Le premier empereur de la Chine, Qin Shi Huangdi

Un oeil sur …. la Chine
Carolle Anne Dessureault :

La vie humaine existe en Chine depuis quelques 1,8 millions d’années. Les dynasties chinoises présentées dans cette chronique remontent à plus de 2 000 ans avant Jésus-Christ.

Zhongguo (signifiant Le Pays du Milieu) est vaste en tout : superficie de 9 561 000 km2 qui représente plus de dix-sept fois la taille de la France; de grands plans d’eau faisant 270 550 km2; une population qui dépasse le milliard et quelques centaines de millions d’habitants; une terre ayant des frontières avec la Mongolie, la Russie, le Tadjikestan, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Inde, le Népal, le Bouthan, la Birmanie, le Vietnam, la Corée du Nord. On comprend qu’au cours des siècles les dirigeants ont été obsédés par la pensée de créer des frontières pour les protéger des envahisseurs étrangers, d’où la muraille sous le règne du premier empereur.

Avant d’aborder le règne du premier empereur de la Chine, voici une liste chronologique des dynasties qui se sont succédées jusqu’en 1912.

Chronologie des dynasties chinoises
Période des Trois Augustes et des Cinq Empereurs            avant 2070 av.J.-C.
XIA (17 rois)                                                                            2100 – 1600 av.J.-C.
SHANG (29 rois)                                                                    1600 – 1046 av.J.-C.
ZHOU occidentaux (15 rois)                                                  1046 –  771 av.J.-C.
ZHOU orientaux (25 rois)                                                         770 –  256 av.J.-C.
Période Printemps et Automnes (14 rois)                                722 –  476 av.J.-C.
Période Royaumes combattants (11 rois)                               475 –  221 av.J.-C.
QIN (4 rois et 3 empereurs)                                                 221 – 206 av. J.-C.
HAN occidentaux (15 rois)                                                      206 av. J.-C.  et  9 ap.J.-C.
XIN (2 empereurs)                                                                            9  –  26
HAN orientaux (14 empereurs)                                                       25  –  220
TROIS Royaumes de Chine (6-4-2 emp.)                                     220  –  265
JIN occidentaux (4 empereurs)                                                     265  –  317
JIN orientaux (11 empereurs)                                                        317  –  420
SONG (1ère période) Nord et Sud (46 empereurs)                      420  –  581
SUI (5 empereurs)                                                                          581  –  618
TANG (7 empereurs)                                                                      618  –  907
CINQ dynasties et DIX royaumes (13 empereurs, 10 rois)            907 –  960
SONG du Nord (2e période) (9 empereurs)                                  960 – 1127
SONG du Sud (2e période) (9 empereurs)                                  1127 – 1279
LIAO (9 empereurs)                                                                        916 – 1125
JIN (10 empereurs)                                                                      1115 – 1234
YUAN (15 empereurs)                                                                  1271 – 1368
MING (16 empereurs)                                                                   1368 – 1644
QING (12 empereurs)                                                                   1644 – 1912

Le premier empereur, Qin Shi Huangdi


Plaine chinoise à la fin des Royaumes combattants (-250 av.J.-C.)

Souverain du plus redoutable des Royaumes combattants à partir de 247 avant notre ère, le roi Zheng de Qin fonda en 221 l’empire chinois en rassemblant le pays, c’est-à-dire en abattant tour à tour tous les autres royaumes. Zeng de Qin se proclamant empereur prit le titre de Shi Huangdi, les mots Huang et Di étant utilisés autrefois pour les Augustes et les Souverains. Il y ajouta le Shi qui signifie premier. Ainsi, entra dans l’histoire le premier empereur, Qin Shi Huangdi.

À la même époque, en Méditerranée occidentale, Rome devenait la première puissance au détriment de Carthage et en Inde, les premiers royaumes toujours en guerre laissaient la place à un royaume unifié qui connut son âge d’or sous le règne du souverain Açoka.

Qui était Qin Shi Huangdi?

Qui était Qin Shi Huangdi? L’historien Sima Qian dans ses Mémoires historiques le définit comme un homme aux yeux proéminents et larges, à la poitrine d’oiseau de proie. Avec sa voix de chacal il était peu bienfaisant et avait le coeur d’un tigre ou d’un loup. Quant aux confucéens, ils le haïssaient au point de mettre en cause son ascendance royale chez les Qin, l’accusant d’être un fils illégitime de la concubine et d’un conseiller du roi.

Qin Shi Huangdi imposait son essence divine et savait s’entourer de mystère. Ses déplacements dans l’enceinte de ses palais devaient toujours être ignorés, car, quiconque en dévoilait le déroulement subissait la peine de mort. La vie à la cour était dominée par la poursuite de l’immortalité. Des magiciens étaient chargés de la recherche du mythique champignon zhi (encore populaire de nos jours, très en demande en Occident).

Un homme fort physiquement et moralement, dur, ambitieux, avec une puissance de travail incomparable et une capacité à s’entourer d’excellents collaborateurs. L’un d’eux, Li Si, joua un rôle important dans la consolidation du pouvoir impérial. Ainsi, Shi Huangdi  fit construire à Xianyang une réplique de tous les palais des seigneurs féodaux qu’il vainquit. Dans un édifice principal, la salle d’audience pouvait contenir 10 000 personnes.

Un fossé opposait les confucéens et la puissance de Qin Shi Huangdi. Les confucéens, adeptes de l’école des lettres, s’appuyaient sur la transmission de la vertu royale et les principes ancestraux pour assurer le bien-être du peuple. Le ministre d’État de Qin Shi Huangdi, au contraire, travailla durement pour élaborer une doctrine basée sur la toute puissance de la loi et sur les devoirs des sujets soumis au prince despote.

Des réformes eurent lieu. À la noblesse héréditaire se substituait une noblesse de mérite militaire. Le travail obligatoire fut institué. Les oisifs furent réduits à l’esclavage. Les familles étaient regroupées par unités de cinq, pénalement responsables pour chacun de leurs membres. Les peines étaient minutieusement répertoriées et d’une grande cruauté. En même temps, on encourageait et récompensait la délation. L’empereur divisait pour régner.

L’identité chinoise restera longtemps marquée par la politique de l’empereur

À partir de la capitale, établie à Xianyang, dans le Shanxi, l’empereur, sur les conseils de son conseiller Li Si, appliqua à tous les royaumes conquis les principes d’organisation qui firent la puissance de son royaume. Empire partagé en 36 commanderies, elles-mêmes divisées en préfectures. Il fit raser les murailles es villes et les fortifications locales furent systématiquement rasées. Pourquoi? Pour éviter toute résistance. Les armes étaient réquisitionnées ou fondues.

Le royaume très puissant de l’empereur est redoutable, mais dispose d’un atout naturel qu’il tire de sa situation géographique. Le territoire est facile à défendre car les passes de la rivière Wei permettent une surveillance efficace et la configuration de la vallée offre des solutions assez simpjles aux problèmes de la maîtrise des eaux. Dès le milieu du IIIe siècle, un canal et un réseau d’irrigation accroissent la productivité des sols. Ces progrès vont de pair avec une augmentation de la population, qui renforce la puissance militaire. D’autre part, les contacts permanents avec les Barbares nomades ont conduit le pays de Qin à conserver très vivantes ses traditions martiales, et notamment, à développer l’usage du cheval.

monnaie

Son royaume imposa une taille unique d’essieu pour les chars et les charrettes, facilitant ainsi la circulation des marchandises et des troupes et évitant les ruptures de charges à chaque ancienne frontière. Une seule monnaie et une seule unité de mesure furent adoptées : une monnaie ronde à trou carré sera mise en place et utilisée jusqu’au XXe siècle.

Tout dans sa politique conduit à la centralisation. Ainsi, le dessin du réseau routier partait en étoile de la capitale et était constituée de trois voies : l’une, centrale, pour le passage de l’empereur, et deux latérales.

Les fonctionnaires et familles trop puissants sont déplacés et rassemblés autour de la capitale, son nombre est estimé à 120 000. La vie des paysans, quant à eux, souffrait de privilèges, ils étaient successivement soumis à la corvée pour l’accomplissement des grands travaux. Ils pouvaient aussi être déportés sur de nouveaux territoires pour les peupler.

Les critiques des confucéens contre le régime de l’empereur furent si véhémentes qu’il fit disparaître tous les écrits séditieux qui faisaient l’éloge de l’ordre ancien. L’ensemble des ouvrages non scientifiques fut détruit, des livres furent mis à l’index, en particulier ceux d’inspiration confucéennes. Ceux qui conservèrent des livres et continuèrent à enseigner d’après les textes interdits furent mis à mort. Pourtant, malgré la sévère répression, de nombreux écrits furent camouflés et ressortiront de leurs cachettes au milieu du IIe siècle avant J.-C.

Des livres datés du règne de Qin Shi Huangdi retrouvés six siècles après sa mort

Plus d’un millier de lamelles qui datent du règne de Qin Shi Huangdi furent découvertes dans les régions de Hubei et du Qinghai. Ces lamelles, longues de 20 à 25 centimètres, larges de un centimètre, sont couvertes sur une face de caractères tracés à l’encre noire et reliées par des lanières de cuir ou de soie. Le plus célèbre livre sur bambou : Le Zhushujinian «Annales sur bambou» raconte l’histoire d’une principauté chinoise. Ce livre fut placé dans une tombe au IIIe siècle avant J.-C. et retrouvé six siècles plus tard et a permis de vérifier la véracité des informations données par l’historien Sima Qian, mentionné ci-dessus.

Les grandes réalisations du premier empereur

Qin Shi Huangdi mena une politique extérieure sous le signe de la grandeur. L’histoire le retient comme le créateur de la Grande Muraille, mais, en réalité, des morceaux avaient déjà été érigés par les anciens rois de Zhao, de Yan et même de Qin contre les nomades des steppes. Qin Shi Huangdi eut le mérite de rassembler tous ces morceaux et de prolonger la Muraille vers l’est jusqu’à la mer, et vers l’ouest, jusqu’à l’actuel Gansu.


La Muraille de Chine à l’époque Qin

Bien sûr, la réalisation de cet ouvrage confiée au général Meng Tian qui avait la réputation d’être «terrible» impliqua le déplacement d’une nombreuse population qui dut se sacrifier à la tâche gigantesque. On dit que les Chinois affirment que chaque pierre de la Grande Muraille a coûté une vie humaine. Malgré la limite de la Muraille à la frontière nord de la Chine, des incursions ou razzias des nomades vivant au nord et à l’ouest de la Chine se poursuivirent quand même.

L’empereur maîtrisait moins bien le sud du pays où ses armées atteignaient l’actuelle Canton car au premier signe de faiblesse du pouvoir, ces régions échappaient à tout contrôle, les seigneurs supportant mal la contrainte des lois.


Le mausolée de Qi Shi Huangdi

Un chantier encore plus important pour l’empereur mobilisait ses forces. Ses armées en terre cuite disposées dans les fosses qui allaient entourer sa sépulture! Un mausolée digne de ses visions!

L’obsession de l’empereur pour la mort

Car l’empereur, hanté par la mort, fera construire une sépulture à si grand déploiement que plus de 700 000 hommes y seront employés, et tous les artisans ayant eu connaissance des mécanismes de fermeture de la tombe y auraient été, dit-on, ensevelis en même temps que lui. Qin Shi Huangdi mourut en 210 au cours d’un voyage vers l’est.

Ce grand chantier avait débuté dès son avènement et n’était pas encore terminé à sa mort. Le mausolée, situé à l’est de Xi’an – destination touristique depuis l’ouverture du site au public à l’occasion de la fête nationale chinoise en 1979, le site lui-même avait été découvert en 1974 – et recouvert d’un tumulus, une colline artificielle haute de 45 mètres.
C’est à un kilomètre à l’est de cet emplacement que furent découvertes en 1974 les fosses souterraines renfermant 7 000 statues de la garde impériale, datant de 210 av. J.-C. Comme elles étaient ignorées des textes et non recherchées, c’est suite à un coup de pioche fortuit d’un paysan local que la découverte de l’existence de cette armée en terre cuite fut découverte.
Étrange et fascinant, les milliers de soldats de terre cuite ont tous un visage différencié et des chevaux en terre cuite. Cette armée enterrée était destinée à garder l’empereur …
Le fait que les fosses soient situées à l’est et que les soldats soient tournés vers l’est reste à ce jour un mystère.
Prochain article : La Chine des Han

Sources : http://www.herodote.net/Zhongguo_le_pays_du_Milieu_-synthese-409.php (Herodote.net)
L’Histoire du Monde no 18 – @Larousse 1993
http://www.qin.ch/fr/medias/images-destinees-aux-medias/
Wikipedia / Google images

Une pensée sur “Le premier empereur de la Chine, Qin Shi Huangdi

  • avatar
    10 novembre 2013 à 10 10 44 114411
    Permalink

    Brillant l’empereur qui faisait des clones de chacun de ses soldats. Des clones qui ne souffriraient pas en plus. En trois dimensions. C’est mieux que la photographie.

Commentaires fermés.