La tâche difficile de nous faire croire en la nation

Le 3.04.2019. Sur Nuevo Curso. Traduction Les7duQuébec.com

 

 

Dans le dernier épisode de cette série , nous avons vu comment les bases ont été jetées pour que la croyance en la puissance de la bourgeoisie pour créer de la richesse soit aussi forte que la croyance dans le pouvoir de guérison pour les personnes et les royaumes du passé dynastique. Cependant, pour répondre aux fantaisies de la bourgeoisie, il manquait quelque chose d’important: convaincre de la réalité du corps de la nation qu’elle béatifiait, afin de convaincre les gens que l’État en faisait partie. Et ce ne serait pas une tâche facile ni automatique, même au début du dix-huitième siècle en Angleterre.

CARTE DE LA FRANCE PAR MARTINEAU EN 1700
LES DIVISIONS DES MANOIRS ET DES DROITS
FÉODAUX BORDÉES PAR DE NOBLES  DES
PUISSANCES DU ROYAUME.

Ce n’est pas un détail technique, c’est que sans l’approbation du Parlement – peu importe combien cet organe représentait les classes possédantes – les grands projets ne seraient pas financés. Il a fallu plusieurs décennies pour pouvoir adopter les lois sur la canalisation et les réformes économiques en Angleterre. Dans le cas de la France absolutiste, Du Pont de Nemours a insisté, toujours à la fin du XVIIIe siècle, pour dire que la France n’était pas un État intégré et que ses sujets étaient à peine reconnus comme faisant partie d’un ensemble plus vaste:

Monseigneur, la racine de ce mal vient du fait que le royaume n’a pas de constitution. C’est une société composée d’ordres mal unis et d’une société dont les membres sont unis par très peu de liens sociaux: ainsi, presque personne ne se soucie de rien d’autre que de leurs propres intérêts, où presque personne ne remplit ses devoirs ou ne sait comment il est lié à d’autres. Ce que cela implique… Que Sa Majesté doit prendre chaque décision par lui-même ou par l’intermédiaire d’agents.  DuPont de Nemours à Louis XVI, 1775.

 

COUPLE VÊTU DES COSTUMES
CARACTÉRISTIQUES DE LA VALLÉE DE
L’ANSO À LA FIN DU 18 ÈME SIÈCLE.

Contrairement à la hagiographie resplendissante que la bourgeoisie se fait d’elle-même, la nation en tant que corps social constituant un peuple uni était incompréhensible. Les rois absolutistes avaient ajouté des régions à leurs domaines dans les allées et venues des conflits dynastiques européens apparemment sans fin, régions qui conservaient en grande partie leurs privilèges et étaient strictement divisées en classes sociales. Les lois somptuaires (limitant le type de vêtement et les activités auxquelles chaque classe pouvait participer), les variations linguistiques et les fêtes féodales insistent continuellement sur les particularités locales de la division du pouvoir dans chaque société. En France, la situation était particulièrement problématique, la taille ) … Et ensuite, investir dans la société de perception fiscale – la Ferme générale – qui a pressuré l’ensemble des classes productives, en trouvant toujours des moyens créatifs de remplir les coffres du roi. Cette situation était économiquement et socialement intolérable:

La guerre de succession autrichienne a coûté à la Grande-Bretagne 43 millions de livres, dont 30 millions s’ajoutant à la dette publique. Avec la taxe foncière à 4 shillings la livre, les alarmistes du gouvernement ont annoncé la faillite nationale. La Grande-Bretagne a toutefois supporté les coûts, tandis que le système financier français – même si la France est un pays beaucoup plus peuplé – a complètement sombré […] Les Britanniques ont été soumis à des impôts plus élevés que leurs voisins européens: 17,6 livres par habitant par rapport à 8,1 livres en France. Cependant, même si la Grande-Bretagne avait entre 61 et 74% de toutes les dépenses nationales de guerre, plus que la France, cela ne représentait qu’entre 9 et 12,5% de son PIB.  Benno Teschke, Le mythe de 1648

«LE VRAI CADEAU DE GUÉRIR».
CARLOS II EN CÉRÉMONIE D’IMPOSITION
DES MAINS

La mort par noyade matérielle et productive de l’ancien régime féodal est évidente; comment il était possible de passer d’une société aussi fractionnée et hiérarchisée à une nation moderne n’est pas si évident. Les détachements de gardes nationaux des différentes régions ont-ils déclaré leur allégeance à la nation française entre 1789 et 1790 par une illumination divine? En Angleterre, les rêves révolutionnaires cromwelliens de former un « État immortel » basé sur le modèle circulatoire de Harvey au milieu du XVIIe siècle se heurtèrent à la contre-révolution et à l’adoration de Charles II par une grande partie de la population.

Pythagore et l’hydromant

PLAN DE STANTON DREW DE WOOD,
QUI SELON LUI UTILISAIT LE « SYSTÈME
DE PYTHAGORE », REPRÉSENTANT LES
ÉTOILES ET LES PROPORTIONS DANS LA
CONSTRUCTION.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, dans la nouvelle société, la moralité était littéralement « construite » et, qui pourrait être plus approprié pour créer des mythes nationaux que notre ancienne connaissance, l’architecte John Wood. En effet, Wood élabore tout au long de sa vie un récit long et délirant de genèse nationale pour la Grande-Bretagne. Wood présente le roi celtique Bladud comme le fondateur de la Bretagne celtique originelle. Bladud aurait parcouru le monde et rencontré le savant mythique, Pythagore, auprès duquel il aurait appris non seulement les règles des mathématiques et de l’architecture, mais également comment bâtir un véritable Commonwealth.. Pythagore aurait appris les véritables proportions du temple de Salomon et Bladud les aurait appliquées plus tard pour construire Stonehenge et Bath, fondant ainsi la nation britanniqueLes illusions nationalistes de Wood ne suscitèrent guère d’intérêt au début du XVIII, mais les mythes selon lesquels il s’agissait de plagier sans vergogne s’ils étaient au centre des Lumières. Le roi de Pythagore qui a fondé le Commonwealth n’est rien de plus qu’une allusion à peine voilée au mythique second roi de Rome, Numa Pompilio. Numa est un véritable mythe télescopique. Les Romains eux-mêmes mythifièrent Numa en l’associant à Pythagore. Saint Augustin le mythifiera encore davantage en l’accusant d’être un hydromancien dans le même livre, « De civitate Dei« , Religieuse citoyenneté romaine. Ce qui manque à la bourgeoisie c’est un culte de la nation – c’est-à-dire à la capitale nationale – ce que Numa leur offre en fondant le Commonwealth romain. Rousseau sera absolument clair à ce sujet:

 

Ceux qui ne voient Numa qu’une personne qui a institué des rites et des cérémonies religieuses ont commis une grande erreur de jugement. Numa était le véritable fondateur de Rome […] C’est Numa qui a transformé Rome en une unité durable en unissant ces bandits en un corps indissoluble, les transformant en citoyens, non pas par des lois, mais par les institutions modérées qui les unissaient. les uns sur les autres et tous sur leur terre pour finalement sanctifier leur ville avec ces rites apparemment frivoles et superstitieux.

La Confédération des Barreaux [Le groupe polonais auquel le texte est adressé] sauf la patrie mourante. Vous devez enregistrer cette grande époque en caractères sacrés, dans tous les cœurs polonais. J’aimerais voir un monument érigé à sa mémoire et y inscrire les noms des confédérés […]. Des célébrations solennelles sont organisées tous les dix ans. Que les citoyens qui ont eu l’honneur de souffrir pour leur mère patrie soient loués avec dignité.  Jean-Jacques Rousseau, Considérations sur le gouvernement de la Pologne 1772

GUILLAUME D’ORANGE ET LES « SEPT
IMMORTELS » QUI L’INVITENT À
CONQUÉRIR LE ROYAUME.

Comme nous le verrons bientôt, Pythagore sera une figure fondamentale pour les groupes et les sociétés éclairés du XVIIIe siècle, mais les Anglais manquaient d’un culte religieux national antérieur. En fait, la religion officielle sera le ciment du premier nationalisme britannique. Avec la « Glorious Revolution » de 1688, le dernier roi catholique d’Angleterre avait été expulsé. La nouvelle maison royale fera du protestantisme son drapeau nationalWilliam Pitt et le gouvernement de William III s’efforcent de parler du « public britannique ». et dans la nécessité de défendre à tout prix la religion contre la France et l’Espagne. Le patriotisme clérical anglican se reflétera dans le patriotisme des sermons quotidiens de l’église. Cet effort de l’État, associé à l’extension des journaux et de la presse, contribuera lentement à la création du « peuple » qui commence à s’identifier en tant que tel au début de la révolution industrielle:

 

Il existe de nombreux membres du peuple en dehors de la sphère d’influence de l’homme opulent, c’est-à-dire de ce genre d’hommes qui existent entre les très riches et les très pauvres, ces hommes qui possèdent trop de richesses pour se soumettre à leur prochain, mais sont trop pauvres pour s’instituer chez les tyrans. Dans cet ordre moyen de l’humanité se trouvent tous les arts de la connaissance et les vertus de la société. Cet ordre est le seul connu comme le véritable gardien de la liberté, et on peut l’appeler le peuple.  Oliver Goldsmith, le vicaire de Wakefield 1766

 

La bourgeoisie française, en revanche, n’a pas cette chance: elle ne peut pas être soutenue par une église catholique légitimant le pouvoir absolutiste.

Le cercle vertueux

« Le goût des cercles, inconnu de nos parents et copié de l’anglais, a commencé à se naturaliser.  » Louis-Sébastien Mercier, Tableaux de Paris 1781

Oh cercle social!
Doux espoir d’un pacte général
Des peuples opprimés, votre ligue fraternelle,
je jure de vous libérer, dans son ensemble, de manière universelle.

Nicolas de Bonneville 1793

FRANÇOIS QUESNAY

Le culte de la géométrie et des proportions sacrées que nous avons vu chez les maçons anglais va se propager d’Angleterre à la France entre l’aristocratie et les élites. De nombreuses sociétés s’installent dans les villes, encourageant un nouveau type de morale. Au sein du cercle social – tracé par la boussole proverbiale – les différences de classe sont éliminées et remplacées par la fraternité, supposément méritocratique, des initiés. Il n’ya pas que la franc-maçonnerie, plusieurs mouvements éclairés s’appuieront directement sur le pythagorisme pour construire la nouvelle morale nécessaire à leurs grands projets de réforme sociale. Parmi eux se trouve une vieille connaissance de cette série, la secte des physiocrates (également connue sous le nom d’ économistes ), Quesnay et Dupont rendant hommage à Pythagore, Hermès et Confucius. Quel était le problème avec le corps social selon Quesnay?

La monarchie est un corps organisé dont la tête change constamment, ce qui rend ce type de gouvernement particulièrement redoutable et l’expérience nous en montre extrêmement bien les effets. Ce devrait être l’organisation du corps qui régule la tête. C’est cette organisation qui n’a pas encore été établie de manière sûre.

Francois Quesnay à Mirabeau

VAN HELMONT

Comment résoudre le problème de l’organisation du corps social? Quesnay se tourne vers la même alchimie helmontienne qui avait servi de modèle aux économistes de la Royal Society un siècle plus tôt .

[Quesnay] a montré un intérêt éclectique pour les différentes écoles des XVIIe et XVIIIe siècles associées à van Helmont, Stahl, Hoffmann et Booerhaave, ainsi qu’une grande fascination pour un «fluide actif», «l’agent principal du mécanisme de l’univers», En tant qu ‘«éther ou esprit vital», il était étendu non seulement par l’économie animale à travers les nerfs, mais aussi dans chaque objet.

Michael Sonenscher

Mais comment assurer le flux ininterrompu dans un corps social aussi déconnecté et divisé que celui que Dupont a lui-même décrit au roi au début de ce chapitre. Les physiocrates ont un plan avec leur « philosophie rurale« : de grandes cérémonies rituelles à la campagne inspirées par des sociétés fraternelles visant à effacer les frontières de classe de l’ancien régime.

Inspiré par Gebelin, Dupont présenterait ses fêtes agraires comme des moments de grand bonheur, qui réuniraient tous les membres de la société et leur « inculqueraient les mêmes principes, les mêmes goûts; promouvoir l’amour de l’ordre, de la vertu et du travail productif ».

Les physiocrates et les lumières

TIMBRE PHYSIOCRATIQUE:
«CELUI QUI TRAVAILLE LA TERRE SERA
REMPLI»

L’obsession de la secte par Leibniz (qui soutenait – avec les jésuites – l’origine chinoise d’Hermès) et la Chine confucéenne, amènerait Dupont à copier ouvertement les rituels confucéens dans ses propositions de festivals agraires, suscitant le ridicule et des critiques qui a comparé graphiquement le « Tableau Economique » de Quesnay avec le I Ching . Ironiquement, ce sera quelqu’un inspiré par la physiocratie et la « chimie » de van Helmont qui précipitera les événements de la révolution. Après plusieurs tentatives de rationalisation des taxes et d’augmentation de la productivité agricole, Lavoisier finit par ordonner la construction d’un mur de péage de luxe autour de Paris, aux dépens du contribuable. Ce sera l’un des déclencheurs directs de l’insurrection parisienne.

 

La lanterne magique

L’OPÉRA DE PARIS, FAISANT PARTIE DU PALAIS ROYAL, PENDANT LA RÉVOLUTION

Dès 1789, les multitudes vont à l’assaut de la Bastille, elles abattent le mur de Lavoisier ou défilent sur Versailles, et tant d’autres grands succès des premiers instants de la révolution, quittent le Palais-Royal. C’est le palais du duc d’Orléans – chef du Grand Orient – plein de théâtres et d’un opéra. C’est là que Camille Desmoulins met la feuille verte et qu’elle se souvient de la nuit du 12 juillet, de la prise de la Bastille. L’un des frères du Palais-Royal qui planifie l’assaut et qui deviendra plus tard officier de la garde nationale est Bonneville, l’idéologue du « Cercle du peuple franco » et son journal révolutionnaire « La Boca de Hierro ». Il est le modèle des radicaux de la révolution et Babeuf a travaillé avec lui. Voyons quels sont les arguments révolutionnaires de Bonneville en juin 1789. Son travail se termine ainsi au terme d’une spirale ascendante sur les religions et les sociétés :

Le peuple, qui anime la constitution de l’État en tant que sang qui vivifie la constitution de l’homme, doit atteindre tous les lieux, à l’instar du sang qui circule dans tout le corps humain. Cette comparaison que nous offre la nature a-t-elle besoin d’être commentée?

À propos des sorciers [sorciers]

Il y a longtemps que l’on croyait aux sorciers, a déclaré Voltaire, et des juges qui n’étaient pas des sorciers les ont fait mijoter pour sauver leur âme. […]

Les premiers qui ont parlé sérieusement de la division des héritages, et qui ont trouvé dans cet universel partageant le véritable art social, étaient ceux que les initiés appelaient des sorcières parmi eux.

À propos des magiciens

Les magiciens, comme les sorciers, s’occupaient de la division [égale] des terres et ne voyaient pas dans le succès de leurs opérations plus que la division universelle successive que la communauté devait apporter.

Ses bagues magiques représentaient l’année; leurs cercles magiques étaient en partie l’emblème d’une constitution universelle et d’une sanction annuelle, où le tout gouvernait le tout; le cercle lumineux ou la lanterne s’appelle vulgairement la lanterne magique.

Bonneville, De l’esprit des religions 1789 (diffusé en juin 1789, publié en 1791)

Le texte continue de représenter différents types de constitution du corps de l’État sous forme de cercles magiques, pour finalement insister sur le fait que l’objet est la recherche d’une véritable constitution nationale.

PARTI DU SUPRÊME ETANT ORGANISÉ
PAR L’ETAT PENDANT LE GOUVERNEMENT
JACOBIN.

 

Les Jacobins, restés en dehors du Palais-Royal, ont ordonné leur fermeture forcée en 1793. Toutefois, la centralisation et la rationalisation de la circulation et du territoire continueront à augmenter. Ce n’est pas que l’idée de « religion civique » n’était que la bannière des radicaux, les Girondins modérés avec Lanthenas en tête proposent également des festivités et une religion civique beaucoup plus modérée basée directement sur Rousseau. Les grands festivals et rituels dans les provinces qui se déroulent effectivement depuis 1789. Prenons par exemple les grands festivals. Les grandes processions et fêtes symboliques célébrant l’union symbolique des régions de la nation se répètent sur tout le territoire de l’État, avec les statues de la raison,

Après que la Convention nationale eut accepté sa volonté de rejoindre la République française, l’Assemblée nationale des Allobroges décréta que toutes les municipalités du nouveau département du Mont-Blanc organisaient une fête civique pour le célébrer. Sallanches n’est pas plus qu’un petit village et n’a pas les ressources nécessaires pour organiser une cérémonie sophistiquée. Après une messe d’action de grâce, un défilé très martial défile dans les rues avant d’arriver à la mairie devant laquelle est chantée la Marseillaise. […]

La monstrueuse statue de l’anarchie est percée par un rayon du mot Law qui, haut dans les cieux, fait savoir qu’il s’agit avant tout de passions humaines et qu’il triomphe toujours. […]

L’orateur prononce un discours approprié aux circonstances. Les 84 guerriers s’approchent de l’autel de l’Union: deux d’entre eux posent les cœurs qui se tenaient entre leurs mains et les brûlèrent. Tous les soldats viennent, posant leurs sabres sur le bouclier de l’Union, pour jurer paix et fraternité à tous les peuples et à l’unité de la République française.

La Savoie, la France et la Révolution: repères et échos 1789-1799

ROUGET DE LISLE COMPOSANT LA MARSEILLAISE

Même si la révolution finit par être vaincue, la construction nationale finira par être un succès, comme en témoigne le fanatisme provoqué par la mère patrie lors des guerres napoléoniennes. Malgré les intentions universelles et égalitaristes de ses projets initiaux, la nouvelle société reste divisée en classes et avec un nouveau mode d’exploitation brutal qui sera développé au cours du siècle suivant la Révolution. Ironiquement, sous la couverture idéologique d’un étudiant direct de la secte des économistes partis étudier avec Quesnay à Paris, Adam Smith.

Lire aussi

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *