Que pensez-vous du lien que nous offre M. Belliard, Patrice ?

          Ce serait un sujet nettement plus intéressant que vos propos disgracieux, insultants et ne visant qu’à arroser le terreau de la zizanie.

          Salutations,

          Serge Charbonneau
          Québec

        • avatar
          23 novembre 2013 à 22 10 13 111311
          Permalink

          Mon cher Patrice

          Vous dites:
          « la charade de Charbonneau à l’effet de savoir qui des arabes ou des occidentaux puent le plus»

          Vous êtes incapable de lire, mon cher Patrice.
          Et vous faites celui qui ne sait pas comprendre.

          En parlant de mon vrai ami Mohamed, je dis:

          «Avant de connaître Mohamed, je m’étais toujours demandé si l’Arabe sentait autant que nous.
          Après m’être bien rapproché de Mohamed, je me suis aperçu que « je sentais plus que lui ».
          C’est fou, hein ?

          Comment parfois on peut imaginer qu’ils sentent plus que nous
          « alors qu’en fait c’est nous qui dégageons le plus ».
          Il est prouvé, je crois, qu’on ne se sent pas soi-même.

          C’est ce que je dis dans une parabole de mon invention.

          Et vous, Patrice, vous sentez-vous ?

          Je crois que vous êtes incapable de vous sentir et incapable de toute évidence de saisir des paraboles, mon ami.

          Salutations,

          Serge Charbonneau
          Québec

          P.S.: Craignez à mon retour, Patrice.
          Le poste de journaliste actualiste est ouvert.
          Cela vous intéresse sûrement, j’en glisse un mot à l’éditrice.
          Avec votre CV et les compétences que vous démontrez, l’affaire est dans le sac.

        • avatar
          24 novembre 2013 à 10 10 38 113811
          Permalink

          Patrice,

          Je ne demande rien et j’en redemande encore moins.

          Puisque mon avis vous semble intéressant, je vous assure que vos joutes incessantes et répétitives, entre vous et Serge et vues depuis l’extérieur de votre conflit, sont sans importance en regard des choses dont j’occupe ma vie.

          Comme tout le monde ici, j’attends que vos querelles cessent pour reprendre une lecture plus aisée de ce site, et surtout des sujets intéressants qui s’y trouvent.

          Vous me faites penser à ces querelles qu’on voyait sur Agoravox, et que lorsque les jouteurs n’avaient plus d’arguments ou qu’ils avaient vidé leur sacs à compliments, ils finissaient pas se jeter sur moi pour trouver un coupable commun, ce qui a discrédité le journalisme citoyen aux yeux de toute la Presse internet.

          Je n’en étais pas la cause, mais l’occasion. Regardez ce qu’est devenu Agoravox depuis, une erreur, un party d’after lynchage avec une gueule de bois énorme.

          Il est aisé de cesser un conflit, il suffit de s’intéresser à un sujet et de l’étudier. C’est ce que je fais tous les jours et mieux encore, je crée, et non pas des problèmes, plutôt des oeuvres réjouissantes pour les sens et l’esprit. Je ne sache pas que ce serait une quelconque attitude qui se réjouirait aux querelles.

          Et si j’ai montré quelque intérêt à ce conflit, c’est pour que vous en sortiez tous deux en ne perdant pas la face. Mais il fallait aussi que vous le vouliez.

          Sur le net, actuellement, il est encore pas mal de gens qui m’en veulent, et ils ne savent même plus pourquoi, ils ne m’ont jamais vu. Et cette haine, ces conflits sont les mêmes tensions qui agitent ceux qui aiment à blesser les autres, parce qu’ils sont mal dans leur peau et souffrent d’être qui ils sont. Il suffit de voir comment Madame Carole Anne Dessureault a été chahutée pendant des jours et alors qu’elle n’avait rien fait hormis qu’elle a donné l’exemple d’une parfaite retenue et neutralité, c’est ça qui est mal : la paix et les pacificateurs.

          Et c’est le même schéma, quand les jouteurs ont fini un cycle de combat entre eux, ils cherchent des innocents autour d’eux, femmes, artistes, personnes âgées, personnes sensibles etc, responsables obligés à une retenue exemplaire et donc liés, afin de les y mêler et s’il le faut en les accusant d’être les instigateurs, et tout pour alimenter le conflit et l’étendre…

          Pour le seul avantage du conflit.

          C’est sans fin et vraiment très nul. Et en plus c’est très ch… 😀

          Je dirais comme la critique journalistique après la première expo Dada à New York : « C’était bien ! mais ne recommencez pas ! » 😀

    • avatar
      23 novembre 2013 à 14 02 00 110011
      Permalink

      Ce regain de commentaires m’a attiré sur ce texte.
      À ma grande surprise, ce n’est que M. Belliard qui commente le commentaire pertinent, ironique et même provocateur de M. Chafik qui, par le nom, donne l’impression d’être probablement «arabe».

      C’est fou ce que «l’arabe» peut devenir comme une sorte de… je ne sais quoi.
      Parfois un terroriste, parfois un islamiste, parfois on dirait prequ’une « maladie ».

      Et pourtant un Arabe c’est exactement comme un Québécois, exactement comme un Français, exactement comme un Perse, ou comme un Chinois ou quoi encore.
      Finalement, un Arabe est un Humain comme exactement tout le monde, tout comme les Russes, les Vénézuéliens ou les Syriens.

      Cependant, chaque nationalité a ses caractéristiques associées à son climat, sa géographie, son Histoire et la culture qui en est issue.

      Je trouve dommage que votre commentaire ne soulève pas plus de réflexion, M. Chafik.

      Le lien que nous propose M. Belliard est vraiment intéressant.
      Les propos tenus par ce Maghrébin concernant la charte et concernant le mode de vie occidental versus celui des Pays arabes nous offrent des éléments de réflexion.

      Entre autres, les droits individuels versus les droits collectifs.
      Le débat si on le garde «poli» peut nous faire converger vers une prise de conscience collective intéressante et peut finir par faire en sorte qu’on cesse de se voir comme des ennemis devant s’accommoder l’un l’autre, mais plutôt comme des concitoyens faisant partie d’une même nation, la nation Québécoise.

      Salutations,

      Serge Charbonneau
      Québec

        • avatar
          23 novembre 2013 à 22 10 40 114011
          Permalink

          Merci, M. Belliard.
          Il dit avoir étudié à Lausanne.
          Il est peut-être Suisse.

          J’ai bien apprécié son commentaire.
          Je crois qu’il apporte vraiment de l’eau au moulin de la réflexion.

          Salutations,

          Serge Charbonneau
          Québec

  • avatar
    25 novembre 2013 à 1 01 51 115111
    Permalink

    @Patrice-Hans Perrier

    Patrice,

    Votre commentaire de 18 h 54 :

    Tout d’abord, n’envoyez plus de message à Pierre JC Allard pour prendre action sur le site; au cas où vous ne le sauriez pas, il a quitté son poste le 1er septembre dernier. Je le remplace en tant qu’éditrice, et Paul Laurendeau est l’éditeur-adjoint.

    J’ai pris note de vos commentaires de 18 h 54, et je les trouve inacceptables.

    Carolle Anne Dessureault

Commentaires fermés.