La trêve olympique, moment « idéal » pour déstabiliser un pays ?

Un oeil sur … la Russie
Mikhail Gamandiy-Egorov :

Par La Voix de la Russie |

La déstabilisation de pays en y créant le chaos, via le sponsoring « d’opposants » aux gouvernements, formation de ces derniers dans des centres spécialisés, création de rébellions armées pour provoquer des putschs et destituer des chefs d’Etat et gouvernements légitimes,… Tout cela ne date pas d’hier. Bien que certaines de ces tactiques évoluent, si l’on peut dire ainsi, d’autres éléments se retrouvent eux dans la constante.

Août 2008. Ouverture des Jeux Olympiques d’été de Pékin. Le monde entier a les yeux rivés sur le principal événement sportif planétaire, organisé pour la première fois par l’empire du Milieu. Un événement durant lequel traditionnellement, tous les conflits au niveau global doivent être mis de côté, c’est ce qu’on appelle la trêve olympique.

Pourtant et en cette période de paix, de joie et de respect mutuel, la paix sera justement rompue. Dans la nuit du 7 au 8 août 2008 (le 8 ayant été le jour d’ouverture des JO de Pékin), les forces armées géorgiennes attaquent la République d’Ossétie du Sud et par la même occasion les forces de maintien de la paix russes et de la CEI chargées d’assurer la paix et de faire éviter les affrontements. Une attaque préparée d’avance et dans laquelle les USA joueront le premier rôle. Sans oublier les autres pays ayant participé à l’armement massif du régime criminel de Saakachvili, dont la Grande-Bretagne et Israël.

En effet, les Etats-Unis ont non seulement armé et formé l’armée géorgienne, mais des formateurs-soldats étasuniens participeront même à l’assaut de Tskhinval, la capitale d’Ossétie du Sud. Cette brève attaque fera tout de même 1600 victimes au sein de la population civile ossète (1600 sur un total d’environ 30 000 habitants que compte la ville). Brève car la Russie interviendra et sauvera le peuple ossète d’un véritable génocide massif. C’était donc en 2008.

Février 2014. Jeux olympiques d’hiver de Sotchi. Un événement organisé avec brio et que l’on a déjà traité précédemment. Une victoire de la Russie sur tous les plans, aussi bien organisationnel que sportif. Sauf que pendant ce temps, des forces malsaines pousseront définitivement l’Ukraine voisine dans le chaos. Une « révolution » selon les Occidentaux. Un coup d’Etat armé de tout ce qu’il y a de plus pur en réalité. Un putsch qui voit l’avènement de forces extrémistes dans cette « nouvelle Ukraine ». Tout ce qu’il y a de plus « démocratique » selon les élites politiques occidentales. Le problème, c’est que ces « élites » jouent avec le feu, dans le vrai sens du terme.

Pas tellement vis-à-vis d’eux-mêmes, mais surtout à l’égard des peuples qu’ils prétendent représenter. L’alliance avec les extrémistes wahhabites et salafistes en Syrie, dont bon nombre sont citoyens des pays de l’UE, qui rentreront demain (c’est déjà fait en grande partie pour ceux restés en vie) dans les pays de leurs citoyennetés respectives, représente une véritable bombe à retardement pour les populations des pays en question. Et à l’instar de la Syrie, en Ukraine, ceux que le Département d’Etat étasunien a massivement soutenus, en l’occurrence les groupes néo-nazis qui aujourd’hui contrôlent les rues d’une partie importante de l’Ukraine, représenteront demain eux aussi un vrai danger pour l’Europe. Cette Europe oublie trop souvent que le nazisme à une époque était justement venu par la violence des rues. Et les néo-nazis ukrainiens sont aujourd’hui tout aussi déterminés à prendre contrôle du pouvoir en Ukraine que l’étaient les nazis allemands avant que cela ne devienne le cas. D’ailleurs, le leader du tristement célèbre Praviy Sektor, Dmitri Iaroch, a désormais affirmé ouvertement son intention de se porter candidat à « l’élection » présidentielle en Ukraine. Le noyau dur fasciste de la « révolution pro-occidentale » aujourd’hui montre-t-il clairement ses visées pour demain ? Fort malheureusement pour l’Ukraine, oui.

Certains diront que les extrémistes existent partout. C’est vrai. Mais lorsqu’on arrive à la situation où ils font la loi, où ils affirment dorénavant représenter les « forces de sécurité » de tout un pays et où ils déclarent ouvertement leur désir de prendre officiellement le pouvoir, il y a de quoi à avoir peur. En Russie, où fort heureusement les organisations extrémistes ultra-nationalistes sont depuis déjà un certain temps dans l’illégalité, il serait impossible de voir un leader néo-nazi de skinheads racistes et xénophobes faire partie d’une « coalition » de pouvoir. Simplement impossible. Si tel était le cas, tout Russe censé passerait soit dans la résistance, soit quitterait le pays.

Maintenant, pour revenir à la relation Russie – Occident politique, les USA jouent leurs cartes géopolitiques, et l’Europe en paie les frais. Et la Russie dans tout cela ? Elle ne compte nullement se laisser marcher sur les pieds. C’est aussi simple que cela. Et ceux qui pensaient que la victoire diplomatique en Syrie n’était qu’un mirage d’un monde nouveau, qui pensaient aussi que l’Amérique latine redeviendrait leur arrière-cour, que le retour de la Russie n’était qu’un mythe, se sont terriblement trompés une fois encore.

Comme on le disait au tout début, certaines tactiques des USA & satellites changent et évoluent. D’autres restent les mêmes. Sauf qu’à notre niveau, on observe, on analyse et on prend note. Et déstabiliser des pays et nations en période de paix et de trêve olympique en dit long sur l’aspect moral des instigateurs. Quoiqu’il en soit, à toute tentative malsaine et néfaste se trouvera toujours une réponse digne et efficace. Que les faiseurs de troubles en prennent désormais bien note…

Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_03_12/La-treve-olympique-moment-ideal-pour-destabiliser-un-pays-0105/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 pensées sur “La trêve olympique, moment « idéal » pour déstabiliser un pays ?

  • avatar
    19 mars 2014 à 13 01 54 03543
    Permalink

    Très heureux d’avoir pu lire ce texte.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2014 à 11 11 22 03223
    Permalink

    Dès les premières agressions de l’ouest, en Afghanistan, Iraq, etc., au début du siècle il était prévisible d’en arrivé a une confrontation avec la Fédération de Russie et leur alliés. L’Europe comme lors des 2 premiers conflits, allait être au coeur même du déclenchement de l’actuelle guerre de longue haleine ce dessinant a l’horizon.

    Comme toujours lors de conflits majeurs ne manque qu’un prétexte pour justifier les hostilitées et l’agresseur, celui qui souhaite le conflit, crée une situation ou la partie adverse va poser le premier geste justifiant ainsi d’intervenir et dans ce cas-ci c’est l’Ukraine. En 39-45 c’était la Pologne et en 14-18 l’Autriche. Ce sont encore les grands banquier Européen qui tire les ficelles, rien de nouveau sous le soleil !

    Malheureusement ce conflit ci va durer longtemps et des millions d’humains vont mourir dans des conditions atroces.

    C’est l’essence même du capitalisme de survivre a même la destruction. Son cheval de bataille est un idéalisme démocratique adapté aux besoins du conquérants et imposé par la force lorsque toute autre option ont échouées.

    Jusquà la Syrie, l’envahisseur n’avait rencontré aucun obstacle majeur et avait même un coup d’avance car c’est en Lybie qu’il aurais dû rencontrer l’opposition a laquelle il fait face en ce moment.

    Ce coup d’avance leur a permis de déterminer ou l’évènement majeure prendrais place et selon leur estimation l’Ukraine constituait l’endroit idéal pour forcer la Russie a réagir.

    Les dés sont jetés et il n’y auras pas de marche arriêre de part et d’autres manque juste le coup de départ pour ‘officialiser’ le conflit.

    bonne journée-quand même !

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2014 à 13 01 13 03133
    Permalink

    Rappelez-vous tous qu’un siècle nous sépare de la Première guerre de 1914.

    Les maîtres du jeu sont des compulsifs obsédés par la numérologie. Voilà pourquoi 2014 représente une année charnière.

    Nous sommes assis sur un baril de poudre, j’en ai bien peur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *