La cyberguerre a débuté: derrière les cyberattaques se cachent des pays

En analysant pendant un an 490 campagnes d’attaques dans le monde entier, un groupe de cyber experts a dégagé les profils d’une soixantaine de groupes dont la moitié serait parrainée par… des États (et l’autre moitié par des agences étatiques de l’ombre…NDLR)

 

Tous les experts le disent et le constatent: les cyberattaques d’ampleurs se multiplient et devraient encore augmenter dans les années qui viennent. Reste à savoir comment, pourquoi, mais aussi qui est derrière ces cyber-agressions qui visent aussi bien les administrations, les entreprises les plus importantes et les plus sensibles.

Thales et  Verint, un cabinet spécialisé dans la cyber-intelligence, viennent de publier le rapport « Cyberthreat Handbook« , afin de déterminer les profils des cyber-attaquants et leurs motivations. Une soixantaine de groupes et 490 campagnes d’attaques, parmi les plus emblématiques ont été analysées.

Contrairement aux idées reçues, 49% de ces groupes sont « parrainés » par des États. Derrière, les « hacktivistes » (26%) « qui poursuivent des motivations idéologiques » et les cybercriminels (20%), « guidés par l’appât du gain ». Les cyber-terroristes ne représentent que 5% des groupes analysés (sic). 

 

© Thales/Verint

 

Chacune des ces « familles » a des missions bien distinctes. Les États sont spécialisés dans « le vol de données sensibles de cibles géopolitiques » grâce à d’importantes ressources ressources financières et humaines. Leurs cibles: tout ce qui peut déstabiliser un pays. Le rapport cite « les capacités de défense, suivis du secteur financier, de l’énergie et du transport » en signalant que « les attaques envers les médias et le secteur médical sont en augmentation ».

Les cyberactivistes « dénoncent des faits qu’ils jugent inacceptables en portant atteinte à l’image de leurs cibles » via des défiguration de sites web et en menant des attaques en déni de service (Ddos). Les cybercriminels s’attaquent à la finance et commerce avec des armes comme le rançongiciel et les chevaux de Troie bancaire. Les actions des cyberterroristes consistent principalement à des opérations de propagandes pour recruter de nouveaux adeptes et détruire les données numériques.

© Thales/Verint

 

Dans cette guerre asymétrique, douze pays aux PIB les plus élevés de la planète sont les plus visés, précise le rapport. En tête: les Etats-Unis, la Russie, l’Union Européenne (en particulier le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne), la Chine, puis l’Inde, la Corée du Sud et le Japon.

Le rapport ne dit pas précisément quels sont les pays les plus actifs dans les cyberattaques et qui se cache derrière telle ou telle attaque. « L’apparition d’un « supermarché du malware » […] permet aux cyberpirates d’acheter et d’utiliser des logiciels malveillants développés par d’autres groupes d’attaquants. […] Cela rend par ailleurs la tâche des analystes plus complexe puisque les groupes d’attaquants ne se caractérisent plus nécessairement par le malware utilisé », indique le rapport.

Lazarus, le nom générique des groupes nord-coréens

© Thalès-Verint

Néanmoins, les techniques d’attaques donnent des indices qui permettent de savoir d’où proviennent les cyberattaquants.

« Selon leur origine géographique, tous les groupes d’attaquants n’utilisent pas les mêmes techniques », indique le rapport en précisant que les cybercriminels chinois « utilisent des ransomwares, préférant le minage de cryptomonnaies, ou cryptomining », qu’au Moyen-Orient, les pirates « privilégient l’utilisation frauduleuse des réseaux sociaux et des messageries cryptées ou développent des malwares ciblant des applications mobiles surtout sur Android ». 

Mais les plus difficiles à identifier sont les groupes nord-coréens qui se sont répartis un secteur cible en utilisant des moyens différents en le mettant en commun à certaines occasion. « Avec cette stratégie, il devient très difficile d’attribuer certaines attaques à un groupe particulier. Cela a conduit la plupart des observateurs à les amalgamer sous le nom générique de Lazarus ».

 

Les analystes de Thales et Verint ont défini quatre grandes familles d’attaquants. Sur la soixantaine de groupes d’attaquants majeurs analysés, 49% sont parrainés par des Etats © Thalès-Verint Les analystes de Thales et Verint ont défini quatre grandes familles d’attaquants. Sur la soixantaine de groupes d’attaquants majeurs analysés, 49% sont parrainés par des Etats

 

Source : MSN News.

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “La cyberguerre a débuté: derrière les cyberattaques se cachent des pays

  • avatar
    7 octobre 2019 à 23 11 33 103310
    Permalink

    Voilà ce qu’on disait ! la cyber guerre n’en encore qu’à son début ! il faut dire aussi que historiquement, Russes et Ukrainiens ont commencé il y a déjà 25 ans et étaient tellement bons que ce soit au niveau de l’état ou des hackers ! qu’un des meilleurs antivirus de l’époque Kaspersky ne devra sa renommée qu’aux russes et ukrainiens mais deviendra le pire antivirus plus tard !:))) suivront la Chine, Israel, l’inde et Corée du nord, avant que les américains se décident eux aussi à se lancer dans l’aventure des activités variées car ils se contentaient de développer les activités d’espionage comme révélés par l’affaire Snowden. et plus tard Wikileaks révélera que ce sont des entreprises Canadiennes, Italiennes et Israéliennes qui produisent des logiciels interdits destinés aux états policiers, souvent arabes ou africains, pour espionner leurs citoyens ! et les petits cyber criminels en Afrique du nord ou en égypte et les pays du golf par exemple, sont souvent appréhendés chez eux par les flics quelques heures à peine après les avoir signalé à moins d’être des pro!:))) moi ce qui me fatigue c’est surtout ces campagnes de désinformations utilisées par les pays ou la droite et les partis extrémistes et parfois même des entreprises pour vendre des histoires ou des produits, et des blogueurs anonymes aussi qui ont apparu aux alentours de 2005 !! Internet est devenu en l’espace de quelques années une telle poubelle mondiale pourrie et bourrée d’intox et de dangers que la liberté d’expression est sérieusement menacée cette fois ! et c’est justement le prétexte utilisé par les états pour justifier leur développement de la cyber surveillance ! ils font chier ces cons franchement !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *