Haïti : Ce qu’on doit comprendre à propos de la lutte d’aujourd’hui

Par Joël Léon.  Le 11.02.2019.  Sur Mondialisation.ca.

Le texte qui suit présente le point de vue de la petite-bourgeoisie intellectuelle Haïtienne éprise de libéralisme, de démocratie, de modernisme, de développement, de justice social, d’équité, de transition (sic) et autres balivernes bourgeoises éculées. Il est bon que nos lecteurs lisent ce type de littérature afin de mesurer la profondeur du précipice qui sépare le prolétariat haïtien qui lutte contre la faim et pour sa survie physique élémentaire et cet intelligentsia parasitaire qui se propose comme supplétif des misérables prédateurs que le grand capital international donne aujourd’hui à bouffer aux révoltés des barricades. Selon nous, il n’y a rien à attendre des différentes vagues de soupirants bourgeois à la succession du Président corrompu actuel (comme le furent tous les exécutifs précédents et comme le seront tous les suivants). Le prolétariat haïtien a raison de se révolter et de tout casser. Ils marquent ainsi les limites de la prédation au-delà desquels le prochain pantin haïtien de l’impérialisme américain se le tiendra pour dit… Ca va chauffer au pays d’Haïti hurlent les affamés. Un prolétariat au haut niveau de conscience de classe. D’ici là, que ceux qui ont la chance de mettre la main sur quelques provisions se régalent. Vive le prolétariat haïtien en colère.  Robert Bibeau. Éditeur du webmagazine http://www.les7duquebec.com

«Hier était trop tôt, demain sera trop tard, c’est aujourd’hui qu’il faut procéder».

Ce qu’on doit comprendre à propos de la lutte d’aujourd’hui. D’abord, c’est un passage obligé, un pont conduisant à l’Haïti moderne et prospère dont nous rêvons depuis le 17 octobre 1806. Nous sommes à la dernière phase de sa matérialisation.

 

Le 7 février 1986 fut la première étape, le balayage de l’hérédité dans notre système politique. Cela entraîna un apprentissage douloureux des concepts rudimentaires de la démocratie, une tradition que nous n’avions pas. Une longue «transition qui n’en finit pas», certes, mais au cours de laquelle le peuple et ses dirigeants avisés ont pu atteindre l’intelligence et le niveau de maturité indispensables à l’accouchement de cette nouvelle Haïti. C’est-à-dire «Une société où chaque haïtien se sent à l’aise chez lui sur le plan politique, économique, social et culturel 

 

Ce qui a davantage compliqué le processus de changement, c’est qu’il y a un groupe de personnes_ ayant profité de l’instabilité, « trop gâtées » par l’argent facile et la jouissance effrénée des dividendes de la corruption_ refusent de lâcher prise. Ces individus deviennent les nouveaux boucliers du statu quo ante; ils ignorent que cette réalité était éphémère, et ils veulent l’instituer en un nouveau système d’État.    

 

Le pire, c’est que ces nouveaux millionnaires de l’interminable transition n’ont pas d’allégeance ni d’idéologie. Comme des prostitués ou des mercenaires, ils sont là où il y a de l’argent. Ils étaient à Caracas (Venezuela) ; ils traînaient leurs bosses à Hanoï (Vietnam), ils séjournaient à Taipei (Taïwan)…sans oublier Washington. Il s’agit d’un mélange scandaleusement hétéroclite. On trouve côte à côte d’anciens duvaliéristes, des lavalassiens, des «gauchistes» et Martellystes, avec l’objectif unique d’amasser des fortunes même dans le black-out.

 

En dernier essor, le peuple avait fini par comprendre que Joseph Martelly faisait, lui aussi, partie du problème de la transition. Maintenant il doit partir.  «La transition qui n’en finit pas», bien qu’elle ait été  péniblement supportable,  avait permis de dégager au niveau de l’oligarchie de potentiels alliés qui, curieusement, véhiculent les mêmes discours avec le «Camp National», la modernité d’Haïti. Une incursion importante pour la suite du combat sur le plan économique, financier et technologique.

 

Aujourd’hui, nous sommes à un carrefour historique où le dernier bouclier du monde ancien doit tomber pour que naisse la nouvelle société. Le peuple se rend compte, jusque dans sa subconscience, de sa responsabilité historique de «faiseur d’histoire»; il est convaincu que c’est tout le système qu’il faut changer. Après 33 ans de rapiéçage, il en a marre. La modernité s’impose. (sic)

 

Les rendez-vous historiques manqués avec Anténor Firmin au 19ème siècle, Dumarsais Estimé et Lesly Manigat  (sic) au 20ème siècle qui, par refus obscurantiste des élites, ou ambition politique dégénérée, ou la peur de l’oligarchie et de la classe politique, n’avaient pas eu la chance d’implémenter les principes de la modernité dans nos mœurs politiques, économiques et sociales.

 

Le caractère unique des protestations de ces derniers jours, comme me disait un ami hier, a une allure économique et non-politique. Le peuple perçoit l’appareil gouvernemental  seulement comme un moyen appréciable dans le processus de changement mais pas la finalité (ce qui est évidemment faux – le peuple conchis l’appareil gouvernemental. NDLR).  Ses revendications et son engagement sont profondément économiques et sociales depuis le prolongement du règne de Martelly sans Martelly.  J’insiste sur l’après-Martelly, car Jovenel Moise n’existe pas politiquement. Il y a eu de nombreux morts, notamment des jeunes, les plus souciés pour l’avenir, des adolescents et même des femmes; des casses ont été enregistrées aussi contre des compagnies, des voitures furent brûlées… Tout ceci fait malheureusement partie des dommages collatéraux de la lutte populaire, mais pas en vain. Cet engagement est l’expression d’une décision consciente et résolue à tout changer irréversiblement (Non malheureusement, la révolte populaire haïtienne n’a pas et ne peut pas atteindre la phase révolutionnaire prolétarienne avant le reste du continent américain. NDLR).

 

Désormais, aucun dirigeant n’a un chèque en blanc. Le changement doit être matérialisé dans la poche et l’assiette du peuple, sinon il n’y aura pas de rémission. Ce qui constitue un segment essentiel qui dépasse les limites de la première étape du combat, datée du 7 février 1986, qui fut de mettre fin à cette forme d’atavisme dans nos traditions politiques.  «Hier était trop tôt, demain sera trop tard, c’est aujourd’hui qu’il faut procéder.»  Le peuple intelligent d’Haïti l’a si bien compris qu’il accepte déjà le sacrifice ultime de jeter les bases d’une meilleure vie pour les générations à venir. Quel exemple d’humilité et de sacrifice de soi pour la rédemption et le sauvetage de tout un peuple!

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

2 pensées sur “Haïti : Ce qu’on doit comprendre à propos de la lutte d’aujourd’hui

  • avatar
    16 février 2019 à 16 04 46 02462
    Permalink

    Très intéressant votre façon de faire. Il est primordial de lire et de prendre le pou des intellos aux positions privilégiés et qui « surf » sur les mécanismes du système capitaliste en proposant toujours les même idées comme quoi après la souffrance il y aura l’espoir et que « le peuple » pourra faire comprendre « aux élites politiques » qu’ils doivent eux aussi avoir leur part du capital pour mieux vivre « éternellement » (sarcasme)…Je m’efforce de suivre les médias indépendants et anticapitalistes, j’adore votre site, je vais vous suivre et partager mes élucubrations car de lire mes compatriotes, cela me donne espoir comme quoi la vérité est sous nos yeux et il faut simplement les ouvrir et assumer ce que l’on voit. Merci.

    Répondre
    • avatar
      17 février 2019 à 15 03 10 02102
      Permalink

      Merci Mathieu

      En effet tu es à la bonne adresse anticapitaliste et anti go-gauche réformiste ce que nous sommes

      Il faut tout changer selon nous et les Haitiens sont aux premères loges eux qui souffrent tellement sous la botte de ces larbins d’intellos à gogo

      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *