Le régime syrien cent fois plus meurtrier que les djihadistes de l’EI

Syrie-massacre

UN ŒIL SUR LE MONDE MUSULMAN
Anna Fisher

Les vidéos de décapitations diffusées ces derniers mois par l’organisation terroriste Etat islamique soulèvent l’indignation et l’écoeurement. Pourtant, à y regarder de plus près, les forces syriennes restées fidèles à Bachar el-Assad demeurent bien plus meurtrières

Après le largage de barrils d’explosifs dans le quartier d’al-Shaar à Alep, le 6 novembre 2014. Ces bombes rudimentaires sont probablement à l’origine de la majorité des morts en Syrie.

Reuters/Rami Zayat

Aussi ignobles soient les exactions perpétrées par les djihadistes de l’Etat islamique (EI), l’examen des chiffres de morts civiles en Syrie est formel: depuis le début du soulèvement, en mars 2011, les crimes commis par le groupe demeurent bien moins nombreux que ceux du régime de Damas.

A man carries a child, injured by what activists said were barrel bombs dropped by warplanes loyal to Syria's President Assad, in Aleppo

Organisation syrienne pour les droits de l’homme/ sn4hr.org

Les crimes de l’Etat islamique

En Syrie, l’Etat islamique serait responsable de la mort de quelques 800 civils, selon le Réseau syrien pour les droits de l’Homme, parmi les quelque 200 000 morts recensés par l’Organisation des Nations Unies (ONU) depuis mars 2011, dont une écrasante majorité de civils. En incluant les régions en Irak contrôlées par le groupe, le chiffre total atteindrait environ 1500 morts, selon diverses sources non-gouvernementales.

Outre les exécutions sommaires, par décapitation ou non, le groupe terroriste a revendiqué des attentats à la voiture piégée et des tirs d’obus de mortier dans des zones principalement fréquentées par des civils.

Un attentat à la voiture piégée a ainsi fait 34 morts, le 20 juin 2014, à Al-Horra, un village contrôlé par les troupes du régime de Bachar el-Assad, dans la province syrienne de Hama. Plusieurs fois par semaine, des attentats semblables ont lieu en territoire irakien, entraînant des dizaines de victimes.

L’EI aurait également eu recours aux bombes à sous-munitions en Syrie, d’après l’ONG Human Rights Watch. Disparitions forcées, torture, kidnappings d’humanitaires et de journalistes, emploi d’enfants comme soldats sont monnaie courante pour ce groupe, qui applique la charia dans les territoires qu’il contrôle.

La barbarie du régime syrien

Aussi horribles soient les crimes de l’EI, ils sont bien en-deçà de l’ampleur et la brutalité des crimes commis par les forces gouvernementales syriennes et milices pro-Assad depuis mars 2011 : l’une et l’autre auraient tué près de 125 000 civils en Syrie, selon les estimations du Réseau syrien pour les droits de l’Homme.

Les vidéos des activités criminelles de l’EI frappent les esprits, à juste titre. Mais le régime syrien, lui, continue chaque jour de tuer des civils au moyen de barils d’explosif. Le 29 octobre, au moins 10 déplacés (parmi lesquels une majorité de femmes, d’enfants et de personnes âgées) ont été tués dans des raids aériens du régime syrien, au cours duquel des barils d’explosif agrémentés de ferraille ont été lâchés sur un camp de déplacés à Idleb, dans le nord-ouest du pays, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

Larguées par dizaines sur des villes et villages, ces bombes rudimentaires sont probablement à l’origine de la majorité des morts en Syrie.

Torture à mort

La terreur syrienne ne vient pas que du ciel. En mars 2014, un photographe de l’armée syrienne ayant fait défection a révélé quelques 55 000 clichés représentant plus de 11 000 victimes torturées à mort, hommes femmes et enfants de tous âges, de toutes origines confessionnelles et ce uniquement pour la région de Damas.

Autre arme de terreur, le bombardement à l’arme chimique dans la banlieue de Damas, le 21 août 2013, alors sous contrôle de l’opposition. L’attaque a fait plus de 1 700 morts, dont une majorité de civils, selon Médecins sans frontières. Elle a, selon toute vraisemblance, été perpétrée par les forces gouvernementales. Ces dernières, ou leurs supplétifs, ont également multiplié les massacres de civils, comme dans les villes d’al-Bayda et de Baniyas, où au moins 248 personnes, dont 45 femmes et 43 enfants, ont été exécutés sommairement.

Enfin, dès le début du conflit en mars 2011, les forces de l’ordre et milices pro-régime ont fait du viol des femmes une arme de guerre.

Les crimes commis par l’EI, sous l’objectif des caméras, sont sans commune mesure avec l’ampleur des exactions commises par les forces pro-gouvernementales. Pour autant, selon l’ONU, l’EI est lui aussi coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

En savoir plus.

avatar

Un oeil sur le monde musulman

Je médite l’Islam parce que ce phénomène historique, intellectuel et émotionnel durable, influençant plus d’un milliard d’humains, compte. Je le fais en athée et en philosophe matérialiste mais avec toute la déférence requise. Je ne suis pas un iconoclaste. Je ne suis pas un hagiographe non plus mais je m’intéresse à cette vision du monde pour ce qu’elle dit de l’humain et de son contexte culturel. Salut, solidarité et respect, dans la différence. - Paul Laurendeau (Ysengrimus)

8 pensées sur “Le régime syrien cent fois plus meurtrier que les djihadistes de l’EI

  • avatar
    18 décembre 2014 à 10 10 37 123712
    Permalink

    Article intéressant, et ouvrant lieu à débat. Je pense que vous n’apprenez rien aux lecteurs assidus de ce site. Mais je pense aussi que votre état des lieux, sans doute, en grande partie vrai (je suis, pour ma part, loin d’être sûr concernant qui a utilisé les armes chimiques…) ne questionne pas sur le pourquoi du comment :
    – y avait-il « risque » islamiste avant cette « guerre civile » ?
    – Le peuple syrien était-il miséreux ou opprimé au point de se révolter ?

    Après si vous voulez, on peut approfondir :
    – Qui a décrété du jour au lendemain que Bachar était un dictateur ?
    – Qui a financé et nourrit la révolte contre le gouverneur de ce pays géostratégiquement très intéressant pour … qui ?
    – On peut parler aussi, si vous voulez de la révolte en Libye, et de l’assassinat de Khadafi.
    – On pourrait même faire presque toute l’Afrique, hélas …

    Connaitre l’histoire pour éviter de la subir plusieurs fois : demandez donc à google (car c’est affaire classée désormais, donc presque « officiel ») de vous parler des guerres civiles au Salvador et au Nicaragua, par exemple …

    Je conclurais juste par une question : à qui aurait pu profiter le crime, si les conséquences ne leur avaient « échappées » ?
    Car les réels responsables, et donc vous pouvez, au passage, faire la somme des morts des deux camps, sont ailleurs, en occident.

    P.S : je ne soutiens ni Bachar, ni Daesh ; tout comme je ne soutenais ni Kahdafi, ni le CNT.
    Par contre, lesquels ont été condamnés, et diabolisés en premier (engendrant donc le soutien envers leurs « opposants ») par l’atlantisme rapace capitaliste ?

    Répondre
  • avatar
    18 décembre 2014 à 12 12 11 121112
    Permalink

    Qui est exactement cette Anna Fisher et l’article a été publié par le journal l’Express qui appartient à quel groupe financier? Trouver les réponses à ces deux questions c’est y découvrir l’influence atlantiste malfaisante.

    Répondre
  • avatar
    18 décembre 2014 à 22 10 53 125312
    Permalink

    Anna Fisher,

    Plus perdue que ça, tu meurs. Du grand n’importe quoi!

    Shame on you!

    Répondre
    • avatar
      19 décembre 2014 à 8 08 14 121412
      Permalink

      D’accord avec toi Alain.

      Répondre
  • avatar
    21 décembre 2014 à 10 10 47 124712
    Permalink

    À lire cet article on croirait à une infiltration des médias et des thèses officielles dans un site qui se veut alternatif. Il ne reste plus qu’à commencer à publier des articles du journal de Montréal et de la Presse.

    Répondre
  • avatar
    21 décembre 2014 à 12 12 46 124612
    Permalink

    Je seconde les propos d’Oscar Fortin, d’A.L., d’André Lefunestre et Nicolas. Effectivement, tant qu’à être rendu à ce niveau, pourquoi ne pas présenter directement des articles du JdeM ou de la Presse ?

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2017 à 18 06 55 01551
    Permalink

    Pure propagande atlanto-sioniste.

    Une petite comparaison s’impose:

    Guerre des 6 jours: comme son nom l’indique, en 6 jours les arabes étaient renvoyés dans leur niche.

    Guerre de Syrie: bientôt 6 ans que ça dure et non seulement l’axe Syrie-Iran-Hezbollah – c’est-à-dire la résistance anti-sioniste – est toujours là, mais il est passé à l’offensive en reprenant Alep.

    Sur la propagande atlanto-sioniste voir entre autre Cette gauche qui sert de supplétif à l’OTAN https://www.legrandsoir.info/cette-gauche-qui-sert-de-suppletif-a-l-otan.html
    Et oui, la gauche n’a pas fini de bouffer des couleuvres de kibboutz.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *