Hamon le candidat du PS et après ?

Par Luc Michel.  Le 30.01.2017.
PRIMAIRES DU PS. LE PS LAMINÉ APRÈS 37 ANS DE MANIPULATIONS POLITIQUES INCESSANTES : HAMON LE PLUS MAUVAIS CANDIDAT A LA PRÉSIDENTIELLE OUVRE LA VOIE A MACRON LE CANDIDAT DE LA FINANCE !

Le plus mauvais candidat.
.
On voit la sujétion des médias du système (aux ordres de leurs maîtres de la finance) à la pensée unique. Que de fausses analyses, que de commentaires qui prennent le citoyen ravalé en électeur (le Citoyen français l’est sous la Ière République jusque Thermidor, les oligarchies bourgeoises au pouvoir usurperont le nom prestigieux de « république», «ma République répond du nom de Robespierre» chanteront Aragon et Ferrat) pour un idiot utile …
.
La presse aux ordres, qui enterrait le PS la semaine dernière, pense que finalement le parti « bouge encore »(sic) après la victoire sans appel du frondeur Benoît Hamon, dimanche, sur l’ancien Premier ministre Manuel Valls. Oui le PS bouge encore, comme aux soubressauts de l’agonie. Dans Libération (gauche-caviar style Bergé et gauche « bobo » réunies, avec un zeste de Söros), qui annonce la victoire d’une « gauche de gauche » en Une, Laurent Joffrin rappelle qu’on « disait le PS mort » et trouve qu' »il bouge encore et (que) ses chances de survie s’accroissent » (resic) !
.
La faillite nous voici !
.
Du Florentin Miterrand (qui fit émerger le FN  au même moment où il instrumentalisait « SOS Racisme ») – voir le livre « La main droite de dieu » – aux Machiavels aux petit-pieds, les Hollande, Valls et autres Cambadélis, le soi-disant P’S’ (la sociale-démocratie française n’a plus rien de « socialiste » depuis août 1914 où ses dirigeants lancèrent la classe ouvrière française contre celle d’Allemagne) voit 37 ans de manipulations échouer dans ce cloaque puant où la porte de sortie est en fait Macron, candidat de la Finance, de la Banque Rothschild et des grands médias …
.
Avec un FN, double créature de deux Frankenstein – tout d’abord en 1972 celle des réseaux Pasqua contre la gauche et les communistes (Alain Robert créateur du premier FN, où Le Pen n’était qu’un pion, a fini haut cadre gaulliste) en 1972. Puis à partir de 1982, celle des manipulations de Mitterrand pour briser la droite -, en embuscade : quelle réussite …
 .
* Lire sur LLB/AFP :
« Le PS bouge encore » (sic), « tout est possible » (resic), « un tube de colle pour Hamon » :
Revue de presse
.
_________________
Suivre Luc Michel sur les réseaux :
avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *