LA « RÉFORME » DE MACRON: TRAVAILLEZ PLUS!

Par Nuevo Curso. Le 26.04.2019. Traduction:

 

Après les concessions « préventives » qui ont coupé la mobilisation massive des Gilets jaunes et la publication des résultats du « grand débat » , Macron a présenté hier une batterie de nouvelles mesures et de « réformes » pour faire de la République un projet national plus juste et plus humain » (sic).

 

Un contrat social pour la petite bourgeoisie provinciale

MEMBRES DU GOUVERNEMENT DANS
LA PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU
«GRAND DÉBAT NATIONAL»

Halte à la réduction des services sociaux de base fournis par l’État dans les zones rurales: plus aucun hôpital ni école ne seront fermés et davantage de «services publics» seront ouverts dans des zones moins peuplées, des bâtiments «France Services» concentrant les courrier, bureaux de la caisse de subsistance familiale, assurance maladie et bureau de placement.

La pension minimale est fixée à 1 000 euros et les pensions inférieures à 2 000 euros seront réévaluées en fonction de l’inflation à partir de 2020. L’âge de la retraite ne sera pas relevé, il est actuellement fixé à 62 ans. Oui, la prochaine réforme sera conçue Il est pratiquement impossible de prendre sa retraite à 62 ans si vous souhaitez facturer au-dessus du minimum. Il s’agit essentiellement de prendre la retraite des travailleurs de la fonction publique à 65 ans et d’obliger les petites entreprises à payer davantage de cotisations ces dernières années … en échange d’une réduction de l’impôt sur le revenu de 5 000 millions d’euros, sans toucher aux dépenses taxe foncière dont la dérogation a été proposée.

Dans le paquet architectural de l’État, encore une fois toute une série d’anciennes utopies de la petite bourgeoisie. Nous revenons au vieux mantra de « l’État bon marché » – 1/3 de moins de députés – à la « fin des privilèges » – la fermeture de l’ENA, symbole de la haute bureaucratie d’État détestée par la petite bourgeoisie levantisca- facilite les référendums de l’initiative mixte (de 3 à 1 million de signatures) et la proportionnalité électorale est augmentée pour donner plus de poids aux provinces moins peuplées et aux partis locaux.

Enfin, la politique d’immigration propose une refonte de Schengen, qui inclurait moins d’États, en laissant de côté les groupes de Visegrad et d’Italie et définissant clairement une zone d’influence franco-allemande. Il reste à voir quelle place occupera l’Espagne là-bas, porte d’entrée d’une bonne partie de l’émigration africaine qui se dirige vers le nord, mais il est clair que la xénophobie de la petite bourgeoisie rurale française trouvera un écho dans la politique de migration européenne.

Et pour les ouvriers?

Au cas où nous ne serions pas satisfaits du fait que les retraites moins élevées resteraient tout aussi basses par rapport à l’IPC, les « réformes » nous offrent cette fois une garantie que les crèches ne seront pas massifiées davantage (maximum de 24 enfants par classe) et que Une pension alimentaire non payée peut être obtenue de manière confiscatoire, dans des conditions acceptables, par les mères célibataires ou divorcées. Rien de plus? Oui, quelque chose d’important a également servi à récupérer plus de minutes d’explications présidentielles récupérées de vieux arguments douteux : travailler plus.

De quoi s’agit-il?

MACRON AVEC LES ÉLUS NORMANDS
LOCAUX DANS LE «GRAND DÉBAT
NATIONAL»

La bourgeoisie européenne a deux ans d’impasse politique face à une révolte presque généralisée de la petite bourgeoisie et en particulier de la petite bourgeoisie périphérique. Ce qui en Espagne a été la crise catalane , en Grande-Bretagne était la base sociale du Brexit, en Allemagne, en Italie et en Autriche des mouvements xénophobes et en France d’abord du nationalisme corse puis des gilets jaunes . Mais ceux-ci sont allés plus loin. Leurs formes de mobilisation et les slogans qui ont surgi menaçaient de réveiller une classe ouvrière politiquement absente qui poussait les conseils de protestation vers des salaires et des retraites. Macron a ensuite lancé une contre-offensive en trois mouvements qui se termine maintenant:

 

Ce qu’il faut apprendre de tout cela

LE JAUNE APPARTIENT AUX CHAMPS-
ÉLYSÉES, LE DRAPEAU NATIONAL,
SYMBOLE DE L’INTERCLASSISME ET
DE L’ASSUJETTISSEMENT DU CADRE
RÉPUBLICAIN ET DES OBJECTIFS DE
LA CAPITALE NATIONALE.

Le discours populaire, les drapeaux nationaux , les revendications du «territoire» et les réformes démocratiques … mènent toujours au même endroit: «que l’Etat et l’économie fonctionnent mieux». Mais cela, dans un capitalisme avec une tendance permanente à la crise , incapable d’offrir à sa force de travail – plus de bien-être, de liberté ou même une culture humaine, ne signifie rien d’autre que l’exploitation, la précarisation et la paupérisation . D’ une manière ou d’ une autre, il n’y a pas de « réforme démocratique » pour « participative » qui ne passe pas par là.

Puis-je m’attendre à autre chose? Puisque le terrain de mobilisation des « gilets jaunes » n’a pas facilité ni concrétisé l’organisation des travailleurs en tant que tel, la vérité est que non. « L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes » n’est pas une expression pour des moments d’inspiration, c’est une réalité et une nécessité immédiate … de l’ Iran à la Tunisie , du Mexique à l’ Argentine et bien sûr de l’Europe, de l’Afrique et de l’Asie. Ce n’est qu’en luttant pour nous-mêmes et en nous affirmant comme une seule classe , sans divisions d’identité ni contaminations patriotiques plus ou moins déguisées, que nous pouvons affirmer un terrain de besoins véritablement universels. qu’ils peuvent faire face à la misère d’un monde enlisé.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

2 pensées sur “LA « RÉFORME » DE MACRON: TRAVAILLEZ PLUS!

  • avatar
    28 avril 2019 à 3 03 07 04074
    Permalink

    en remerciement à nos grands cousins Canadiens…

    28/04/2019 – https://wp.me/p4Im0Q-2Ru – Quand l’acte XXIV se fait en chanson, c’est le peuple en marche…. réelle et sans renaissance… Etre ou ne pas être peuple !

    Bonnes routes

    keg

    Répondre
  • avatar
    29 avril 2019 à 5 05 00 04004
    Permalink

    .. encore faut il trier les « bonnes paroles » et distinguer les vraies des fausses!… le Professeur Adriano Segatori a été pourtant clair dans son diagnostic !… Pour le commun des mortels qui n’a pas forcément accès a la psychanalyse pour saisir le fond, il reste néanmoins le « comportementalisme » pour observer la forme et faire le tri en se repassant les vidéos!…. ( rappel: quand l’individu porte son regard sur sa droite il dit vrai// quand son regard se porte sur sa gauche, il ment effrontément!)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *